Le Forum du Racing Club de Strasbourg : Actualités, transferts, matchs à venir, la vie du RC Strasbourg au quotidien
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Landry Bonnefoi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 41679
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Landry Bonnefoi   Lun 25 Juil 2016 - 4:13

Landry Bonnefoi

PaysFrance
Âge  :  32 ans


Date de naissance  :  20 septembre 1983
Lieu de naissance  :  Villeparisis (77)
Taille  :  1m84
Poids  :  72 kg
Poste  :  Gardien
Numero  :  1

Club Actuel :
Strasbourg
Saison 2015-2016 avec Strasbourg* :

Bonnefoi sera la doublure
Après deux semaines de réflexion, le staff technique a tranché quant à l'identité de la doublure d'Alexandre Oukidja pour la saison de L2 à venir. L'ancien gardien de Châteauroux, Amiens, Dijon et Bastia notamment, sera le gardien n°2 du Racing. Il avait été mis à l'essai la semaine passée, laissant la place à Anthony Martin la suivante. Le joueur de 32 ans devrait s'engager pour une saison.
.
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 41679
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Landry Bonnefoi   Mar 2 Aoû 2016 - 21:26

Le bon coup de Bonnefoi
Landry Bonnefoi, l’ancien gardien de Châteauroux, a convaincu le Racing de lui confier le rôle de doublure d’Alexandre Oukidja. Après un an de chômage, le gardien de but en a fini avec la galère…
Il a connu quelques écuries splendides, accumulé les matches chez les pros, multiplié les pérégrinations dans l’Hexagone, mais cela aurait pu finir avec des regrets.
Alors, Landry Bonnefoi a le sourire et semble écarquiller ses yeux bleus comme son nouveau maillot. C’est que pendant un an, il a été un joueur sans emploi, un chômeur comme la France en compte par millions. Il n’a pas désespéré et il a bien fait.
Depuis la fin de son contrat avec Châteauroux, en juin 2015, le joueur de 32 ans s’était entretenu sérieusement avec la réserve du club berrichon, dont il n’avait pas réussi à sauver la place en Ligue 2.

« Que du bonheur… »

Et puis, il a décidé de tenter sa chance, il y a quelques jours, en Alsace, à la faveur d’un essai que le Racing lui proposait pour une semaine.
Le coup d’essai a été parfaitement maîtrisé. En quelques séances d’entraînement et une mi-temps disputée face à Charleroi, Landry Bonnefoi a convaincu et les dirigeants strasbourgeois lui ont proposé un contrat d’un an.
« C’est que du bonheur, souligne-t-il. Je retrouve un groupe, un vestiaire et je suis très heureux de participer à la vie de ce club et à cette aventure. Par rapport à cette période compliquée que j’ai connue, il faut seulement faire avec et relever la tête. »
La bonne foi ne l’a visiblement pas quitté. Il a pu également s’appuyer sur quelques parenthèses pour se régénérer. « Il y a eu un stage effectivement avec l’UNFP (l’Union Nationale des Footballeurs Pros, le syndicat des joueurs professionnels) , qui m’a permis de rester dans le circuit, explique-t-il. Il faut croire que les choses sont bien faites. Et je me retrouve dans un groupe et avec un staff qui m’a bien intégré. Je connais le rôle que je dois y jouer. »
En balance avec Anthony Martin, l’ancien gardien de Luçon – lui aussi mis à l’essai par le Racing avant le début de la saison –, Landry Bonnefoi a pu convaincre grâce à d’autres expériences passées de doublure.
Sans remonter aux calendes grecques et à son contrat, en début de carrière, à la Juventus de Turin – de 2001 à 2006, après une formation à Cannes –, il a œuvré dans l’ombre de Fabrice Landreau, à Bastia.
Derrière le recordman de matches disputés en Ligue 1, il faut savoir se contenter de miettes. Le compteur personnel du néo-Strasbourgeois s’est arrêté à huit matches dans l’élite, lors de la saison 2012-2013.
« Il y a une hiérarchie au Racing, elle est connue, explique-t-il. Mon but, c’est de contribuer à ce qu’Alexandre Oukidja soit au plus haut de sa forme. Avec les jeunes gardiens (Schmittheissler et Gambetta) , on se donne tous à fond. Tout le monde doit tirer le groupe vers le haut. Pour l’instant, on apprend encore à se connaître avec Jean-Yves Hours (l’entraîneur des gardiens, ndlr). Mais j’apprécie le travail qu’on fait. J’ai un bon feeling et j’ai le sentiment qu’on va faire du bon boulot. »

