Le Forum du Racing Club de Strasbourg : Actualités, transferts, matchs à venir, la vie du RC Strasbourg au quotidien
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Basket (+ SIG)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 15, 16, 17  Suivant
AuteurMessage
Marco 69/73
Champion du Monde
Nombre de messages : 38967
Date d'inscription : 25/11/2012


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Mer 14 Fév 2018 - 9:49

Ligue des champions (8es de finale)
Neptunas Klaipeda pour la SIG

La SIG connaît depuis ce matin son adversaire en 8es  de finale de la Ligue des champions. Les Strasbourgeois affronteront les Lituaniens du Neptunas Klaipeda.
Le tirage au sort des 8es  de finale de la Ligue des champions a été effectué ce matin par Henrik Rödl, l’ancien arrière de l’Alba Berlin, aujourd’hui sélectionneur de l’équipe d’Allemagne, et l’ex-pivot international espagnol Fernando Romay.
La SIG, qui a terminé en tête du groupe C, affrontera les Lituaniens du Neptunas Klaipeda, 4es  du groupe B – dans lequel figurait l’Elan Chalon. La formation balte est plutôt solide chez elle, où elle a décroché cinq de ses sept victoires lors du premier tour.
Le match aller aura lieu en Lituanie les 6 ou 7 mars, la manche retour est programmée au Rhenus le 13 ou 14 mars.
En cas de qualification pour les quarts de finale, les Strasbourgeois seront opposés au vainqueur du match entre l’AEK Athènes, déjà croisé en phases de poules, et Nymburk.

Le tableau des 8es  de finale

PAOK - Pinar Karsiyaka
Nanterre 92 - Banvit
AEK - Nymburk
Oldenburg - MHP Riesen
Zielona Gora - AS Monaco
Medi Bayreuth - Besiktas
Murcie - Tenerife
Neptunas Klaipeda - SIG
.
dna
Allmen67 MrEnigme
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 37975
Age : 52
Localisation : Em Elsass !
Date d'inscription : 05/12/2006
Humeur : amoureux

Informations
Club préféré: Strasbourg
Profession: Prof d'HG
http://www.forumrcs.com/index.htm

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Jeu 15 Fév 2018 - 10:16

Klaipeda, l'ancienne Memel.

_________________
Finir? Non, le voyage ne s'achève pas ici.
La mort n'est qu'un autre chemin qu'il nous faut prendre.
Le rideau de pluie grisâtre s'ouvrira et tout sera brillant comme l'argent.
Alors, vous les verrez !
Les rivages blancs et au-delà la lointaine contrée verdoyante sous un fugace levée de soleil.


Courage Jimmy !

Schilles tel que vous ne l'avez jamais vu https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=gtslFXBB3YM
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 38967
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Ven 16 Fév 2018 - 21:48

Leaders CUP -
Quart de finale :
 la SIG s’incline contre l’Asvel (70-77)
Abandonnés par la Force

La SIG a perdu son quart de finale de Leaders Cup et aussi David Logan, touché au mollet. La belle série strasbourgeoise s’est arrêtée, hier après-midi, à Disneyland Paris face à l’Asvel.
Le sixième épisode d’une saga est rarement le meilleur et la SIG a encore pu le vérifier hier. À Disneyland Paris, le quadruple demi-finaliste de la Leaders Cup, vainqueur de l’épreuve en 2015 et finaliste deux ans plus tôt, est passé à l’as dès son entrée en lice, comme la saison dernière d’ailleurs.

Jeudi soir, à leur arrivée à Marne-la-Vallée, les Strasbourgeois avaient embarqué à bord de l’Hyperspace Mountain, la nouvelle attraction labellisée Star Wars. Hier, la guerre des étoiles entre les deux plus gros budgets de l’élite a tourné à l’avantage de la “Green team” (70-77) et la bande à Zack Wright a été éjectée du grand huit alors qu’elle venait tout juste d’y prendre place.
Une entame idéale

Arc-boutée sur une défense de fer, la SIG avait pourtant idéalement lancé les hostilités en repoussant les coéquipiers d’AJ Slaughter à 14 longueurs après seulement sept minutes (16-2). « On n’a pas profité de notre excellent début de match, a analysé Vincent Collet après-coup. C’est vraiment dommage de ne pas avoir capitalisé là-dessus, on interdisait beaucoup de choses, on déroulait… »

L’ouverture du banc strasbourgeois a été très préjudiciable. En face, le temps-mort pris par TJ Parker a eu le don de relancer la mécanique grippée de la “Vieille dame”. « Je leur ai dit de se lâcher, ce n’était pas nous, a expliqué le coach de l’Asvel. On jouait à deux à l’heure, on était un peu coincés. Je leur ai dit de respecter le “game plan” et de se faire plaisir. »

Charles Kahudi a aussi pris la parole, à la pause, et été le grand artisan du redressement. « On n’était pas dans ce qu’on voulait faire, il fallait corriger les choses, remobiliser les gars », a dit “L’Homme”.

« Il est leader et il le montre. Ce qu’il a fait en deuxième mi-temps, c’est énorme », a apprécié son entraîneur.

Au sortir des vestiaires, la SIG en a été quitte pour encaisser un terrible 17-4 en 4’30”. Pour ne rien arranger, elle a aussi perdu David Logan, qui a ressenti une pointe au mollet. « C’est au minimum une élongation, et j’espère qu’il ne s’agit pas d’une déchirure, ce serait une catastrophe, a grimacé Vincent Collet. C’est aussi la conséquence de l’enchaînement des matches, avec déjà des joueurs en moins (Louis Labeyrie, Jérémy Leloup et Pape Sy, NDLR). J’ai pas mal tiré sur les mêmes. On a un bel effectif, mais bientôt, on va être plus forts à l’infirmerie que sur le terrain. »
« On va essayer de profiter de la trêve (internationale) pour récupérer »

Privés de leur meilleur scoreur, les Alsaciens ont alors manqué de solutions extérieures. « Levi (Randolph) était très timide, il n’y a que Dee (Bost) qui a amené un peu de danger. Et notre domination intérieure de la première mi-temps pouvait, dès lors, être beaucoup mieux contrôlée par les aides défensives », a encore décortiqué le Normand.

L’Asvel, en prime, a retrouvé de l’adresse. Inoffensifs au mitan des débats (deux points pour le duo), John Roberson et, surtout, AJ Slaughter, ont fait feu de tout bois ensuite (26 points en seconde période) pour s’inviter dans le carré VIP du tournoi.

Pour la SIG, cette élimination prématurée constitue un coup d’arrêt après une série de dix succès de rang. « On va essayer de profiter de la trêve (internationale) pour récupérer. La date que j’ai cochée, c’est le 6 ou le 7 mars, à Klaipeda », a conclu Vincent Collet, le regard déjà tourné vers l’horizon européen.

Les sabres laser, eux, sont remisés dans leurs fourreaux. La Force, hier, avait abandonné les Strasbourgeois.
dna
Marius
Vainqueur de la Coupe de l'UEFA
avatar Masculin Nombre de messages : 14480
Age : 70
Localisation : Weitbruch
Date d'inscription : 07/11/2008
Humeur : pensif

Informations
Club préféré: Racing Barcelone Losc
Profession: retraite

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Sam 3 Mar 2018 - 14:13

Au terme d'un très gros match, la SIG Strasbourg signe une belle victoire qu'elle a dû chercher avec ses tripes.
[ltr]#SIGJLB[/ltr] [ltr]#JeepELITE[/ltr]



Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 38967
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Sam 3 Mar 2018 - 21:40

Championnat de France Élite (21e journée) :
la SIG arrache le succès contre Bourg (79-78)
Costaud dedans

Longtemps à la traîne et pas en veine en termes d’adresse, la SIG a pu compter sur un secteur intérieur ultra-dominateur pour renverser une accrocheuse équipe de Bourg-en-Bresse (79-78), hier au Rhenus.
Vincent Collet ne s’attendait pas vraiment à autre chose. Après la coupure de deux semaines en raison des matches internationaux, le technicien strasbourgeois savait que la reprise allait être ardue, dans un Rhenus pas loin d’être plein.
Avec Atkins et Bilan, la SIG appuie très fort à l’intérieur

« Tout le monde a vu que le match était corsé et que l’on a souvent été derrière au score, dit-il. Avec le staff, on était persuadé de vivre ce scénario-là, a minima. Le match de reprise est toujours sujet à surprise. Regardez Monaco, qui a souffert vendredi, ou Villeurbanne et Limoges (battus respectivement à domicile par Boulazac et Châlons-Reims) … »

La SIG n’a pas été loin d’allonger la liste des cadors qui sont tombés de haut. La faute, en premier lieu, à une équipe de Bourg arrivée en Alsace avec un fort esprit de revanche.

Voilà deux semaines, la Jeunesse Laïque avait pris une bonne correction en 8es  de finale de la Coupe de France (93-64) et n’était visiblement pas disposée à tendre l’autre joue.

Entre-temps renforcée par le meneur Trey Lewis, transfuge d’Ulm, la troupe de Savo Vusevic a commencé par défendre le plomb, ce qui n’est pas dans ses habitudes.

Contrairement à la SIG, au jeu offensif sans inspiration, elle a aussi fait pleuvoir les tirs à trois points avec une bonne dose de réussite (13 sur 32 pour les Burgiens contre un famélique 4 sur 21 pour Logan et les siens). Tant et si bien que l’affaire commençait à prendre une bien vilaine tournure dans le premier acte (29-40, 17e ).

