Le Forum du Racing Club de Strasbourg : Actualités, transferts, matchs à venir, la vie du RC Strasbourg au quotidien
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Basket (+ SIG)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 18, 19, 20
AuteurMessage
Marco 69/73
Champion du Monde
Nombre de messages : 48545
Date d'inscription : 25/11/2012

Basket (+ SIG) - Page 20 Empty

Basket (+ SIG) - Page 20 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Basket (+ SIG) - Page 20 I_icon_minitimeDim 19 Mai 2019 - 3:06

Élite - 34e journée : la SIG s’impose à Gravelines (78-87) La SIG fidèle au poste !
Auteur de sa meilleure entame de match depuis un bail, puis soudain fébrile, la SIG est passée par tous les états, hier soir à Gravelines. Non sans frayeurs, elle s’est imposée (78-87) et a validé sa place en play-offs sur le gong. Ouf !
C’était maintenant ou jamais. Toujours sous la menace de Bourg-en-Bresse, qui pouvait espérer lui dérober le dernier billet qualificatif pour les play-offs, la SIG devait impérativement rompre avec ses vilaines habitudes en déplacement, pour le baisser de rideau de la saison régulière.

Loin de son Rhenus Sport, la troupe de Vincent Collet avait fini par oublier la recette du succès. Depuis le début de l’année civile, un seul a été recensé, du côté de Chalon, début mars, pour sept revers, dont quelques raclées mémorables…
Qualifiée pour la septième année de suite

Sur le parquet de Gravelines, une talentueuse et ambitieuse équipe qui a, elle, encore loupé le bon wagon pour la cinquième fois en six ans, il n’était pas question de s’en remettre au destin, sous la forme d’un hypothétique succès du Portel face à la JL Bourg.

Aussi, la SIG, appliquée et concentrée, ne rate-t-elle pas son entame. Pour répondre à Smith, le chouchou de Sportica annoncé sur le départ, Eddie et Fall montent en température (2-7, 3e ). En manque total d’adresse, dominé au rebond et dans l’intensité, le BCM Gravelines laisse les Alsaciens prendre le large, après un tir à trois points de Serron, qui a passé les deux dernières saisons dans le club du littoral, et un lay-up de Green (4-12, 5e ).

Pour son dernier match sur le banc nordiste, Julien Mahé, remercié un an avant le terme de son contrat, est déjà contraint de stopper le jeu. Mais en sortie de temps-mort, la SIG poursuit son effort et porte l’écart à dix longueurs grâce à Collins (4-14, 6e ). Si Mipoka et Koffi pensent pouvoir lisser l’écart, Traoré et surtout Collins, qui s’occupe de tout -¬ déjà 8 points et trois rebonds -, augmente la marge strasbourgeoise (10-22, 9e). Au sortir du premier quart-temps, les hommes de Vincent Collet tiennent le bon bout (12-24).

Le scénario se répète: Mipoka et Hesson relancent les “Maritimes” (16-24, 11e ), mais Andersen, Serron, Eddie et Sobey se chargent de calmer les ardeurs à travers un 8-0 (16-32, 14e ).

Quand Hesson trouve enfin un accès au panier (24-37, 16e ), la fanfare orange de Gravelines retrouve de l’allant. Mais la SIG affiche une froideur et une précision chirurgicale, à l’image de ce tir longue distance d’Eddie, au bout de la possession et à la conclusion d’une action d’école où le ballon a voyagé à toute vitesse entre toutes les mains alsaciennes.

C’est le même Eddie qui offre vingt unités d’avance aux siens sous les encouragements du carré de supporteurs de la SIG qui a fait le déplacement sur la côte d’Opale (24-44, 18e ). On se dit alors que rien de fâcheux ne peut se produire, l’adresse de Gravelines étant toujours en berne – zéro sur onze à trois points… -, et ce malgré un relâchement vraiment évitable en fin de mi-temps (31-44).

Mieux vaut alors ne compter que sur soi-même, puisqu’au même moment, Bourg-en-Bresse mène non loin de là, sur le parquet du Portel.

La mauvaise passe s’étire au-delà de la pause, puisque la SIG ne trouve est moins en réussite sur le front offensif. Smith ramène les siens à dix points (34-44, 21e ), puis à huit longueurs (38-46, 24e ) face à une défense bien moins attentive.
Karvel Anderson en feu

Quand Anderson inscrit le tout premier ‘’primé’’ des Gravelinois (41-46, 25e ), il ne reste plus grand-chose du confortable matelas alsacien. Heureusement, Collins et Green remettent de l’ordre dans la maison, avant une séquence à quatre points de Traoré, qui remplace avantageusement un Fall défaillant (43-55, 26e ).

Le réveil de Karvel Anderson, la gâchette locale muette en première période et soudain très prolixe, fait toutefois la menace d’un retour. Green, Traoré et David Andersen la repoussent dans un premier temps sans paniquer (52-65, 30e).

Tout semble rouler jusqu’à la seconde lame d’Anderson, dans une ambiance de corrida, qui fait des ravages (65-71, 34e ). La SIG est ébranlée. Encore plus après la salve de Hesson, qui efface presque tout (73-74, 36e ).

Anderson, sur la ligne de réparation, fait basculer le Sportica dans la folie en replaçant les “Maritimes” aux commandes (75-74, 37e ). Collins et Green prennent leurs responsabilités pour éviter le naufrage. Eddie, aux lancers francs, puis Traoré, écopent à tour de bras. La SIG a évité le drame (75-82, 39e )…

Sixième, la voilà donc en play-offs pour un quart de finale face à Dijon.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 48545
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Basket (+ SIG) - Page 20 Empty

Basket (+ SIG) - Page 20 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Basket (+ SIG) - Page 20 I_icon_minitimeSam 25 Mai 2019 - 21:29

 Play-offs élite -

Quart de finale aller : SIG - JDA (94-62)

L’humiliation pour la SIG balayée à Dijon
La SIG a été tournée en ridicule sur le parquet de Dijon en quart de finale aller (94-62). Si elle a de l’amour propre, elle se rebellera demain au Rhenus pour s’offrir une belle. C’est très, très mal parti.
Ce n’est pas faute d’avoir été prévenu. Avant même de rentrer dans l’arène blanche du palais des sports de Dijon, la SIG avait compris que les gros bras du championnat ont montré les muscles dès l’ouverture des play-offs.

La veille, les deux premiers quarts de finale ont ressemblé à un carnage, faisant passer les outsiders de la saison régulière pour de frêles agneaux. Limoges (6e ) avait ainsi pris 20 points à Monaco (2e ). Et l’Elan palois (5e ) en a ramassé 36 sur le parquet de Nanterre (4e ).
Bref, la SIG, qualifiée sur le gong en play-offs (6e ), avait tout à craindre de ce déplacement en Côte-d’Or, face à la révélation de la saison (3e ), qui plus est intraitable à la maison et dotée d’une défense de fer.

Un quart-temps, et puis plus rien

Dans les intentions, l’application et les valeurs de combat, les Strasbourgeois répondent d’abord présent. Sous le panier, l’immense “Youss” Fall est servi proprement. Ses deux paniers de rang lancent la SIG sur de bons rails, malgré les répliques de Ware et de Julien (4-4, 2e ). Et quand Jarell Eddie décoche une flèche à trois points dans le coin, après avoir perdu puis récupéré la balle, on se dit que les hommes de Collet sont en veine (6-9, 4e ). Une impression hélas trompeuse.

Mais les premiers doutes apparaissent au moment où Fall vient manquer un dunk tout cuit, alors qu’il n’a qu’à écraser la balle à travers l’arceau. Derrière, la traction arrière dijonnaise, Julien et Holston, punit instantanément ce laxisme coupable. D’une avance possible de quatre points, la SIG passe à un débours de trois unités (14-11, 6e )…

L’inquiétude ne s’installe pas pour autant dans les rangs strasbourgeois. À l’expérience, Collins et Green remettent leur équipe d’équerre. Et Ali Traoré, lancé au relais de Fall, rétablit la parité (17-17, 8e ). Au sortir du premier quart-temps, les Alsaciens sont dans le match (21-19).

Imperceptiblement, les Bourguignons accélèrent. Loum, l’homme au serre-tête blanc, provoque un premier écart pour la JDA (26-21, 12e ), que Traoré s’évertue à limiter. Las, la SIG se montre toujours aussi maladroite en périphérie – un sur quatorze à la pause… –, après un nouvel échec de Serron derrière l’arc (28-23, 13e ).

