Le Forum du Racing Club de Strasbourg : Actualités, transferts, matchs à venir, la vie du RC Strasbourg au quotidien
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Tennis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8
AuteurMessage
Marco 69/73
Champion du Monde
Nombre de messages : 40089
Date d'inscription : 25/11/2012


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tennis   Jeu 7 Sep 2017 - 6:03

US Open : quatre Américaines en demi-finales, du jamais-vu depuis 1981



Venus Williams, CoCo Vandeweghe (en haut), Madison Keys et Sloane Stephens (en bas) composent un dernier carré 100% américain dans le tableau féminin à Flushing Meadows.
Madison Keys, CoCo Vandewegen, Sloane Stephens et Venus Williams composent le dernier carré 100 % américain dans le tableau féminin de l'US Open.
Une chose est sûre : une Américaine va s'imposer à l'US Open pour la première fois depuis Serena Williams en 2014.
Après la victoire de Madison Keys sur l'Estonienne Kaia Kanepi dans la nuit de mercredi à jeudi (6-3, 6-3), les demi-finales du tournoi de simple féminin sont composées exclusivement de joueuses évoluant sous la bannière de l'Oncle Sam.
Keys rejoint en effet CoCo Vandeweghe, qui avait écarté la n°1 mondiale Karolina Pliskova quelques heures plus tôt, tandis que Sloane Stephens et Venus Williams avaient obtenu la veille leur ticket pour le dernier carré.
Quatre Américaines à ce niveau-là de la compétition, on n'avait plus vu ça depuis 1981 à Flushing Meadows.
Une autre époque, avec Tracy Austin signant son deuxième succès, Martina Navratilova disputant sa première finale à New York, tandis que Chris Evert, sextuple lauréate du tournoi, et Barbara Potter n'avaient pas passé le cap des demies.
Mais il ne s'agit pas de l'exploit le plus récent des Américaines, qui avaient remis ça quatre ans plus tard à Wimbledon (victoire de Navratilova sur Evert, Zina Garrison et Kathy Rinaldi demi-finalistes).
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 40089
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tennis   Lun 11 Sep 2017 - 3:43

US Open : Nadal redevient le boss à New York


Nadal est sacré pour la troisième fois à Flushing Meadows
Le N.1 mondial Rafael Nadal a remporté l’US Open pour la troisième fois de sa carrière, quatre ans après son précédent titre, en battant dimanche dans une finale à sens unique l’Africain Kevin Anderson 6-3, 6-3, 6-4.
Si l’US Open 2017 n’a pas ménagé les cadors, dont Roger Federer, tombé en quarts de finale, la logique a été en revanche scrupuleusement respectée en finale. Le grandissime favori, Nadal, qui disputait sa 23e finale en Grand Chelem, a dominé l’invité-surprise Kevin Anderson, 32e au classement ATP, qui n’avait jamais dépassé jusque là les quarts de finale d’un tournoi majeur.
"Rafa" s’est offert à 31 ans avec autorité son 16e titre en Grand Chelem, le deuxième de l’année après Roland Garros, et affiche désormais à son impressionnant palmarès un total de 74 titres.

Rafa de retour

Mieux encore, alors que son dernier titre sur ciment remontait à janvier 2014 (Doha), le Majorquin a montré que, comme à ses plus belles années, rien ne lui résistait et que sa piètre saison 2016, perturbée par une blessure à un coude, n’était plus qu’un lointain souvenir.
Comme cela était largement attendu, l’Espagnol était beaucoup trop fort pour Anderson. Dans le premier set, alors que Nadal remportait facilement ses jeux de service, Anderson, particulièrement vulnérable sur ses deuxièmes balles de service, était rapidement sous pression: il lui a fallu ainsi batailler près de dix minutes pour remporter son deuxième jeu de service.

Anderson balayé

Il a repoussé quatre balles de break, avant de céder, en envoyant une attaque de coup droit dans le couloir, à la cinquième, ce qui permettait à Nadal de mener 4-3, puis 5-3. Le N.1 mondial, de plus en plus incisif, a empoché grâce à une volée gagnante la première manche sur le service de son adversaire après 58 minutes de jeu.
Le scénario s’est répété quasiment à l’identique dans la deuxième manche, sauf que Nadal a pris le service du Sud-Africain dès le 6e jeu, en multipliant les montées au filet. Mené deux manches à zéro après un peu moins de deux heures heure de jeu, Anderson s’est encore plus compliqué la tâche en cédant d’entrée son service après une série de quatre fautes directes.
Il n’a pas réussi à renverser la situation et a permis à Nadal de servir pour le match à 5-4: l’Espagnol, malgré un dernier sursaut d’Anderson, n’a pas laissé passer sa chance en concluant sa finale sur une dernière volée gagnante.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 40089
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tennis   Lun 11 Sep 2017 - 3:48

Us open - Finale dames : premier titre pour Sloane Stephens Dans la cour des grandes


Sloane Stephens a gagné l’US Open au terme d’une improbable saison
L’Américaine Sloane Stephens a fait une entrée fracassante dans le club des joueuses sacrées en Grand Chelem en battant Madison Keys en finale de l’US Open.