« C’est un championnat compliqué, où tous les clubs ont le sentiment d’avoir leur chance »

Alors qu’il a déjà décroché une montée dans l’élite, avec Dijon (2010), celui qui est également passé par Metz et Amiens pourra faire bénéficier le Racing de son expérience.
« C’est un championnat compliqué, conclut-il, où tous les clubs ont le sentiment d’avoir leur chance. Il est important de bien débuter et puis après, ça peut partir. Mais il ne faut pas aller trop vite non plus. Ce club de Strasbourg est en train de re-grandir après être parti de zéro. »
Bonnefoi, lui, est susceptible de rajeunir. En tout cas, il est redevenu professionnel à l’ombre de la Meinau où il a disputé un match, avec Amiens, « un jour de neige ». En attendant, le gardien a trouvé en Alsace un joli rayon de soleil.
dna
Allmen67 MrEnigme
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 37987
Age : 52
Localisation : Em Elsass !
Date d'inscription : 05/12/2006
Humeur : amoureux

Informations
Club préféré: Strasbourg
Profession: Prof d'HG
http://www.forumrcs.com/index.htm

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Landry Bonnefoi   Mer 3 Aoû 2016 - 1:23

Le poste de gardien au Racing est le seul pour lequel j'ai toujours fait confiance aux dirigeants. yes

_________________
Finir? Non, le voyage ne s'achève pas ici.
La mort n'est qu'un autre chemin qu'il nous faut prendre.
Le rideau de pluie grisâtre s'ouvrira et tout sera brillant comme l'argent.
Alors, vous les verrez !
Les rivages blancs et au-delà la lointaine contrée verdoyante sous un fugace levée de soleil.


Courage Jimmy !

Schilles tel que vous ne l'avez jamais vu https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=gtslFXBB3YM
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 41679
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Landry Bonnefoi   Mer 3 Aoû 2016 - 8:04

Allmen67 MrEnigme a écrit:
Le poste de gardien au Racing est le seul pour lequel j'ai toujours fait confiance aux dirigeants. yes

C'est bien maigre comme confiance. lol
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 41679
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Landry Bonnefoi   Jeu 1 Déc 2016 - 21:26

Landry de bonne foi
Destiné à disputer sa quatrième rencontre officielle sous les couleurs du Racing, demain, Landry Bonnefoi ne se satisfait pas de son rôle de doublure. Du haut de sa longue expérience, il a de bonnes raisons de vouloir prolonger l’aventure en Coupe.
C ’est une semaine comme une autre, après tout. Pas tout à fait, quand même. Le quotidien d’un joueur de foot professionnel est invariablement ponctué par des séances d’entraînement, par le rendez-vous à préparer, à l’écoute d’un corps à entretenir ou à préserver. Et la vérité ne dépend que du match à venir. Dans la grosse vingtaine de joueurs dirigés par Thierry Laurey depuis juillet, rien ne devrait distinguer l’un de l’autre. Encore que.
Avec des gants, avec le droit à utiliser ses mains, les gardiens ont une place à part. Derrière Alexandre Oukidja, le portier titulaire, Landry Bonnefoi doit prendre son mal en patience, répéter les mêmes gestes, se soumettre à une discipline de fer pour… ne pas jouer le week-end.

