Le Forum du Racing Club de Strasbourg : Actualités, transferts, matchs à venir, la vie du RC Strasbourg au quotidien
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Etoile Noire de Strasbourg

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 15, 16, 17  Suivant
AuteurMessage
Marco 69/73
Champion du Monde
Nombre de messages : 48426
Date d'inscription : 25/11/2012

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 I_icon_minitimeSam 22 Sep 2018 - 22:49

Ligue Magnus (3e journée) :
après Strasbourg – Mulhouse (4-1)

La suite, vite !
En décrochant avec autorité son premier succès en Ligue Magnus vendredi soir contre les Scorpions de Mulhouse (4-1), l’Étoile Noire a réellement lancé sa saison. Les Strasbourgeois comptent maintenant entretenir cette dynamique.
Parmi les noms des 21 joueurs couchés sur la feuille de match de l’Étoile Noire vendredi soir, seul un tiers a connu les affres de la saison dernière.
Ces sept-là (*) – qui avaient dû attendre la 19e journée de championnat, et un déplacement à... Mulhouse, pour goûter, enfin, aux joies de la victoire – affichaient un sourire un peu plus large que leurs quatorze coéquipiers du soir (sans compter les blessés Dylan Denomme et Mitch Zion). En décrochant leur premier succès après trois journées, le “club des sept” a quelque part exorcisé ce triste passé.
« On a réussi à bien appliquer ce qu’on a travaillé »
« Savoir que tu sais gagner, c’est quelque chose d’important dans un groupe. Quand tu enchaînes les défaites, c’est impossible de travailler sereinement à l’entraînement. Ceux qui l’ont vécu la saison dernière savent qu’ils ne veulent plus revivre ça, appuie Julien Burgert, le joueur le plus capé de l’histoire de l’Étoile Noire en Ligue Magnus (348e match hier soir à seulement 27 ans). Alors, oui, pour ceux qui étaient là la saison dernière, ça fait du bien de gagner rapidement. Mais c’est aussi valable pour tout le groupe actuel. Il y avait déjà une très bonne ambiance entre nous et là, ça nous booste encore plus. »
La page de la saison passée ne va pas être définitivement tournée avec cette victoire dans le derby. Elle pose d’abord les bases d’un renouveau. Preuve d’ailleurs de cette reconstruction, vendredi soir, huit des Scorpions alignés (Hugues Cruchandeau, Jordan Draper, Hubert Genest, Pierrick Hoehe, Kévin Lorcher, Roope Nikkilä, Sébastien Trudeau et Rolands Vigners) ont un jour porté le maillot de l’Étoile Noire. Soit un de plus que les sept rescapés strasbourgeois de la saison dernière.

«Tout le monde a été impliqué»

« On est quelques-uns à bien se connaître entre les deux équipes. En face, ça reste des potes en dehors de la glace, mais une fois en match, il n’y a plus de copains. Mais on ne peut pas dire qu’on avait un avantage en connaissant un peu mieux notre adversaire, estime Julien Burgert. Plus de la moitié de notre équipe n’avait jamais joué ce derby en Magnus. Je pense juste que tout le monde dans le groupe a été très impliqué pour aller gagner ce match. On ne leur a pas laissé grand-chose. C’est ça qui a fait notre force. »
Les Strasbourgeois sont plongés dans le présent et c’est avant tout les points lâchés lors des deux premiers matches qui leur restaient en travers de la gorge.
« On voulait se rattraper après avoir perdu en prolongation contre Amiens alors qu’on menait à cinq minutes de la fin du temps réglementaire (défaite 2-3 en prolongation en ouverture du championnat, NDLR) et après le match compliqué à Nice (défaite 6-1, NDLR) , rappelle Julien Burgert. Gagner ce match, ça va nous libérer. Maintenant, on espère garder cette dynamique. »
Ce derby, les Strasbourgeois ne l’ont pourtant pas préparé dans la sérénité la plus totale, avec des alignements bouleversés par les absences de Dylan Denomme et Mitch Zion. Sur la glace vendredi, rien de tout cela s’est vu.
« Tout le monde s’investit à l’entraînement et hier (vendredi) , on a réussi à appliquer ce qu’on a travaillé, apprécie l’attaquant de l’Étoile Noire impliqué sur le but du 4-0 en fin de deuxième période. C’est encourageant pour la suite. »
La suite, ça sera dès mardi avec un déplacement périlleux chez le leader grenoblois. « On va se battre pour prendre des points contre n’importe qui », assure Julien Burgert.
La saveur de la victoire fraîchement en bouche, les Strasbourgeois n’ont pas envie de la laisser rapidement s’évaporer.
(*) Julien Burgert, Romain Chapuis, Aurélien Chausserie-Laprée, Maxime Deplanque, Michal Duras, Colin Morillon et Samuel Rousseau.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 48426
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 I_icon_minitimeMar 25 Sep 2018 - 22:33

Ligue Magnus (4e journée) :

Grenoble - Strasbourg (7-1)

Dans le mur
Dépassés par des Grenoblois trop forts, l’Étoile Noire a été copieusement corrigée hier soir dans les Alpes. Un match à oublier très vite
C’est une soirée noire que les Strasbourgeois ont vécue hier soir à la patinoire Pôle Sud de Grenoble.
Face aux Brûleurs de loup, grands favoris du championnat et leur attaque de feu, les joueurs de Daniel Bourdages ont sombré, logiquement surclassés par leur adversaire du soir.
Et s’ils savaient que chez des Grenoblois invaincus cette saison la partie allait être compliquée, pas sûr que les Alsaciens l’auraient imaginée si longue.
Le ton était d’ailleurs donné dès les premières minutes de jeu quand Grenoble imposait son jeu. À la deuxième minute, Fabre se détachait aisément de la défense mais manquait son duel face à Hiadlovsky.
Un premier avertissement avant l’ouverture du score deux minutes plus tard de Da Costa sur une perte de palet en défense.
Pendant un temps, le gardien de l’Étoile noire maintenait son équipe à flot (13 arrêts dans le premier tiers). En s’imposant une première fois d’abord sur Damien Fleury, puis sur Bisaillon.
Encore solide au duel face à Fleury, il ne pouvait cependant rien face au surpuissant lancer de l’attaquant français à la 11e minute (2-0).
Défensivement fébriles, les Alsaciens ne parvenaient pas, de plus, à profiter de leurs situations de supériorité numérique, qui auraient pu relancer le suspense.

Quatre buts en huit minutes

Car la seconde période allait devenir un véritable cauchemar. Incapables d’approcher la cage adverse pendant de longues minutes, les coéquipiers de Michal Duras subissaient les vagues iséroises.
Les Strasbourgeois encaissaient alors quatre buts en huit minutes et laissaient les Brûleurs poursuivre leur démonstration.
« Il ne faut pas oublier que notre équipe est très jeune, expliquait le coach alsacien. Forcément, c’est très impressionnant de jouer face à de grands noms et si en plus on joue mal, on ne peut pas espérer gagner ».
De cette soirée, Daniel Bourdages préférait alors garder le positif, et un troisième tiers remporté par les siens grâce à un joli but de Morillon.
Après ce coup reçu sur la tête, Strasbourg devra rapidement se relever face aux Boxers de Bordeaux dès vendredi.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 48426
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 I_icon_minitimeVen 28 Sep 2018 - 23:01

Ligue Magnus (5e journée) :
Strasbourg – Bordeaux (1-5)

Trop vite dépassés !
Pris de vitesse dès l’entame du match, les Strasbourgeois ont rapidement perdu leurs distances avec les Bordelais et n’ont jamais réussi à revenir à leur niveau hier soir.
Trop vite ! Deux mots, c’est peu pour résumer un match mais ce sont malheureusement les seuls qui venaient à l’esprit hier soir après la victoire des Bordelais.
Tout allait donc beaucoup trop vite pour les Strasbourgeois et, forcément, les Boxers – qui sont dans l’obligation de combler les neuf points de retrait écopés avant le début de saison pour le dépassement de la masse salariale joueurs de l’exercice dernier – n’ont pas tardé à le concrétiser au tableau d’affichage.

« On a surtout pris trop de temps à les regarder jouer »

« On a fait un très mauvais début de match. Ça allait trop vite pour nous parce qu’on a surtout pris trop de temps à les regarder jouer, ne cachait pas après coup Daniel Bourdages, le coach de l’Etoile Noire. En plus, on donne des buts qu’on peut éviter. »
Hiadlovsky a repoussé l’échéance comme il a pu, se fendant de neuf parades durant les six premières minutes, Bordeaux a ouvert le score après un engagement gagné par Sauvé qui a permis à Hughesman d’armer un shoot imparable entre les cercles (0-1, 7’29). Pressés en sortie de zone, les Strasbourgeois cherchent alors des passes compliquées. Sur une relance hasardeuse, les Boxers en profitent pour doubler la mise avec Mulle à la finition (0-2, 13’01).
Le début de la seconde période va être marqué par une charge de Deyl sur Sauvé, qui ne pouvait voir le Strasbourgeois fondre sur lui. Glass, la recrue des Boxers aux quelque 500 matches de NHL au compteur, est venu corriger le défenseur de l’Etoile Noire et les deux ont rejoint prématurément les vestiaires.
Mais alors qu’ils montrent de meilleures choses offensivement– on pense à ce gros shoot de Prier (25e ) ou cette lucarne ratée de peu par Denomme (26e ) –, les joueurs de Daniel Bourdages vont se faire punir sur un contre conclu par Valier, à l’affût d’un rebond (0-3, 26’23). Bien en place défensivement, les Boxers en profitent pour mieux jaillir. Trouvé au second poteau sur un énième contre, Johnston douche les espoirs de l’Iceberg (0-4, 39’06).
L’Etoile Noire va tout de même réussir à forcer le verrou bordelais en power play. Bien servi entre les cercles par Duras, Chapuis trompe Fouquerel d’un shoot à ras de glace (1-4, 44’40). C’est le premier but concédé par les hommes de Philippe Bozon en infériorité numérique. C’est d’autant plus anecdotique que ça n’empêchera pas Barbero d’alourdir la note (1-5, 50’19) avant une fin de match hachée par les pénalités.
«Il y avait une belle équipe face à nous et si on n’entre pas à 100% dans le match, on perd toute chance de gagner», concluait Daniel Bourdages. Trop vite dépassés, ses joueurs en ont payé les frais!
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 48426
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 I_icon_minitimeMar 2 Oct 2018 - 22:23

Ligue Magnus (6e journée) :

Gap – Strasbourg (6-4)

Battus à l’usure
Malgré un premier tiers-temps solide bouclé avec deux longueurs d’avance, l’Étoile Noire a fini par céder, hier à Gap, à la pression des Rapaces et s’incline 6-4.
Quelques jours après s’être fait grignoter sur le même score (1-5), respectivement par Chamonix et Bordeaux, Gap et Strasbourg, qui comptaient quatre points en bas de la hiérarchie, se retrouvaient pour un duel à haute importance.
Si le vainqueur pouvait faire un bond salvateur vers le top-8, le perdant s’engluait davantage encore en queue de peloton.
Favoris logiques, les Rapaces, en quête de confiance, prenaient les affaires en main, histoire de prendre le score au plus vite. Mais sur le premier revirement, Fujerik héritait du palet, proche de l’enclave gapençaise et prenait de vitesse le portier Cooke (0-1, 6'52).
Si Bouvet, qui échouait sur Hiadolsky, témoignait de l’envie des locaux de revenir au score, c’était Strasbourg qui s’installait tranquillement dans le match. Pourtant, ce n’était pas faute d’essayer, mais les Rapaces, Brown, Abramov et Gibb, de buter sur un Hiadlovsky des grandes soirées. Et dans ces cas-là, le scénario était connu d’avance : sur une ultime supériorité numérique, Duras s’approchait du filet gapençais pour venir doubler la mise (0-2, 19'13). Le réalisme alsacien faisait la différence.
Double avantage mal négocié
Gap doutait, mais avait la bonne idée de revenir au score dès le retour sur la glace, alors en supériorité numérique : Brown contournait Hiadlovsky (1-2, 21'56). Ce but relançait la rencontre et annonçait la révolte bleue sur la cage de Strasbourg. Mais l’Étoile Noire ne s’en laissait pas compter et obligeait Gap à fauter. Si bien que Strasbourg jouait un double avantage numérique, en vain. Les deux formations rivalisaient : Dénomme était près de tromper Cooke, comme Jekimovs face à Hiadlovsky. Et c’est sur un jeu rapide, que Nelson, au début de l’action, venait glisser le palet entre les bottes strasbourgeoises (2-2, 34'50).
Goncalves, pour un coup de genou, partait cinq minutes en prison. Et Gap en profitait pour prendre les devants : Mokshantsev n’avait plus qu’à pousser le palet dans la cage ouverte après un travail de Jekimovs (3-2, 37'35). Gap avait inversé la tendance, mais Strasbourg avait encore sa carte à jouer.
Sauf que le Russe des Hautes-Alpes, Mokshantsev s’emparait du palet, passait en revue la défense et servait son compère, Franco-Russe, Norbert Abramov qui faisait plier Hiadlovsky (4-2, 40'38). Strasbourg avait un genou sur la glace et bientôt le second. Reno, de la bleue, adressait un tir puissant qui traversait une forêt de jambes pour trouver le filet des visiteurs (5-2, 41'14).
Deux buts qui donnaient de l’assurance aux hommes de Basile, mais Chapuis venait battre Cooke au près pour laisser Strasbourg dans la course (5-3, 43'51). Les Rapaces, désireux de se mettre à l’abri, repartaient à l’assaut de la ligne défensive de Strasbourg. Sarlieve s’infiltrait, Hiadlovsky repoussait mais Schmitt finissait le travail (6-3, 47'08).
Mais sur un énième revirement, Potvin s’en allait défier Cooke, et réduisait très aisément l’écart (6-4, 53'52). Strasbourg jouait de nouveau en supériorité mais les Rapaces résistaient, se dirigeant vers la victoire face à des Strasbourgeois accrocheurs et méritants.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 48426
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 I_icon_minitimeVen 5 Oct 2018 - 22:38