Elles sont restées de longues minutes dans les bras l’une de l’autre, en larmes, au milieu du Arthur Ashe Stadium, comme pour garder à tout jamais le souvenir de ce moment unique.
Les deux copines, complices, se sont ensuite assises l’une à côté de l’autre – comme l’avaient fait avant elles les Italiennes Roberta Vinci et Flavia Pennetta après la finale de l’US Open 2015 –, entre rires et larmes, pour attendre la cérémonie protocolaire, comme s’il s’agissait d’un simple tournoi régional.

957e mondiale en juillet

Mais l’une, Sloane Stephens, est devenue, à 24 ans, reine de New York et a décroché le titre le plus important de sa carrière, sans compter un chèque de 3,7 millions de dollars, au terme d’un improbable parcours et au détriment de l’autre.
« J’ai été opérée le 23 janvier et si on m’avait dit alors que je gagnerais l’US Open, j’aurais dit que c’était absolument impossible », a rappelé Stephens, victime d’une fracture de fatigue à un pied en août dernier.
Plus encore que son triomphe ou sa longue pause forcée qui l’a vue sombrer au-delà de la 900e place mondiale (957e ), elle s’est attardée dans un discours très émouvant, épilogue d’une finale largement décevante, sur son amitié avec son adversaire du jour.
« “Mad” est ma meilleure amie. Il n’y a personne que j’aurais voulu davantage affronter à cette occasion. Je lui ai dit que j’aurais bien voulu que ça soit un match nul. Je sais que la réciproque aurait été vraie. C’est ça la vraie amitié », a-t-elle insisté devant 20 000 spectateurs, dont ses proches, mais pas son compagnon, l’international américain de football Jozy Altidore.
La Floridienne, fille d’une ancienne nageuse de haut niveau et d’un joueur de football américain, a aussi donné un sérieux coup de jeune au tennis américain qui a, en l’absence de sa reine Serena Williams, placé quatre représentantes en demi-finales.
Elle est la première Américaine sacrée en Grand Chelem – depuis Jennifer Capriati à l’Open d’Australie 2002, et à l’US Open depuis Lindsay Davenport en 1998 – qui ne s’appelle pas Venus ou Serena Williams.
Revenue sur le circuit fin juillet, Stephens, qui va bondir à la 17e place mondiale, avait déjà surpris son monde en atteignant les demi-finales des tournois de Toronto et de Cincinnati en août, juste avant l’US Open.
Après avoir éliminé notamment l’Italienne Roberta Vinci au 1er tour, la Slovaque Dominika Cibulkova au tour suivant et surtout sa compatriote Venus Williams en demi-finales, Stephens a nettement dominé Keys, beaucoup trop nerveuse.
Elle a fait le break dès le cinquième jeu et n’a jamais été mise en danger dans un premier set empoché en 30 minutes de jeu avec 17 fautes directes de Keys.
Keys, opérée à deux reprises d’un poignet en 2017, n’a pas trouvé de solution dans la seconde manche où elle a perdu pied.
Toujours aussi fébrile face à une Stephens implacable (6 fautes directes seulement contre 30 à son adversaire), la 16e  mondiale a perdu son service d’entrée pour être menée 3 à 0, puis a concédé encore sa mise en jeu sur une énième faute directe.
Menée 4-0, elle s’est offert trois balles de debreak repoussées avec autorité par Stephens, puis a laissé la victoire à la troisième balle de match, après 61 minutes de jeu.
« Maintenant, je devrais prendre ma retraite, a plaisanté Stephens. J’ai dit à Madison que je ne pourrais jamais connaître un moment plus fort que celui-ci ».
« C’est vraiment étrange comme situation, lui a répondu Keys : je suis triste, blessée même, d’avoir perdu et je suis tellement heureuse que Sloane ait gagné ». « On va fêter cela ensemble, elle va pouvoir me payer quelques verres, beaucoup de verres même », a-t-elle prévenu.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 40089
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tennis   Dim 10 Juin 2018 - 13:42