En l’absence de solutions à l’extérieur, les Strasbourgeois décident alors d’appuyer très fort à l’intérieur. « On a pu se reposer sur les épaules de Miro Bilan, apprécie coach Collet. Il a beaucoup impacté l’adversaire. Ce qui est paradoxal, c’est que l’on a quand même dominé dans la peinture, malgré l’apport de Peacock. »
À l’expérience et au métier

L’intérieur bressan, bien parti pour finir meilleur joueur du championnat, a donc pesé sur les débats avec ses 21 points, à 8 sur 11 au tir. Moins, toutefois, que son vis-à-vis croate, qui s’est peu ou prou chargé de tout : l’apport au tableau d’affichage (21 points), les rebonds (13 prises) et même les passes décisives (meilleur total de la SIG avec 5 caviars).

À ses côtés, le vaillant Darion Atkins a aussi apporté son écot, avec ses 20 points, dont les deux derniers du match, même si son investissement défensif est plus douteux. « On a abusé du jeu intérieur mais il le fallait, sinon on ne passait pas », insiste le stratège alsacien.

Pour autant, son équipe s’est exposée à une déconvenue jusqu’au bout. L’indiscipline d’Inglis, éliminé après avoir collectionné cinq fautes en un temps record, et de Dee Bost, auteur d’une “technique” inutile, a failli coûter cher.

« Il a manqué un peu de lucidité et un peu de chance à la fin, constate Savo Vucevic. Certes, Strasbourg nous a dominés aux rebonds et mis beaucoup de points à l’intérieur, où l’on était un peu soft. Mais si on avait gagné ici, ça n’aurait pas été volé. C’est celui qui a le plus d’expérience et de métier qui a gagné. On a mal exploité le dernier ballon, en faisant un truc qui n’était pas prévu… On n’a même pas essayé de prendre le dernier tir, voilà ce que je regrette. »
Dès mercredi en Lituanie, le « début d’un thriller »

L’once d’amertume du coach burgien tranche avec le soulagement de son homologue alsacien. « Malgré le manque de rotations (Labeyrie et Leloup sont toujours convalescents, sans oublier Sy, absent longue durée), on s’en est sorti. Ce qui n’était pas le cas en début de saison, quand c’était serré. Le fait de l’avoir gagné, ce match, c’est quelque chose qui compte. Ça nous a remis en piste. »

Une victoire importante, donc, avant le 8e de finale aller de Ligue des champions, ce mercredi (19h) chez les Lituaniens du Neptunas Klaipeda. « Je l’ai dit aux gars dans les vestiaires, avec ce match aller, c’est le début d’un thriller. »

Celui d’hier soir était déjà haletant. Le parfum européen est encore plus enivrant.
dna
candyraton
Vainqueur de la Ligue des Champions
avatar Masculin Nombre de messages : 18655
Age : 72
Localisation : bas-rhin
Date d'inscription : 17/01/2009
Humeur : content

Informations
Club préféré: Arsenal, Racing Club les Misérables
Profession: retraité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Dim 4 Mar 2018 - 3:15

Malgré les absences de Labeyrie et Leloup et en attendant le match du Mans ce soir, le bilan est plus que positif.
1.Strasbourg21150241740:15900.714      
2.Monaco21150061777:16220.714      
3.Le Mans20140061569:14430.700      
4.Limoges21111091664:16680.571      
5.Nanterre 9221111091749:16860.571      
6.Bourg-en-Bresse21111091769:17020.571      
7.Lyon-Villeurbanne21110191634:16050.524      
8.Dijon211100101674:16330.524      
9.Gravelines-Dunkerque2091191499:15170.500      
10.Levallois211001101658:16690.476      
11.Cholet20900111422:14850.450      
12.Chalons-Reims21900121669:17700.429      
13.Le Portel21810121525:15680.429      
14.Antibes21900121638:16950.429      
15.Elan Bearnais21900121642:16460.429      
16.Boulazac21611131648:17940.333      
17.Chalon/Saone20600141591:16330.300      
18.Hyeres-Toulon21600151601:17430.286      
candyraton
Vainqueur de la Ligue des Champions
avatar Masculin Nombre de messages : 18655
Age : 72
Localisation : bas-rhin
Date d'inscription : 17/01/2009
Humeur : content

Informations
Club préféré: Arsenal, Racing Club les Misérables
Profession: retraité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Dim 4 Mar 2018 - 12:55

Le Mans ayant carrément coulé à Chalon/Saone 91-72 la SIG reste en tête.
candyraton
Vainqueur de la Ligue des Champions
avatar Masculin Nombre de messages : 18655
Age : 72
Localisation : bas-rhin
Date d'inscription : 17/01/2009
Humeur : content

Informations
Club préféré: Arsenal, Racing Club les Misérables
Profession: retraité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Mer 7 Mar 2018 - 12:49

Matthieu Angosto, publié le mercredi 07 mars 2018 à 20h08
Battus en Lituanie par le Neptunas Klaipeda (73-68) en huitièmes de finale aller de la Ligue des Champions, Strasbourg devra gagner de plus de cinq points pour espérer se qualifier.
Strasbourg se déplaçait ce mercredi sur le parquet du Neptunas Klaipeda, dans le cadre des huitièmes de finale aller de la Ligue des Champions. Face à la quatrième attaque de la compétition, les hommes de Vincent Collet sont restés trop courts, s'inclinant 73-68 en Lituanie. Les Alsaciens sont très mal rentrés dans leur match, accusant rapidement dix points de retard sur leurs adversaires (22-12 après 10 minutes). Sous l'impulsion de David Logan (19 points), les Strasbourgeois vont grappiller une partie de leur retard en deuxième quart-temps, remportant le deuxième acte 22-16 pour rentrer aux vestiaires avec seulement 4 points de retard. Strasbourg passe brièvement devant, avant de craquer Malgré une attaque maladroite (20 pertes de balle), Strasbourg hausse le ton en défense, en deuxième mi-temps. Plus dominants au rebond (36 prises à 29), les coéquipiers de Louis Labeyrie (8 points, 7 rebonds) reviennent à égalité, et passent même brièvement devant en milieu de troisième quart-temps. Mais le Neptunas ne panique pas, et reprend très vite l'avantage, porté par un Tomas Delininkaitis inarrêtable à longue distance (19 points à 5 sur 9 à 3 points). Malgré les sorties consécutives de Simas Galdikas et d'Edgaras Zelionis en fin de quatrième quart-temps, Strasbourg ne parvient pas à rattraper son retard. Les Alsaciens s'inclinent 73-68, et devront s'imposer d'au moins six points pour espérer se qualifier mercredi prochain, lors du match retour.
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 38967
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Mer 7 Mar 2018 - 21:41

Ligue des champions (8e de finale aller) :
la SIG s’incline à Klaipeda (73-68)
Sauvés de la noyade

Après avoir pris l’eau en première mi-temps, hier au bord de la mer Baltique, les Strasbourgeois ont finalement évité le naufrage et se sont maintenus à flot, dans leur 8e de finale de Ligue des champions face à Klaipeda. La SIG devra l’emporter de six points, mercredi prochain au Rhenus.
Le décor a assurément changé. La SIG a redécouvert, hier, les joies d’évoluer dans une enceinte digne de ce nom, en Ligue des champions. Un mois après avoir décroché leur qualification pour les huitièmes de finale dans le petit hangar de Bandirma, en Turquie, les Strasbourgeois ont investi une scène autrement plus clinquante.

Écrans géants diffusant la rencontre, sono parfaite, sièges classieux de couleur pourpre et grise, petite restauration tous les dix mètres aux extrémités de la salle… La moderne Svyturio Arena (5486 places), qui a accueilli quinze matches de poule de l’Euro-2011, a tout pour plaire et redore l’image d’une Coupe d’Europe un peu trop fournie en gymnases improbables.
« Au début, on aurait dit des escargots »

Ici, l’histoire signifie quelque chose et on sait s’en souvenir. Les maillots de deux légendes de Klaipeda et du basket lituanien, le pivot Eurelijus Zukauskas et l’arrière Arvydas Macijauskas, ont ainsi été retirés. Ils trônent fièrement au-dessus du parquet. Pour l’éternité.

Durant un quart-temps et demi, hier, les Alsaciens n’ont néanmoins pas fait honneur au cadre. Sublimés par un public participatif et jamais fatigué de chanter, les Baltes ont envoyé la première salve (29-15, 14e ), trop heureux de bonifier les munitions généreusement offertes par les hommes de Vincent Collet (13 balles perdues à la pause). « Au début, on aurait dit des escargots, tonne l’entraîneur de la SIG. On était tellement lent et déficient dans le démarquage qu’on se faisait prendre les balles dans les mains… Pendant longtemps, on s’est fait rentrer dedans et on a perdu la bataille de l’agressivité. Il a fallu un quart d’heure pour qu’on se mette à la hauteur de l’événement. »

Une fois n’est pas coutume, les Strasbourgeois n’ont pas trouvé, en Miro Bilan (6 points, aucun rebond et -2 d’évaluation), le « point de fixation » qui les sécurise en temps normal. David Logan ( voir entretien ci-dessous ), l’autre valeur sûre du groupe, a donc pris les choses en main, quand le navire a dangereusement tangué. Les deux missiles en périphérie du ‘‘sniper’’ américain, en fin de première mi-temps, ont rallumé la lumière (32-27, 18e ). « Il a mis de gros shoots à ce moment-là », salue son coach.