ligue magnus - 7e  journée :
Strasbourg - Lyon (2-4)
Encore raté !
Faute d’avoir trouvé la clé durant le premier tiers-temps, l’Etoile Noire s’est retrouvée dans la panade au retour des vestiaires et a couru, en vain, après le score hier contre Lyon.
S’ils n’ont pas réussi à trouver le chemin des filets lyonnais hier soir durant les vingt premières minutes de jeu, on ne peut pas reprocher aux joueurs de l’Etoile Noire de ne pas avoir mis l’intensité nécessaire dans leur jeu.
Le hic, c’est que malgré leurs bonnes intentions, ils n’ont pas réussi à concrétiser cette envie au tableau d’affichage au cours d’une première période que les Lions ont fini en infériorité numérique, poussés à multiplier les fautes sous les assauts strasbourgeois.
Les Lyonnais n’en demandaient pas tant
Les joueurs de l’Etoile Noire vont jouer en double supériorité numérique pendant plus de trois minutes après la pénalité majeure de Breton (17’17) mais ne vont pas trouver la clé en voulant battre Stojanovic de près. Une mauvaise idée vue la taille que prend le gardien lyonnais dans son but.
Et alors qu’ils entament la deuxième période en power play, les Strasbourgeois se font punir sur une échappée de Di Dio Balsamo qui force Hiadlovsky à sortir de sa cage (0-1, 21’18). Un coup de massue ne suffisant pas, les spectateurs de l’Iceberg en prennent un second dans la foulée : oublié à la ligne bleue sur un mauvais changement de ligne alsacien, Correia part tout seul tromper à son tour Hiadlovsky (0-2, 23’52).
Alors qu’elle semblait maîtriser son affaire jusque-là, la bande à Bourdages est dès lors obligée de courir après le score face à des Lyonnais qui n’en demandaient pas moins dans un match haché par les pénalités.
Après une double supériorité numérique écourtée, les Strasbourgeois jouent à quatre contre trois depuis une vingtaine de secondes quand Burgert relance le suspense d’un beau shoot du cercle opposé sur une passe de Potvin (1-2, 36’17). Mais Correia redonne deux longueurs d’avance à Lyon en convertissant un power play dans la foulée (1-3, 37’01).
Comme c’est un peu ‘’soirée cadeaux’’ à l’Iceberg, les Lions écopent d’un retard de jeu alors qu’ils allaient se retrouver en supériorité numérique (39’16). A quatre contre quatre, Fujerik trompe Stojanovic de près dans un trou de souris (2-3, 39’28).
Mais Lyon va se mettre à l’abri sur une énième supériorité numérique – consécutive celle-là d’un surnombre des Strasbourgeois alors en power play (43’41) – convertie cette fois par Llorca, à la déviation dans le slot d’un lancer de Ferry (2-4, 45’31).
L’Etoile Noire ne reviendra plus et laisse filer des points précieux contre un adversaire qui semblait pourtant à sa portée…
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 48426
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 I_icon_minitimeMar 9 Oct 2018 - 21:56

Ligue Magnus (8e journée) :

Angers – Strasbourg (5-2)

Privés de solutions
Hormis sur deux supériorités numériques, les Strasbourgeois ont été privés de solutions offensives hier par les Ducs d’Angers qui s’imposent logiquement (5-2).
En se déplaçant à Angers, qui est sur courant alternatif depuis le début de saison, l’Étoile Noire espérait certainement profiter d’une opportunité de faire oublier la mauvaise série actuelle et la dernière défaite face à Lyon à domicile (2-4). D’entrée de jeu, les Strasbourgeois étaient désireux de se porter vers l’avant afin de mettre fin à ce cycle négatif de quatre défaites de suite.

Contre le cours du jeu

Malheureusement les joueurs de Daniel Bourdages se faisaient surprendre rapidement alors qu’ils tournaient depuis plusieurs minutes autour de la cage angevine en possession du palet.
C’est donc un peu contre le cours du jeu qu’Angers débloquait le tableau d’affichage sur sa glace. Campbell trouvait la faille pour les Ducs (1-0, 2'51). Pour autant, les coéquipiers de Burgert ne baissaient pas le rythme. Dans la foulée, les Strasbourgeois recollaient au score grâce à un tir de ce dernier (1-1, 4'58). Mais cette égalisation n’avait pour conséquence que le réveil des Ducs qui, dès lors, allaient tourner autour de la cage de la formation jaune et noire.
À la fin du premier tiers, et après avoir poussé pendant de longues minutes, un tir angevin de l’initiative de Masson, bien servi par Gagnon et Henderson avec qui l’attaquant jouait en relais, donnait l’avantage aux Ducs avant la pause (2-1, 18'08).
Dans le deuxième tiers, les Alsaciens subissaient la sévère loi de la patinoire exiguë du Haras. Les Ducs, dont il faut tout de même rappeler que le classement actuel ne reflète pas le potentiel de l’équipe de l’Anjou (4 fois finaliste en 2010, 2013, 2014 et 2016), ont conforté leur avance avant la demi-heure de jeu.
D’abord, l’Étoile Noire pouvait remercier son gardien, Hiadlovsky, qui s’interposait sur un tir de pénalité de Farnier (23'43). Mais le dernier rempart strasbourgeois ne faisait que retarder l’échéance. Cinq minutes plus tard, Bouchard, l’attaquant et meilleur scoreur angevin, faisait trembler les filets par deux fois (3-1, 28'47; 4-1, 29'05).
La pression des Ducs grandissait sur le but de Hiadlovsky. Les défenseurs alsaciens s’acculaient sur leur côté de la glace. Mais Strasbourg tenait le score, son gardien sortant quelques parades importantes. Des efforts que les hommes de Daniel Bourgades voyaient même récompensés avant d’attaquer le dernier tiers de cette rencontre. En supériorité numérique, l’Étoile Noire inscrivait un deuxième but grâce à Duras (4-2, 39'36).
Mais en face, rien à y faire, Angers semblait maîtriser son sujet. Les Strasbourgeois avaient beau garder le contrôle du palet plus que les Ducs, ils ne parvenaient pas à déstabiliser la défense adverse, ni à véritablement inquiéter Hardy, le portier angevin.
D’ailleurs, les joueurs de Brennan Sonne faisaient passer clairement le message en inscrivant un cinquième et dernier but au tout début du dernier tiers par Lacroix (5-2, 42'37). Le score ne bougeait plus jusqu’à la fin de rencontre, et l’Étoile Noire quittait le Haras avec une septième défaite. Un résultat qui englue Strasbourg à la place de lanterne rouge de la Ligue Magnus.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 48426
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 I_icon_minitimeVen 12 Oct 2018 - 22:51

STRASBOURG 3

ANGLET a.p. 2
Ligue Magnus :

deuxième victoire pour Strasbourg

Tendu de bout en bout
L’Étoile Noire avait fait le break en fin de première période, mais n’a pu empêcher Anglet d’arracher une prolongation qui heureusement à tourner en sa faveur (3-2).
Il n’y a pas de secret, quand on rentre dans le match avec les bonnes intentions, en étant conquérant, il y a quand même de fortes chances pour que les événements tournent en votre faveur.
Hier soir, les joueurs de l’Étoile Noire ont mis sur la glace ce soupçon de détermination supplémentaire dans chaque “petit dernier geste” et le cumul n’a pas tardé à profiter aux Strasbourgeois. Lancé en zone offensive par Zadrazil, Duras temporise et sert Havlicek dans le slot: la volée du Tchèque est imparable pour Ylönen (0-1, 3’32”).
S’ils ne profitent pas d’une première supériorité numérique (7’39”), les Strasbourgeois vont profiter d’être aux commandes au tableau d’affichage pour “tuer” une pénalité avec au passage un bel arrêt de Hiadlovsky sur une déviation d’Arrossamena (12’06”).
Plus sereins dans leur zone, les joueurs de Daniel Bourdages sont aussi plus présents en zone neutre. Et là aussi, ça paye. Fujerik récupère ainsi le palet pour servir Havlicek, qui franchit la ligne bleue en puissance et part tromper Ylönen en bout de rush (2-0, 18’36”). Somptueux!
«On sentait le danger venir»
Mais le plus dur reste à venir: ne pas se désunir et reproduire sur les deux périodes suivantes ce schéma de jeu qui, sans être flamboyant, permet de tenir en respect le promu basque, qui entame le deuxième tiers-temps en power play.
L’Hormadi ne profitera pas de cette supériorité numérique pour revenir au score. Mais ses attaquants restent à l’affût de la moindre erreur. Sur un palet mal contrôlé par la défense strasbourgeoise à la ligne bleue, Decock, chanceux, le voir revenir vers lui, et ne laisse pas passer l’occasion d’aller tromper Hiadlovsky de près (2-1, 25’33”).
L’Étoile Noire ne va pas réussir à reprendre ses deux longueurs d’avance, malgré deux supériorités numériques (27’40”, 34’15”) mais elle a le mérite de faire également le boulot pour empêcher les Basques de lui poser des problèmes en power play (37’06”, 39’25”).
Malheureusement, ces derniers vont s’enhardir en troisième période. Les rares cartouches offensives strasbourgeoises sont écartées par Ylönen avec un soupçon de réussite quand ce n’est pas le brio qui prend le dessus – on pense à cette parade au sol alors que la cage semble ouverte (54e’ ). À force de reculer, la défense de l’Étoile Noire va finir par rompre sur un ultime assaut conclu par Gauthier (2-2, 57’58”).
Embarqués en prolongation, les Strasbourgeois pensent plier le match mais Olsson enlève du bout de la crosse le palet que Denomme pensait loger sous la transversale d’Ylönen (63e’ ), frôlent la correctionnelle sur cette échappée d’Olsson que bloque Hiadlovsky (68e’ ) avant d’arracher leur deuxième victoire de la saison sur un rush conclu de près par Prier (3-2, 68’21”). Ouf!
«On sentait le danger venir, on a un peu redécouvert ce que c’est de devoir défendre un but d’avance et on n’a pas été aussi compact qu’on le voulait. Mais les gars voulaient tellement cette victoire qu’on ne va pas se dire qu’on a perdu un point, mais qu’on en a pris deux», pouvait souffler Daniel Bourdages à l’issue de ce match tendu jusqu’au bout.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 48426
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 I_icon_minitimeMer 17 Oct 2018 - 1:32

Ligue Magnus (10e journée) :

Chamonix – Strasbourg (4-0)

Troisième tiers fatal
Alors qu’elle avait préservé le score vierge pendant les deux premières périodes, l’Étoile Noire a plié quatre fois en dix minutes dans le troisième tiers-temps.
Match important à la patinoire Richard-Bozon hier soir, pour deux formations en quête de points. Strasbourg, actuel dernier du classement, avec 6 points, et récent vainqueur d’Anglet, mais toujours en manque de succès à l’extérieur, pouvait espérer faire une bonne opération, et revenir à une unité des Chamoniards, actuels neuvièmes, avec 10 points.
Pour Chamonix, c’était l’occasion de se remettre sur les rails, après deux défaites consécutives sur la route, à Anglet, puis à Rouen, et ainsi, sortir de la “zone rouge” de la Ligue Magnus, et mettre de la distance au classement sur les Strasbourgeois.
Le premier tiers-temps fut d’un faible niveau technique, et à part une occasion de Perry d’Arisso pour Chamonix, alors en infériorité, et quelques opportunités strasbourgeoises sans véritable danger, le public restait sur sa faim.
L’intensité montait d’un cran dans le deuxième tiers-temps, et Chamonix s’offrait des occasions, mais toujours au terme d’un jeu brouillon et trop peu mobile. Strasbourg procédait en contre sans inquiéter le portier Chamoniard. D’Arisso, puis Gleveau, Coulaud et Higby était à deux doigts d’ouvrir la marque pour les Pionniers, qui dominaient de plus en plus, mais dont le jeu restait bien peu excitant.