A défaut de pouvoir allumer des mèches de loin, la SIG frappe à l’intérieur. Green et Fall trouvent des failles. Et le vétéran Flo Piétrus replace les siens aux commandes (28-29, 16e ). Suffisant pour faire douter la JDA ? Pensez-vous !

À partir de là, la SIG va perdre le fil et plonger dans un de ces insondables trous noirs qui ont plombé sa saison. Sans que l’on sache trop pourquoi, les choses les plus simples vont devenir inextricables. Mardy Collins est sanctionné pour une faute offensive. Green perd une balle sous la pression adverse. Et deux remises en jeu finissent dans les mains bourguignonnes…

En face, Pearson et Julien donnent le tournis à la défense alsacienne. Et le bondissant Emegano, sur un dunk rageur, va conclure un cinglant 14 à 0 en quatre minutes. Avec treize points dans la vue à la pause, la SIG est au bord du précipice (42-29).
Frustration, amertume, rancœur…

Au retour des vestiaires, Eddie trouve d’entrée une position ouverte à trois points, après trois échecs personnels. Un début de remontada ? Le début de la fin, oui…

David Holston, peu en vue en première mi-temps, justifie son trophée de MVP de la saison. Pearson s’amuse sous le panier adverse. L’écart gonfle, enfle, prend des allures de raclée (56-33, 24e ).

Il n’y a plus de match. Que de le frustration, de l’amertume, de la rancœur, à l’image de cette faute inutile de Collins sur Holston au moment où le lutin décoche un tir à trois points (65-33, 26e ). Le Palais des sports est en fusion, devant les joueurs de la JDA qui haranguent la foule le sourire aux lèvres.

La fin du match n’est qu’une longue souffrance, les espoirs du club bourguignon, généralement jamais invités à la fête, terminant d’humilier une SIG pathétique, qui finit les nerfs à vifs, avec Flo Piétrus qui s’en va manifester son mécontentement à Eddie Viator, l’arbitre principal.

Les hommes de Collet peuvent-ils se relever de pareil camouflet ? La bête strasbourgeoise est blessée, peut-être même à l’agonie. Réponse demain (20h), au Rhenus.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 48545
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Basket (+ SIG) - Page 20 Empty

Basket (+ SIG) - Page 20 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Basket (+ SIG) - Page 20 I_icon_minitimeLun 27 Mai 2019 - 21:31

Play-offs Élite, quart de finale retour :
la SIG craque contre Dijon (85-89 a.p.)
Défaite de la SIG : incroyable mais vrai
Auteur d’une première mi-temps de feu, la SIG s’est écroulée comme un château de cartes dans le second acte pour offrir la qualification à Dijon. Une défaite à l’image de sa saison : désespérante…
Perdre un match quand on compte 29 points d’avance à la pause, c’est impossible ? Pas avec cette équipe-là, non, capable du meilleur comme du pire dans un même match…

Le contraste est d’abord saisissant. Presqu’irréel, tant le visage affiché par la SIG au Rhenus diffère de celui vu samedi soir au Palais des sports de Dijon, quand les hommes de Vincent Collet ont sombré corps et âme dans une ambiance de corrida.
Le feu, puis la glace

Les trente-deux points pris dans la figure (94-62) ne laissaient alors rien présager de bon pour cette manche retour, les Bourguignons paraissant supérieurs dans tous les domaines, qu’ils aient trait aux ressources mentales ou au jeu.

Comme le disait le coach alsacien à l’heure de commenter cette déroute et d’entretenir la flamme, « l’espoir est mince, mais le basket peut être bizarre ». Dans un Rhenus loin d’afficher complet – quelque 5000 spectateurs annoncés – et peut-être déjà résigné à l’idée d’assister au dernier match de la saison, la SIG a donc alimenté cette « bizarrerie » irrationnelle, l’espace d’une mi-temps.

Si l’on se réfère au premier acte, un observateur non averti aurait pu croire que les deux équipes se sont trompées de maillots. Tout ce que la JDA avait réussi samedi, c’est la SIG qui l’a compilé : l’envie, la réussite, l’emprise au rebond, etc. Et tout ce que les Alsaciens avaient fait de travers après quinze minutes de jeu, ce sont les Bourguignons qui en ont hérité dès les premiers instants : maladresse, faux rythme, mauvais choix, etc.

La différence la plus flagrante s’est faite derrière la ligne des 6,75m, là où chaque panier vaut trois points. En panne totale samedi soir – un sur 14 à la mi-temps –, les Strasbourgeois en avaient déjà inscrit neuf à la pause, dont quatre pour le seul artilleur en chef, Jarell Eddie. En face, les gâchettes sont grippées, avec un rédhibitoire zéro sur dix dans le même laps de temps…

Avant de flamber en périphérie, la SIG a déjà commencé par s’appuyer sur son atout numéro un, en l’occurrence son géant Youssoupha Fall, auteur de deux paniers au près (8-4, 3e ). La défense strasbourgeoise ne laisse rien de facile aux Dijonnais. Mike Green, de très loin, crée un premier écart (11-4, 5e ).

Pour les Bourguignons, ce n’est plus du tout la même mayonnaise que samedi soir. Et Eddie, dans le coin opposé, passe déjà le troisième primé de la soirée (18-6, 7e ). Sous la conduite de Mardy Collins, qui se mue en patron, les Alsaciens virent largement en tête à l’issue du premier quart temps (26-9).

Avec un cinq sur sept à longue distance, la SIG a déjà inscrit plus de paniers primés en dix minutes que lors de tout le match aller… Et le spectacle continue sous les yeux désabusés de Dijonnais méconnaissables. Même Nathan Sobey, pourtant transparent depuis des semaines, se met au niveau de ses partenaires, parvenant à provoquer une faute offensive de David Holston, le MVP de la saison dans un mauvais soir.

Quentin Serron fait fructifier l’avance (38-12, 15e ). Et la SIG continue à dérouler sans opposition, pour atteindre les 29 points d’avance à la pause (51-22) !

Avec pareille maîtrise, rien de bien fâcheux ne peut arriver à la SIG. Oui, sauf que cette équipe est cyclothymique en diable, de façon chronique et compulsive. Lancée par Chassang, la JDA se réveille d’un coup. Une première séquence de trois primés de rang, ouvres de Pearson et Emegano, immisce le doute dans les esprits (51-33, 23e ).

Il n’y a déjà plus que huit points d’avance, après un tir de Pearson, auteur de 15 points en six minutes (58-50, 26e ). Dijon vient d’effacer 21 points en un rien de temps !

Emegano ramène les siens sous la barre des dix points (68-59, 34e ). Mais la cinquième faute de Holston, éliminé à cinq minutes du terme, laisse la JDA orpheline de son meneur. Sauf que son alter ego Julien, auteur de deux paniers de rang, dont un incroyable tir pris à plus de dix mètres, prend les choses en main. Et Ware opère le rapproché (70-69, 38e ).

En feu, Julien place les siens aux commandes (72-73, 39e ). Mais le pire est à venir : Mardy Collins échoue à son tour à trois points. Et l’incroyable Julien trouve Ware d’une passe lumineuse pour un alley-oop désarçonnant avec moins d’une minute à jouer (72-75)... Tout est perdu ? Non ! Eddie qui arrache la prolongation…

Le moment que choisit Julien pour endosser les habits de héros, avec encore deux primés de rang (80-84, 43e ). Les Stasbourgeois sont cuits, occis. Et le meneur de Dijon (28 points) boucle l’affaire aux lancers francs. La saison est finie. Incroyable mais…
Le chiffre
31


Comme le nombre de points d’avance que la SIG a eu dans cette rencontre retour (51-20, 18e ) avant de s’écrouler et de perdre finalement en prolongation (85-89). Quel gâchis...

Résultats
Play-offs Élite
Quarts de finale aller


Monaco - Limoges 93-73
Nanterre - Pau 101-65
Villeurbanne - Le Mans 73-67
Dijon - SIG 94-62
Quarts de finale retour
Pau - Nanterre 76-64
Limoges - Monaco 62-90
SIG - Dijon 85-89
Le Mans - Villeurbanne 63-70
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 48545
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Basket (+ SIG) - Page 20 Empty

Basket (+ SIG) - Page 20 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Basket (+ SIG) - Page 20 I_icon_minitimeSam 1 Juin 2019 - 13:03

Jerai Grant, première recrue de la SIG
Après son échec en quarts de finale du championnat, la SIG a déjà la tête tournée vers la nouvelle saison. Le club strasbourgeois a ainsi annoncé le nom de sa première recrue : le pivot américain Jerai Grant (30 ans, 2,06m), qui remplacera Youssoupha Fall.
La SIG n’a pas trainé. Moins d’une semaine après son cuisant revers en quarts de finale du championnat contre Dijon, et alors que les demi-finales du championnat vont débuter ce samedi soir, le club strasbourgeois a dévoilé le nom de sa première recrue pour la saison 2019/2020.