Dee Bost, son compatriote, a passé la deuxième lame. Même s’il n’arrête jamais de se marrer et de chambrer ses coéquipiers en dehors du terrain, le virevoltant meneur US n’est pas qu’un comique de répétition. Et son tempérament de compétiteur a encore fait des ravages hier (12 points, 5 rebonds, 6 passes décisives, 2 interceptions et 17 d’évaluation). « Nous avons été portés par nos extérieurs », constate Vincent Collet, qui n’occulte pas pour autant l’impact de son ailier fort Damien Inglis (13 points, 6 rebonds), « précieux » dans les moments clés.
« Il y avait du K.-O. dans l’air »

La SIG a ainsi été un temps en position de s’octroyer un net ascendant psychologique, dans le premier épisode de sa double confrontation face aux Baltes (47-53, 28e ). Hélas, Tomas Delininkaitis, l’arrière international lituanien (19 points, 5 sur 9 à trois points), en a décidé autrement, du haut de ses 35 printemps (63-56, 32e ). Dans un vacarme assourdissant, les Alsaciens auraient pu perdre pied. Ils ne sont finalement pas mécontents de regagner leurs pénates nantis d’une défaite de cinq longueurs (73-68). « Il y avait du K.-O. dans l’air, note le sélectionneur tricolore. Les joueurs de Klaipeda ont affiché un cœur énorme. Ils voulaient nous assommer mais n’ont pas réussi. On était dans les cordes, on s’est battu et on est revenu. Mais il faudra qu’on soit meilleur pour inverser la tendance. »

Dans un Rhenus quasi imprenable cette saison – seuls Le Mans et les Allemands de Bayreuth s’y sont imposés –, la SIG devra l’emporter de six points ou plus, pour s’offrir un quart de finale européen. Elle y retrouvera peut-être les surprenants Tchèques de Nymburk, auteurs d’une sacrée prouesse, hier dans l’antre de l’AEK Athènes (88-98). Mais on n’en est pas encore là…
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 38967
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Sam 10 Mar 2018 - 21:47

Championnat de France Élite (22e journée) :
 la SIG s’incline dans l’antre de Châlons-Reims (80-72)
 Atterrissage manqué

Trois jours après leur prestation en demi-teinte à Klaipeda (Lituanie), en 8e de finale aller de la Ligue des champions, les Strasbourgeois ont complètement raté la transition, hier sur le parquet de Châlons-Reims (80-72). La SIG perd sa place de leader du championnat, au profit de Monaco.
Ils n’avaient vraiment pas envie de s’éterniser. Arrivés à Châlons-en-Champagne en TGV hier matin – soit le jour même de leur match face au CCRB –, les Strasbourgeois en sont repartis à la vitesse éclair, en fin de soirée, dans un bus affrété pour l’occasion.

Les Alsaciens n’étaient assurément pas venus faire du tourisme, ni même réviser leur histoire dans la commune marnaise, dont on avance qu’elle aurait acquis le statut de préfecture durant l’ère révolutionnaire, lorsqu’il était devenu urgent d’éclipser Reims, la “cité des rois”.

La SIG était pressée, donc. On ne peut pas dire, pourtant, qu’elle ait expédié les affaires courantes, dans le joyeux brouhaha du Palais des sports Pierre-de-Coubertin.
« Tout ce qu’on pouvait craindre est arrivé »


À peine remis de leur éprouvant périple à Klaipeda, où ils ont limité la casse tant bien que mal (73-68), en 8e  de finale aller de la Ligue des champions, les hommes de Vincent Collet ont vécu 24 premières minutes cauchemardesques (9-0, 2e  ; 40-23, 17e  ; 57-35, 24e ), face au 14e de l’élite.

« Tout ce qu’on pouvait craindre est arrivé, soupire l’entraîneur. En première mi-temps, nous étions largués, endormis. Notre adversaire s’est montré agressif, adroit (11 sur 21 à trois points notamment, ndlr) et percutant, et de notre côté, nous tendions la joue. On a vraiment des choses à se reprocher. On s’est fait bouger. Beaucoup de joueurs n’ont pas affiché un niveau d’engagement et de détermination suffisant. »

À côté de ses pompes (2 points à 1 sur 7 aux shoots en 10’41’’), trois jours après une performance déjà médiocre en Lituanie (-2 d’évaluation), Miro Bilan a payé au prix fort la réorientation « tactique » opérée par Vincent Collet.

Coupable, selon son coach, d’avoir « manqué deux claquettes » toutes cuites, l’intérieur croate – si flamboyant depuis qu’il porte le maillot de la SIG – n’a plus remis les pieds sur le terrain après la pause. Inimaginable…

« Ce n’est pas une sanction, tient néanmoins à préciser le technicien alsacien. Je sais qu’on aura besoin d’un grand Miro mercredi (pour le 8e  de finale retour de la BCL au Rhenus, ndlr). J’ai simplement repositionné Jérémy Leloup en quatre (ailier fort) et Louis Labeyrie en cinq (pivot) pour jouer plus large, retrouver un peu d’espace et de vitesse. »

Le pari a fonctionné à merveille. En l’absence de ses deux homologues Zack Wright et Ludovic Beyhurst – tous deux en délicatesse avec leur dos –, Dee Bost, le seul meneur de métier côté strasbourgeois, s’est métamorphosé (17 points à 7 sur 13 aux shoots, 10 passes décisives, 3 rebonds, 5 fautes provoquées, 24 d’évaluation), après avoir été longtemps « malmené » par son vis-à-vis islandais Martin Hermannsson.

Portée à bout de bras, aussi, par son international Louis Labeyrie (18 points, 11 rebonds, 21 d’évaluation), très saignant depuis son retour de blessure, la SIG a infligé un hallucinant 20-0 en quatre minutes à son hôte dans le troisième acte (57-55, 28e ). « On a réalisé beaucoup d’efforts et affiché un visage plus conquérant en seconde mi-temps, observe le sélectionneur tricolore. Hélas, il nous a manqué un peu de lucidité en fin de match. »

Dans un ultime coup de rein (75-69, 38e ), Châlons-Reims a empêché le hold-up, déboulonnant le leader strasbourgeois de son piédestal. Vainqueur au forceps de Dijon (94-90), hier, Monaco reprend, seul, la première place du championnat. « C’est une défaite qui fait mal », regrette Vincent Collet.

Le meilleur moyen de la digérer serait encore de se qualifier pour les quarts de finale de la Coupe d’Europe, mercredi face à Klaipeda. Pas gagné d’avance…
dna
candyraton
Vainqueur de la Ligue des Champions
avatar Masculin Nombre de messages : 18655
Age : 72
Localisation : bas-rhin
Date d'inscription : 17/01/2009
Humeur : content

Informations
Club préféré: Arsenal, Racing Club les Misérables
Profession: retraité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Mer 14 Mar 2018 - 15:45

la SIG qualifiée pour les 1/4 de finales de la LDC après une seconde mi-temps de feu. 








Après
prolongation
Strasbourg 
881317212413

 
Neptunas
78192414138
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 38967
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Mer 14 Mar 2018 - 22:35

Ligue des champions (8e de finale retour) :
 la SIG bat Klaipeda (88-78 a.p.) et va en quart Renversants !

La SIG est revenue d’entre les morts. Plombée par une première mi-temps catastrophique, abandonnée par ses leaders, elle s’est sublimée pour s’ouvrir les portes des quarts de finale au terme de la prolongation. Ces garçons sont renversants.
Cinq points. Voilà le handicap que la SIG devait remonter contre les Lituaniens du Neptunas Klaipeda sur son parquet pour transformer les balbutiements européens de l’hiver en grande aventure du printemps.

Comme il y a deux ans, quand Rodrigue Beaubois et les siens avaient tenu le public en haleine jusqu’en finale de l’Eurocoupe, perdue les armes à la main face aux Turcs de Galatasaray.
Le néant, puis le charisme selon Inglis

Cette fois-ci, les Strasbourgeois sont arrivés en retard au rendez-vous. Malgré les efforts d’Alain De Senne, le speaker survolté, il ne se passe strictement rien lors d’une première période toute vilaine. Pas même un frisson ne parcourt les travées du Rhenus, où les quelque 5 700 spectateurs tout de rouge vêtus n’en croient pas leurs yeux.

Vincent Collet a bien compris que ses hommes ont perdu le rythme et, pour certains, la main, ces temps-ci. Mais le technicien alsacien pensait que le parfum européen allait les sublimer et suffire à pallier les carences du moment. Il a dû longtemps patienter avant de le constater.

« On a été mauvais durant trente longues minutes, reconnaît-il. Je l’explique de plusieurs façons. D’abord parce que notre adversaire a affiché la même agressivité qu’à l’aller et a été encore plus intelligent dans le jeu. On a subi son impact. À chaque contact, on reculait. Même nos preneurs de balle habituels n’y étaient pas. Du coup, on a été très vite en difficulté et on a eu tendance à se précipiter. »

Quand l’intenable ailier-fort Zelionis, auteur de 17 points à la pause, monte au dunk dans un Rhenus abasourdi et muet (21-36, 17e ), les Strasbourgeois ont alors un débours de 21 points à remonter pour passer en quarts. Le rêve européen s’évanouit dans la douceur de la nuit strasbourgeoise.