« Le seul changement, c’est le jour du match »

L’intéressé ne nie pas la complexité du rôle : « Ce n’est pas évident. Le rôle de doublure, je le vis bien. Enfin… Je veux montrer à chaque fois que je suis capable de jouer. Cela a été décidé en début de saison que je jouerai les coupes. » Jusqu’ici, en quatre mois de compétition, il a donc dû se contenter de trois matches, deux en coupe de la Ligue, un à Oberlauterbach, pour les débuts du Racing en Coupe de France, au 7e tour (0-2).
Le quatrième, ce devrait être pour demain, a priori le dernier pour 2016, l’objectif d’un 32e de finale début janvier étant dans le viseur.
« Il n’y a pas de préparation spécifique par rapport à ce type de rendez-vous, précise Jean-Yves Hours, l’adjoint de Thierry Laurey en charge des gardiens. Quelle que soit la place dans la hiérarchie, les séances et les exercices sont les mêmes. Le seul changement, c’est le jour du match. »
La doublure en première ligne aura certainement droit à l’échauffement réservé à l’habituel n°1.
Tout un club ressent une confiance absolue dans le joueur de 33 ans, impeccable à Oberlauterbach où il n’a pas eu le temps de chômer en dépit des quatre divisions d’écart qui séparaient le Racing et les « Orange » mécaniques.
Le garçon est discret, consciencieux et… méfiant. Demain, il n’envisage pas une partie de plaisir, les exploits de l’USSU la saison passée ayant résonné jusqu’entre les murs du vestiaire de la Meinau.
« Là, on aborde une équipe qui évolue un cran au-dessus par rapport au tour précédent, souligne le gardien de 33 ans, une bonne quinzaine d’années de professionnalisme derrière lui. On doit se préparer à un match du même ordre. Oberlauterbach a joué à 200 %. Sarre-Union jouera à 200 % samedi et réussit bien en Coupe. Visiblement, c’est un club qui aime bien cette épreuve. Il faudra qu’on soit rapidement dans le match. À nous de faire le nécessaire. »
Le garçon inspire une forme de bienveillance. Il est arrivé sur la pointe des pieds, en dépit de son passé, en quête d’un contrat au terme d’une saison à chômer. La démarche a été appréciée et Bonnefoi a su convaincre.
« À la base, c’est un bon mec, apprécie Jean-Yves Hours. On l’a compris rapidement, pendant sa semaine d’essai en juillet. Après, on le connaît tous par rapport à son parcours. Il joue parfaitement son rôle d’accompagnement. Il est là pour booster «Ouki». Il y a de l’émulation entre des joueurs qui sont dans une concurrence saine et qui s’apprécient. » Il n’y aurait donc pas l’ombre d’un souci chez les portiers strasbourgeois.

« Je suis aussi un compétiteur »

Il y a seulement un rôle qu’il s’agit de réapprendre pour Landry Bonnefoi. Gardien remplaçant, il ne l’avait pas été depuis les calendes grecques ou presque.
« Je l’avais été au FC Metz ( en 2006-2007 ), indique-t-il. Dans la hiérarchie, je suis derrière «Ouki», avec qui je m’entends vraiment bien. Il y a une hiérarchie établie. Mais je suis aussi un compétiteur. Le fait de ne pas jouer en championnat, c’est de la frustration. »
Il s’efforcera de l’évacuer samedi, en Alsace Bossue. Les attaquants de Sarre-Union sont prévenus.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 41679
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Landry Bonnefoi   Lun 17 Juil 2017 - 21:47

Landry Bonnefoi a prolongé d’un an son contrat avec le club strasbourgeois Bonnefoi rempile
Doublure la saison passée, mais aiguillon au poste de gardien, le joueur de 33 ans a décidé de prolonger son bail en Alsace dans l’intention de ne rien changer.
Dans un premier temps, l’aventure devait bel et bien s’achever là. Landry Bonnefoi, qui n’avait signé qu’un an l’an passé, et les dirigeants du Racing ont affiché des positions fort éloignées qui ne laissaient pas envisager une aventure au-delà du mois de juin. Le club strasbourgeois, de retour en Ligue 1, n’avait pas eu à se plaindre de la doublure débarquée à l’été 2016.
Le gardien d’expérience, âgé de 33 ans, avait eu l’humilité de passer par une période d’essai pour convaincre de son utilité. Durant la saison, il avait su s’imposer comme une alternative crédible alors qu’Alexandre Oukidja n’avait pas la forme de sa vie, au début de cette année.