Il s’agit de Jerai Grant (30 ans, 2,06m), le neveu d’Horace Grant, l’ailier fort aux lunettes colorées qui a remporté quatre bagues de champion NBA dans les années 1990 et au début des années 2000 – avec les Bulls de Chicago et les Lakers de Los Angeles.
Victorieux à deux reprises contre la SIG

Contrairement à son illustre oncle, le pivot n’est pas parvenu à s’imposer dans une franchise nord-américaine et a rapidement traversé l’Atlantique, en 2012, avec un premier point de chute en Italie, à Brindisi, puis en Israël à l’Hapoël Holon.

C’est dans les pays baltes que ce joueur athlétique et explosif se fait connaître. D’abord en Lettonie, où il impose son physique au BK Ventspils, puis durant trois saisons en Lituanie, avec le Neptunas Klaipeda.

A deux reprises au cours de la dernière saison, il va affronter la SIG en phase de poule de la Ligue des champions, s’imposant à l’aller – 18 points, 12 rebonds - comme au retour. Dans la compétition européenne, il affiche la deuxième meilleure évaluation moyenne (20,2).

Jerai Grant va donc faire la paire avec Ali Traoré au poste de pivot, l’Américain étant le successeur de Youssoupha Fall (24 ans, 2,21m) dont le prêt par le club espagnol de Vitoria était arrivé à son terme.

« C’est un joueur que nous avons eu l’occasion de suivre tout au long de la saison, indique Vincent Collet sur le site du club. On a apprécié son engagement, sa mobilité, sa valeur athlétique, qualités dont on connaît l’importance dans notre championnat. Le fait qu’il ait joué trois saisons à Klaipeda, dans un club au basket très exigeant, me semble aussi apporter des garanties sur sa capacité d’intégration ».

A ce jour, la SIG compte donc cinq joueurs sous contrat : outre le nouveau venu et Ali Traoré, il reste Mardy Collins, Jérémy Nzeulie et Quentin Serron.

 

CV express de Jerai Grant

2007-2011 : Clemson (NCAA – USA)
2011-2012 : Sydney Kings (Australie)
2012-2013 : Enel Brindisi (Italie)
2013-2014 : Hapoel Holon (Israël) puis BK Ventspils (Lettonie)
2014-2015 : BK Ventspils (Lettonie)
2015-2016 : Neptunas Klaipeda (Lituanie)
2016-2017 : Neptunas Klaipeda (Lituanie)
2017-2018 : Orasi Ravenna (Italie) puis Trotamundos Carabobo (Venezuela)
2018-2019 : Neptunas Klaipeda (Lituanie)
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 48545
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Basket (+ SIG) - Page 20 Empty

Basket (+ SIG) - Page 20 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Basket (+ SIG) - Page 20 I_icon_minitimeMar 11 Juin 2019 - 4:59

Collet maintenu et retour aux fondamentaux
Après une saison décevante, qui s’est piteusement achevée en quarts de finale du championnat, la SIG veut tirer les « enseignements des dysfonctionnements sans tomber dans le catastrophisme », aux dires du président Martial Bellon.
Une prise de conscience, mais pas de révolution. Tel pourrait être le résumé des réflexions menées par les dirigeants de la SIG ces dernières semaines, après la terrible claque essuyée contre Dijon en quarts de finale du championnat.

« L’état d’esprit n’était pas bon, l’objectif n’a pas été atteint, synthétise Martial Bellon. Il faut être lucide. Nous n’avons pas développé le jeu estampillé SIG et prôné par Vincent Collet. Nous allons revenir aux fondamentaux ».

Voici, en quelques points, les principaux axes pour mener à bien la reconstruction.

Collet, encore un an

À la SIG depuis l’été 2011, Vincent Collet va attaquer sa neuvième saison sur le banc strasbourgeois (en y incluant celle où il avait pris le relais de Henrik Dettmann après un mois de compétition). « Vincent a la confiance du club et la mienne », rappelle Bellon.

Ce sera toutefois sa dernière saison, puisque le président a dévoilé une « proposition dans une fonction de direction encore à définir en 2020 ». Le sélectionneur national, 56 ans depuis quelques jours, a paru surpris par cette annonce. Tout au moins n’a-t-il pas tenu à la commenter, se laissant « le temps de la réflexion ».
Une équipe à reconstruire

Ils sont encore cinq rescapés de l’exercice écoulé : Ali Traoré, Jérémy Nzeulie, Quentin Serron, Ludovic Beyhurst et Mardy Collins. Un sixième joueur s’y est déjà ajouté : le pivot américain Jerai Grant (2,03m, 30 ans) qui s’est engagé la semaine dernière.

L’effectif sera encore amené à évoluer, puisque tout porte à croire que Collins, très décevant cette saison, sera poussé vers la sortie. « Je ne peux que vous confirmer qu’il a encore un an de contrat », se borne à dire Martial Bellon.

En clair, il s’agit encore de trouver quatre à cinq joueurs majeurs, dont en priorité un meneur et des « talents en devenir, comme les années précédentes avec Diot ou Lacombe », en veillant cette fois-ci à « la complémentarité et à la cohésion d’ensemble pour ne plus avoir une équipe aussi désunie », selon Collet.
Rester dans la course

Alors que Monaco et Villeurbanne, les deux finalistes du championnat, ont pris « l’ascendant cette année », et dans un contexte de concurrence accrue – avec notamment la restructuration du CSP Limoges et des Metropolitans de Levallois –, la SIG va avoir du mal à garder le rythme. « Soit vous faites partie des clubs omnisports surpuissants, comme le Real ou Barcelone, soit vous avez un mécène qui vous met trois ou quatre millions sur la table chaque année, soit vous développez un modèle économique territorial, comme nous le faisons depuis quelques années, explique Martial Bellon. C’est un modèle solide et pérenne. Notre croissance n’est pas terminée. On y croit. »
 Lancer l’Arena

Les travaux de la future Arena devaient débuter cet été. C’est loupé. « Nous avons pris du retard, le dossier est entre les mains des banques, annonce Martial Bellon. Je ne suis pas inquiet. Nous connaîtrons le verdict dans quelques semaines. »

Au mieux, le Rhenus transformé et agrandi sera opérationnel à l’automne 2022.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 48545
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Basket (+ SIG) - Page 20 Empty

Basket (+ SIG) - Page 20 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Basket (+ SIG) - Page 20 I_icon_minitimeVen 28 Juin 2019 - 8:17

L’ailier américain et le club strasbourgeois se séparent à l’amiable Mardy Collins quitte la SIG
Mardy Collins (34 ans, 1,98m) et la SIG ont décidé de se séparer à l’amiable, avant le terme du contrat de l’ailier américain (juin 2020). Trois ans après avoir hissé le club en finale de l’Eurocup, le joueur s’en va par la petite porte.
C’est sans doute la meilleure chose qui pouvait se produire pour les deux parties. Mardy Collins a trouvé un accord avec la SIG pour rompre son contrat avant son terme, fixé en juin 2020, et cette issue soulage sans doute autant l’ailier US que le club strasbourgeois.

Après avoir hissé la SIG en finale de l’Eurocup en 2016, Mardy Collins n’a pas réussi son ‘‘come-back’’ sous le maillot alsacien, lors de la saison écoulée. Victime d’une lésion musculo-tendineuse des ischio-jambiers de la cuisse droite fin décembre, puis d’une rechute le 4 février, il a manqué huit matches de championnat, son absence accélérant également l’élimination de son équipe en Ligue des champions.

Vincent Collet en quête d’un autre leader


Lorsqu’il était sur le parquet, l’ancien du Lokomotiv Kuban (Russie) n’a pas réellement assumé son rôle de patron, même si ses statistiques sont globalement restées correctes (9,3 points, 3,4 rebonds, 3,7 passes décisives et 9,3 d’évaluation en Elite). Le 3 mai dernier, à l’avant-veille d’un déplacement infructueux à Villeurbanne (85-61), le pivot strasbourgeois Ali Traoré avait été suspendu par son club après avoir eu maille à partir avec Collins lors d’une séance d’entraînement.