À ce moment du match, David Logan, le sniper attitré de la SIG, n’a pas encore inscrit le moindre point. « Klaipeda avait décidé d’enlever tous les tirs à David et de les laisser à tous les autres, précise Collet. Les gars s’entêtaient en cherchant la solution immédiate. À la mi-temps, je leur ai dit : “Arrêtez d’aller dans le mur, faites plus de passes !” Et dans les dix dernières minutes, on a enfin trouvé les joueurs pour nous aider. »

Dee Bost, qui continue à se démener comme un beau diable, parvient à réveiller le Rhenus. Bilan se met à son tour au niveau. Logan, d’un tir primé, replace les siens dans le sillage de Klaipeda. Et surtout Inglis, d’un panier bonifié, signe l’égalisation (68-68, 37e ).
En quarts contre l’AEK Athènes

Le massif intérieur de la SIG, flanqué de Darion Atkins, trouve enfin les solutions.

« Ces deux-là ont été précieux, constate le technicien alsacien. Ils ont apporté de la lucidité et de la justesse en fin de match. » À 58 secondes de la fin, c’est Inglis qui efface l’ardoise et envoie tout le monde en prolongation (75-70). Incroyable…

Privé de quatre joueurs, éliminés pour avoir accumulé les fautes – Kisielius, Zelionis, Galdikas et Sulkskis –, Klaipeda commence à être à court d’arguments. Logan et Inglis, le grand bonhomme de la soirée (21 points), en profitent.

« Dans ces situations-là, ce n’est plus le basket qui fait la différence, mais le charisme, sourit le jeune Guyanais, venu à la SIG pour relancer une carrière à l’arrêt. On n’a pas été meilleur qu’eux, mais on voulait aller plus loin dans la compétition. »

Alors qu’une vibrante Marseillaise parcourt les travées, la grande histoire peut commencer. En quarts de finale, dans deux semaines, c’est un autre revenant, l’AEK Athènes, qui sera au programme. On en frissonne déjà.
dna
Marius
Vainqueur de la Coupe de l'UEFA
avatar Masculin Nombre de messages : 14480
Age : 70
Localisation : Weitbruch
Date d'inscription : 07/11/2008
Humeur : pensif

Informations
Club préféré: Racing Barcelone Losc
Profession: retraite

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Dim 18 Mar 2018 - 13:34

Belle opération de la SIG Strasbourg qui s'impose face à Nanterre 


Marius
Vainqueur de la Coupe de l'UEFA
avatar Masculin Nombre de messages : 14480
Age : 70
Localisation : Weitbruch
Date d'inscription : 07/11/2008
Humeur : pensif

Informations
Club préféré: Racing Barcelone Losc
Profession: retraite

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Dim 18 Mar 2018 - 13:36

Ma petite fille était au Rhénus Sport, elle doit être heureuse ! bien Bravo
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 38967
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Dim 18 Mar 2018 - 22:27

Championnat de France Élite (23e journée) :
la SIG domine Nanterre (93-78)
Avec autorité

La SIG a fini par essorer Nanterre 92, hier au Rhenus Sport, pour verrouiller un peu plus sa place dans le top-3 du Championnat de France. Les Strasbourgeois ont pu compter sur un banc prolixe afin de faire la différence.
Oublié, le faux pas à Châlons-Reims, qui avait mis un terme à sept succès de rang en Championnat de France Élite. La SIG, hier, a retrouvé toute sa superbe et c’est Nanterre 92 qui en a fait les frais. Les Strasbourgeois ont terrassé leur poursuivant au classement (93-78) en y ajoutant la manière, ce qui est toujours bienvenu.

Les partenaires de Miro Bilan avaient besoin de l’emporter de trois points pour reprendre le panier-average à leur hôte et sécuriser – sans doute pour de bon – leur place dans le top-3. Ils ont fait beaucoup mieux que ça en corrigeant les banlieusards parisiens après avoir fait la course en tête du début à la fin. Le patron, hier, était strasbourgeois (123 d’évaluation collective à 68).
« Un monde entre les deux équipes »

Pascal Donnadieu a d’ailleurs rendu un hommage appuyé à son tombeur du jour. « Il y a un monde entre les deux équipes. Nous, notre objectif, c’est de prétendre jouer les play-offs et je peux vous dire qu’on n’y est pas encore. Strasbourg ne présente pas les mêmes arguments. Il aurait fallu un très fort Nanterre en face, or, on n’était pas au niveau de cette équipe réellement impressionnante dans sa capacité à mettre de l’intensité pendant quarante minutes », a relevé le coach francilien, pointant également les carences au poste cinq – « On est en grande souffrance, on s’est fait laminer » – et un manque cruel de rotations.

« On a été sanctionnés dès qu’on a ouvert le banc, plus que lourdement. Des garçons comme Heiko Schaffartzik ne peuvent quasiment pas sortir, et quand il rejoint le banc, on prend un éclat. Ce n‘est pas un surhomme et en deuxième mi-temps, il coince, comme Lahaou Konaté. Pendant que la SIG accumule les rotations, nous, on fatigue avec les joueurs majeurs. C’est quasiment ingérable », a analysé le technicien des Hauts-de-Seine.

Vincent Collet, lui, a tout de même regretté que son équipe ait eu besoin de gagner ce match deux fois. « On a été induit en erreur, en première mi-temps, par la qualité offensive de notre début de match. Mon assistant, (Nebojsa) Bogavac, m’a dit à la fin du premier quart que notre attaque, c’était de la poésie. » Une phrase qui n’a pas manqué de faire sourire, le Monténégrin n’ayant jamais eu la réputation de déclamer des vers lorsqu’il était encore en tenue.

Inspirés en attaque, notamment dans la peinture, bénéficiant – il est vrai – de la permissivité nanterrienne, Dee Bost et sa bande avaient ainsi passé 32 points à leurs vis-à-vis en dix minutes. « On est tombé dans le panneau de jouer leur match, a repris coach Collet. Et quand tu joues leur match, tu ne gagnes pas souvent. » Le stratège maison a donc tiré la sonnette d’alarme à la pause. « Le salut devait venir par la défense. »
Des minutes bien réparties

La seconde période a été de bien meilleure facture sur ce plan-là, Nanterre plafonnant à 31 points (47 au mitan). « On a varié les stratégies (en changeant notamment sur tous les écrans, ndlr) , mais c’est d’abord dans les comportements individuels que le changement drastique s’est opéré », a souligné le Normand. Les pistoleros du “9-2” avaient rentré dix de leurs dix-neuf tirs à 6,75 m en première période ; ils ont raté leurs sept tentatives ensuite.

En défendant mieux, en continuant à se passer la balle aussi (23 assists ), les Strasbourgeois ont inexorablement pris le dessus, même s’ils ont abandonné 16 rebonds offensifs aux visiteurs. Vincent Collet, lui, a pu compter sur un bon apport du banc et a harmonieusement réparti les minutes – seul Dee Bost en a passé plus de 25 sur le parquet.

Toujours bon à prendre avant de devoir remettre le couvert dès demain à Gravelines et d’enchaîner par un quart de finale de Coupe de France à Trélazé samedi et un autre de Ligue des champions à Athènes.
dna
Marius
Vainqueur de la Coupe de l'UEFA
avatar Masculin Nombre de messages : 14480
Age : 70
Localisation : Weitbruch
Date d'inscription : 07/11/2008
Humeur : pensif

Informations
Club préféré: Racing Barcelone Losc
Profession: retraite

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Mar 20 Mar 2018 - 15:53

[size=38]Basket-ball - Championnat de France ÉliteLa SIG s’impose à Gravelines (71-76)[/size]

Accrochée jusqu’au bout sur le parquet du BCM Gravelines-Dunkerque, la SIG s’est imposée ce mardi 20 mars (71-76) pour le compte de la 24e journée du championnat de France Élite et conforte un peu plus sa place dans le Top 3.
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 38967
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Mar 20 Mar 2018 - 22:32

Championnat de France Élite (24e journée) :
la SIG s’impose à Gravelines (71-76)
 Ils ont dû batailler

Si les Strasbourgeois ont perpétué une bonne tradition en s’imposant, hier, à Gravelines (71-76), ils ont dû s’employer pour mettre au pas une combative et valeureuse équipe nordiste.
Il n’est jamais évident de s’imposer à Sportica et Vincent Collet n’avait d’ailleurs pas manqué de le rappeler à sa troupe au terme du décrassage programmé lundi – une manière aussi de la maintenir sous pression après son succès de la veille contre Nanterre. Le scénario de la rencontre d’hier soir est venu rappeler que le coach n’avait pas lancé cet avertissement à la légère.

Alors, certes, la SIG a décroché la timbale dans le petit chaudron gravelinois pour la quatrième fois en cinq saisons. Mais elle a dû s’employer jusque dans les dernières minutes pour faire entendre raison à une accrocheuse, voire héroïque équipe nordiste.
« On a manqué de sérieux à la fin »

Le BCM a tiré la langue et commencé à piocher dans le dernier quart-temps, usé, comme l’a été Nanterre 92 juste avant lui, par l’intensité physique strasbourgeoise. Mais il n’a pas déposé les armes pour autant, n’a pas abdiqué et est même revenu à trois points à 35’’ du terme, après une réussite longue distance de Benjamin Sene.