« L’âge, la hiérarchie, ce sont des chiffres »

Ainsi, Landry Bonnefoi avait fini par être titularisé à Valenciennes (2-1) et face à Brest (4-1) pouvant espérer s’installer dans la cage pour le sprint de fin de saison avant de se blesser au dos. La saison s’est achevée sur un grand bonheur collectif partagé avec toute l’Alsace mais également une pointe de frustration.
Le gardien, passé notamment par Metz, Dijon, Amiens et Châteauroux, aura peut-être l’occasion de l’effacer. Hier, après sa première séance d’entraînement dans le sillage de la signature de son contrat, l’heure a été aux réjouissances.
«Je suis content de revenir au club, a-t-il souligné dans l’après-midi. J’étais dans l’ensemble satisfait de la saison passée. »
Landry Bonnefoi n’avait pas fait le tour de la question alsacienne. En dépit de sa longue carrière, il n’a pas le sentiment, non plus, d’en avoir fini tout de suite avec le ballon rond. Il était n°2 la saison passée, il sera a priori n°3 pour celle à venir puisqu’Alexandre Oukidja est resté et que Binhgourou Kamara est arrivé de Tours. Qu’à cela ne tienne.
« L’âge, la hiérarchie, ce sont des chiffres, remarque-t-il. Et moi, j’ai toujours la passion. Je me retrouve dans un groupe de Ligue 1, avec des ambitions de pouvoir gagner du temps de jeu, avec le projet d’équipe de se maintenir. » Celui qui a également tenu le poste en Coupe de France et en coupe de la Ligue n’a pas perdu de son enthousiasme et de sa bonne volonté avec l’été.

« On a fait un pas, un effort, chacun de son côté »

Bingourou Kamara, qu’il a découvert hier matin, lui inspire le plus grand bien, le portier d’expérience entend amener toute son énergie pour que le groupe des gardiens se révèle irréprochable au quotidien.
« La ligue 1, ça fait envie, conclut le joueur qui a joué huit matches dans l’élite, sous le maillot de Bastia en 2012-2013. Le club strasbourgeois comme moi, on a fait un pas, un effort, chacun de son côté pour que l’affaire se fasse et j’en suis très heureux. Je sais où je me retrouve. » En tout cas, la perspective de galérer, avec le Racing qui devra construire son maintien, à la force du jarret, ne semble en rien le rebuter.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 41679
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Landry Bonnefoi   Sam 16 Déc 2017 - 21:48

Zoom sur Landry Bonnefoi Gants chauds, tête froide
Titularisé pour la première fois en championnat depuis mars 2016, Landry Bonnefoi a parfaitement tenu son poste. Intérim réussi pour le gardien numéro 3.
Depuis le 11 mars dernier, il n’avait plus goûté la moindre titularisation avec le Racing, si ce n’est avec la réserve. Lancé au relais d’un Alexandre Oukidja en manque de confiance au printemps dernier, Landry Bonnefoi avait débuté à Valenciennes, puis face à Brest, à la Meinau. L’intérim ne s’était pas prolongé en Ligue 2. La faute à une blessure, qui avait permis à Oukidja de retrouver son poste de titulaire.

Avec l’arrivée de Bingourou Kamara cet été, Landry Bonnefoi, 34 ans, est passé de numéro 2 à numéro 3 dans la hiérarchie des gardiens du Racing. Sans perdre son sourire et son professionnalisme, lui qui était arrivé avec un grand bonheur en Alsace en juillet 2016, après un an de chômage, consécutif à la fin de son contrat à Châteauroux (2013-2015).

Hier, il a donc remis les gants en Ligue 1. Chose qu’il n’avait plus fait depuis la saison 2012-2013, quand il jouait au SC Bastia. L’hécatombe qui a touché les gardiens strasbourgeois (Kamara, puis Oukidja s’étant blessés) a en effet obligé Thierry Laurey à relancer le vétéran dans le grand bain, lui qui avait déjà relayé Oukidja face au Paris-SG, mercredi dernier.