Roland Garros : Nadal impérial face à Thiem remporte son onzième titre



Rafael Nadal n'a toujours pas perdu en finale de Roland Garros. Face au jeune Autrichien Dominic Thiem, l'Espagnol n'a quasiment pas tremblé. C'est au final une victoire sèche en trois sets.
Victoire sans trembler de Nadal : 6-4, 6-3, 6-2
Dominic Thiem n’aura finalement rivalisé que jusqu’à 4-4 dans le premier set. Un jeu de service catastrophique, avec une volée de revers manquée et trois fautes consécutives en coup droit, offrait la première manche à Nadal en 57 minutes (6-4).
Harcelé dans la diagonale revers, Thiem a souvent plié sous les violents coups droits du N.1 mondial qui a attendu patiemment qu’il craque. Il s’est beaucoup agacé et a vite perdu pied dans la deuxième manche (4-1).
Patient et constant du fond du court, Nadal a fourni le coup supplémentaire pour faire céder le jeune homme. Nadal avait pris une sérieuse option sur la «Undécima» en breakant Thiem (2-1) dans le 3e acte. Mais la situation s’est soudainement compliquée pour lui, après un service (à 30-0). Touché visiblement à la main gauche, il a regagné son banc en se tenant le majeur. Il a pu conclure le jeu (3-1) avant de se faire masser l’avant-bras lors du changement de côté et de prendre des médicaments.Nadal est resté imperturbable sur ses mises en jeu et s’est même permis de double-breaker son adversaire (5-2). Mais il a eu besoin de cinq balles de match pour conclure après 2h42 de match.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 40089
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tennis   Sam 23 Juin 2018 - 6:09

Amélie Mauresmo première femme capitaine de l’équipe de France

L’équipe de France de Coupe Davis sera dirigée pour la première fois de son histoire par une capitaine, l’ancienne N.1 mondiale Amélie Mauresmo ayant été nommée pour succéder à Yannick Noah l’an prochain, a annoncé samedi la Fédération française de tennis.
Julien Benneteau, qui mettra un terme à sa carrière à l’issue de l’US Open en septembre, a été quant à lui nommé à la tête de l’équipe de France de Fed Cup.

dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 40089
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tennis   Sam 14 Juil 2018 - 14:26

Angelique Kerber triomphe à Wimbledon, pas de record pour Serena Williams


Angelique Kerber a fait tomber la «reine» Serena Williams. 

Angelique Kerber a empêché Serena Williams d'égaler le record de Margaret Court (24 titres en Grand Chelem) en s'imposant avec beaucoup d'autorité en finale de Wimbledon (6-3, 6-3).
Le record de Margaret Court attendra. Dix mois après son accouchement compliqué, qui l'avait écartée des courts pendant plus d'un an et reléguée au-delà de la 450e place mondiale, Serena Williams avait l'occasion ce samedi de décrocher son 24e titre du Grand Chelem, égalant la légende australienne du tennis féminin. Mais l'Américaine n'a pu apporter l'épilogue souhaité à sa superbe quinzaine londonienne, battue par une impressionnante Angelique Kerber qui n'a rien laissé passer. La gauchère allemande triomphe à Wimbledon pour la première fois de sa carrière, et épingle un troisième Majeur à son palmarès (Open d'Australie et US Open 2016).
20

Serena Williams était invaincue depuis vingt matches à Wimbledon. Sa dernière défaite remonte au mois de juin 2014 (c'était contre Alizé Cornet).
Après deux demi-finales messieurs de plus de cinq heures, la finale dames a été bien plus expéditive : en 1h07 à peine, Kerber a en effet réussi à renverser la «Reine», qui semblait pourtant affamée après avoir raté son entame de (0-2 à 3-2). Mais il s'agira là du seul break réussi par l'Américaine durant cette finale à sens unique entre deux anciennes n°1 mondiales qui ont connu bien des difficultés depuis leur dernière apparition au sommet - y compris pour l'Allemande, qui a un temps quitté le Top 20 mondial et perdu au premier tour de deux tournois du Grand Chelem l'an passé.
Williams a commis cinq fois plus d'erreurs
Ce samedi, pourtant, Kerber a été impitoyable. Au moment où le duel semblait s'équilibrer, elle a chipé deux fois la mise en jeu de la maître des lieux (sept sacres à Londres) pour boucler la première manche en à peine plus d'une demi-heure. Précise et appliquée, elle a poussé à l'erreur son adversaire, laquelle a commis 24 fautes directes - contre seulement cinq pour Kerber... D'une claque en coup droit le long de la ligne, la Brémoise a réussi le seul break du deuxième set (4-2) et s'est envolée vers un succès logique.
Williams n'est plus revenue, trop fébrile, à l'image de la volée, dans le dernier jeu du match, envoyée au-delà des limites alors qu'elle était montée au filet et que tout le court était ouvert.  Revenir sur la grande scène en évoluant à ce niveau-là, après un an d'absence et dès son quatrième tournoi (elle n'avait joué qu'à Indian Wells, Miami et Roland-Garros cette saison) constitue déjà un immense exploit en soi, mais la cadette des soeurs Williams n'a tout simplement pas eu les moyens physiques de rivaliser avec Kerber ce samedi. Il lui restera une chance d'atteindre son objectif en Grand Chelem chez elle, dans deux mois à Flushing Meadows.
equipe
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 40089
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tennis   Lun 16 Juil 2018 - 9:23