Si la SIG a contrôlé le tempo et donné l’impression d’avoir de la marge, ce que traduit d’ailleurs l’évaluation collective (97 à 78), elle n’a pas eu la partie facile pour autant. « On a manqué de sérieux à la fin du match en particulier, mais pas seulement, a regretté Vincent Collet au coup de sifflet final. Et puis Gravelines a été très courageux, très vaillant et n’a jamais lâché l’affaire, même quand on avait un petit pécule. À chaque fois, ils ont ferraillé pour revenir. »

Dans le collimateur du coach strasbourgeois, ces fautes à donner et qui ne sont pas commises « alors que l’adversaire a besoin de jouer vite et de prendre des risques ». « Sur le temps-mort de Julien Mahé, quand on a dix points d’avance, je fais remarquer aux joueurs qu’en face, ils ont quatre fautes et nous, seulement une et qu’il serait bon de les utiliser pour ralentir leur tentative de retour qui n’allait pas manquer d’arriver. »

Les Strasbourgeois n’ont du coup pas fait l’économie d’un final tendu, jusqu’à ce que Miro Bilan (17 points, 7 rebonds, 23 d’évaluation) ne mette le couvercle sur les débats à la faveur de deux lancers-francs et d’une ultime cueillette au rebond.
Place à la Coupe

Si l’enchaînement de deux rencontres en 48h a sans doute pesé dans la balance, la qualité de l’adversaire aussi. Le BCM, remarquable dans l’emballage, avait au préalable bien défendu sur David Logan et proposé quelques séquences de très bonne facture. « Je retiens qu’on a fait un très bon match de basket, avec une construction offensive vraiment intéressante, a souligné Julien Mahé, le technicien nordiste. Il faut se rendre compte qu’en face, c’est une armada. On ne joue pas dans la même catégorie à plus forte raison avec un meneur et un poste cinq en moins (JR Reynolds, blessé au mollet, et Chris Otule, touché à la cuisse, étaient forfaits, ndlr). »

Cette neuvième victoire en dix journées de Championnat permet en tout cas aux Alsaciens de rester au contact du Mans, victorieux in extremis lundi sur le parquet de Châlons-Reims, et de Monaco, qui reçoit Nanterre ce soir. Dee Bost (encore neuf passes décisives hier) et sa bande vont donc pouvoir se projeter avec la satisfaction du devoir accompli sur leur quart de finale de Coupe de France, samedi, une compétition qu’ils n’ont aucunement l’intention de négliger, même si un autre quart de finale, de Ligue des champions cette fois, se profile dans la foulée à Athènes.

À Trélazé, ils défieront l’Asvel, l’une des rares équipes à les avoir fait tomber depuis la mi-janvier – c’était en… quart de finale, encore un, de la Leaders Cup. Les retrouvailles s’annoncent plus qu’excitantes.
dna
Marius
Vainqueur de la Coupe de l'UEFA
avatar Masculin Nombre de messages : 14480
Age : 70
Localisation : Weitbruch
Date d'inscription : 07/11/2008
Humeur : pensif

Informations
Club préféré: Racing Barcelone Losc
Profession: retraite

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Sam 24 Mar 2018 - 15:25

La SIG Strasbourg s'impose face à l'ASVEL et se qualifie pour les 1/2 finales de la Coupe de France. [ltr]#ASVELSIG[/ltr]


Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 38967
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Sam 24 Mar 2018 - 22:14

Coupe de France (quart de finale) :
la SIG s’impose face à l’Asvel (93-79)
Un appétit sans limite

L’Anjou n’a pas tué le jeu. À quatre jours d’un quart de finale européen à Athènes, la SIG a prouvé qu’elle ne négligeait aucune compétition, en rossant Villeurbanne hier à Trélazé. Elle briguera un ticket pour Paris-Bercy, aujourd’hui (17h) face à Nanterre, en demi-finale de la Coupe de France.
C’est une certitude, toutes les compétitions ne se valent pas. Tout juste inaugurée et déjà en fusion à l’heure d’accueillir l’Euro féminin, en juin 2013, l’Arena Loire de Trélazé n’avait plus tout à fait le même charme, au moment de dérouler le tapis rouge aux huit équipes encore en lice en Coupe de France.
Avant de redevenir, sans nul doute, un volcan en éruption, pour la réception du concert d’Indochine vendredi prochain, l’enceinte a sonné creux, lors des quatre quarts de finale d’une épreuve en déficit d’image. En guise de cache-misère, d’immenses rideaux noirs avaient été déployés pour masquer les tribunes vides, de sorte que les téléspectateurs, devant leur petit écran, n’y voient que du feu.

« Jouer sur tous les tableaux à fond »

Contrairement à Monaco, le leader de l’élite hexagonale – auteur d’une parodie de match quelques heures plus tôt face à Boulazac (86-63) –, la SIG n’a pas bradé la compétition, hier contre l’Asvel, malgré l’imminence de son quart de finale aller de la Ligue des champions, mercredi à Athènes. « Nous sommes des compétiteurs », justifie Damien Inglis, irrésistible face à l’armada rhodanienne, tant dans l’impact athlétique qu’à la finition (15 points à 6 sur 6 aux shoots, 19 d’évaluation). « On a un “roster” suffisamment complet pour jouer sur tous les tableaux à fond. »
Dans le sillage de leur jeune ailier-fort polyvalent (22 ans), aussi mobile face au cercle qu’imposant dans la raquette, les Strasbourgeois ont démembré sans retenue une équipe villeurbannaise qui leur avait fait l’affront de les éliminer de la Leaders Cup (77-70), le 16 février dernier. Après quatorze petites minutes (20-42), Jérémy Leloup – mordant à souhait (8 points, 5 rebonds, 4 fautes provoquées, 13 d’évaluation) – et ses partenaires avaient déjà un pied et quatre orteils en demi-finale.
« Notre pression défensive nous a permis de réaliser des stops et d’enclencher notre jeu rapide, apprécie Vincent Collet, l’entraîneur alsacien. On a beaucoup couru, on a mis du rythme dans cette rencontre et on s’est offert des paniers faciles. Aujourd’hui (hier) , j’ai pu faire tourner l’effectif, précisément parce que tout le monde jouait bien. Si c’était le cas à chaque fois, je ferais toujours ça (sourire). Mais parfois, les différences de niveau entre les uns et les autres sont importantes. »
Cette fois, la partition de la SIG n’a pas été entachée par la moindre fausse note. Pendant que les cadres habituels, Wright, Bost, Logan, Labeyrie et Bilan, étaient tous limités à moins de vingt minutes, leurs remplaçants ont parfaitement fait le job. « Même le jeune Cortale a réussi un bon passage », prend soin de préciser Vincent Collet.
Le petit excès de suffisance affiché en début de quatrième quart-temps (66-79, 33e ) n’a, lui, pas prêté à conséquence. En dépit de l’abattage de son “pistolero” Lighty (21 points), l’Asvel s’est montrée incapable d’ancrer ses rares efforts collectifs dans la durée. Au micro, Alain De Senne, l’habituel speaker de la SIG invité à animer – en toute neutralité – les quatre rencontres de la journée, avait sans doute envie d’exploser, comme il le fait si bien toute l’année au Rhenus.
Les Strasbourgeois, eux, n’ont pas eu le temps de savourer. Quelques instants après la dernière sirène, le hasard a placé Nanterre, vainqueur de Denain hier, sur leur route lors de la demi-finale programmée aujourd’hui (17h), toujours à Trélazé. « En matière de tirage au sort, ce qu’il y a de pire, en général, c’est pour moi, ironise Vincent Collet. Nanterre est l’équipe la plus dangereuse sur le papier. Mais c’est mieux de l’affronter ici plutôt qu’à Paris devant ses supporters. »
Paris, le mot est lâché. Au stade où elle en est, la SIG ne voit plus d’autre horizon qu’une finale à Bercy, trois ans après y avoir remporté sa seule Coupe de France (2015).
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 38967
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Mer 28 Mar 2018 - 21:42

Ligue des champions, quart de finale aller :
 la SIG s’incline à l’AEK Athènes (78-69)
Pas infaisable

La SIG a frôlé l’exploit, hier à Athènes. Mais une mise en route poussive et une fin de match irrespirable l’ont fait trébucher (78-69). Au Rhenus, mercredi prochain, il faudra remonter 9 points.
Il faut espérer que Miro Bilan et Dee Bost ne le regrettent pas amèrement. Dans les derniers instants du match, alors que la salle olympique de l’OAKA a pris feu dans un brouhaha infernal, rappelant la chaude ambiance de Galatasaray d’il y a deux ans, les deux Strasbourgeois n’ont converti qu’un de leurs deux lancers-francs.

De neuf unités de débours, l’écart aurait pu passer à sept. Dans ce genre d’opposition à l’intensité extrême, où chaque point compte, cette différence pourrait donc être de taille. « Neuf points à remonter, c’est à la fois beaucoup et peu, analyse Vincent Collet. On est plutôt en ballottage défavorable, mais ça fait partie de ces situations qui peuvent se retourner ! »
« On n’a pas réussi à contrôler leur retour »

Au mitan de ce quart de finale, tout reste donc ouvert. La SIG reste toujours en vie alors que ses habituels leaders n’ont pas vraiment répondu présent. On pense à Miro Bilan, qui n’a inscrit qu’un point – celui sur la ligne de réparation –, ou encore à Dee Bost et David Logan, qui ont chacun rendu une vilaine copie à longue distance, à un sur six au tir.