Seulement sixième du championnat et éliminée par Dijon au 1er tour des play-offs, la SIG a de son côté estimé qu’il lui fallait un autre leader, pour avoir une chance de rebondir la saison prochaine. Reste à savoir sur qui Vincent Collet, l’entraîneur alsacien, jettera son dévolu…
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 48545
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Basket (+ SIG) - Page 20 Empty

Basket (+ SIG) - Page 20 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Basket (+ SIG) - Page 20 I_icon_minitimeJeu 4 Juil 2019 - 5:58

Ligue des champions : la SIG affrontera Ankara, Manresa, Sassari, Holon et Ostende
Le tirage au sort de la Ligue des champions 2019-2020 a été effectué ce jeudi, en fin de matinée, au siège de la Fédération internationale de basket-ball (FIBA).
La SIG a été versée dans le groupe A, en compagnie de Manresa (Espagne), Ankara (Turquie), Sassari (Italie), Holon (Israël) et Ostende (Belgique).
Deux équipes issues des qualifications compléteront la poule. Le club strasbourgeois attaquera, en octobre, sa quatrième campagne d’affilée en BCL.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 48545
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Basket (+ SIG) - Page 20 Empty

Basket (+ SIG) - Page 20 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Basket (+ SIG) - Page 20 I_icon_minitimeVen 5 Juil 2019 - 9:27

Damien Inglis de retour à la SIG
Après une première expérience à Strasbourg, de janvier à juin 2018, Damien Inglis (24 ans, 2,01m) effectue son retour à la SIG. L’ailier fort a signé un contrat d’un an en faveur du club alsacien. Lors de la saison écoulée, à Limoges, il compilait en moyenne 6,4 points, 4,2 rebonds et 8,8 d’évaluation en 18 minutes de temps de jeu.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 48545
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Basket (+ SIG) - Page 20 Empty

Basket (+ SIG) - Page 20 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Basket (+ SIG) - Page 20 I_icon_minitimeSam 13 Juil 2019 - 3:17

Elite : la SIG débutera la saison 2019-2020 à Bourg-en-Bresse
La Ligue nationale de basket-ball a dévoilé le calendrier de l’Elite pour la saison 2019-2020. La SIG démarrera son championnat par un périple à Bourg-en-Bresse, le 21 septembre, avant de recevoir Lyon-Villeurbanne, le tenant du titre, le week-end suivant au Rhenus Sport. Les Strasbourgeois enchaîneront par un déplacement au Portel, puis par deux matches à domicile contre Boulogne-Levallois et Cholet. Lors de la sixième journée, les hommes de Vincent Collet se rendront dans l’antre de Monaco, le vice-champion de France. Un début de programme plutôt corsé...
https://s.lnb.fr/file/201907/calendrier-jeep-elite-1920-web_1.pdf
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 48545
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Basket (+ SIG) - Page 20 Empty

Basket (+ SIG) - Page 20 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Basket (+ SIG) - Page 20 I_icon_minitimeMer 17 Juil 2019 - 9:28

 Boris Dallo pigiste médical à la SIG 
Boris Dallo (25 ans, 1,96m) s’est engagé en faveur de la SIG en tant que pigiste médical. Cet arrière français arrive en provenance du SLUC Nancy (Pro B) et palliera l’absence de son homologue Jérémy Nzeulie, opéré du genou gauche dernièrement.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 48545
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Basket (+ SIG) - Page 20 Empty

Basket (+ SIG) - Page 20 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Basket (+ SIG) - Page 20 I_icon_minitimeDim 21 Juil 2019 - 7:40

Travis Trice nouveau meneur de la SIG Strasbourg
Le joueur américain a été formé à l’université du Michigan et arrive du club turc de Tofas Bursa.
La SIG a annoncé dans un communique, dimanche 21 juillet, l'arrivée de Travis Trice (26 ans – 1m88) dans l'effectif du club strasbourgeois. Le joueur américain arrive du club turc de Tofas Bursa.
Son parcours


Formé à l’Université de Michigan State où il a montré une forte progression entre ses années junior et sénior, il a fini son cursus en 2015 sur un Final 4 NCAA, hélas perdu en 1/2 finale face au futur vainqueur Duke, ponctuant une saison à 15,3 points, 5,1 passes et 3,2 rebonds. Enrôlé par le Heat de Miami afin de faire les Summer Leagues à Orlando et Las Vegas, après avoir été recalé à la Draft NBA, il a signé un contrat avec les Knicks de New-York en septembre 2015, avant d’être envoyé en D-League à Westchester où il a joué aux côtés de … Damien Inglis. En 51 matches, il signait une saison à 15,3 points, 5,7 passes et 3,5 rebonds.


Il décidait alors pour la saison 2016/17 de tenter sa chance à l’étranger et a signé en Australie, à Cairns avec qui il a joué les 1/2 finales de Playoffs (14,6pts – 3,5pds – 3rbs), avant de revenir aux Etats-Unis au sein de l’équipe des Knicks de Westchester le temps de jouer neuf matches (21,1pts – 6,4pds – 3,6rbs). Auteur une nouvelle fois d’une Summer League intéressante à l’été 2017, il est néanmoins retourné en Australie afin de jouer avec les Bullets de Brisbane avec lesquels la saison ne s’est pas bien passée sportivement (9 Vic. – 19 Déf.), mais où ses talents de meneur et de dynamiteur étaient reconnus (15,5pts – 5,1pds – 3,6rbs). La saison se finissant plus tôt que prévu, il a alors fait un détour par le Liban où il a joué cinq matches pour boucler 2017/18.

La saison dernière, il a débuté une nouvelle fois en G-League avec l’équipe du Wisconsin, avec laquelle il a joué 19 matches avant d’être envoyé à Austin pour finalement jouer 36 matches dans la ligue de développement en émargeant à 16,9 points, 6,3 passes et 4,3 rebonds. En avril dernier, il répondait alors aux sirènes du club turc de Tofas Bursa. Son QI basket, sa capacité à jouer beaucoup de situations de jeux et sa vision du jeu ont beaucoup plu mais hélas, le club a dû stopper sa saison en 1/4 de finale des Playoffs après une défaite face au Besiktas Istanbul. Néanmoins, en 10 matches, il a affiché une ligne statistique de 11,4 points et 6,4 passes qui n’est pas passée indiscrète.
Le nouveau "métronome" du club


Meneur de l’équipe des Etats-Unis à six reprises lors du tournoi de qualification à la Coupe du Monde en 2017, Travis Trice sera le nouveau "métronome" de la SIG pour la saison à venir, selon le club.

Un meneur que le coach Vincent Collet est heureux d’accueillir dans sa future équipe après l’avoir étudié très longuement : « Travis Trice est un joueur que l’on suit depuis un moment maintenant. On s’était intéressé à lui l’an passé. Il arrive à maturité mais on espère qu’il va encore progresser avec nous. On souhaite qu’il monte dans la hiérarchie du basket européen et qu’il nous aide à atteindre nos objectifs. De plus, nous avons eu de bonnes informations le concernant sur le plan humain. Il a joué aussi pour le team USA, ce qui est souvent un bon signal sur l’homme. »
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 48545
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Basket (+ SIG) - Page 20 Empty

Basket (+ SIG) - Page 20 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Basket (+ SIG) - Page 20 I_icon_minitimeLun 22 Juil 2019 - 9:57

Le shooteur Gabe York rejoint la SIG
La SIG a officialisé ce lundi la signature de Gabe York (25 ans, 1,90m), un arrière-meneur réputé pour la qualité de son shoot longue distance. L’Américain arrive en provenance de l’AEK Athènes. Pour l’anecdote, il avait croisé la route de Strasbourg en Ligue des champions, lors de la saison 2017-2018. A l’époque, il portait le maillot du club allemand de Bayreuth.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 48545
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Basket (+ SIG) - Page 20 Empty

Basket (+ SIG) - Page 20 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Basket (+ SIG) - Page 20 I_icon_minitimeMar 23 Juil 2019 - 7:30

Ludovic Beyhurst prolonge à la SIG jusqu’en 2021
La SIG a annoncé ce mardi la prolongation de contrat de Ludovic Beyhurst (20 ans, 1,72m). De plus en plus responsabilisé sous le maillot strasbourgeois depuis deux saisons, le jeune meneur est désormais lié au club alsacien jusqu’en 2021. Il vient tout juste de décrocher, avec les Bleuets, la quatrième place de l’Euro U20 organisé en Israël.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 48545
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Basket (+ SIG) - Page 20 Empty

Basket (+ SIG) - Page 20 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Basket (+ SIG) - Page 20 I_icon_minitimeJeu 25 Juil 2019 - 11:24

Xavier Cooks et Thomas Scrubb à la SIG
La SIG a annoncé la venue de ses deux derniers renforts ce jeudi: le jeune intérieur australien Xavier Cooks (23 ans, 2,03m) le matin et 'ailier canadien au passeport anglais Thomas Schrubb (27 ans, 1,98m) l'après-midi.
La campagne de recrutement s'est accélérée depuis dimanche, elle est désormais bouclée.