Hiadlovsky a retardé l’échéance

La fin de tiers avec un festival d’opportunités chamoniardes devant la cage de Hiadlovsky, qui ne se laissait pas surprendre. C’était finalement une véritable leçon d’inefficacité qu’offraient les Pionniers à leur public.
Le score était toujours vierge à l’entame de la dernière période, et c’est Maxence Leroux – la transfuge de l’Étoile Noire – qui déviait un tir dans le slot pour ouvrir le score (1-0, 41'20). Les Pionniers passaient à la vitesse supérieure, et trois minutes plus tard, Klimicek, en supériorité numérique, prenait sa chance avant que Freeman termine le travail (2-0, 44'10).
Les Strasbourgeois étaient alors complètement étouffés, et se montraient incapables d’inverser la tendance. Le momentum était clairement Chamoniard, et Freeman s’offrait son second but sur un mauvais renvoi de la défense d’une défense alsacienne aux abois (3-0, 48'55).
L’Étoile Noire tentait quelques contres, mais Sabol restait vigilant devant le filet Local. Toutes les remontées de palet des Pionniers étaient dangereuses, et logiquement, Kazarine corsait l’addition en reprenant un tir de loin de Klimicek (4-0, 49'50).
La messe était dite pour Strasbourg, qui, malgré un temps mort, ne parvenait pas à se remettre dans la partie. Malgré une belle prestation de son gardien, l’Étoile Noire, s’est montrée trop faible offensivement et n’a pas été en mesure de résister à la montée en puissance, tardive, mais efficace, des Pionniers, qui remportent logiquement les trois points de la victoire, malgré deux tiers laborieux, et un grand nombre d’occasions manquées. Chamonix sort de la zone rouge, remonte à la 6e  place du classement, alors que Strasbourg reste coincé en fond de tableau.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 48426
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 I_icon_minitimeVen 19 Oct 2018 - 22:20

Ligue Magnus (11e journée) :

Strasbourg – Rouen (2-3)

Cruel, forcément !
Alors qu’elle menait, logiquement, à l’entame du dernier tiers-temps, l’Etoile Noire a fini par céder en fin de match contre les champions de France (2-3).
Blanchis mardi à Chamonix (4-0) à cause d’un gros passage à vide en début de troisième période, les Strasbourgeois se devaient de monter considérablement le curseur pour ne pas finir “carboniser” par le feu des Dragons hier soir.
Les joueurs de Daniel Bourdages avaient visiblement bien compris leur mission. Premiers à se mettre en évidence avec ce lancer de Rousseau repoussé par Papillon (2e’ ), ils sont surtout bien en place dans leur zone et se projettent d’autant mieux en attaque.
La défense rouennaise est dépassée et plie une première fois quand Zion surgit au second poteau pour reprendre le palet dégagé par Papillon sur un shoot puissant de Deyl (1-0, 10’01”). Rouen obtient une pénalité dans la foulée mais c’est l’Étoile Noire qui se crée la meilleure occasion: Rousseau subtilise le palet à Papillon, contourne la cage pour servir Gonçalves qui rate le cadre plein axe (12e’ ).
«Conscient qu’on risquait de traverser un orage»
Mais les Strasbourgeois ne vont pas tarder à doubler la mise. Sur leur premier power play, Logar fait mouche au cercle opposé sur un service de Prier, provoquant le remplacement de Papillon par Pintaric au but (2-0, 15’12”).
Heureux de bloquer une reprise un peu molle de Gonçalves (20e’ ), le Slovène va être impérial en fin de deuxième période alors que les Dragons ont réussi à revenir à une longueur grâce à Bedin, assez heureux de récupérer un palet mal sorti dans le trafic pour tromper Hiadlovsky (2-1, 29’41”).
«On doit éviter de donner ce genre de but, regrette Daniel Bourdages. Malgré cela, on a continué à jouer mais on n’a pas réussi à marquer le troisième qui nous aurait mis à l’abri. C’est dommage, parce qu’on était conscient qu’on risquait de traverser un orage en troisième période.»
Potvin bute de près sur le gardien rouennais en power play (34e’ ). En double infériorité numérique, Pintaric réalise une prouesse pour enlever le palet sur une reprise au second poteau de Denomme (36e’ ) puis prend une nouvelle fois le meilleur sur Potvin qui s’était échappé alors que les deux équipes comptaient un homme en prison (39e’ ).
Fabrice Lhenry resserre alors son banc et les Dragons vont prendre le jeu à leur compte après avoir bien “tué” une ultime pénalité (41e’ ). Les Strasbourgeois peinent de plus en plus à sortir de leur zone et vont céder en infériorité numérique, Aleardi convertissant au second poteau le jeu de puissance rouennais (2-2, 51’13”).
L’Etoile Noire va accuser le coup et craquer une dernière fois, une de trop, sur un rebond concédé par Hiadlovsky qui profite à un Miklik à l’affût (2-3, 54’00”). Les Strasbourgeois ne reviendront plus dans le match. C’est cruel parce qu’ils méritaient largement mieux que cela.
«Je vais retenir le positif parce que malgré tout, je pense qu’on a beaucoup appris ce soir ( hier ). Il faudra qu’on joue comme ça contre Nice ( demain à 19h à l’Iceberg ) et qu’on aura le dernier mot à la fin», concluait le coach de l’Étoile Noire.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 48426
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 I_icon_minitimeMar 23 Oct 2018 - 22:13

Coupe de France :

Épinal – Strasbourg (2-3)
Le strict minimum
L’Étoile Noire a éprouvé les pires difficultés hier à Épinal pour éliminer une valeureuse équipe de D3 portée par plus de 2300 supporters.
Les Strasbourgeois n’ont pas été dépaysés hier soir dans la Cité des Images à l’occasion de leur entrée en lice en Coupe de France. Si le club spinalien est redescendu en D3 après les frasques financières de son ancien propriétaire, il reste et restera une place forte du hockey français.
Une nouvelle preuve en a été donnée. Ils étaient 2 340 spectateurs à s’être massés dans les tribunes en mettant une ambiance des grands soirs. Comme lorsque les deux entités s’étripaient dans des affrontements de haute volée au plus haut niveau hexagonal.
Sur la glace et sans nourrir le moindre complexe en dépit d’une différence hiérarchique qui est un véritable handicap en hockey, les Spinaliens ont vendu chèrement leur peau. D’ailleurs, ils ont longtemps tenu le choc avec un courage de tous les instants.
Solidaires à souhait face à des Strasbourgeois pas très inspirés et souvent sans solutions pour trouver des espaces face à un opposant résolument prudent, les hommes de Jan Plch et Nicolas Martin n’auront rien à se reprocher. Ils pourront même sortir la tête haute. Car durant 40 minutes, ils se sont donné corps et âme pour lutter avec leurs armes.

Épinal a même mené

Malgré l’ouverture du score d’un magnifique shoot en pleine lucarne de Zion (6’15’’), les locaux ont rapidement remis les pendules à l’heure par le jeune Breton à la faveur d’un rebond faisant suite à un contre (9’12’’). Le Épinal Hockey Club s’est même permis le luxe de mener au score sur une supériorité exploitée par l’inusable Guillaume Chassard (21’21’’).
Mais petit à petit, la différence de niveau, et de capacité athlétique à tenir le rythme sur trois tiers-temps s’invitait dans les débats. Deplanque égalisait d’un slap à mi-hauteur (2-2, 23’44’’). Le jeu revenait invariablement se dérouler dans la zone défensive d’Epinal. Seulement, Strasbourg peinait à déceler la faille dans la cuirasse d’un impeccable Nicolas Ravel devant son filet (43 arrêts au total).
Toutefois, cette emprise sans partage était finalement payante quand un shoot croisé de Morillon (passé par Épinal dans les catégories de jeune) s’engouffrait le long du poteau (2-3, 44’20’’). Strasbourg poussait un grand ouf de soulagement mais ne parvenait pas à se mettre définitivement à l’abri. Cependant, c’était suffisant pour se qualifier. C’est l’essentiel dans ce genre d’épreuve. Mais que cela a été difficile…
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 48426
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 I_icon_minitimeDim 28 Oct 2018 - 22:53

Ligue Magnus (match avancé) :
Lyon – Strasbourg (3-2)

Maudites pénalités
Punie trois fois en infériorité numérique, l’Étoile Noire n’a jamais abdiqué hier à Lyon. Revenus à une longueur en fin de match (3-2, 48'11), les Strasbourgeois n’ont malheureusement pas réussi à pousser les Lions en prolongation.
Deux jours après avoir pris un petit point en s’inclinant en prolongation (5-4) dans le derby de bas de classement à Mulhouse, l’Étoile Noire affrontait Lyon hier en fin d’après-midi (17h).
Un adversaire d’un autre calibre qui voulait profiter de la réception de la lanterne rouge lors de ce match avancé de la 17e journée pour reprendre trois longueurs d’avance sur Angers et conforter sa troisième place derrière l’intouchable duo Rouen/Grenoble.
Les Strasbourgeois voulaient, eux, enfin ramener une victoire d’un déplacement en Ligue Magnus. Las, les joueurs de Daniel Bourdages ont payé cher leur indiscipline face à un adversaire qui excelle en power play (25 % de réussite, soit le deuxième ratio du championnat au coup d’envoi).
Les Lions n’ont pas besoin d’attendre longtemps pour mettre leur point fort en exergue. Dès la première pénalité strasbourgeoise (5’13), Mickevics est à la conclusion du jeu de puissance lyonnais (1-0, 6'04).
Chabert avait égalisé rapidement
L’Étoile Noire va tout de même revenir rapidement dans la partie. Déséquilibré au moment où il allait armer un shoot, Chabert obtient un tir de pénalité qu’il transforme en trompant Richard à mi-hauteur (1-1, 9'42).
Mais les Strasbourgeois vont encore se faire “croquer” deux fois en infériorité numérique. S’ils parviennent à “tuer” deux pénalités (10’27, 13’47), ils vont plier sur les deux suivantes. La première est exploitée en fin de première période par Ferry (2-1, 16'42), la seconde est conclue au retour des vestiaires par Correia (3-1, 46'01).
Efficaces en power play (25,42 % de réussite désormais), les Lyonnais vont être – comme cela avait été le cas lors de leur victoire à l’Iceberg (2-4) le 5 octobre pour le compte de la 7e  journée – particulièrement coriaces en infériorité numérique, “tuant” une pénalité à cheval sur les deux dernières périodes (39’05).
On craint le pire pour les Strasbourgeois quand Logar et Potvin sont envoyés en même temps en prison (52’00), mais ils vont très bien résister pendant la double supériorité numérique des Lions.
De quoi entretenir l’espoir d’autant que Duras, bien servi par Zion, ramène l’Étoile Noire à une longueur (3-2, 48'11). Mais malgré deux power play (53’19, 56’59) et la sortie de Hiadlovsky en fin de match (59’13), Lyon ne craquera pas et inflige un septième revers en autant de déplacements en Ligue Magnus aux Strasbourgeois.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 48426
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 I_icon_minitimeSam 3 Nov 2018 - 23:27

Ligue Magnus (15e journée) :
après Bordeaux - Strasbourg (0-2)

À point nommé
L’Étoile Noire a décroché vendredi soir à Bordeaux sa première victoire de la saison en déplacement en Magnus. Un blanchissage (0-2) qui permet aux Strasbourgeois d’aborder la trêve internationale (jusqu’au 13 novembre) libérés de ce poids.
Avant de se rendre en Gironde vendredi soir, la bande à Daniel Bourdages n’avait remporté qu’un seul match officiel en huit déplacements cette saison. C’était du côté d’Épinal en 16e de finale de la Coupe de France le 23 octobre et ce soir-là l’Étoile Noire avait éprouvé les pires difficultés pour éliminer (3-2) cette équipe de Division 2 certes pas comme les autres (plus de 2300 spectateurs avaient garni les travées de Poissompré).
« Le voyage retour était enfin plus agréable »
En Ligue Magnus, les Strasbourgeois avaient évité le zéro pointé en arrachant un point en prolongation à Mulhouse (5-4) alors qu’ils menaient 3-0 à l’issue des deux premiers tiers-temps le 26 octobre.
Vendredi, les joueurs de l’Étoile Noire ont mis fin à cette disette sur la route avec la manière en allant s’imposer dans le temps réglementaire à Bordeaux (0-2), sur la glace de Boxers qui seraient, on le rappelle, troisièmes avec 28 points sans la pénalité d’un retrait de neuf points infligée en début de saison pour un dépassement de masse salariale joueurs lors de l’exercice précédent.
En offrant à Tomas Hiadlovsky son premier blanchissage en Ligue Magnus, les joueurs de Daniel Bourdages ont surtout signé une victoire qui tombe à point nommé alors que s’ouvre une trêve internationale, la Ligue Magnus reprenant le 13 novembre avec au menu de l’Étoile Noire la réception des Rapaces de Gap.
« Cette victoire nous fait vraiment du bien parce qu’on avait besoin de points, souffle le coach strasbourgeois. On savait qu’on devait battre une des grosses équipes du championnat et c’est encore plus appréciable parce qu’on n’avait pas encore gagné à l’extérieur en championnat. Le voyage retour était enfin plus agréable. »
N’aurait-il pas été bénéfique, du coup, de profiter de cette dynamique plutôt que devoir couper quelques jours ?
« Franchement, ça aurait été compliqué si on avait dû enchaîner avec un match demain (aujourd’hui) par exemple après un aussi long déplacement en bus, estime Daniel Bourdages. Ça va permettre de se changer un peu les esprits. On va récupérer Dominik (Fujerik, entorse à un genou) et on va aussi avoir le temps de travailler certaines choses, comme le power play qui n’est pas assez efficace en ce moment. C’est plutôt une bonne chose que cette trêve arrive maintenant. »

« Un message à nos adversaires »