Malgré ces défaillances individuelles, les Alsaciens ont su trouver les ressources nécessaires pour effacer une entame catastrophique (14-2, 5e ). Louis Labeyrie est le premier à trouver un accès au panier. Levi Randolph, sorti du banc, enquille 12 points en un rien de temps.

Surtout, Zack Wright vient muscler la défense et réveiller les siens. Avec 15 points, 6 passes et 7 rebonds au total, l’explosif meneur américain monté sur un coussinet d’air a été le meilleur homme sur le terrain. Mais à la pause, huit longueurs sont encore à grappiller (41-33).

Au retour des vestiaires, les Alsaciens deviennent furieux et parviennent à faire baisser de manière spectaculaire les décibels dans les tribunes. « On a fait un quart-temps remarquable, dit coach Collet. Avec un Zack Wright au four et au moulin et un David Logan que l’on n’avait pas vu en première mi-temps, on a pu prendre les devants (50-55, 28e ). Honnêtement, j’ai été surpris de nous voir un peu en avance. »

Mais à l’entame du money-time , les Athéniens semblent s’inspirer de la chanteuse Barbara, quand soudain, semblant crever le ciel, et venant de nulle part, surgit un aigle noir… Celui-ci prend les traits de Kevin Punter, ce drôle d’oiseau venu du petit club polonais de Radom, qui avait déjà inscrit 50 points en deux matches à la SIG en phase de poule…
« Le Rhenus va être en feu »

« C’est sûr qu’avec Punter (auteur de 15 points) , ça fait une sacrée différence, précise encore le technicien strasbourgeois. Il ne fait pas que scorer, il a aussi une excellente défense. Globalement, on n’a pas réussi à contrôler leur retour. La pression nous a gagnés, comme en début de match. On a un peu paniqué, on a forcé quelques situations et fait des mauvais choix. »

Bien secondé par Vasilopoulos et Sakota, Kevin Punter embrase la salle. À deux minutes et demie de la fin, la SIG est alors sur le point de sombrer corps et âme. « À moins 12, ça aurait pu mal tourner pour nous, en convient Collet. Heureusement, on réalise de bons “stops” dans les derniers instants. »

La SIG a désormais une semaine devant elle pour préparer son plan de bataille. Mercredi prochain (20h30) à la maison, il faudra s’imposer de dix points. « Le Rhenus va être en feu, s’enthousiasme Vincent Collet. Je leur ai déjà dit qu’il faudra y aller sans crainte, pas comme contre Klaipeda au tour précédent. On peut rendre cette soirée mémorable… »

Pas infaisable, l’exploit est entre leurs mains.
dna
Marius
Vainqueur de la Coupe de l'UEFA
avatar Masculin Nombre de messages : 14480
Age : 70
Localisation : Weitbruch
Date d'inscription : 07/11/2008
Humeur : pensif

Informations
Club préféré: Racing Barcelone Losc
Profession: retraite

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Sam 31 Mar 2018 - 14:38

SIG Strasbourg
50 min · 

Belle victoire de la SIG Strasbourg face à Boulazac ✌️ 


Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 38967
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Sam 31 Mar 2018 - 22:04

Championnat de France Élite, 25e journée :
 la SIG domine Boulazac (88-75)
En premier de la classe

Sans être brillante, la SIG a fait le boulot contre Boulazac, son futur adversaire en finale de la Coupe de France, hier au Rhenus. De quoi préparer sereinement le sommet européen contre l’AEK, dès mercredi.
En cette veille de Pâques et de retour des cloches en provenance de Rome, la SIG a évité d’avoir le bourdon.

Face à Boulazac, potentiel relégable en Pro B qui n’avait remporté que deux succès sur ses dix derniers matches de championnat, il lui fallait repartir de l’avant, après le revers subi mercredi dernier sur le parquet de l’AEK Athènes (78-69), en quart de finale aller de la Ligue des champions.
« On voulait éviter une victoire à la Pyrrhus »

Depuis son retour de Grèce, Vincent Collet et ses hommes ne pensent d’ailleurs qu’à la seconde manche, ce mercredi (20h30) au Rhenus, et aux 9 points qu’il s’agira de remonter pour s’ouvrir les portes du Final Four.

« The Game », comme l’a baptisé le coach avec un grand sourire, a forcément éclipsé les affaires courantes du championnat, et même la perspective – encore lointaine – de la finale de Coupe de France contre ce même adversaire périgourdin, le 21 avril à Paris-Bercy.

Pour autant, il s’agissait de ne pas s’exposer à une fâcheuse sortie de route, comme ce fut le cas en décembre dernier à Boulazac, lors d’un match aller débridé mais bêtement perdu (109-102). Même sans Damien Inglis, laissé au repos pour soigner une contracture à la cuisse, mais avec un Jérémy Leloup, son capitaine au long cours qui fêtait son 300e match sous le maillot rouge et blanc, la SIG a donc fait le boulot.

« L’objectif, c’était de gagner, mais on voulait éviter une victoire à la Pyrrhus, expose le technicien alsacien. La mission est remplie, puisque Damien (Inglis) a pu se reposer et personne ne s’est blessé. »

Il a quand même fallu attendre le second acte pour voir la SIG prendre la mesure d’un adversaire guidé par Trenton Meacham (9 passes) et propulsé par Brandon Ubel, meilleur scoreur du match avec 18 points.

Si Dee Bost et les siens n’ont laissé aucun quart-temps à Boulazac, ils ont peiné à accélérer. «  À la mi-temps, on était à zéro interception, ce qui dénote notre manque d’agressivité, remarque coach Collet. Heureusement, on a élevé notre niveau au retour des vestiaires. »
« Des joueurs qui vont plus vite et sautent plus haut que nous »

À deux reprises, Boulazac est revenu à deux petits points de son hôte (36-34, 17e , puis 54-52, 26e ) avant de prendre un joli éclat. « Si on n’y arrive pas, c’est que l’on manque cruellement de constance et de stabilité en attaque, analyse Claude Bergeaud, l’entraîneur du promu. En défense, c’est une question de valeur intrinsèque. On est dominé face à des joueurs qui vont plus vite et sautent plus haut que nous. On ne peut pas les tenir. On les a vus à Trélazé (en Coupe de France) , on a encore analysé leur jeu à la vidéo, mais on n’est pas capable de les arrêter. Quand Dee Bost ou Zack Wright filent la ligne de fond, il n’y a pas grand monde pour les stopper… »

Au rayon des satisfactions, Vincent Collet a apprécié la prestation de Levi Randolph, son ailier américain qui a brillé en première mi-temps (13 points) pour finalement rendre sa meilleure copie sous le maillot strasbourgeois (17 points, 4 rebonds).

« J’ai bien aimé la confirmation de sa montée en puissance, dit le technicien alsacien. Levi prouve qu’on pourra compter sur lui mercredi. Flo Pietrus a aussi été précieux, notamment pour “bouger” ses coéquipiers en première mi-temps. Lui, en revanche, nous sera d’aucun secours contre Athènes (l’ex-international n’étant pas qualifié en Coupe d’Europe). »

Histoire de boucler cette soirée tranquille sur une bonne note, la SIG a aussi appris qu’elle avait récupéré les commandes de l’Élite, à la suite de la défaite de Monaco à Limoges.

« C’est bien de se retrouver premier du championnat, mais on a d’autres priorités, enchaîne Vincent Collet. On a commencé à préparer notre match européen depuis hier (vendredi). On va poursuivre à partir de lundi matin. On est tous “focus” là-dessus. La tâche est compliquée, mais c’est possible. L’objectif sera de mettre une très grosse pression sur Athènes dès l’entame et durant toute la durée du match. »

Quand la SIG retrouvera Boulazac à Paris-Bercy, elle sera peut-être en train de préparer son Final Four européen. Cela voudra dire qu’un exploit retentissant a eu lieu au Rhenus, un mercredi d’avril. Comme le dit Vincent Collet : « Et maintenant, the game ! »
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 38967
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Jeu 5 Avr 2018 - 7:03

Ligue des champions (quart de finale retour) :
 la SIG éliminée après son nul contre l’AEK (83-83)
Avec les honneurs

L’aventure européenne de la SIG s’est achevée, hier soir, face à une très belle équipe de l’AEK. Les Strasbourgeois sont toutefois tombés les armes à la main.
Il n’y a pas eu de nouvel exploit. Coutumière, sur la scène continentale, des renversements de situation épiques, pas plus tard qu’en 8e de finale face à Klaipeda, la SIG n’est pas parvenue à inverser la tendance cette fois-ci. Les Strasbourgeois, qui devaient effacer le débours de neuf points concédé la semaine dernière à Athènes (69-78), n’en ont finalement pas repris un seul, le duel d’hier se soldant par un nul (83-83).
Comme l’an passé, l’épopée de Jérémy Leloup et de sa bande en Ligue des champions s’est donc achevée contre une équipe grecque. Après l’Aris Salonique, en 8e de finale au printemps 2017, c’est l’AEK qui s’est mise au travers de leur route, au stade des quarts cette fois, pour la plus grande joie des quelque 300 supporters athéniens présents au Rhenus.