La SIG a jeté son dévolu sur le jeune intérieur australien Xavier Cook, qui a évolué dernièrement à Würzbourg (Allemagne), où il réalisé une saison aboutie en championnats d'Allemagne et en FIBA Europe Cup

Vincent Collet a observé ce joueur intérieur lors de la Summer League à Phoenix, afin de compléter le secteur intérieur de l'équipe strasbourgeoise.

« Xavier est un jeune joueur australien qui vient d’accomplir une bonne première saison de rookie dans l’équipe de Würzbourg. détaille l'entraîneur de la SIG dans un communiqué du club. C’est un garçon longiligne, au registre assez complet, qui passe bien la balle, capable de s’inscrire régulièrement dans la bataille du rebond avec par exemple des claquettes au rebond offensif. Avec cette signature le recrutement du secteur intérieur est ainsi complet ».

La SIG était également à la recherche d'un joueur Bosman pour compléter son effectif. Elle a choisi l'international canadien au passeport anglais, Thomas Scrubb. Cet ailier vient de Varèse, une équipe avec laquelle il est allé jusqu'en demi-finale de la FIBA Europe Cup.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 48545
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Basket (+ SIG) - Page 20 Empty

Basket (+ SIG) - Page 20 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Basket (+ SIG) - Page 20 I_icon_minitimeMer 14 Aoû 2019 - 9:51

Élite : la SIG à l’heure de la reprise Vincent Collet : « On a tous des choses à prouver »
Alors que la SIG reprend le chemin de l’entraînement, ce mardi, Vincent Collet poursuit à Lyon la préparation pour la Coupe du monde (du 31 août au 15 septembre en Chine). Le sélectionneur national a pris le temps d’évoquer les attentes et les objectifs autour de son club.

Quatre jours “off” pour les Bleus. Entre le premier stage à Pau, assorti de deux matches amicaux, et la suite de la préparation entamée ce lundi à Lyon, Vincent Collet a eu le temps de passer son survêtement tricolore dans la machine à laver et de parler de la SIG, son club avec lequel il va entamer sa neuvième et, a priori, dernière année sur le banc (*).
« Une équipe beaucoup plus jeune que celles des années précédentes »
Après un exercice écoulé qui a laissé tout le monde sur sa faim – élimination par Dijon dès les quarts de finale des play-offs – le Normand âgé de 56 ans entend « repartir de l’avant » avec une équipe à l’accent anglophone entièrement recomposée et face à une concurrence toujours plus affûtée.
Dans ce contexte, que peut espérer la SIG version 2019-2020 ? Début de réponse avec le technicien strasbourgeois.
Citation :
Vincent Collet, la SIG va reprendre le chemin de l’entraînement ce mardi alors que vous serez occupé à préparer la Coupe du monde avec les Bleus. Est-ce un handicap ?
Depuis que je suis à Strasbourg (2011) , tous les étés se ressemblent ! À force, on sait comment procéder. Mes deux adjoints, Nebojsa (Bogavac) et Lassi (Tuovi) , vont prendre les choses en main. Il faut juste bien préparer la feuille de route en amont.
En juillet, je suis allé au Monténégro (le pays de Bogavac) pour échafauder ensemble la préparation.
Ce n’est donc pas un souci. D’autant moins que l’on a réussi à boucler le recrutement avant mon départ en sélection. Et ça, c’est un vrai confort. Je peux mesurer ma chance en voyant Pascal Donnadieu (son adjoint chez les Bleus et coach de Nanterre) qui est encore à la recherche d’un joueur. Gérer ça de loin, ce n’est pas marrant…
Citation :
Avec neuf départs et sept arrivées (**) à l’intersaison, vous repartez d’une feuille blanche. Comment avez-vous bâti cette équipe ?
On s’est rapidement réuni en fin de saison dernière pour tirer les enseignements de ce qui n’a pas fonctionné. Avec une victoire en Leaders Cup et une place en play-offs pour la septième année de suite, le bilan n’est pas catastrophique. Beaucoup de clubs s’en contenteraient. Mais on ne peut pas s’en satisfaire, d’autant que l’équipe n’a pas progressé d’un iota entre la première journée et la dernière. Pour moi, c’était une situation inédite…
On a donc listé les manquements : une valeur athlétique trop faible et un tir à trois points globalement défaillant, malgré la révélation Jarell Eddie (parti en Espagne, à Murcie). En outre, on n’avait pas véritablement de joueur capable de prendre feu et de tirer les autres vers le haut.
L’arrière Gabe York, que l’on suit depuis deux ans et son passage à Bayreuth, s’inscrit dans ce registre-là. On a misé sur un meneur talentueux, Travis Trice, et on a bâti le groupe en prenant en compte la valeur humaine autant que les qualités de basketteur.
Au final, on a une équipe beaucoup plus jeune que celles des années précédentes, avec des gars qui ont des choses à prouver. J’y inclus volontiers le staff et les dirigeants : on a tous des choses à prouver cette saison.
Citation :
Vous avez en outre trois de vos recrues qui sont concernées par la Coupe du monde. Vous vous y attendiez ?
Pas vraiment ! On savait que Scrubb avait de fortes chances de partir avec le Canada. Mais voir Cooks retenu dans les douze de l’Australie, un des favoris de ce Mondial à mes yeux, c’est une surprise. Il a quand même pris la place de Brock Motum, un joueur référencé en Europe… Quant à Trice, il n’ira pas en Chine mais il est retenu comme partenaire d’entraînement avec le Team USA. Ce n’est pas rien.
Pour la préparation de la SIG, ce n’est pas l’idéal. Mais cela prouve quand même que nos joueurs ont du talent…
Citation :
Vos premières équipes dirigées à Strasbourg étaient estampillées “bleu-blanc-rouge” avec des garçons comme Ajinça, Diot ou Lacombe. Là, c’est un recrutement très anglophone. Pourquoi avoir pris ce virage ?
C’est un virage imposé. Depuis le départ de Paul Lacombe (à l’été 2018 pour Monaco) , on a du mal à trouver des JFL (joueurs formés localement). Les meilleurs sont tous à Villeurbanne, qui a opéré une razzia dessus ! Du coup, on doit miser sur la formation pour trouver une ossature française et sortir des talents, comme on a pu le faire avec Frank Ntilikina. C’est une des priorités du club.
Citation :
Vous évoquez Villeurbanne, qui a réalisé un recrutement royal, à l’instar de Monaco. D’autres clubs, comme les Metropolitans de Boulogne, se montrent ambitieux. Où situez-vous la SIG sur l’échiquier français ?
C’est évident que l’Asvel et Monaco sont désormais dans une autre catégorie, avec plus de deux millions d’euros de masse salariale nette, alors que la nôtre est de 1,4 million.
« Concourir pour une place dans le Top 4 »
À Paris, ça bouge aussi et d’autres clubs veulent grandir. Notre objectif, dans un premier temps, est de concourir pour une place dans le Top 4 de Jeep Élite et pour sortir de notre poule de Ligue des champions, sachant que Sassari et Ankara font figure d’épouvantails.
Citation :
Au printemps, le président Martial Bellon a annoncé qu’il s’agirait de votre dernière année sur le banc de la SIG, avant de vous proposer une reconversion comme directeur sportif. Dans quel état d’esprit abordez-vous cette saison ?
Mon état d’esprit importe peu. Ce qui compte, c’est de faire la meilleure saison possible, en retrouvant de la cohésion et en redevenant performant. Tout le monde doit tendre vers cet objectif et être animé d’un esprit de revanche.
(*) À l’intersaison 2016, c’est Henrik Dettmann qui avait repris l’équipe avant le retour de Vincent Collet en octobre (**) Collins, Eddie, Green, Piétrus, Andersen, Lang, Fall, Sobey et Alingue sont partis. Travis, York, Scrubb, Cooks, Grant, Inglis et Dallo sont arrivés. Beyhurst, Serron, Traoré et Nzeulie sont restés.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 48545
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Basket (+ SIG) - Page 20 Empty

Basket (+ SIG) - Page 20 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Basket (+ SIG) - Page 20 I_icon_minitimeMer 11 Sep 2019 - 10:36

equipe a écrit:
Mondial : la France réalise l'exploit en éliminant les Etats-Unis en quarts
L'équipe de France est qualifiée pour les demi-finales, comme en 2014, après avoir infligé aux Etats-Unis en version NBA leur première défaite en compétition officielle depuis 2006 (79-89), mercredi à Dongguan. Elle affrontera l'Argentine vendredi (14h00).
Etait-il possible de vivre plus beau jour que celui-ci ? Une journée marquée par une des victoires les plus mémorables de l'histoire de l'équipe de France, face aux Etats-Unis (89-79), et parachevée par une qualification des Bleus pour les JO de Tokyo grâce à l'élimination de la République tchèque par l'Australie dans le dernier quart de finale (82-70). Café, cigare et l'addition.
Petit plaisir, pas si petit que ça d'ailleurs, arrivant après un plat de résistance grandiose. Un festin même. Les Bleus ont réalisé l'exploit qu'on attendait d'eux, ce qui n'est pas contradictoire. Battre les Américains en version NBA, et encore plus les sortir du tournoi, est une performance forcément exceptionnelle. Personne n'y était plus arrivé depuis la Grèce lors du Mondial 2006.