Les Strasbourgeois vont surtout pouvoir s’appuyer sur cette prestation défensive sans faille. Vendredi, ils ont ainsi “tué” les cinq pénalités subies après l’ouverture du score de Mitch Zion en début de deuxième période (20’39). Bordeaux, même en double supériorité numérique pendant 1’46 (47’55) a fait les frais de la détermination du groupe à ne rien lâcher.
« Cette victoire envoie un message à nos adversaires et prouve que malgré les défaites récentes pour souvent pas grand-chose, les gars ont continué à travailler fort et à croire en eux », souligne Daniel Bourdages.
L’Étoile Noire reste certes scotchée à la dernière place mais elle avance plus vite que la saison dernière (voir chiffre) , ce qui il est vrai n’est pas spécialement compliqué. À elle maintenant de confirmer cette belle victoire à Bordeaux à son retour aux affaires.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 48426
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 I_icon_minitimeMar 13 Nov 2018 - 22:08

Ligue Magnus (16e journée) :

Strasbourg – Gap (5-6)

Un vrai gâchis
L’Etoile Noire a fait le yo-yo dans son match hier soir contre Gap, mais alors qu’elle avait repris les commandes (5-4, 54e ), elle a tout gâché dans le money time !
C’est peut-être un effet pervers de la trêve internationale, mais la coupure d’une dizaine de jours n’a pas semblé avoir des effets bénéfiques sur Tomas Hiadlovsky et Jordon Cooke, les deux gardiens respectifs hier soir.
Le premier, devant la cage strasbourgeoise, s’est fait surprendre sur sa première intervention au bout d’un rush de Bouvet qui n’avait pourtant rien de supersonique (0-1, 2’02). Le second a vu sur le premier tir cadré de ses adversaires – un lancer de Gonçalves dans le slot après une belle percée de Rousseau – le palet finir au fond de ses filets (1-1, 6’44).
Sauvés par le poteau droit de Hiadlovsky sur un lancer puissant de Colomban (9e ), les Strasbourgeois vont prendre les commandes de la partie peu après.
Mis sur orbite par Chabert, Duras combine avec Prier qui, entre les cercles, expédie le palet en première intention entre les jambières de Cooke (2-1, 10’36).

Folle dernière période

Mais les Strasbourgeois ne vont pas conserver longtemps les manettes de cette partie, Biezais trompant Hiadlovsky au premier poteau (2-2, 17’57). Décisif sur une reprise à bout portant de Brown (27e ), le gardien de l’Etoile Noire ne peut ensuite rien faire sur une déviation dans le slot de Kambeitz (2-3, 27’10).
Les joueurs de l’Etoile Noire courbent l’échine et les Rapaces en profitent pour faire le break sur un shoot de Labrecque qui traverse le trafic devant la cage de Hiadlovsky (2-4, 31’35). C’est tout ce qu’on aimerait voir à ce moment de la part de la bande à Daniel Bourdages mais celle-ci peine à installer son jeu en zone offensive.
Elle va pourtant revenir dans le match à l’entame d’une dernière période qui va s’avérer complétement folle.
Sur une double supériorité numérique, Havlicek réduit le score d’une reprise au second poteau (3-4, 41’02) avant d’égaliser sur le ‘’simple’’ power play suivant en trouvant la lucarne de Cooke (4-4, 41’47) alors que quelque dix secondes plus tôt Hiadlovsky avait été sauvé par son poteau gauche sur un contre de Gutierrez !
La partie s’emballe. Hiadlovsky est décisif à deux reprises alors que Gap pousse pour reprendre l’avantage (52e ) avant d’être de nouveau pénalisé (52’13). Cooke s’interpose avec un peu de chance sur un shoot de Zion (53e ) mais ne peut que constater les dégâts sur un magnifique mouvement initié par Havlicek, relayé par Duras et conclu dans le slot par Chabert (5-4, 53’49).
On pense que l’Etoile Noire file vers un deuxième consécutif après celui décroché à Bordeaux le 2 novembre. Mais les Strasbourgeois vont se noyer en moins d’une minute dans le money time.
Luciano Basile vient à peine de sortir son gardien que les Rapaces égalisent, Gutierrez reprenant un palet mal gelé dans l’enclave (5-5, 58’53). Et comme cela ne suffit pas, personne n’a l’idée d’empêcher Biezais d’armer un shoot puissant entre les cercles… la lucarne gauche de Hiadlovsky est nettoyée et les espoirs de prolongation balayés (5-6, 59’39). Un vrai gâchis!
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 48426
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 I_icon_minitimeMer 21 Nov 2018 - 5:21

Coupe de France :
Cergy - Strasbourg (2-3)

Le quart est pris
L’Etoile Noire de Strasbourg s’est offert une bouffée d’oxygène, hier, en se qualifiant pour les quarts de finale de la Coupe de France aux dépens des Jokers de Cergy-Pontoise (D1).
Ce fut tout sauf facile pour les hommes de Daniel Bourdages. Rapidement, l’Etoile Noire subit la pression des Jokers et Hiadlovsky doit effectuer un premier arrêt réflexe.
Cependant, il ne faut pas attendre longtemps pour voir les Alsaciens se mettre en action. Sur une phase offensive bien placée, Denomme trouve la lucarne du portier francilien dans un angle très fermé (0-1).
À partir de là, la physionomie de la partie est claire : Cergy-Pontoise pousse et Strasbourg tente de faire le break en contre. La belle chevauchée de Goncalves aurait pu faire mal aux Jokers mais l’Alsacien bute sur le dernier rempart des locaux.
Difficultés
Juste après, le une-deux entre Denomme et Zion est somptueux mais là encore le gardien francilien a le dernier mot. Derrière, Hiadlovsky colmate les quelques brèches laissées par sa défense.
Dès le début du deuxième tiers temps, l’Etoile Noire éprouve les pires difficultés à conserver le palet et à ce titre, son petit but d’avance ne pèse pas lourd. D’autant que les Jokers accentuent la pression sur la cage de Hiadlovsky, dont la manchette sur un tir francilien à bout portant sauve les siens une fois de plus. Le tout dernier avertissement sans frais...
Car sur l’action suivante, le Francilien Botten vient couper la trajectoire d’un centre venu de la droite pour l’égalisation (1-1).
Tout est à refaire pour l’Etoile Noire, de moins en moins fringante au fil des minutes...
Si le relais face au gardien entre Chabert et Havlicek auraient mérité que les Alsaciens reprennent l’avantage, la menace est toujours aussi présente sur le but de Hiadlovsky, encore auteur d’un double arrêt à la fin du deuxième acte.
Dans le troisième, la physionomie de la rencontre ne change pas vraiment et c’est toujours Hiadlovsky, dans son but, qui est le meilleur strasbourgeois.
Pire, on a du mal à reconnaître l’Etoile Noire du début de rencontre. Les parades et les sauvetages se multiplie pour son portier. Mais la transversale d’Havlicek montre que les Strasbourgeois n’ont pas abdiqué et sont encore capable d’une réaction d’orgueil.
D’ailleurs, le but de près de Fujerik sur une mauvaise relance des locaux fait entrebâiller à nouveau la porte des quarts de finale pour l’Etoile Noire, avant que, dans la foulée, le tir gagnant de Denomme ne les ouvre en grand, définitivement. La dernière salve de près des Jokers n’y changera rien.

«Important»

«Cergy méritait la victoire mais nous avons été chercher la qualification, s’est réjoui Daniel Bourdages. C’est d’autant plus important pour nous de gagner en Coupe de France car nous ne sommes pas bien en championnat. Les gars là veulent cette coupe c’est un rêve pour eux.»
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 48426
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 I_icon_minitimeVen 23 Nov 2018 - 22:26

Ligue Magnus (18e journée) :

Strasbourg – Angers (4-3 T.A.B.)

Abnégation payante
L’Etoile Noire a su se sortir d’une situation compliquée dans laquelle elle s’était mise toute seule pour aller décrocher après tirs au but (4-3) une victoire pleine d’abnégation contre Angers.
Ce qui sépare un cador d’une équipe à la lutte pour grappiller les points à chaque sortie, c’est la capacité du premier à exploiter la moindre faille du second.
Hier soir, si Angers, troisième en débarquant à Strasbourg, méritait de mener à la fin du premier tiers-temps (14 tirs cadrés à 5 !), ce sont des cadeaux de l’Etoile Noire qui ont permis aux Ducs d’alimenter la feuille de marque.
Punis sur un premier revirement en zone neutre qui permet à Masson d’aller tromper Hiadlovsky d’un lancer du revers (0-1, 1e ), les joueurs de Daniel Bourdages vont ainsi gâcher l’égalisation rapide signée Chabert d’un lancer entre les jambières de Hardy (1-1, 3e ).
Deux ‘’boulettes’’ que ne va pas manquer d’exploiter Bouchard, le meilleur buteur de la Magnus. Un palet mal dégagé derrière la cage de Hiadlovsky par Deyl lui permet de finir le travail en ‘’renard du slot’’ (1-2, 12e ). Puis, c’est une relance de Morillon directement dans sa palette qu’il exploite pour nettoyer la lucarne droite du gardien de l’Etoile Noire (1-3, 17e ).
Un groupe qui ne baisse jamais la tête
Mais ce qu’on aime chez ce cru strasbourgeois 2018/2019, c’est qu’il ne baisse jamais la tête. Il a encore certaines imperfections, agace par ses sautes de concentration, mais on ne peut pas lui reprocher de manquer d’abnégation.
Un trait de caractère qui va lui permettre de revenir à une longueur des Ducs en début de deuxième période, sur une action initiée par Morillon et conclue par Sarlin, qui ouvre son compteur but en Magnus à la réception d’une passe de Chapuis (2-3, 22e ).
Et s’ils vont copieusement dominer ce tiers médian, les joueurs de Daniel Bourdages vont devoir attendre le début de la troisième période pour égaliser, Duras surprenant Hardy, un peu fautif du bouclier, sur un rush au premier poteau (3-3, 44e ).
« Je n’étais pas spécialement rassuré à la fin du premier tiers, mais quand on voit qu’on domine aux tirs en deuxième période (13 shoots cadrés à 2, NDLR) sans concéder de chances de marquer à l’adversaire, on peut regretter au final de ne pas avoir pris trois points, dira Daniel Bourdages. Mais je ne peux qu’apprécier l’état d’esprit de ce groupe. »
Après avoir manqué de prendre l’avantage – lancer non cadré de Havlicek dans le slot (47e ), une échappée de Burgert stoppée par Hardy (59e ) –, l’Etoile Noire va pouvoir dire merci à son gardien. Hiadlovsky éteint le dernier power play angevin (60e ) et prend l’ascendant sur les Ducs avant la séance de tirs au but. Furieux de se voir refuser l’arrêt sur celui de Bouchard, il bloque les deux derniers lancers sur sa cage. Hardy, lui, plie devant Duras et Havlicek.
Les erreurs de la première période sont oubliées… l’Etoile Noire fait tomber un cador de la Magnus à l’Iceberg, son abnégation ayant payé.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 48426
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 I_icon_minitimeMar 27 Nov 2018 - 22:17

Ligue Magnus (20e journée) :
Strasbourg – Chamonix (1-4)

Il manquait l’étincelle
Fin de série pour l’Étoile Noire hier soir à l’Iceberg où son troisième match en cinq jours était celui de trop face à une équipe de Chamonix plus en jambes pour avoir moins voyagé avant de venir s’imposer (1-4).
Daniel Bourdages craignait que la fatigue cumulée sur la route pour aller s’imposer à Anglet (1-3) dimanche, moins de quarante-huit heures après avoir arraché la victoire contre Angers (4-3, t.a.b.), pèse face à des Pionniers qui, eux, avaient joué dans le même temps deux fois à domicile.
Pris au jeu des Pionniers
Et pour ajouter de la difficulté à cette troisième rencontre en cinq jours, Ondrej Havlicek, grippé, a rejoint au dernier moment Miha Logar, blessé dimanche, dans les rangs des absents. Pas de quoi entamer la détermination des Strasbourgeois qui mettent Sabol rapidement à (forte) contribution.
Le gardien des Pionniers multiplie les parades – de loin sur un shoot de Prier (5e ), en deux temps de près devant Duras (5e et 8e ) ou de la botte sur un lancer de Denomme sur un power play strasbourgeois (6e ).
Mais, progressivement, on a senti que les Pionniers avaient un peu plus de jus dans les cannes. Pas de quoi écraser physiquement leurs adversaires, mais suffisamment pour avoir un temps d’avance sur le palet ou un peu plus de lucidité dans les décisions. Des petits riens qui, bout à bout, vont finir par peser.
Si Higby a buté en bout d’échappée sur Hiadlovsky sur un jeu de puissance que les Strasbourgeois n’arrivaient pas à poser (12e ) – l’absence de Havlicek va d’ailleurs se faire ressentir toute la soirée en supériorité numérique –, les Pionniers vont ouvrir le score sur un cafouillage qui profite à Lagarde au second poteau (0-1, 16’38).
Les Strasbourgeois ne pèchent pourtant pas dans l’intensité – jouer dans ce registre va même finalement leur être plus fatal qu’un jeu placé face à des Savoyards portés sur des offensives rapides, quitte à concéder des contres – et vont égaliser plus que logiquement dans ce match ouvert où les occasions se succèdent.
Idéalement lancé en zone neutre par Fujerik, Duras s’infiltre dans la défense de Chamonix, temporise entre les cercles avant de nettoyer la lucarne droite de Sabol (1-1, 33’29). Mais si la fulgurance laisse le gardien des Pionniers pantois, que dire de la réaction du public de l’Iceberg une dizaine de secondes plus tard.
Sur l’engagement qui suit, les joueurs de Daniel Bourdages ont encore la tête au but splendide de leur capitaine et laissent Hiadlovsky se dépêtrer sur un rush de Chamonix conclu au second poteau par Freeman dans une cage grande ouverte (1-2, 33’40).
Tout est à refaire et malheureusement le troisième tiers-temps va confirmer que les Strasbourgeois n’ont plus assez de carburant pour riposter aux offensives savoyardes ou organiser une opération “gilets jaune et noir” pour bloquer ces velléités.