« On se suicide avec ces deux erreurs »

La prémonition de Vincent Collet, elle, s’est malheureusement vérifiée. Avant cette double confrontation, le coach avait en effet espéré qu’après avoir qualifié l’AEK à la faveur de son succès à Banvit lors de la dernière journée de la phase de poules, son équipe n’allait pas être éliminée par les Grecs. Le scénario a pris forme…
Ses protégés, eux, pourront longtemps regretter cette fin de match catastrophique, à l’Olympic Hall de Maroussi il y a huit jours, ce 18-2 encaissé dans la dernière ligne droite d’un match qu’ils avaient plutôt bien maîtrisé jusque-là. Cet éclat, ils l’ont traîné comme un boulet et leurs efforts de la manche retour n’ont pas suffi à le gommer.
Des erreurs, ils en ont aussi commises hier soir et elles ont notamment permis à Dusan Sakota de faire par deux fois ficelle à 6,75 m dans le money-time. « On se suicide avec ces deux erreurs, qu’on n’avait pas faites auparavant, déplore le stratège maison. On savait qu’il fallait le surveiller, toujours changer comme il le fallait. Pourquoi ne pas le faire à deux minutes trente de la fin, quand ils ne sont pas loin de plier ? »
En dépit de quelques lancers-francs égarés en route, de l’un ou l’autre paniers faciles ratés en première période, de quelques actions forcées aussi, la SIG n’en est pas moins à créditer d’un bon match. « C’est sans doute le plus gros qu’on ait fait en BCL cette année, bien plus intelligent qu’à l’aller, avec une meilleure utilisation de l’espace et plus de recherche intérieure sur Bilan, plus d’agressivité en général, observe Vincent Collet. Mais il y a encore de petites choses à corriger. On aurait dû avoir davantage de situations de pénétration, on a enterré quelques ballons. »

Jamais virtuellement qualifiée

Si la SIG, hier, n’a jamais été virtuellement qualifiée, même si elle a entrevu le dernier carré à la 28e ’ (55-47) après un grand numéro de Dee Bost derrière l’arc, c’est aussi en grande partie la faute à cette équipe grecque pétrie de talent – plusieurs paniers ont été frappés de ce sceau – qui a toujours empêché la fusée strasbourgeoise de décoller.
« On a élevé notre niveau par rapport au match aller, mais il aurait fallu l’élever encore un peu plus, conclut coach Collet. Parce qu’eux ont fait ce qu’il fallait, à l’image de Green qui a eu beaucoup de maîtrise dans tout ce qu’il a fait, ou d’un Punter insaisissable. » L’arrière américain, avec le plexi et à la sirène de fin, a même privé les Alsaciens de cette victoire qu’ils auraient tant méritée et offert l’organisation du Final Four à Athènes.
Cette élimination aux portes des demi-finales, les Strasbourgeois ne devront pas la ressasser trop longtemps. Ils ont en effet une pole position à défendre en championnat et une finale de Coupe de France à disputer. La déception digérée, le printemps alsacien s’annonce tout de même passionnant.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 38967
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Sam 7 Avr 2018 - 21:39

Championnat de France Elite (27e journée) :
 la SIG domine Levallois (95-80)
La tête à l’endroit

Encore tourneboulée par son élimination face à l’AEK Athènes, mercredi en quart de finale de la Ligue des champions, la SIG a retrouvé progressivement ses esprits, hier, au fil d’un match à sens unique contre Levallois.
On ne va pas se raconter d’histoires. Le produit offert au public du Rhenus, hier dans le cadre de la 27e journée de championnat, n’avait pas exactement la même saveur que le parfum euphorisant qui avait embaumé la salle, trois jours plus tôt en quart de finale de la Ligue des champions. « Je crois que même les gens qui n’ont pas l’habitude du basket s’en sont rendu compte, ironise Vincent Collet. En termes d’intensité et d’engagement, il y avait beaucoup d’écart… »
L’entraîneur strasbourgeois n’avait pas pour autant envie de blâmer ses protégés, après le spectacle quelconque livré face à Levallois. Pour obtenir un grand match, on a coutume de dire qu’il faut deux équipes. Or, celle de Freddy Fauthoux était trop diminuée pour rendre les coups pendant 40 minutes. Déjà privé de l’ancien meneur de la SIG (2012-2016) Louis Campbell, touché à la cuisse gauche et ovationné durant la présentation des équipes, le coach des Metropolitans a dû composer sans son ailier Travis Leslie, victime d’une « blessure musculaire ». « On s’est battu avec les armes que l’on avait, en faisant preuve de fierté, résume le stratège francilien. Mais même avec tout le monde, ça aurait été dur. Nous n’étions pas prêts à subir la dureté de notre adversaire. Nous avons perdu contre plus fort que nous. »
Lucide, le coach de Levallois ne s’est d’ailleurs pas joint au concert de protestations de ses joueurs envers l’arbitrage. Dans ce domaine, la palme est revenue à l’international slovène Klemen Prepelic, aussi génial par séquences que prompt à dégoupiller quand les choses se gâtent. Pour ne pas avoir su contrôler sa colère contre les hommes en noir, l’arrière a été prié de regagner prématurément le vestiaire.

Florent Pietrus a fait oublier son âge

Sa frustration, au cœur d’un troisième quart-temps totalement débridé (65-47, 27e’ ), contrastait avec la sérénité de la SIG, soucieuse de mener à terme sa thérapie, après avoir enterré son rêve de Final Four européen mercredi.
D’un bout à l’autre de la rencontre, Florent Pietrus aura montré la voie à suivre. L’intérieur strasbourgeois (10 points à 5 sur 5 aux shoots, 5 rebonds, 3 passes décisives et 19 d’évaluation en seulement 19 minutes) a fait oublier son âge – 37 printemps – et remporté son duel avec son ex-compagnon de route Boris Diaw, avec qui il a écrit quelques-unes des plus belles pages de l’équipe de France.
Mention spéciale, également, à Dee Bost. Si l’on excepte sa sortie de route récente à Athènes, le meneur américain régale ses coéquipiers depuis plus d’un mois.
Tous ces efforts conjugués ont fini par mettre à terre les Levalloisiens, qui n’ont plus su où donner de la tête après la mi-temps (81-61, 32e’ ). Les Alsaciens, eux, conservent le leadership de l’élite. « Il faut vite se reconcentrer, car les trois rencontres (déplacements à Chalon-sur-Saône et Villeurbanne, puis réception de Monaco) à venir vont constituer le tournant de la saison régulière, prévient Vincent Collet. Nous devons a minima en prendre deux, sachant qu’avec un grand chelem, on s’ouvrirait les portes de la première place. »
Et donc l’avantage du terrain jusqu’en finale des play-offs. La SIG pourrait en avoir besoin, dans sa quête de titre…
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 38967
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Mer 11 Avr 2018 - 21:40

Championnat de France Élite (26e journée, match en retard) :
 la SIG chute lourdement à Chalon (95-72)
 Ils ont perdu pied

Chalon a confirmé son renouveau en étrillant la SIG (95-72), hier soir au Colisée. Les Alsaciens, qui ont aussi perdu Dee Bost sur blessure, abandonnent le fauteuil de leader à Monaco. Une bien mauvaise soirée, sur toute la ligne…
La précédente visite au Colisée n’avait pas laissé un souvenir mémorable dans le camp strasbourgeois. C’était en juin dernier, lors du match 5 de la finale de Pro A, et la bande à Jérémy Leloup, l’un des rares rescapés de cette aventure avec Olivier Cortale, Vincent Collet et Lauriane Dolt, avait laissé échapper une cinquième finale consécutive.

La rencontre d’hier soir ne sera pas non plus à consigner dans les annales. La SIG, qui restait sur quatre succès de rang sur la scène nationale, et même onze levées en douze journées de championnat, a subi la loi d’un Élan redevenu conquérant depuis le début de l’année, et l’arrivée d’un Nate Wolters une nouvelle fois impérial (29 points, 9 passes, 35 d’évaluation).

Surclassés en agressivité, les Alsaciens n’ont pas fait mieux que Le Mans, l’Asvel ou Nanterre, eux aussi corrigés en Bourgogne, concédant au passage leur plus lourde défaite de la saison (95-72, et 115 à 73 à l’évaluation collective).
La plus lourde défaite de la saison

Nate Wolters, on l’a dit, a causé bien des tourments à la défense strasbourgeoise, mais l’Élan a aussi trouvé des solutions alternatives. L’improbable Khalid Boukichou et le guerrier Jérémy Nzeulie, décidément toujours aussi inspiré face à la SIG, ont pris une part active à l’éclat du troisième quart-temps et largement contribué à envoyer les visiteurs au tapis.