Mais il y avait clairement l'espace. Cette équipe américaine-là, éliminée un 11 septembre, mauvais symbole, n'avait vraiment aucune saveur. Pas faible bien sûr, mais sans rien de de l'exceptionnel qui entoure d'ordinaire le Team USA. La preuve, elle avait perdu en amical, en août face à l'Australie (81-90) et elle avait failli être battue au premier tour, par la Turquie (93-92 a.p.)

Il fallait « juste » que l'équipe de France croit assez en elle, qu'elle se reconcentre après avoir oublié de défendre lundi face à l'Australie (98-100) et qu'elle ne dévie pas de son plan de jeu. Tout cela aurait sans doute été trop pour elle au siècle dernier. Mais depuis, la génération Parker-Diaw est passée par là et a donné à la sélection une foi en elle à... l'américaine, associée à un goût des choses bien faites plus européen.

16

L'équipe de France était bonne dernière aux rebonds avant ce match mais elle en a pris 16 de plus que les Etats-Unis sur ce match (44, dont 13 offensifs, à 28)
Il en fallait de la solidité mentale et du talent bien placé pour réduire les Etats-Unis à 39 points à la mi-temps avec le seul Donovan Mitchell pour surnager (15 points à la mi-temps, 29 au final) en l'absence de Jayson Tatum, encore blessé. Puis pour garder l'espoir quand les Américains ont pris sept points d'avance dans le dernier quart-temps (65-72, 32e), alors qu'ils en avaient compté dix de retard dans le précédent (53-43, 23e).


Ces Français-là sont « des chiens », dixit Evan Fournier


Mais ces Français-là sont « des chiens », dixit Evan Fournier, le meilleur marqueur tricolore (22 points), sur Canal+. Ils ne lâchent rien et ont fini pas manger les mollets des Américains en reprenant le contrôle du rebond au moment où ça comptait le plus, grâce à un Rudy Gobert gigantesque (21 points, 16 rebonds; 3 contres).

Ils sont repassés devant grâce à l'inattendu Frank Ntilikina, auteur de sept points entre la 34e (71-74) et la 38e minute (82-76). Puis ont bouclé l'affaire par Nando De Colo (18 points), qui a réussi un 7/8 aux lancers dans une dernière minute attaquée avec seulement quatre points d'avance (82-78). Et vous savez quoi ? Ils n'ont même pas exulté au coup de sifflet de final. Ou pas trop.
Une défaite en demi-finale à effacer

« Depuis qu'on est ici, on dit qu'on est venu pour gagner, rappelle Fournier. On a fait une énorme erreur en 2014 et on ne veut pas la refaire. » Il y a cinq ans, les Bleus avaient aussi signé un exploit gigantesque en battant l'Espagne de Pau Gasol, chez elle, en quarts (65-52). Mais elle s'était grisée et déconcentrée, et avait perdu sa demi-finale face à la Serbie (85-90).

Quelque part, c'est donc une revanche qu'elle se doit à elle-même vendredi face à l'Argentine de Luis Scola, qui a également signé un exploit en sortant la Serbie mardi (97-87). Mais désormais, l'équipe de France sait qu'elle peut tout et qu'elle n'a même pas besoin d'entraînement pour cela. Elle peut même terrasser un ogre, fut-il de papier.
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 48545
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Basket (+ SIG) - Page 20 Empty

Basket (+ SIG) - Page 20 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Basket (+ SIG) - Page 20 I_icon_minitimeVen 13 Sep 2019 - 10:21

equipe a écrit:
Argentine-France : pour les Bleus, la malédiction des demi-finales a encore frappé
Battue par l'Argentine (80-66), l'équipe de France a échoué pour la 6e fois en 20 ans aux portes de la finale d'une compétition internationale.


Après leur exploit face aux États-Unis, les Bleus sont tombés de haut vendredi. Ils ont échoué en demi-finale de la Coupe du monde, face à l'Argentine (80-66).

Le dernier carré est décidément synonyme de malédiction pour l'équipe de France, qui a souvent échoué à ce stade de la compétition au cours des vingt dernières années...
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 48545
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Basket (+ SIG) - Page 20 Empty

Basket (+ SIG) - Page 20 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Basket (+ SIG) - Page 20 I_icon_minitimeDim 15 Sep 2019 - 6:04

dna a écrit:
Mondial 2019 : les Bleus arrachent le bronze
Menée de 14 points au cœur du 3e quart-temps, la France s'est subitement réveillée pour signer un superbe come-back face à l'Australie (67-59) et arracher la médaille de bronze de la Coupe du monde 2019.
Oubliée la déception de la demi-finale face à l'Argentine (66-80), oubliée la fatigue de ces infernaux allers-retours en Chine. Avec le cœur, les tripes, les Bleus se sont relevés de tout et surtout d'une entame cauchemardesque, ce dimanche, contre l'Australie, pour aller chercher la médaille de bronze de ce Mondial 2019 (67-59).

Menés de 14 points au cœur du 3e quart-temps (28-42, 25e), adresse en berne (22% à 2 points seulement et 21 points inscrits à la mi-temps), les hommes de Vincent Collet se sont subitement réveillés. Sous l'impulsion de Poirier (8 pts, 7 rebonds), puis d'un Albicy de gala (3 shoots derrière l'arc en quelques minutes), ils ont littéralement renversé les "Aussies".
Un 19-4 en 6 minutes pour repasser en tête

Le temps de poser un 19-4 en 6 minutes (!) et les Français étaient déjà repassés en tête (47-46, 31e). Derrière, Fournier (16 pts), Batum (6 passes, 3 interceptions) et De Colo (19 pts) n'ont plus jamais laisser respirer Mills et ses partenaires.

Cinq ans après la première médaille mondiale de son histoire (le bronze, déjà, en 2014), la France confirme donc son statut de nation phare du basket international. Elle confirme, surtout, qu'elle possède un effectif plein de ressources, avec un énorme potentiel, qui aura certainement son mot à dire, dans un an, lors des Jeux olympiques de Tokyo, la prochaine échéance désormais.


Fiche Technique


A Pékin (Chine), France bat Australie : 67-59 (11-16, 10-14, 21-16, 25-13).
Mi-temps : 39-32. Arbitres M.M. Vasquez (PUR), Zurapovic (BIH), Ferdinand (PHI). 18.000 spectateurs.

France : 25 paniers sur 66 dont 9/21 à trois points. 38 rebonds (Poirier 7). 8/13 aux LF. 15 passes (Fournier 6). 13 balles perdues.
Cinq majeur : Ntilikina (2), Fournier (9), Batum (9), M’Baye, Gobert (2) puis De Colo (19), Poirier (8), Albicy (9), Labeyrie (2), Toupane.

Australie : 25 paniers sur 54 dont 4/17 à trois points. 36 rebonds (Bogut 6). 5/9 aux LF. 13 passes (Dellavidova 5), 19 balles perdues.
Cinq majeur : Mills (15), Dellavedova (4), Ingles (17), Kay (9), Bogut (5) puis Landale (4), Baynes (5), Creek, Goulding.
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 48545
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Basket (+ SIG) - Page 20 Empty

Basket (+ SIG) - Page 20 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Basket (+ SIG) - Page 20 I_icon_minitimeDim 15 Sep 2019 - 9:10

equipe a écrit:
Deuxième titre mondial pour l'Espagne, victorieuse de l'Argentine
Treize ans après son premier titre, l'Espagne remonte sur le toit du monde à l'issue d'une finale maîtrisée de bout en bout face à l'Argentine (95-75), dimanche à Pékin.
Oui c'est vrai, l'équipe de France a fait preuve d'une admirable continuité en gardant sa place sur la troisième marche du podium mondial pour sa première compétition sans un seul des membres de la fameuse génération « 82 » (Parker, Diaw, F. Pietrus), celle qui l'a habituée à fréquenter les plus hautes cimes.
Mais que dire alors de l'équipe d'Espagne ?