La série de victoires s’arrête à trois

« Notre vitesse et notre rythme ont été déterminants, on a bien bougé le palet, reconnaîtra d’ailleurs Heikke Leime, le coach des Pionniers. Mais ils (les Strasbourgeois) ont su se créer des occasions parce qu’on n’a pas été suffisamment patient par moments. Heureusement, notre gardien a répondu présent. »
Deyl (poteau, 42e ), Gonçalves (parade réflexe dans le slot, 44e ) puis Duras, sur une déviation qui fuit de peu le cadre alors que Sabol semblait battu (45e ), ont pourtant le palet de l’égalisation. Dix secondes plus tard, Andersen est à la conclusion d’un nouveau rush (1-3, 44’38). Darrisso plombera une dernière fois l’ambiance (1-4, 53’02).
La série de victoires s’arrête à trois (Coupe de France comprise) pour une Étoile Noire vaillante mais à qui il manquait l’étincelle hier soir.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 48426
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 I_icon_minitimeVen 30 Nov 2018 - 22:25

Ligue Magnus (21e journée) :

Rouen – Strasbourg (7-3)

Cinq minutes de trop
Aux commandes à deux reprises, l’Étoile Noire a tenu à Rouen pendant 55 minutes hier soir. Sans doute en surrégime, les Strasbourgeois ont “explosé” dans les cinq dernières, le leader de la Magnus inscrivant quatre buts dans le money time.
Le choc des extrêmes entre les Strasbourgeois, derniers, et les Rouennais, leaders, a tourné en faveur des Dragons de Rouen. Lanterne rouge de Ligue Magnus, Strasbourg restait pourtant sur deux victoires à l’extérieur en championnat, à Bordeaux (0-2) puis à Anglet (1-3) et disputait comme Rouen son cinquième match en dix jours.
La première approche du but rouennais est la bonne pour les Strasbourgeois qui ouvrent le score en supériorité numérique (0-1, 2'12) par l’intermédiaire de Burgert. Les Dragons tentent de réagir mais manquent d’inspiration offensive tandis que l’Étoile Noire tient le choc.
Fujerik est tout proche de faire le break (11e ). En infériorité numérique pour la première fois de la partie Strasbourg tient puis Potvin vient jeter un second froid sur la patinoire de l’Île Lacroix (0-2, 15'22. Dans sa cage, Hiadlovsky est irréprochable, ce qui empêche les Normands de trouver la faille malgré plusieurs tentatives.
Les hommes de Daniel Bourdages ont réalisé une bonne première période et cet avantage de deux buts est loin d’être immérité tant les Alsaciens ont été appliqués et ont su exploiter les erreurs techniques de leurs adversaires, bien trop nombreuses hier soir.
Récupérer pour défier Amiens ce soir
Dès le retour des vestiaires, Rouen met une pression de tous les instants sur le but strasbourgeois mais Hiadlovsky est à la parade devant l’inépuisable Thinel (21e ). En supériorité numérique, les Dragons trouvent enfin le chemin des filets grâce à Lampérier (2-2, 27'46).
Les Rouennais mettent énormément d’intensité dans ce deuxième tiers-temps et reviennent logiquement au score sur un tir lointain d’Alex Aleardi (2-2, 32'19). Strasbourg est sonné mais reprend rapidement ses esprits. Contre le cours du jeu, Denomme remet l’Étoile Noire devant alors que les Dragons de Rouen étaient en infériorité numérique depuis trois secondes (2-3, 37'15).
Après cinq minutes dans le dernier tiers-temps, le Rouennais Loïc Lamperier égalise et s’offre par la même occasion, un doublé (3-3, 45'04). Sur la glace, les contacts se font de plus en plus rudes. L’Alsacien Sarlin est tout proche de faire basculer la rencontre une nouvelle fois mais bute sur le portier rouennais en un contre un (50e ).
Rouen pousse mais Hiadlovsky retarde l’échéance mais à seulement cinq minutes du terme, Thinel délivre les Rouennais (4-3, 55'04) avant que Caron mette fin aux espoirs strasbourgeois.
Strasbourg lâche puis encaisse deux buts en l’espace de quelques minutes pour finalement s’incliner 7-3. L’Étoile Noire aura tenu 55 minutes contre le leader rouennais et va devoir récupérer de ses efforts pour aller défier les Gothiques d’Amiens ce samedi soir en match avancé de la 22e journée.
Amiens-Strasbourg: coup d’envoi à 20h au Coliséum. Arbitre: M. Hauchart, assisté de MM. Douchy et Yssembourg.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 48426
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 I_icon_minitimeDim 2 Déc 2018 - 21:50

Ligue Magnus (22e journée) :
après Amiens – Strasbourg (3-0) «

Aller de l’avant »
Revenue bredouille de son “back to back” Rouen-Amiens, vendredi et samedi, l’Étoile Noire va basculer demain contre Gap dans la seconde moitié du championnat. Derniers, les Strasbourgeois ont 22 matches pour remonter la pente.
L’Étoile Noire bouclait son premier cycle de matches aller-retour en jouant vendredi à Rouen puis samedi à Amiens avec ses rencontres des 21e et 22e journées de saison régulière.
Un “back to back” encore assez inhabituel pour la bande à Daniel Bourdages à ce niveau-là. « Ce n’est pas la première fois que je joue deux soirs de rang mais là, c’était quand même un rythme assez intense parce qu’on jouait contre deux équipes du Top -3 », souligne Colin Morillon, le défenseur formé au club.
Pas de points bonus pour avoir résisté
Privé à Rouen de trois joueurs – Miha Logar (blessé), Ondrej Havlicek et David Fritz-Dreyssé (malades) – puis (en plus) à Amiens de sa triplette d’internationaux U20 (Aurélien Chausserie-Laprée, Samuel Rousseau et Hugo Sarlin ont rejoint l’équipe de France pour préparer les Mondiaux allemands de D1A, du 9 au 15 décembre), les Strasbourgeois ont globalement bien résisté mais ont payé cher chaque baisse de régime.
Ils repartent avec deux défaites sèches sur le papier (7-3 à Rouen, 3-0 à Amiens) qui ne disent pas que jusqu’à la 55e minute il y avait 3-3 en Normandie ou qu’en Picardie ils ont bouclé les deux premières périodes sur le score de 0-0.
« À Rouen, ça se joue sur les cinq dernières minutes. Ils (les Dragons) ont mis une pression énorme dans le troisième tiers-temps, on n’avait plus du tout l’impression de jouer contre la même équipe, glisse Colin Morillon. À Amiens, on craque sur les deux premières minutes de la troisième période en encaissant deux buts (les Gothiques ont inscrit leur 3e  but en cage vide, NDLR). Il nous a manqué de l’intensité à ces moments-là. »
Il n’existe malheureusement pas de points bonus pour avoir résisté pendant un peu plus 1h50' chez le leader et chez le troisième. L’Étoile Noire rentre donc bredouille, ce qui arrange d’autant moins ses affaires que Mulhouse a pris trois points contre Anglet hier soir (lire ci-dessous).
« On a globalement mieux joué à Rouen et à Amiens que contre Angers contre qui a pourtant pris des points. Maintenant, il faut qu’on aille de l’avant et ces deux matches-là doivent nous servir, avance Colin Morillon. À la moitié du championnat, il y a du mieux par rapport à la saison dernière, mais on est toujours derniers. À nous de changer cela et d’aller chercher le maximum de points sur cette deuxième phase. »
Une collecte qui doit commencer dès demain soir pour le début de la seconde phase de matches aller-retour. Ça sera face à Gap, que l’Étoile Noire a reçu le 13 novembre et contre qui il avait manqué… deux minutes pour cueillir la victoire.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 48426
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 I_icon_minitimeMar 4 Déc 2018 - 22:10

Ligue Magnus (23e journée) :
Strasbourg – Gap (4-2)
Le frein, ça sert !
L’Etoile Noire s’est imposée hier soir à l’Iceberg contre les Rapaces de Gap (4-2) pour avoir, cette fois, eu le mérite de savoir mettre le frein à main avant que la partie ne s’emballe de trop.
Les deux formations s’étaient quittées trois semaines plus tôt sur un match palpitant, avec un scénario pour le moins renversant, les Gapençais reprenant définitivement, dans le money time, un avantage perdu en début de troisième période. Au final cela avait donné un score fleuve (5-6).
Une base sur laquelle ont semblé vouloir s’entendre les protagonistes pour leurs retrouvailles à l’Iceberg, hier soir, pour le compte de la 23e journée de Ligue Magnus, première rencontre de la seconde phase de matches aller-retour.
2-2 à la fin de la première période, cela vous va messieurs dames ? Alors c’est parti ! Un lancer contré dans le trafic qui revient sur Denomme, et d’un (1-0, 3’20). Un petit palet dévié dans le trafic qui touche le casque de Hiadlovsky… et de deux (1-1, 6’45).

Ils ont su mettre le couvercle

Il en faut davantage ? Pas de problème… Une relance de Zadrazil sur Biezais (1-2, 8’03). Et avec ça ? Un petit but en power play , avec un lancer de Havlicek dévié dans le slot pour lober le gardien (2-2, 13’29).
À ce rythme-là, cette deuxième visite gapençaise à l’Iceberg aurait pu finir une nouvelle fois en grand n’importe quoi. Mais si les Gapençais ont plus contrôlé le palet sans toutefois le maîtriser totalement, les joueurs de Daniel Bourdages ont cette fois donné une autre tournure à cette histoire.
« On partait sur une copie conforme, un copié-collé du dernier match sauf qu’ils ont été moins efficaces que la dernière fois. Sans doute aussi parce qu’on les en a empêchés », pouvait ce mardi sourire Daniel Bourdages.
Quand ils n’avaient pas su, il y a trois semaines, conserver dans les deux dernières minutes un avantage reconquis quelque trois minutes plus tôt, les Strasbourgeois ont cette fois su mettre le couvercle sur la partie après avoir viré en tête juste après la mi-match.
Sur un power play , Denomme a su masquer son lancer juste comme il fallait pour tromper Cooke (3-2, 32’17). Ce dernier a perdu ses nerfs après un rush sur sa cage de “Bolide” Gonçalves – séché par deux défenseurs, il aurait mérité d’obtenir un tir de pénalité… et par ricochet à Cooke de faire n’importe quoi (37’22) – et envoyé Darier au casse-pipe.
Il ne peut même pas intervenir sur le premier lancer qu’il concède, Morillon nettoyant sa lucarne droite (4-2, 38’18). Il reste alors du temps, en supériorité numérique – d’abord sur la pénalité majeure de Cooke puis à cinq contre trois pendant 56 secondes (41’36) – aux Strasbourgeois pour se mettre définitivement à l’abri.
Ils n’aggraveront pas le score, mais, cette fois, ils ne se feront pas rejoindre. Luciano Basile sortira tôt son back-up (56’29), mais la cage vide ne verra pas plus de palet rentrer dans ses filets que celle d’un Hiadlovsky sauvé par son poteau (58’15) puis bien aidé par ses coéquipiers pour guider l’Étoile Noire vers sa sixième victoire en championnat.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 48426
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 I_icon_minitimeJeu 6 Déc 2018 - 22:55

- Ligue Magnus :
Lyon – Strasbourg (4-3 a.p.)

Vraiment pas vernis !
Jamais menés, repris sur un but contre leur camp (3-3, 51’50), les Strasbourgeois se sont inclinés hier soir à Lyon en infériorité numérique pendant la prolongation. Ils se contentent du point pris.
Les Strasbourgeois avaient l’occasion de délaisser, au moins pour 24 heures, la dernière place qu’ils occupent depuis la 7e journée. Une défaite en prolongation suffisait mais c’est une victoire que la bande à Daniel Bourdages venait chercher à Charlemagne.
Bien en place pour “tuer” la première pénalité du match (1’23), les Strasbourgeois poussent ensuite les Lions à la faute. Mais le power play alsacien manque d’efficacité en ce début de match, que ce soit à cinq contre quatre (3’27) ou cinq contre trois pendant près d’1’40’’ (7’03).
Les deux supériorités numériques suivantes seront bien plus fructueuses pour les Strasbourgeoises. En toute fin de la pénalité écopée par Mickevics (15’05), Prier lance de la bleue pour Potvin qui dévie dans le slot … Imparable (0-1, 17’00).
Dès le retour des vestiaires, l’Étoile Noire enfonce le clou sur un nouveau power play (21’24) : de sa zone, Prier lit bien l’appel de Chabert, qui s’échappe à la ligne bleue offensive pour partir tromper Stojanovic (0-2, 22’55).
Un break qui a le don de réveiller les Lions. L’Étoile Noire est sanctionnée (26’50) et punie en toute fin d’infériorité sur une déviation dans le slot de Di Dio Balsamo (1-2, 28’49).
Les Strasbourgeois reculent après cette réduction du score et c’est un but de filou d’Andres, qui en “grattant” un rebond shoote dans le patin de Hiadlovsky, resté au sol, qui lisse la marque (2-2, 36’38).