Jean-Denys Choulet a pu boire du petit-lait au coup de sifflet final. « Qui pouvait penser qu’on allait mettre vingt-trois points à Strasbourg ? Personne. Moi non plus. Qu’on pouvait gagner, oui, avec un tel écart, non. On avait été battus en Alsace, on a su répondre en faisant un match sérieux, du même niveau que le match un des play-offs contre Strasbourg la saison dernière. J’avais houspillé mes gars à l’aller, où (Miro) Bilan nous avait découpés. » Auteur de 21 points au Rhenus, l’international croate a plafonné à 8 unités cette fois. « Pour moi, c’est une des clefs du match. »

Vincent Collet, lui, affichait la tête des mauvais jours. « Chalon a bien joué, mais nous, on a été très mauvais, particulièrement apathiques, hormis quelques-uns à l’image de Zack Wright, qui s’est battu (26 d’évaluation) , et de Flo Pietrus. Leur combativité était trois fois supérieure à la nôtre et quand tu es dominé dans ce domaine-là, le reste généralement ne va pas trop… »
Grosse entorse pour Bost

De ratée, la soirée a même pris un tour dramatique avec la blessure de Dee Bost. Resté un long moment sur le parquet au début du quatrième quart-temps, après être retombé sur le pied de Darrin Dorsey, le meneur US souffre d’une grosse entorse. « C’est quasiment certain qu’il ne jouera pas la finale de Coupe de France dans dix jours, a révélé coach Collet. Ça noircit un peu plus le tableau. Il y a de quoi être inquiet sans doute jusqu’à la réception de Limoges (le 24 avril) , sachant que notre troisième meneur (Ludovic Beyhurst) est absent depuis trois mois et qu’il n’est pas prévu qu’il reprenne. »

Avec cette défaite, sa troupe abandonne aussi le fauteuil de leader à Monaco, vainqueur hier à Boulazac (67-94). L’Élan, de son côté, poursuit sa folle remontada et peut toujours briguer l’un des deux derniers strapontins en play-offs, même si Jean-Denys Choulet se refuse encore à l’envisager – « Nous, on a toujours seulement parlé de sauver nos fesses ».

Un scénario qui pourrait précipiter les Bourguignons dans les pattes de la SIG dès les quarts de finale. Pas franchement une bonne nouvelle au vu de la démonstration de ce mercredi…
dna
Allmen67 MrEnigme
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 37975
Age : 52
Localisation : Em Elsass !
Date d'inscription : 05/12/2006
Humeur : amoureux

Informations
Club préféré: Strasbourg
Profession: Prof d'HG
http://www.forumrcs.com/index.htm

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Jeu 12 Avr 2018 - 6:51

Je me disais bien que ça allait trop bien, en championnat en tous cas. On aurait finit par croire qu'ils finiraient champions en fin de saison... ^^^

_________________
Finir? Non, le voyage ne s'achève pas ici.
La mort n'est qu'un autre chemin qu'il nous faut prendre.
Le rideau de pluie grisâtre s'ouvrira et tout sera brillant comme l'argent.
Alors, vous les verrez !
Les rivages blancs et au-delà la lointaine contrée verdoyante sous un fugace levée de soleil.


Courage Jimmy !

Schilles tel que vous ne l'avez jamais vu https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=gtslFXBB3YM
candyraton
Vainqueur de la Ligue des Champions
avatar Masculin Nombre de messages : 18655
Age : 72
Localisation : bas-rhin
Date d'inscription : 17/01/2009
Humeur : content

Informations
Club préféré: Arsenal, Racing Club les Misérables
Profession: retraité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Jeu 12 Avr 2018 - 8:31

Quand on veut postuler au titre de champion de France on n'a pas le droit de laisser filer un match comme çà à quelques journées de la fin de la saison régulière. Ce n'est pas une défaite mais une déroute.
Allmen67 MrEnigme
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 37975
Age : 52
Localisation : Em Elsass !
Date d'inscription : 05/12/2006
Humeur : amoureux

Informations
Club préféré: Strasbourg
Profession: Prof d'HG
http://www.forumrcs.com/index.htm

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Jeu 12 Avr 2018 - 9:41

Eh oui, tout le monde voyait Chalon, le champion en titre au fond du trou, il est encore possible qu'il  le reste en fin de saison...

_________________
Finir? Non, le voyage ne s'achève pas ici.
La mort n'est qu'un autre chemin qu'il nous faut prendre.
Le rideau de pluie grisâtre s'ouvrira et tout sera brillant comme l'argent.
Alors, vous les verrez !
Les rivages blancs et au-delà la lointaine contrée verdoyante sous un fugace levée de soleil.


Courage Jimmy !

Schilles tel que vous ne l'avez jamais vu https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=gtslFXBB3YM
candyraton
Vainqueur de la Ligue des Champions
avatar Masculin Nombre de messages : 18655
Age : 72
Localisation : bas-rhin
Date d'inscription : 17/01/2009
Humeur : content

Informations
Club préféré: Arsenal, Racing Club les Misérables
Profession: retraité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Dim 15 Avr 2018 - 12:44

Et une défaite de plus çà commence à sentir le roussi.

Lyon-Villeurbanne7618232114  
Strasbourg7325171615
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 38967
Age : 71
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Dim 15 Avr 2018 - 21:16

Championnat de France Élite (28e journée):
 la SIG s’incline sur le parquet de l’ASVEL (76-73)
Du mieux, mais…

Méconnaissables à Chalon mercredi, les Strasbourgeois ont montré un bien meilleur visage, hier, à Villeurbanne. Ils n’en ont pas moins cédé à nouveau, malgré un David Logan “on fire”.
L’annonce a été faite jeudi : l’ASVEL bénéficiera, à compter de la saison 2019/2020, d’une wild-card de deux ans pour disputer l’Euroligue. Le board de l’instance a été séduit par le potentiel de développement économique du club présidé par Tony Parker et ses projets d’académie du basket et de salle de 10 000 places.

En attendant de jouer avec les grands d’Europe, la “Vieille dame”, après une première partie de saison poussive, s’évertue déjà à retrouver un rang plus conforme à son standing dans le championnat de France. Hier, elle a signé un cinquième succès d’affilée en Élite et c’est la SIG qui, cette fois, a fait les frais de ce retour au premier plan (76-73). «Leur reconstruction, paradoxalement, les rend plus forts, a observé Vincent Collet après-coup. Ils alignent plus souvent une équipe défensive qu’auparavant.»
Une empoignade qui avait un avant-goût de play-offs

Les Strasbourgeois, qui avaient beaucoup à se faire pardonner après leur sortie de route mercredi à Chalon, ont été bien plus conquérants, mais cela n’a pas suffi. En dépit d’un David Logan chaud bouillant (30 points, nouveau record personnel en Championnat, à 7 sur 14 derrière l’arc), ils ont cédé pour la seconde fois de la semaine à l’issue d’une empoignade qui avait un avant-goût de play-offs.

«On a fait un bon match globalement, on était présent, c’est pour ça que je ne suis pas trop déçu, a indiqué coach Collet. Après, on commet de petites erreurs qui nous font mal. Et puis, l’écart de fautes et de lancers-francs est clairement aussi un élément important de ce match.» Ses hommes n’en ont eu que six à tirer (quatre réussis), quand les Villeurbannais se sont présentés à 18 reprises sur la ligne de réparation.

C’est en revoyant son agressivité à la hausse dans l’ultime période, à l’image de ces trois contres d’Amine Noua, que l’ASVEL a fini par faire entendre raison à son hôte. « Avec un peu plus de dureté sur la fin, pour notre part, on aurait pu se rapprocher encore plus, a repris l’entraîneur alsacien. Mais globalement, une nouvelle fois, c’était pas mal compte tenu des circonstances.» Sa troupe était en effet privée de son fer de lance Dee Bost, victime d’une entorse de la cheville au Colisée  et dont le retour est à présent espéré samedi pour la finale de la Coupe de France contre Boulazac.

«Et en plus de Dee, il nous manquait un autre joueur…», a encore commenté Vincent Collet, sans nommer explicitement Louis Labeyrie dans un premier temps. «Il était là, mais pas là.»
Zéro pointé pour Labeyrie

L’intérieur à la tignasse afro était aux abonnés absents et n’a pas inscrit le moindre point à l’Astroballe (0/5 au tir, -2 d’évaluation). «On a beaucoup joué pour David (Logan) qui était chaud brûlant, ça a un peu privé les autres de ballons et je pense qu’il est un peu sorti de son match à cause de ça. Et quand il a eu les opportunités, il était énervé et n’a pas pu les exploiter à bon escient, a analysé l’entraîneur strasbourgeois. C’est dommage parce que pour prendre le relais, il était forcément une option. Il n’est pas obligé de faire de grands matches à chaque fois, mais on a besoin d’un peu plus.»

Rentrée bredouille de ses deux déplacements, la bande à Jérémy Leloup a donc lâché encore un peu plus de lest sur le leader Monaco, hôte du Rhenus Sport mercredi, pour un choc au sommet qui devrait faire des étincelles.

L’ASVEL, elle, s’arrime dans le top-4 et prend date pour la grande bataille qui s’annonce. Oui, tout cela fleure déjà bon les play-offs…
dna
candyraton
Vainqueur de la Ligue des Champions
avatar Masculin Nombre de messages : 18655
Age : 72
Localisation : bas-rhin
Date d'inscription : 17/01/2009
Humeur : content

Informations
Club préféré: Arsenal, Racing Club les Misérables
Profession: retraité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Mer 18 Avr 2018 - 14:34

Rien ne va plus à la SIG, nouvelle déroute et à domicile cette fois.

Strasbourg
7120201714  
Monaco
9026231328
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   

 

Basket (+ SIG)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 16 sur 17Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 15, 16, 17  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Racing club de Strasbourg :: Autres :: Buvette :: Coin des sportifs-