Treize ans après avoir été sacrée à Saitama, la Roja a profité de son retour en Asie pour reprendre son sceptre de championne du monde, qu'elle avait cédé aux États-Unis lors des deux dernières éditions. Elle l'a fait alors que c'était son premier tournoi du siècle sans un membre de sa propre génération historique, celle des Juniores de Oro, champions du monde juniors en 1999 (P. Gasol, Navarro, F. Reyes, Calderon).


Symbole de l'excellence de la formation dans les clubs espagnols, le trophée de MVP a été attribué à Ricky Rubio, un de ses diamants polis dans les sélections de jeunes, qui arrive à maturité au meilleur moment, à 28 ans, après avoir appris le métier auprès de ses glorieux aînés et empoché en chemin six médailles dans les Euros (dont deux titres) et JO entre 2008 et 2017.

Ricky Rubio a encore été capital (20 points, meilleur marqueur espagnol) dans une finale où l'Argentine, tombeuse de la France en demi-finale (80-66), s'est retrouvée la tête sous l'eau dès le début (7-0, 2e). Luis Scola et ses coéquipiers ont recollé quelques minutes plus tard (14-13, 7e), mais pour mieux plonger avec un 17-1 encaissé en six minutes (31-14, 13e).


L'icône argentine Luis Scola n'a inscrit qu'un seul panier, à la 35e minute


Le reste de la rencontre a été un cavalier seul des Espagnols, à la fois plus adroits (48 % contre 36 %) et dominateurs au rebond (47 à 27) autour d'un Marc Gasol qui, à 34 ans, réussit la performance de très haut vol d'être la même année champion NBA et champion du monde. Privilège qu'il partage avec le sélectionneur italien de la Roja, Sergio Scariolo, assistant coach aux Toronto Raptors.

Sous le regard de leur ancienne idole Manu Ginobili, il y a bien eu quelques étincelles argentines (68-56 après un 7-0) dans le dernier quart-temps mais sans parvenir à mettre le feu au Wukesong Sport Center de Pékin. Rien à faire, « ils ont fait un meilleur match que nous », a concédé Scola, bourreau des Bleus deux jours plus tôt et qui a dû attendre cette fois la 35e minute pour inscrire son seul panier (8 points à 1/10).

Dans cette Coupe du monde, les jours se suivaient et se ressemblaient rarement. Tout le contraire de l'équipe d'Espagne au XXIe siècle.
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 48545
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Basket (+ SIG) - Page 20 Empty

Basket (+ SIG) - Page 20 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Basket (+ SIG) - Page 20 I_icon_minitimeLun 16 Sep 2019 - 21:51

dna a écrit:
Le point sur le projet de la SIG La SIG Arena attendra
En marge de la présentation consacrée au stade de la Meinau, les élus ont évoqué l’avancée du projet Arena de la SIG. À en croire Robert Herrmann, président de l’Eurométropole, tout est à repenser.
Cela fait un moment que la SIG n’a plus communiqué sur le projet de l’Arena qui doit générer de nouvelles ressources pour le club.

Dans ses visions les plus optimistes, le président Martial Bellon misait sur le début des travaux en mai-juin de cette année, pour une livraison en septembre 2021. Si le quartier du Wacken est en pleine restructuration, le Rhenus, lui, n’a pas bougé d’un iota. Et les spectateurs qui assisteront à la première de la saison, ce mardi soir (20h) contre Villeurbanne en Coupe de France, ne seront pas dépaysés.

« Le modèle économique tel qu’il nous a été présenté n’existe plus »


Ce lundi au Centre administratif, à l’issue de la conférence de presse du Racing, le président du département Frédéric Bierry et l’adjoint au maire Serge Oehler ont réaffirmé leur soutien financier au projet de la SIG, chiffré à 40 millions d’euros (*).

Mais Robert Herrmann, président de l’Eurométropole, collectivité qui doit se porter garante de l’emprunt dans son intégralité, a freiné des quatre fers. « Il n’y a pas de parallélisme entre le dossier de la Meinau et celui de l’Arena. Pour la SIG, il n’y a ni blocage, ni volonté de nuire de ma part. Mais force est de constater que le modèle économique tel qu’il nous a été présenté initialement n’existe plus. »

La SIG s’est peu à peu éloignée d’un plan de financement entièrement sur fonds privés pour toquer à la porte des collectivités. « Aujourd’hui, on nous demande d’investir, ce n’est plus du tout pareil, ajoute Herrmann. Plusieurs problèmes se posent. Le président Bellon a notamment passé un marché de gré à gré avec le groupe Vinci (mandataire du groupement de conception-construction). Or, on est passé dans le cadre d’un marché public, et la loi impose de faire un appel d’offres. » Et de conclure : « Dans ce dossier, j’ai l’impression que les dépenses ont été sous-évaluées et les recettes surévaluées... »

« Pour que le projet aboutisse, il y a un long chemin administratif et juridique à parcourir, nuance Serge Oehler. On veut tous que ça aille au bout. À la Ville, l’enveloppe de quatre millions d’euros est prête. » Le dossier, lui, semble loin d’être ficelé.

(*) L’apport initial des collectivités était de 10,5 millions d’euros, dont 4,5 de la Région, 4 de la Ville, 2 (désormais 3,4) du Département. Les 29,5 millions restants devaient être empruntés par le club.
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 48545
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Basket (+ SIG) - Page 20 Empty

Basket (+ SIG) - Page 20 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Basket (+ SIG) - Page 20 I_icon_minitimeMer 18 Sep 2019 - 3:34

dna a écrit:
Coupe de France (8es de finale) : SIG - Asvel (80-75)
La SIG fait tomber les géants

Pour son premier match officiel après une préparation perturbée, la SIG a, contre toute attente, terrassé mardi l’armada de l’Asvel, meilleure équipe de France sur le papier. Elle sera au rendez-vous du plateau final de Trélazé, en mars..
La SIG a réussi un authentique exploit en éliminant de la Coupe de France l’Asvel tenante du titre, championne de France et future participante à l’Euroligue.

Avec un effectif enfin au complet, qui a encore montré les valeurs et le caractère nés d’une préparation minée par les blessures, les SIGmen ont résisté à la meilleure équipe française, menant au score du début à la fin.

Zéro point encaissé après cinq minutes


Vincent Collet, tout juste revenu de Chine avec sa médaille de bronze, a apprécié l’inattendue performance. «Je ne m’attendais pas à ce qu’on domine à ce point, salue l’entraîneur de la SIG. Comme le public, je découvrais l’équipe, qui a montré un gros investissement défensif. »

La victoire a pris racine dans les premières minutes, autour de la défense de fer qu’évoque Collet. Le premier panier de l’Asvel n’est en effet arrivé qu’au bout de près de cinq minutes de jeu, alors que la SIG s’était déjà construit un petit matelas de sept points.

Tout le long du premier quart, la défense individuelle mise en place par Nebojsa Bogavac et Lassi Tuovi, les adjoints de Collet, gênait les tenants du titre, qui rataient en plus quelques tirs faciles. La réussite misérable des Rhodaniens (5/17 après 10 minutes) permettait à la SIG de créer un premier écart (16e , 24-16).
L’esprit de corps de la SIG

Eux-mêmes en manque d’efficacité face au panier, les SIGmen n’arrivaient cependant pas à faire fructifier autant qu’ils l’auraient pu l’inefficacité adverse.

Ils rentraient ainsi au vestiaire nantis de six points d’avance (32-26). Un écart inespéré au vu des forces en présence, mais qui aurait pu être encore plus conséquent.

L’Asvel, encore en phase de rodage avec un effectif pléthorique qui se cherche encore, retrouvait sa réussite pour s’offrir un dernier quart qui s’annonçait irrespirable.

Mais là encore, la SIG faisait preuve d’un grand esprit de corps pour se détacher. Alors que le club de Tony Parker était revenu à hauteur (32e , 53-53), le collectif strasbourgeois se recentrait autour d’Inglis, auteur d’une grande dernière période (6 points, 4 rebonds).

Les SIGmen marchaient sur l’eau, prenant jusqu’à 11 points d’avance. Le sursaut d’orgueil de l’Asvel a fait passer un frisson dans les travées du Rhenus, qui a un instant craint une défaite crève-cœur. Mais la SIG gardait son avance jusqu’au bout, pour sécuriser une victoire héroïque..
Le film du match

Après un début de match cadenassé par la SIG Tonye Jekiri inscrit les premiers points de l’Asvel (7e , 7-2).