Doublé de Chabert

Un retour effacé dans la foulée par des Strasbourgeois opportunistes : Morillon profite d’une perte de palet de Correia à la ligne bleue de l’Étoile Noire pour servir Chabert au bout du contre expéditif (2-3, 37’24).
Les Strasbourgeois ne profitent pas de deux pénalités (43’29, 47’38) pour se mettre à l’abri. Les Lyonnais pressent alors pour revenir à hauteur. Dans la précipitation devant son but, Havlicek tape avec son patin dans le palet en voulant se dégager… Hiadlovsky est battu (3-3, 51’50).
Une égalisation plus qu’heureuse qui entraîne les deux formations en prolongation. Celle-ci va tourner à l’avantage des Lions, rapidement en supériorité numérique (60’42). Dinda ne laisse pas passer l’occasion (4-3, 62’44).
L’Étoile Noire n’est, provisoirement plus dernière. Mais elle méritait mieux hier soir.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 48426
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 I_icon_minitimeMar 18 Déc 2018 - 22:18

Coupe de France (quart de finale) :

Dunkerque - Strasbourg (3-5)

Bercy, les voilà !
Les Alsaciens se sont ménagés sans trop de difficultés une porte vers le final four de Bercy, hier, à Dunkerque. Là où Rouen et Mulhouse, deux autres formations de Magnus avaient baissé pavillon, Strasbourg ne s’est pas fait surprendre.
Les joueurs de Daniel Bourdages, en difficulté en championnat, auront donc un bel événement à vivre, mi-février, dans les lumières de Bercy.
Comme au premier tiers, les Alsaciens finissaient fort
La première minute n’était pourtant pas une invitation à l’optimisme. Le portier alsacien commettait une erreur sur un lancer d’Igor Halas. On jouait depuis 49 secondes. Mais Strasbourg allait revenir et surtout réaliser une dernière minute fructueuse. Après le but de Brendan Martial, sur une déviation, Morillon égalisait avant que le très bon Havlicek ne mette un coup sur les têtes des joueurs de D1.
Dans une patinoire bondée, les Dunkerquois, crispés, tenaient le choc dans la deuxième période. Ils avaient même quelques superbes opportunités pour égaliser, mais Clément Thomas et Vit Budinsky ne trouvaient pas la faille.
Strasbourg finissait par retrouver du réalisme. Comme au premier tiers, les Alsaciens finissaient fort. Miha Logar, puis Danny Potvin balisaient la route vers Bercy (2-5, 39’33).
Le HGD disposait d’un dernier atout à abattre après l’exclusion de Radek Deyl sur une charge à la tête. Mais sur ces cinq minutes en supériorité numérique, et même deux en double supériorité, Dunkerque ne trouvait pas le chemin des filets d’un Tomas Hiadlovsky intraitable. Le portier alsacien se révélait précieux.

Strasbourg s’offre un joli rendez-vous en février

La réduction du score de Loïc Destoop, sur un rebond, ne changeait rien à l’affaire.
Les joueurs de Daniel Bourdages se ruaient sur leur gardien au buzzer final. Symbole d’une satisfaction, plus que d’un soulagement. Strasbourg s’offre un joli rendez-vous, en février.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 48426
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 I_icon_minitimeVen 21 Déc 2018 - 22:26

Ligue Magnus :
Strasbourg – Bordeaux (5-3)

La belle semaine !
L’Étoile Noire a confirmé son embellie hier en s’imposant contre Bordeaux (5-3). Les Strasbourgeois chipent, au moins jusqu’à ce soir, la 10e  place à Mulhouse.
Du cœur dès les premières présences sur la glace – quelques minutes après la vibrante minute d’applaudissements qui a résonné dans les travées de l’Iceberg en hommage aux victimes de l’attaque du 11 décembre –, une envie de ne rien lâcher, d’opposer la solidarité aux talents qui ne manquent pas dans les rangs des Boxers : il ne faut pas beaucoup plus de mots finalement pour résumer ce Strasbourg-Bordeaux.
Il en faut plus, par contre, pour parvenir à raconter comment il s’est conclu sur ce score de 5-3 en faveur des Strasbourgeois. Dans le rythme donc dès les premières rotations, comme survitanimés par leur qualification pour le Final Four parisien de la Coupe de France, les joueurs de Daniel Bourdages ont poussé les Bordelais à la faute, dépassés par l’euphorie (1’46).
Les joueurs de Philippe Bozon pensent avoir “tué” la pénalité, ils ne surveillent plus Havlicek qui fond sur la cage de Fouquerel. Le gardien des Boxers repousse dans l’urgence, Duras a suivi et conclut le tout d’une jolie touche technique… deux secondes après la fin de la pénalité (1-0, 3’48).
« Le travail commence à payer »
Mais le relâchement post qualification que l’on craignait va pointer le bout de son nez. Comme un boomerang, il vient taper de plein fouet celui des Strasbourgeois. Sur un engagement anodin, le palet revient sur Terrier, étrangement seul au second poteau (1-1, 4’33). Puis un lancer assez quelconque de Gallet tape la crosse de Hiadlovsky qui se lobe en voulant se dégager (1-2, 6’08). L’Iceberg est groggy !
« Même si on a subi par moments à cinq contre cinq, on encaisse des buts casquettes. Il va falloir revoir ça et le corriger », pointera Daniel Bourdages. Ça sera finalement son seul reproche. « Pour le reste, on sent que le travail commence vraiment à payer. On a marqué presque les cinq buts en power play, on a très bien joué en infériorité, Tomas (Hiadlovsky) a sorti les arrêts qu’il fallait », lâchait-il.
Le reste, c’est cette égalisation en toute fin de première période, alors que Bordeaux pensait avoir écarté le danger en infériorité numérique (17’27). Toujours bien campé en zone offensive, Fujerik trouve Potvin au second poteau dans une défense pas encore replacée (2-2, 19’37).
Après avoir presque marqué en power play , l’Étoile Noire le fait sur une double supériorité numérique conclue par Havlicek (3-2, 30’21). Les Boxers profitent d’un nouveau cadeau défensif pour revenir à niveau (3-3, 40’58), butent sur le penalty killing strasbourgeois (43’52, 46’59) avant que Glass, l’ex-NHLer expédie son équipe au casse-pipe en se faisant expulser à cinq minutes du buzzer (55’02) .
Une pénalité majeure qu’exploitent à merveille Chabert dans le slot (4-3, 55’21) puis Burgert en déviant un lancer de Logar (5-3, 56’20). L’Iceberg peut exulter, ses protégés ont fait déborder la hotte de Noël cette semaine !
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 48426
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 I_icon_minitimeMer 26 Déc 2018 - 21:22

Ligue Magnus (25e journée) :
Amiens – Strasbourg (5-1)

Pas assez dangereux
Chez son futur adversaire en demi-finale de la Coupe de France mi-février, l’Étoile Noire n’a pas su inquiéter les Gothiques hier à Amiens et s’incline 5-1. Les Strasbourgeois devront vite évacuer cet échec.
Un avant-goût de la demi-finale de Coupe de France ? S’il reste une quinzaine de matches de championnats, dont un Strasbourg – Amiens le 12 février, quatre jours avant le rendez-vous parisien, la réception des Strasbourgeois hier pouvait avoir des airs de prise de contact.
Dans cette optique, les Amiénois en sont sortis vainqueurs, tant au tableau d’affichage que dans le jeu proposé. D’entrée, les Gothiques prenaient l’ascendant et le concrétisaient par leur quatrième ligne, à vocation pourtant défensive, Suire ouvrant le score très vite (1-0, 3'49). Amiens tenait bon sur sa première infériorité (10’00), Zion ne se montrant pas assez habile devant la cage de Buysse, tout comme les Alsaciens l’avaient fait avec un homme de moins un peu plus tôt (7’46).
Finalement, c’est Giroux, au rebond d’un lancer de Romand et à cinq contre cinq, qui faisait le break (2-0, 14'51).
Les Gothiques étaient doublement punis en fin de tiers-temps (19’37). Les Strasbourgeois en profitaient pour réduire l’écart juste après la pause grâce à Prier qui logeait le palet sous la barre en profitant d’un espace dégagé (2-1, 20'34).
Dans le jeu, et au nombre de tirs cadrés, l’écart ne se réduisait en revanche pas. C’est donc de manière méritée que les Gothiques reprenaient une marge plus grande, de nouveau via sa quatrième ligne avec cette fois Plouffe à la conclusion du travail de Da Costa (3-1, 29'47).
Les Amiénois tenaient le bon bout et, s’ils ne marquaient plus dans ce tiers médian, ils prenaient le large dans le troisième. Romand trouvait la récompense de son bon match en transformant une passe de Smach (4-1, 44'58) avant que, lors d’une période un peu plus “agitée”, West ne prenne un rebond de Bault sur un contre en infériorité numérique (48’32). 5-1 et peine plus de dix minutes à jouer, la ola lancée par les supporters des Gothiques pouvait commencer à faire le tour du Coliseum.
« Après soixante minutes, ce score est logique »
Les Strasbourgeois, chambrés avec une élégance très relative par le speaker amiénois, ne se montraient presque pas dangereux à cinq contre cinq. Ce n’est que sur une infériorité picarde (55’59) que Buysse et sa défense étaient vraiment sollicités en fin de match. Sans réussite toute fois pour des Alsaciens dont l’entraîneur regrettait un manque d’opportunisme.
« Ça aurait peut-être changé la donne mais après soixante minutes, ce score est logique, notait Daniel Bourdages. Amiens joue toujours de façon très structurée. À partir du moment où on ne se montre pas très rigoureux, ça leur laisse des ouvertures. On pense forcément déjà un peu à la Coupe mais on rejouera Amiens quatre jours avant la demi-finale et ce sera autrement plus important. »
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 48426
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 I_icon_minitimeJeu 3 Jan 2019 - 9:51

 Ligue Magnus (29e journée) :
Angers – Strasbourg (3-6)
Voilà qui est mieux !

Après avoir mal fini l’année 2018 en perdant chez elle contre Anglet, l’Étoile Noire a frappé un grand coup pour son premier match en 2019 en allant s’imposer (3-6) ce mercredi soir sur la glace d’Angers, pourtant solidement ancrés dans le Top-4.

S’ils ne sont pas forcément de grands voyageurs cette saison, les Strasbourgeois ont tout de même un capital confiance contre Angers, acquis fin novembre (victoire 4-3 aux tirs aux buts à l’Iceberg). Ayant tout à gagner, rien à perdre, ils ont parfaitement exploité l’indigence de leurs hôtes, qui ont livré l’une de leur plus mauvaise copie à domicile.
Sans doute galvanisés par la mise au repos de “Flo” Hardy, suppléé par son second Isaac Charpentier, ils attaquent d’emblée le but local. Bien leur en prend car les Ducs tardent à rentrer dans leur match. Par deux fois, la défense ne glisse pas pour fermer le second poteau et est punie logiquement : Fujerik ouvre la marque en supériorité (2’12), suivi peu après par Duras (0-2, 6’43).
Daniel Bourdages et ses hommes ne pouvaient rêver meilleure entame, d’autant que comme aux mauvais jours, la réussite fuit leurs hôtes, qui touchent les montants à deux reprises. Les Ducs limitent toutefois la casse grâce à Lacroix, sur un revirement à deux contre un (2-1, 12’42). Mais on peut vraiment s’interroger si le palet n’était pas rentré une troisième fois, peut-être sorti par la gourde du portier local, à l’insu des arbitres !
“Tueurs” en power play
De quoi s’attendre à une seconde période plus disputée… Que nenni ! Les Ducs passent complètement à côté de leur match, à l’image de leur gardien dépassé. Et les Strasbourgeois ne se posent pas de questions, eux. Fait rarissime, ils réalisent un 100  % en supériorité numérique, inscrivant deux nouveaux buts avant la mi-match (1-3, 22’19 ; 1-4, 29’11) ! C’en est trop, Brennan Sonne doit rappeler son jeune gardien. Reste à voir si le handicap de trois longueurs n’est pas trop lourd, même avec “Flo” Hardy devant les filets. Contre toute attente, l’Étoile noire croit sérieusement en la sienne désormais et maintient cet avantage jusqu’à la dernière pause.
Vu le jeu angevin produit, difficile de craindre une remontada en vingt minutes. Il suffit de gérer l’avantage acquis sans céder sous pression. Surtout que Deyl en remet une couche en mystifiant de près Hardy, d’un revers pourtant dans un angle très fermé (1-5, 42’45). Et toujours pas de révolte angevine à l’horizon.
Il faut un peu d’intox du gardien Angevin et une double supériorité numérique pour enflammer enfin un Haras léthargique, Carter puis Guertin réduisant coup sur coup la marque en 38 secondes (3-5, 47e ). Le suspense perdure bien encore un peu avec une dernière prison alsacienne et un jeu à 6 contre 4. Mais l’Étoile Noire résiste jusqu’à ce que Potvin la libère en marquant en cage vide.
Une victoire qui va donner un bon coup de boost avant d’enchaîner dès ce vendredi à l’Iceberg avec le très gros morceau rouennais en plat de résistance.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 48426
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 I_icon_minitimeVen 4 Jan 2019 - 21:17