En première mi-temps, Landry Bonnefoi, tout de vert vêtu, a rapidement pris (retrouvé ?) ses marques, sous le kop alsacien. Une tête en retrait de Koné pour se chauffer les gants (3e ), puis un bon réflexe sur un tir lointain de Gradel (8e ). Il a ensuite un poil de réussite, sur cette sortie aérienne un peu ratée devant Jullien, qui ne porte heureusement pas à conséquence (17e ).
La parade qu’il fallait

A la 25e , il s’est tourné vers le mur bleu, les deux poings serrés, un grand sourire aux lèvres. Jonas Martin venait tout juste de donner l’avantage à ses coéquipiers, en transformant un penalty généreux. Las, la joie de Bonnefoi sera de courte durée. Cinq minutes plus tard, il ne peut rien sur une reprise imparable de Gradel, après un coup franc toulousain mal dégagé.

Mais Landry Bonnefoi va garder les gants chauds et la tête froide en cette fin de première mi-temps. En écartant un ballon aérien du bout des doigts, sous la pression de Diop (33e ), puis en gagnant son duel, du pied, face à Delort (37e ).

En deuxième mi-temps, celui qui a eu la chance d’apprendre le métier sous la houlette de Gigi Buffon à Turin, a continué à replacer sa défense. Et il a une nouvelle fois pu lever les bras au ciel. Mangane, sur un service de Lienard sur corner, venait de redonner l’avantage aux Bleus (52e ).

Quand Toulouse a accentué la pression, autour de l’heure de jeu, il a encouragé sa défense. Et a réalisé la parade qu’il fallait, pour détourner le danger sur un tir de Gradel (70e ). Avec un peu de malice (et beaucoup de métier), il a pris tout son temps pour dégager, en fin de rencontre, grattant quelques précieuses secondes.

Au coup de sifflet final, il a mis un genou à terre, avant de serrer capitaine Mangane dans ses bras. Une titularisation, une victoire… Rien à dire, Landry Bonnefoi est à 100%.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 41679
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Landry Bonnefoi   Jeu 21 Déc 2017 - 21:53

« Je m’entraîne pour jouer »
Même s’il ne revendique rien, le gardien Landry Bonnefoi, titularisé et vu à son avantage lors des deux derniers matches de l’année, s’efforce de bousculer la hiérarchie.
Il promène sa carcasse à la Meinau sans jamais traîner les pieds, ni faire la tronche.

Landry Bonnefoi ne jouait pourtant qu’un rôle proche de celui d’un GO du club Med ces derniers temps : gardien n°3 dans la hiérarchie définie par Thierry Laurey.

Celui qui a connu un parcours atypique, en signant notamment très jeune à la Juventus de Turin, est cependant loin, à 34 ans, de se considérer comme un simple sparring-partner.

Il attendait juste de pouvoir le démontrer, sans savoir quand – et surtout si – il en aurait l’occasion.
« On part en vacances un peu déçus »

Les circonstances, avec les blessures successives du titulaire Bingourou Kamara et de la doublure Alexandre Oukidja, l’ont replacé dans la lumière de la Meinau, il y a dix jours, en Coupe de la Ligue, face au PSG, quand il a remplacé “Ouki” touché à la cuisse en fin de rencontre.

Depuis, il a aligné deux titularisations et deux prestations de qualité. Mercredi à Metz, il a certes pris trois buts, mais n’en a pas moins signé un match plein.

« C’est difficile de s’entendre dire qu’on a été bon quand on perd 3-0, surtout de la façon dont on a perdu. On savait que ce serait un gros match et on part en vacances un peu déçus, d’autant que c’était un derby. On avait envie de le gagner. Malheureusement, l’issue a été différente ce que nous souhaitions. »

L’accumulation des matches aurait-elle pesé dans les cannes de la cigogne strasbourgeoise, comme l’a suggéré, sans en faire une excuse, Thierry Laurey ?