Le Serbe revient sur le devant de la scène La renaissance de Djokovic



Après deux années difficiles, Novak Djokovic a renoué avec le succès en Grand Chelem, hier, en décrochant un quatrième titre à Wimbledon. L’ancien numéro 1 mondial, en pleine renaissance, a terrassé le géant Kevin Anderson.
Après la balle de match, un coup droit expédié dans le filet par le Sud-Africain Kevin Anderson, Novak Djokovic s’est d’abord accroupi, comme pour prendre conscience de sa victoire sur le score de 6-2, 6-2, 7-6 (7-3). Puis le Serbe de 31 ans a remercié le ciel, avant de déguster des brins d’herbe de la pelouse du Centre court.
« Il n’y a pas de meilleur endroit pour réussir son retour »
« Cette herbe a vraiment bon goût », sourit l’ancien numéro 1 mondial, heureux de pouvoir savourer un treizième titre majeur, le premier depuis plus de deux ans. « Il n’y a pas de meilleur endroit pour réussir son retour », ajoute “Djoko”, qui a égalé le légendaire australien Rod Laver en remportant pour la quatrième fois ce tournoi « sacré », sous les yeux de son fils Stefan, un petit blond de 3 ans et demi.
« Entendre crier “papa, papa” rend ce titre encore plus spécial », confie le Serbe, qui réintégrera le top 10 aujourd’hui (il passera de la 21e à la 10e place au classement ATP).
Novak Djokovic attendait ce grand trophée depuis juin 2016 et son premier sacre à Roland-Garros, où il s’était offert le dernier “Major” qui lui manquait. Il était alors le roi incontesté du tennis. Il venait d’empiler les quatre trophées majeurs à la suite, un exploit rarissime que ni Roger Federer, ni Rafael Nadal, ses plus grands rivaux, n’ont réussi.
Après, ce fut le début de la chute. En un an, le Serbe allait perdre la première place mondiale ainsi que les quatre trophées du Grand Chelem.
Pendant que Federer et Nadal réussissaient chacun un come-back gagnant en 2017, Djokovic continuait de s’enfoncer dans la morosité, entre perte de motivation, problèmes personnels et pépins physiques.
À le voir chérir le trophée de Wimbledon, on en oublierait presque qu’il était sevré de titres depuis un peu plus d’un an. Le dernier, c’était le 1er  juillet 2017 à Eastbourne, un tournoi mineur auquel il avait participé pour se refaire un moral avant le prestigieux rendez-vous du All England Club.

« Il y a eu beaucoup de doutes »

Mais à Londres, sa blessure récalcitrante au coude droit l’avait rattrapé en quart de finale. Il avait alors décidé de faire une croix sur le reste de la saison. Son retour sans gloire à l’Open d’Australie (élimination en huitièmes de finale) l’avait décidé à se faire opérer, en février. C’est à partir de là que Djokovic s’est vraiment reconstruit, étape par étape.
« Il y a eu beaucoup de doutes. Je ne savais pas si j’allais pouvoir revenir à un tel niveau », souligne le Serbe, déjà sacré à Londres en 2011, 2014 et 2015. Sous le soleil londonien, il n’a pas eu besoin de trop forcer son talent pour mater le géant Anderson (2,03m), sauf dans le troisième acte où il a dû écarter cinq balles de set.
Pendant deux manches, le Sud-Africain de 32 ans, qui disputait sa deuxième finale majeure après celle de l’US Open l’année dernière (perdue face au numéro 1 mondial Rafael Nadal), n’a pas tenu la distance dans les échanges.
Il semblait émoussé par la demi-finale à rallonge remportée vendredi face à l’Américain John Isner (10e ), après 6h36 de jeu (26-24 au cinquième set). Déjà en quarts de finale, il avait dû batailler pendant plus de quatre heures pour remonter deux sets de handicap face au tenant du titre Roger Federer, écartant au passage une balle de match.
Djokovic, lui, avait certes dû revenir sur les courts samedi pour boucler une somptueuse demi-finale face à Nadal, achevée au bout de 5h15 de lutte acharnée (10-8 au cinquième set). Mais avant l’épilogue sur le Centre court, le Serbe avait passé près de 5h30 de moins que son adversaire sur les pelouses du All England Club.
« Dans le troisième set, j’ai eu de la chance de m’en sortir », reconnaît le “Djoker”, en savourant ce retour au premier plan.
dna
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tennis   

 

Tennis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 8 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Racing club de Strasbourg :: Autres :: Buvette :: Coin des sportifs-