Ligue Magnus (30e journée) :
Strasbourg – Rouen (2-8)

Une soirée bien sombre
Après avoir résisté une demi-heure, l’Étoile Noire a plié dans la foulée, perdu son gardien N.1 dans un match devenu dès lors fade et trop facile pour le leader (2-8).
Pour espérer battre Rouen, il faut quand même associer un sacré nombre d’ingrédients. Il faut de la réussite bien sûr, mais ce n’est sans doute qu’une larme dans la recette finale. Il faut surtout beaucoup d’envie, une grande vigilance défensive et de l’audace.
Les Strasbourgeois, hier soir, ont su mixer tout cela dans leur entame de match. Il a fallu attendre une petite dizaine de minutes pour que ça paie, mais la récompense est finalement venue. Solides dans leur zone – Hiadlovsky repoussant d’autant plus sereinement le danger devant Aleardi (6e ) –, les joueurs de Daniel Bourdages se sont d’abord heurtés à un Pintaric des grands soirs.
Le gardien des “Dragons” s’est ainsi mis en évidence du bout de la botte devant Zion (4e ) et surtout à cette détente hors norme pour bloquer une reprise de Chapuis au rebond d’un lancer puissant de Burgert (9e ), avant que l’Étoile Noire introduise le soupçon de réussite pour pimenter sa recette.
En toute fin de power play , Prier envoie un “missile” qui rase la cage de Pintaric, tape contre la balustrade avant de revenir façon boomerang rebondir sur le dos du gardien rouennais pas verni sur le coup (1-0, 10’30).
De l’espoir à la tuile
Voilà donc ce qu’il faut mettre sur la glace pour prendre les commandes. Pour les garder, il faut alors limiter les erreurs face à des champions de France en titre qui se goinfrent du premier relâchement : un poil trop gourmand en sortie de zone, Denomme se fait contrer après avoir franchi la ligne bleue par Deschamps qui lance Aleardi conclure de près le revirement (1-1, 16’45). Clinique !
Les Rouennais, n’ayant visiblement pas envie de laisser trop d’espoir à l’Étoile Noire, accélèrent au retour des vestiaires et sont récompensés de leur temps fort quand Bedin parvient à reprendre dans le slot un rebond après un lancer de l’intenable Aleardi (1-2, 29’24).
Mais comme il en faut plus pour intimider des Strasbourgeois qui se rebiffent et égalisent peu après par Chapuis, à l’affût au rebond d’un lancer dans le trafic de Morillon (2-2, 33’20), les “Dragons” sifflent la fin de la récréation.
Lampérier est à la conclusion d’un centre de Thinel sur une nouvelle montée en puissance (2-3, 34’56) trente secondes avant un nouveau rush initié par Aleardi et conclu par Bedin dans une cage grande ouverte alors que Tomas Hiadlovsky se tord de douleur sur la glace, le genou gauche ayant vrillé sur l’action (2-4, 35’26).
« J’espère que ce n’est pas trop grave. Tomas va passer des examens plus approfondis et on devrait savoir rapidement, lâchait Daniel Bourdages en croisant certainement très fort les doigts. Jusque-là, on faisait plutôt un bon match. Malheureusement, on a vu que la moindre erreur se paye cash contre cette équipe. »
De l’espoir à la tuile, le goût n’y est plus. À peine entré en jeu, Vazzaz subit un lancer d’Aleardi, esseulé en entrée de cercle (2-5, 35’55).
Lampérier (49e ), Carminati (52e ) puis Miklik (55e ) vont saler l’addition. Plutôt que de laisser ce match se finir en roue libre, le corps arbitral va préférer se signaler par sa grande psychologie en donnant une pénalité de match à Daniel Bourdages plutôt que sanctionner un jet de crosse rouennais (57’06).
« À 2-7, 2-8 ou 0-0, qu’est-ce que ça change ? Un jet de crosse reste un jet de crosse et une pénalité contre le joueur qui le fait… Mais c’est moi qui prends une sanction parce que j’ose demander pourquoi, ce que n’importe quel autre coach aurait fait à ma place », pestait logiquement celui de Strasbourg qui, dans cette soirée bien sombre, n’allait pas voir comme un bonus ces dernières pénalités proprement “tuées”.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 48426
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 I_icon_minitimeMar 8 Jan 2019 - 21:33

Ligue Magnus (32e journée) :

Strasbourg – Grenoble (0-9)

L’écart était trop grand
L’Étoile Noire a baissé progressivement pavillon hier soir contre des Brûleurs de loups qui n’avaient pas décidé de lui laisser espérer une issue positive. Un lourd revers (0-9) a évacué au plus vite avant le double derby contre Mulhouse.
Toujours privés de leur gardien titulaire Tomas Hiadlovsky – blessé (bas du corps) vendredi contre Rouen –, les Strasbourgeois avaient pour mission de ne pas exposer le jeune back-up Adrien Vazzaz au feu des Brûleurs de loups, notamment en power play où ces derniers trouvent le chemin des filets près d’une fois sur trois (31,34 % d’efficacité avant ce match).
Les joueurs de Daniel Bourdages – qui attend de connaître l’étendue de sa suspension – vont “tuer” parfaitement leur première pénalité (2’05), constater que les hommes d’Edo Terglav ne sont pas également les meilleurs pour rien en Magnus sur leur première supériorité numérique (6’17). Une pénalité “tuée” de chaque côté… palet au centre.

Mais les Grenoblois ne vont pas laisser passer leur chance de prendre les commandes dès leur deuxième supériorité (9’34) : trouvé en entrée de cercle par Bisaillon, Leclerc repique au centre et ajuste un lancer puissant au ras du poteau gauche de Vazzaz (0-1, 10’47).
Le gardien de l’Étoile Noire tient bon ensuite sur une tentative au premier poteau de Champagne (12e ) puis sur une échappée de Leclerc (14e ). Mais dans la foulée, il ne peut rien faire sur un missile de ce dernier dans le trafic (0-2, 13’24).
« Petit découragement »
Deux fois en power play après cela (13’44, 21’57), l’Étoile Noire ne trouve pas la clé pour mettre le danger sur la cage de Horak.
Bien en place en ce début de deuxième période, la formation strasbourgeoise manque même le coche sur une échappée de Fritz-Dreyssé en infériorité (30e ) avant de plier deux fois en une minute avec un brin de réussite.
Magovac de près (0-3, 31’00) puis Kearney crédité du but sur un cafouillage (0-4, 31’51) assomment l’Iceberg. L’attaquant américain trompe ensuite Vazzaz d’un geste technique dont il a le secret (0-5, 37’04). Les Strasbourgeois, eux, gâchent leurs peu d’occasions : Morillon ne cadre pas en bout d’échappée (35e ), Logar oui, mais Horak est à la parade (38e ).
L’issue de ce match ne fait dès lors plus de doute mais les Grenoblois ne vont pas vouloir se contenter de ce score-là. « On a quelques occasions qui ne tournent pas en notre faveur. Eux ne se ratent pas et à force il y a un petit découragement qui s’installe. C’est dur ensuite de finir sur un gros score », retiendra ainsi Daniel Bourdages.
En toute fin d’une double supériorité numérique pleine, Bisaillon va trouver le chemin des filets de Vazzaz d’un lancer surpuissant de la ligne bleue (0-6, 41’47).
Deux power play stériles plus loin (43’46, 49’48), l’Étoile Noire est toujours fanny. Tartari, à deux reprises (48e , 58e ), puis Da Costa sur un dernier power play (60e ) corsent l’addition. Dur pour le jeune Vazzaz qui n’a rien de particulier à se reprocher sur ce match.
« Je ne veux pas qu’on croit que c’est parce qu’il était au but alors qu’il a été bon », souligne Daniel Bourdages alors que le back-up a dû essuyer 44 lancers cadrés.
L’avenir de l’Étoile Noire ne se jouait pas sur ce match mais il faudra rapidement évacuer la lourdeur du score avant la double confrontation cruciale contre les “Scorpions” (à Mulhouse samedi puis à l’Iceberg le mardi 15 janvier). « On a quatre jours et deux belles séances d’entraînement pour le faire », promet Daniel Bourdages.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 48426
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 I_icon_minitimeSam 12 Jan 2019 - 21:22

Ligue Magnus (33e journée) :

Mulhouse – Strasbourg (2-3 a.p.)

Le bon coup!
Dominé dans le jeu par Mulhouse, Strasbourg a fait le dos rond pour arracher la prolongation et s’imposer 3-2, hier à l’Illberg. L’Etoile Noire repousse la lanterne rouge à cinq longueurs.
C’était le derby de la peur entre deux équipes en grand mal de points. Mulhouse, dernier de la Ligue Magnus, un peu plus que Strasbourg (11e avec quatre points de plus) d’ailleurs. Mais ça, c’était avant le match d’hier.
Une rencontre remportée par l’Etoile Noire et qui lui permet de porter son avance à désormais cinq unités sur des Scorpions qui pourront regretter leurs trop nombreux ratés. « On doit tirer 50 fois au but (Ndlr : 47 pour être exact) et on n’en met que deux au fond, pestait le capitaine Kévin Hecquefeuille. C’est trop peu pour espérer s’imposer. »
Le réalisme strasbourgeois
Un peu plus loin, Daniel Bourdages n’était pas forcément de cet avis. Les deux buts de son équipe – sur 25 tentatives - dans le temps réglementaire lui convenaient totalement. « On ne va pas faire la fine bouche, souriait l’entraîneur strasbourgeois. Ce sont deux points très importants. » Qui offrent un petit matelas aux Strasbourgeois sur la lanterne rouge avant la revanche mardi à l’Iceberg.
Les Scorpions méritaient sans doute mieux, c’est vrai. Mais cela leur fait une belle jambe. Ils doivent d’ailleurs encore se demander comment ils n’ont pas ouvert le score durant les dix premières minutes. Arrivé jeudi soir pour pallier l’absence de Hiadlovsky, Sidor en était déjà quitte pour une demi-douzaine d’arrêts. Le réalisme n’est décidément pas une spécialité mulhousienne cette saison…
Strasbourg n’avait visiblement pas ce problème hier. Acculée en défense jusque-là, l’Etoile Noire profite de son premier temps fort (en supériorité), et d’un amour de passe de Duras pour Potvin, pour prendre les devants (0-1, 11’33).
Sonnés quelques instants, les Scorpions repartent de plus belle, gâchent encore quelques munitions avant de taper - enfin - dans le mille. Dans la dernière minute du premier acte, Sidor relâche un lourd shoot de Hecquefeuille et Vigners pousse le palet au fond : 1-1 (19’03). Le derby lancé pour de bon, les deux équipes repartent au charbon. Une longue possession mulhousienne permet à Sidor de se réchauffer la mitaine (26e ) et de renvoyer Vigners et Jurik à leur frustration (27e ).
Mais le gardien strasbourgeois ne peut pas supporter à lui seul la pression qui s’intensifie au fil des minutes. D’autant plus que Beyl rejoint la prison à la mi-match. Une aubaine pour Raux qui récupère un lancer repoussé de Genest pour donner l’avantage aux Scorpions (2-1, 31’53). Ce n’est pas volé. «Oui, mais on les a toujours laissés à notre portée », analysait Hecquefeuille.
Ce troisième but qui aurait sans doute permis à Mulhouse de mettre un bon coup sur les casques strasbourgeois n’arrivera jamais. Ce n’est pas faute d’avoir essayé et Trudeau a souvent fait briller Sidor auteur d’un arrêt réflexe monumental devant l’attaquant de poche canadien (45e ). De quoi remettre l’Etoile Noire sur le droit chemin.
« Plus le match avançait, plus on prenait la mesure de Mulhouse », poursuit Bourdages. Un premier essai de Prier arrêté de… la clavicule par Surek (le gardien mulhousien mettra de longues minutes à se relever) n’était qu’un avertissement. Sur un nouveau power-play, Potvin signe son doublé (2-2, 49’50).
Tout est à refaire. Les Scorpions poussent, s’exposent à des contres que Chapuis ne transforme pas (55e et 58e ), se créent des occasions énormes que Jurik (57e ) et Trudeau (60e ) ne convertissent pas. Et, comme souvent après une longue période de domination stérile, ils se font punir – en prolongation – par Logar qui prend le soin de nettoyer la lucarne de Surek (62e ). Mardi sur sa patinoire, l’Etoile Noire entend bien augmenter son avance sur le dernier.
dn
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 48426
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 I_icon_minitimeMar 15 Jan 2019 - 22:07

Ligue Magnus (34e journée) :

Strasbourg – Mulhouse (3-7)

Les dés sont relancés
L’Etoile Noire est passée à côté de son match hier soir contre des Scorpions de Mulhouse qui ont rappelé aux Strasbourgeois que rien n’est joué pour le maintien.