« Je ne sais pas. Metz avait joué le même nombre de matches que nous. À mon sens, ça n’a pas changé grand-chose. Quand on est footballeur, on a envie d’enchaîner les rencontres. Non, pour moi, ça s’est joué dans la tête. »

De son poste reculé, l’ancien Amiénois a aussi observé ce que Bakary Koné et Jérémy Blayac ont pointé du doigt : un engagement déficient.

« Metz a été bon. Mais nous n’avons pas évolué à notre niveau habituel, celui des six matches précédents (4 victoires, 2 nuls). Pourtant, si nous mettons nos occasions de la première mi-temps, cela change tout parce que cela peut plonger les Messins la tête dans le sac. Quand on ne les met pas, on n’est pas à l’abri de ce qui s’est passé. Mais au-delà de ça, nous n’étions pas assez dans l’intensité. Nous les avons trop laissés jouer pour espérer quelque chose. Nous n’avons pas été suffisamment présents dans l’impact. »

Du coup, Bonnefoi n’a pas chômé à Saint-Symphorien. Malgré les trois buts encaissés, sur lesquels il ne pouvait rien, il a rendu une copie très correcte et retardé le naufrage du bateau bleu. « J’ai fait beaucoup d’interventions, mais ça passe à l’arrière-plan. On me donne la chance de jouer. J’essaie d’aider l’équipe. Mais je ne suis pas imbattable. On l’a bien vu ce soir (mercredi). »

Forts de leur longue invincibilité, ses partenaires ne l’étaient pas non plus. Étaient-ils en revanche abattus dans le vestiaire ? « Déçus, oui, abattus, non, car on sait ce qu’on a fait avant, réplique-t-il. C’est un match à mettre de côté. On a vécu un début de championnat un peu dur avec tous les changements intervenus cet été. Il a fallu qu’on apprenne à se connaître pour jouer ensemble. Au bout d’un moment, ça s’est mis en route. On a montré ce dont on était capables et on va reprendre en janvier avec la même détermination et de l’ambition. »

La remarque vaut évidemment pour lui. S’il respecte les choix de Thierry Laurey, il entend les compliquer, malgré un statut de n°3 qui, il y a dix jours encore, semblait immuable.

« Pour moi, n°3, ça ne veut rien dire. Je m’entraîne comme les autres pour jouer. Le coach m’avait mis n°3. J’accepte avec du mal, mais c’est comme ça. Quand on fait appel à moi, je m’efforce de tout donner. J’essaie de le faire et de bien le faire pour qu’on soit satisfait de moi. Après, le coach fera ses choix. »

Au moins a-t-il pu lui prouver que ses deux titularisations valaient plus un triple ban qu’une place de n°3 sur le banc…
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 41679
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Landry Bonnefoi   Mer 13 Juin 2018 - 5:03

Strasbourg : Landry Bonnefoi sur le départ ?
 Limité à un rôle de numéro 3 à Strasbourg, Landry Bonnefoi hésite à prolonger son contrat.
En fin de contrat, Landry Bonnefoi n'est pas certain de rester à Strasbourg malgré la volonté de ses dirigeants de le prolonger. Ils ne lui proposent qu'un rôle de numéro 3, ce qui le fait hésiter. Le gardien (34 ans) reste donc attentif aux intérêts d'autres clubs : l'AC Ajaccio (L2) et le Red Star (L2) dans un costume de numéro 1 mais aussi Amiens comme doublure. Brescia (Serie B) garde également un oeil sur lui.
equipe
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 41679
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Landry Bonnefoi   Jeu 30 Aoû 2018 - 11:56

Landry Bonnefoi s'engage au Luxembourg
Libre de tout contrat depuis la fin de son bail au Racing, Landry Bonnefoi vient de retrouver un challenge. Le gardien du but s'est engagé avec le club du F91 Dudelange
canalracing
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 41679
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Landry Bonnefoi   Lun 10 Sep 2018 - 3:35

Bonnefoi, 35 ans et Milan
L’ex-gardien remplaçant du Racing Landry Bonnefoi a joué une mi-temps vendredi en amical à Molsheim avec son nouveau club, Dudelange, battu 3-1 par les Bleus. Bientôt, il découvrira la Coupe d’Europe face au Milan AC.
Il ne s’est pas attardé vendredi dans les vestiaires du Stadium de Molsheim où son nouveau club, le F91 Dudelange, venait de s’incliner face au Racing. L’ancien portier n°2, puis n°3 du Racing, Landry Bonnefoi, a vite rejoint ses amis strasbourgeois avant de regagner Weyersheim, là où sa femme et ses enfants vivent toujours. À bientôt 35 ans, il s’offre un challenge de taille avec la première équipe luxembourgeoise qualifiée pour la phase de poules de l’Europa League.