Victorieux samedi en prolongation à l’Illberg (2-3), les Strasbourgeois se sont certainement fourvoyés hier soir en pensant que la partie allait être plus facile avec Landry Macrez dans le but mulhousien pour remplacer un Martin Surek touché à la clavicule gauche.
C’était oublié que pour sa première sous le maillot de l’Étoile Noire Dusan Sidor avait réalisé des prouesses pour les maintenir à flot. C’était surtout oublier que la marge de manœuvre sur les Scorpions est infime et ne permet aucun relâchement. La preuve ? La première supériorité numérique conclue par Bahensky d’un shoot dans la gauche de Sidor (0-1, 3’10).
Dépassés ensuite par l’envie mulhousienne, les Strasbourgeois vont subir le jeu pendant toute la première période. Impeccable devant Vigners (8e , 13e ), Lorcher (8e ) ou encore Bahensky (9e ), Sidor ne peut pas tout arrêter (16 parades durant le premier tiers-temps ! et Trudeau, au rebond d’un lancer de Bahensky, le rappelle sur une nouvelle supériorité numérique (0-2, 17’34).
« Dans le jeu, c’était le remake du match de samedi, sauf que cette fois on a marqué. Leur gardien a peut-être été moins présent, mais quand tu mets tes occasions au fond, d’un coup d’un seul tout se passe mieux », résumera en fin de match Hugues Cruchandeau, le défenseur des Scorpions né et formé à Strasbourg.
Piqués au vif, les joueurs de Daniel Bourdages réagissent enfin. Après un rush de Chabert, déséquilibré en shootant, Havlicek surgit sur la pénalité différée et glisse le palet sous la transversale de Macrez (1-2, 18’22).

Désastreux deuxième tiers

On croit les Strasbourgeois enfin lancés dans leur match. Mais après avoir mal négocié une première supériorité numérique (18’57), ils vont réussir à faire pire sur la suivante, un deux minutes plus deux minutes pour une faute de Jurik sur Havlicek en zone neutre (21’42). L’Etoile Noire balbutie son power play , les Scorpions en profitent pour initier un contre (à trois contre un !) conclu par Hecquefeuille (1-3, 23’37).
Méconnaissables, sans idées en double supériorité numérique (25’03), les Strasbourgeois vont sombrer dans ce deuxième tiers-temps. Sur un mauvais changement de ligne, Vigners en profite pour rafraîchir un peu plus l’Iceberg en bout d’échappée (1-4, 32’31) avant que Trudeau corse une addition déjà bien salée sur un nouveau power play (1-5, 35’13).
« C’est la troisième fois qu’on passe à côté dans un gros match à domicile et qu’on laisse filer des points. On ne peut pas à ce point manquer d’intensité et de contrôle dans le jeu. Comme s’il n’y avait pas de bons joueurs en face !, ne pouvait que fulminer Daniel Bourdages, le coach de l’Étoile Noire. On réagit en début de troisième période mais on n’a pas le droit de se satisfaire de cela. »
Le pire, en effet, c’est que ses joueurs ont failli se relever de ce désastreux deuxième tiers-temps. Duras, bien épaulé par Fujerik, a surpris Macrez en repiquant au premier poteau (2-5, 43’07). Dans la foulée, Havlicek – après une belle tentative de près de Chabert – a nettoyé la lucarne droite du gardien des Scorpions sur un power play enfin en place (3-5, 45’33).
L’Iceberg y a alors cru. Macrez va remercier son poteau sur un power play strasbourgeois (49e ), avant que Jurik douche les espoirs du public strasbourgeois en bout de contre sur une passe de Vigners (3-6, 55’21). Trudeau, efficace face à son ancien club, met le couvercle sur la partie (3-7, 58’40).
Mulhouse reste dernier mais revient à deux longueurs de l’Étoile Noire, rattrapée par son manque de constance, et reprend même l’avantage au goal-average dans les confrontations directes.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 48426
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 I_icon_minitimeMar 22 Jan 2019 - 22:15

Ligue Magnus (35e journée) :

Grenoble - Strasbourg (6-2)

Une marche trop haute
Conquérants en première période, les Strasbourgeois n’ont pas pu tenir face au second au championnat.
Les Strasbourgeois ne lâchaient pas l’affaire et résistaient même face aux assauts grenoblois répétitifs mais sans danger majeur.
Zion, auteur d’un bon match, donnait du fil à retordre à la défense adverse. Et c’est sur leur première supériorité numérique que les Strasbourgeois égalisaient par Fujerik, dont le lancer côté droit venait tromper Bonvalot.

Le triplé pour Leclerc

Mais l’espoir était de courte durée quand une minute plus tard, Leclerc remettait les pendules à l’heure d’un superbe lancer avant de permettre à son équipe de prendre le large à la 19e minute. Un troisième but sur lequel Sidor n’est malheureusement pas exempt de tout reproche. L’efficacité était donc grenobloise : 10 lancers partout à la pause mais 3-1.
Les Strasbourgeois avaient-ils laissé passer leur chance ? En tout cas, ils semblaient avoir pris un coup sur la tête.
Les Brûleurs prenaient quant à eux définitivement les devants. Le pressing était plus haut, les occasions plus nombreuses. Symbole d’un manque de chance, Rohat inscrivait le quatrième but peu après la reprise. Un lancer dévié.
Difficile pour l’Étoile Noire d’exister. Les tentatives d’aller vers l’avant étaient anéanties par un bon repli adverse. Burgert et Zion tentaient de sonner la révolte, sans suffisamment de précision.
Et Leclerc s’offrait même un triplé à la 32e … et une assiste pour Joël Champagne en troisième période.
Signe cependant d’un dernier tiers moins étouffant, Havlicek parvenait à inscrire un 2e but pour Strasbourg à 5 minutes du terme. Sans pouvoir totalement rivaliser, l’Étoile Noire aura montré des signes encourageants.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 48426
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 I_icon_minitimeSam 26 Jan 2019 - 5:18

Ligue Magnus (36e journée) :

Strasbourg – Nice (2-6)

Bien trop fébriles
Incapables de prendre le jeu à leur compte pendant les deux premières périodes, les Strasbourgeois ont subi hier soir un nouveau revers contre Nice (2-6). Inquiétant !
Un but encaissé après moins de deux minutes de jeu – sur une situation où Bergeron, totalement oublié dans le slot , a pu ajuster tranquillement Sidor de près (0-1, 1’45) alors que les Strasbourgeois peinaient depuis trente secondes dans leur zone pour essayer de toucher le palet – a donné le ton de la soirée.
Le public de l’Iceberg a malheureusement rapidement constaté que rien n’allait être simple dans ce que ses protégés allaient leur présenter contre des Aigles de Nice qui ne leur réussissent décidément pas.
Sauvé par son poteau droit sur un lancer de Tarkkanen sur une première supériorité numérique niçoise (6e ), Sidor ne peut que constater les dégâts sur la suivante quand Bjaloncik, après un lourd lancer de Dame-Malka, sert tranquillement Matis au second poteau (0-2, 8’13).
Les joueurs de Daniel Bourdages, terriblement fébriles dans leur zone, peinent à porter le danger devant la cage de Rosandic. Nice en profite pour mettre la pression sur la défense strasbourgeoise, de plus en plus acculée et qui, par ricochet, s’épuise à ne pas réussir à changer ses lignes assez vite.
« On n’a pas mis assez d’intensité, d’énergie dans les duels et on court derrière le palet tout le début de match »
Résultat, les Aigles, sans avoir vraiment besoin de forcer leur talent, vont réussir à prendre le large. Pertilla, transforme une offrande de Rajamaki au second poteau (0-3, 27’20) avant de profiter d’un power play pour foncer, sans opposition, vers la cage d’un Sidor impuissant (0-4, 32’18).
Mais alors qu’on craint que la soirée devienne bien longue, l’Étoile Noire va réveiller l’Iceberg avant la fin de la deuxième période. À la baguette de la révolte strasbourgeoise, Havlicek va ramener les siens à deux longueurs, d’abord au terme d’un joli slalom dans la défense niçoise pour aller trouver la lucarne gauche de Rosandic (1-4, 37’07), puis en étant à la conclusion d’un power play après un bon travail de Chapuis derrière la cage (2-4, 39’42).
« On n’a pas mis assez d’intensité, d’énergie dans les duels, on précipite nos passes, et on court derrière le palet tout le début de match. Dès qu’on a mis plus d’engagement, on a pu se créer des occasions et marquer. Mais on doit être capable de faire ça dès le début du match », regrettait l’attaquant tchèque à la sortie du vestiaire strasbourgeois.
Revigorés, les Strasbourgeois vont pousser au retour des vestiaires pour revenir rapidement. Mais ils ne vont pas réussir à tromper la vigilance du gardien des Aigles malgré des bonnes opportunités de Potvin (44e ), Havlicek (45e ) ou encore Chabert (53e ).
Les derniers espoirs vont s’envoler sur une nouvelle pénalité que l’Étoile Noire ne parvient pas à “tuer”, Bergeron étant à la conclusion du power play niçois (2-5, 56’44). En supériorité numérique pour finir le match après un “deux plus deux” écopé par Dorey (57’13), Daniel Bourdages fait le choix de sortir son gardien, ce dont profitera Pertilla pour sceller le score d’un match à vite effacer des mémoires (2-6, 59’45).
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 48426
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 I_icon_minitimeDim 27 Jan 2019 - 21:43

Ligue Magnus (37e journée) :
Rouen – Strasbourg (3-7)

L’Etoile Noire n’a pas tenu
S’ils ont eu quelques opportunités de faire douter les Dragons de Rouen hier en Normandie, les Strasbourgeois n’ont pas su les saisir et ont fini par s’incliner logiquement (7-3).
Il a suffi aux Dragons de mettre un coup d’accélérateur au cœur du deuxième tiers pour régler l’affaire. S’assurer un succès, le trente-cinquième de leur saison, qui, obtenu dans le temps réglementaire, a d’ores et déjà fait des Dragons, à six journées du terme de la phase régulière, les nouveaux recordmen du nombre de victoires (35) et de points (103 contre 102 pour Grenoble l’an passé) obtenus sur une saison de Ligue Magnus.
Ce succès, plutôt large au final (7-3), a tout de même mis, hier, une petite trentaine de minutes à se dessiner. Un laps de temps lors duquel l’Étoile Noire a, à l’Île Lacroix, crânement joué sa chance. Sans un arrêt miraculeux de Pintaric sur Chabert après un trois contre deux parfaitement exécutés (9e ), les Strasbourgeois auraient même pu ouvrir la marque.
Quatre buts encaissés en six minutes
Une occasion de but obtenue en contre et contre le cours du jeu – le Rouen Hockey Elite, plutôt bien entré dans la partie, ayant globalement dominé le premier acte – mais qui rappelait qu’en hockey, tout peut aller très vite. Dans un sens comme dans l’autre.
Tout est d’ailleurs allé très vite en début de deuxième tiers. Si celui-ci a mis de temps à démarrer en raison d’un problème de glace, Sarlin, tout juste sorti de prison, n’a pas eu besoin de longtemps, lui, pour conclure avec succès un trois contre deux mené par Zion et Gonçalves (1-1, 22’39).
Rejoints au score alors qu’ils avaient logiquement pris les devants en première période grâce à Msumbu, qui avait coupé parfaitement une passe dans l’enclave de Colotti (1-0, 15’18), les Dragons ont mis quelques minutes à réagir, Potvin obligeant même Pintaric à réaliser une belle parade (27e ), mais la magnifique réalisation de Langlais, alors même qu’ils évoluaient à quatre contre cinq, sonnait définitivement la révolte côté normand (2-1, 28’21).
Le but du défenseur américain était en effet le premier des quatre que les Rouennais allaient alors inscrire en l’espace d’un peu plus de six minutes. Si Burgert profitait dans ce même laps de temps d’une grosse erreur défensive des Normands pour trouver lui-aussi le chemin des filets (3-2, 30’41), le coup d’accélérateur du RHE suffisait à mettre définitivement fin au suspense.
Aleardi, d’un joli slap à mi-hauteur (3-1, 29’15), Koivisto, à la conclusion d’un trois-contre deux bien joué par Nesa (4-2, 31’26), et Thinel, parfaitement servi par Ritz (5-2, 34’32), donnaient à l’écart au tableau d’affichage des proportions insurmontables pour les Alsaciens.
Elles l’étaient d’autant plus que Miklik, opportuniste pour prendre un rebond laissé par Sidor, le dernier rempart alsacien, ajoutait une sixième réalisation d’entrée de troisième tiers (6-2, 41’38). Un troisième acte lors duquel les gardiens n’étaient d’ailleurs guère plus à la fête que lors des deux premiers puisque Denomme, pour Strasbourg, y allait également de son but (6-3, 43’22) avant que Guttig et Rouen (7-3, 45’08) n’aient finalement et logiquement le dernier mot.
dna
Contenu sponsorisé


Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty

Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Etoile Noire de Strasbourg   Etoile Noire de Strasbourg - Page 16 I_icon_minitime

 

Etoile Noire de Strasbourg

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 16 sur 17Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 15, 16, 17  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Racing club de Strasbourg :: Autres :: Buvette :: Coin des sportifs-