« Ça fait bizarre »

« – Landry, où en êtes-vous des tracasseries qui, pour le moment, vous empêchent de jouer en championnat du Luxembourg ?
– Là-bas, le mercato estival se termine le 31 juillet. Je n’ai signé que fin août comme joker médical, après la fracture du tibia du titulaire Jonathan Joubert. L’UEFA m’a donné le feu vert pour l’Europa League. Mais pour l’instant, la Fédération luxembourgeoise me le refuse en championnat, ce qui pourrait m’obliger à attendre le mercato d’hiver. J’espère que ça va se régler.
– Avez-vous eu d’autres contacts?
– Je n’ai pas été loin de rejoindre Metz comme doublure d’Alex (Oukidja, autre ancien portier strasbourgeois). Durant un mois, je me suis entraîné à Schiltigheim. Un jour à la sortie de l’entraînement, mon téléphone a sonné. Dudelange cherchait un gardien pour remplacer le n°1, blessé. Ça s’est fait très vite. J’ai signé une année, plus une en option. Cette dernière dépendra de mes prestations. Je vais faire le maximum pour la gratter. Ici, le football n’est pas professionnel. Mais Dudelange grandit. C’est un beau projet.
– Serez-vous titulaire ?
– Oui. On joue au foot pour l’être. A Strasbourg, j’ai accepté les choix du coach, mais je ne me suis jamais résigné à être n°2 ou 3. La première année, j’ai su bousculer la hiérarchie. Malheureusement, je me suis blessé et Ouki en a profité pour reprendre sa place. Qui sait ce qui se serait passé sans cette blessure ? La saison passée comme n°3 a été plus compliquée. Ne pas être dans le groupe les jours de match n’est pas facile à vivre. Mais quand j’ai eu du temps de jeu, j’ai montré ce dont j’étais capable.
– Le 20 septembre, jour de vos 35 ans, Dudelange accueillera le Milan AC en ouverture d’une poule d’Europa League dans laquelle figurent également le Betis Séville et l’Olympiakos. Êtes-vous aussi excité qu’un junior ?
– Excité, non. Heureux, oui. Pour Dudelange, c’est un événement considérable, une première dans l’histoire du football luxembourgeois. Quand je suis arrivé juste avant le barrage retour à Cluj ( vainqueur 2-0 à l’aller, le F91 l’a emporté 3-2 en Roumanie ), les dirigeants m’ont parlé de cette éventuelle qualification. Si on m’avait dit, quand j’ai rejoint Strasbourg en 2016 après une année blanche, que deux ans plus tard, je jouerais la Ligue Europa avec un autre club, je ne l’aurais pas cru. Dans le foot, ça peut aller très vite. C’est une grande chance. L’excitation viendra sûrement le jour du match.
– Ne regrettez-vous pas d’avoir refusé la prolongation d’un an proposée par le Racing* ?
– Non. C’est que ça devait se terminer ainsi. Cet épisode appartient au passé et je ne souhaite plus en parler. Mais ça fait drôle de retrouver mes amis en face comme lors de ce match amical à Molsheim. Ça m’a fait bizarre de les quitter après une première saison magnifique, couronnée par la montée en L1, et une autre, c’est vrai, plus délicate. Strasbourg restera un beau souvenir, avec son stade, ses supporters. C’est un très bon club auquel je souhaite le meilleur.
dna
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Landry Bonnefoi   

 

Landry Bonnefoi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Racing club de Strasbourg :: Le Racing :: Staff et joueurs du Racing-