Une interception puis une merveille de passe aveugle de Dallo offrent à Traoré ses premiers points de la saison (8e , 14-6). Edwin Jackson troue enfin la mire à 3 points, Inglis lui répond sur le buzzer. Fin du 1er quart-temps : 16-11.

Servi par Scrubb, Grant dunke et offre un nouveau break à la SIG (16e , 24-16). Taylor passe un lay-up avec la faute, l’Asvel recolle (18e , 26-24). Aux lancers, Essome Miyem inscrit ses premiers points. Mi-temps : 32-26.
Dallo et Beyhurst à la relance

Suite à une perte de balle de Dallo, Jackson marque malgré une faute d’Inglis, sa 3e (22e , 34-30). Jackson puis Kahudi se loupent à 3 points, pas Payne qui ramène l’Asvel à une longueur (25e , 36-35).

Esseulé, York score à trois points, mais Jean-Charles trouve la cible à son tour (29e , 47-43). Jackson manque deux lancers, mais Lomazs marque de loin au buzzer. Fin du 3e quart-temps : 51-48.

En voulant sauver une balle qui sortait, Scrubb la rend à Jean-Charles qui n’a plus qu’à marquer, puis Payne marque avec la faute, l’Asvel égalise (32e , 53-53).

La SIG se relance avec Dallo, qui marque à 3 points, puis Beyhurst qui passe deux lancers pour prendre 11 points d’avance (38e , 66-55).

L’Asvel revient fort, mais Inglis passe deux lancers francs, la SIG reprend 6 points d’avance à 30 secondes du buzzer et file vers la victoire. Fin du match : 80-75.
La fiche

SIG 80
ASVEL 75


➤ Quart-temps : 16-11, 16-15 (Mi-temps : 32-26), 19-22 (51-48), 29-27 (80-75). Arbitres : MM. Bissang, Roux et Pierre. 4307 spectateurs.

➤ SIG: 27 paniers sur 57 tirs (47%), dont 5 sur 16 à 3 points (31%), 21 LF sur 23, 36 rebonds (Inglis 11) dont 6 offensifs, 20 passes décisives (Dallo 6), 14 balles perdues, 23 fautes. Trice 10, Serron 2, Inglis 17, Dallo 12, Grant 2, Beyhurst 13, Scrubb 11, Myem 4, Traoré 6, York 3.

➤ ASVEL: 25 paniers sur 62 tirs (40%), dont 9 sur 26 à 3 points (35%), 16 LF sur 20, 33 rebonds (Payne, Jekiri et Kahudi 4)) dont 10 offensifs, 11 passes décisives (Taylor et Diot 3), 16 balles perdues, 25 fautes (Payne, 40e éliminés). Taylor 11, Jekiri 4, Lomazs 5, Jean-Charles 10, Lightly 4, Jackson 19, Kahudi, Maledon 2, Noua, Diot 5, Bako 2, Payne 13.
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 48545
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Basket (+ SIG) - Page 20 Empty

Basket (+ SIG) - Page 20 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Basket (+ SIG) - Page 20 I_icon_minitimeSam 21 Sep 2019 - 21:54

Elite (1re journée2019/2020)

La SIG s’incline à Bourg-en-Bresse (80-72)
Séduisante durant un quart-temps et demi, ce samedi à Bourg-en-Bresse, la SIG s’est hélas relâchée en défense et l’a payé cash. Les Strasbourgeois n’ont pas réussi à s’offrir un joker, à six jours de la réception du champion de France villeurbannais.
« Bravo les Bleus et merci Vincent (Collet) pour cette belle médaille ! » Moins d’une semaine après s’être paré de bronze avec l’équipe de France lors du Mondial en Chine, l’entraîneur de la SIG a reçu un hommage appuyé du chaleureux public de l’Ekinox, banderole à l’appui. Ovationné durant la présentation des équipes, le sélectionneur tricolore a répondu d’un geste de la main, sans se départir de sa concentration.

A l’image de leur coach, les joueurs strasbourgeois étaient venus à Bourg-en-Bresse en mission, ce samedi. Compte tenu du calendrier qui les attend (réceptions de l’Asvel et Boulogne-Levallois, déplacements au Portel et à Monaco notamment), ils avaient tout intérêt à enlever la mise dans l’Ain, ne serait-ce que pour ôter un peu de pression de leurs épaules. Ils ont malheureusement échoué, emportés par la fougue de l’outsider burgien.

Le chantier de Grant

Grant, le pivot de la SIG, réussit un début de match éblouissant. Deux claquettes dunks, un bras roulé et une conclusion d’école à la réception d’une passe dans le dos d’Inglis… L’ex-joueur de Klaipeda (Lituanie) se régale dans la raquette. Ajoutez un caviar de Trice pour Dallo et vous obtenez une entame de rencontre ultra spectaculaire de la part des Alsaciens (8-10, 4e ). Côté bressan, Wright, l’ancien meneur strasbourgeois, est insaisissable. Deux tirs primés signés Trice et une contre-attaque éclair de Dallo offrent un mini-break aux visiteurs (15-20, 8e ).

Savo Vucevic, le technicien monténégrin de la JL, est contraint de demander un temps mort. Cela n’empêche pas les partenaires de Thomas Scrubb de poursuivre sur leur lancée. Traoré, l’intérieur strasbourgeois, n’a visiblement pas perdu ses doigts de fée d’une saison à l’autre (15-22, 9e ).

Les Alsaciens ont de surcroît la bonne idée de resserrer l’étreinte en défense, si bien que leurs hôtes ne refont pas surface (15-23, 10e ).

A peine revenu en jeu, Grant reprend son chantier dans la peinture. Scrubb, l’ailier fort de la SIG, joue lui aussi des épaules dans le petit périmètre (17-27, 13e ). Les hommes de Vincent Collet semblent souverains, mais connaissent un petit trou d’air. Doucement mais sûrement, Bourg se rapproche, dans le sillage de son leader d’attaque Peacock (27-31, 17e ). Deux lay-ups, signés Trice et Inglis, redonnent une bouffée d’oxygène aux Strasbourgeois (30-37, 18e ). Pas pour longtemps…

Libre de tout marquage, Carmichael écrase un dunk qui enflamme l’Ekinox (35-37, 19e ). Au forceps, les Alsaciens préservent leur minuscule avantage jusqu’à la pause.

Johnson, l’ailier US de la JL, prend feu derrière l’arc (48-45, 23e ). Le gaucher plante quatre paniers consécutifs derrière l’arc, non sans la complicité de la défense de la SIG, aux abonnés absents (54-47, 27e ). Vincent Collet, lui, a les arbitres dans le collimateur, après deux fautes non sifflées sur Grant. Sim assomme les Strasbourgeois, d’un missile à trois points au buzzer (59-50, 29e ). Heureusement, Inglis et Serron stoppent l’hémorragie (59-54, 30e ). Peu en vue jusqu’alors, York, le scoreur de la SIG, dégaine à longue distance (59-57, 31e ). Hélas, son équipe se montre toujours défaillante au marquage et Pelos, le bondissant pivot burgien, s’en donne à cœur joie (68-59, 34e ).
Une réaction vaine

La situation devient franchement préoccupante après cette contre-attaque de Wright sous les hourras des supporters (70-59, 34e ). Le coach alsacien ne s’y trompe pas et arrête le jeu.

La réaction attendue par le technicien a bien lieu. Un petit espoir réapparaît, après ce shoot réussi par Dallo (73-67, 37e ). Les Strasbourgeois refusent de mourir, comme en témoigne cette flèche de York en périphérie (77-72, 39e ). Mais les Bressans ne s’en laissent pas conter et s’accrochent à leur succès. La SIG sera déjà sous pression, samedi prochain lors de la réception du champion de France villeurbannais.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 48545
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Basket (+ SIG) - Page 20 Empty

Basket (+ SIG) - Page 20 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Basket (+ SIG) - Page 20 I_icon_minitimeVen 27 Sep 2019 - 12:29

dna a écrit:
SIG: Vincent Collet ne sera pas directeur sportif la saison prochaine
Vincent Collet ne donnera pas suite à la proposition de son président Martial Bellon, qui lui offrait une fonction de direction à la SIG. Il souhaite continuer à entraîner, et ce sera sûrement loin de Strasbourg.
"Je serai coach l'année prochaine, et seulement coach." Par ces mots, Vincent Collet a réfuté l'option qui avait été mise sur la table par son président en fin de saison dernière. Martial Bellon avait évoqué une "proposition dans une fonction de direction encore à définir en 2020", mais Vincent Collet n'a pas souhaité poursuivre dans cette voie, préférant continuer à entraîner.

Celui qui dirige la SIG depuis 2011 quittera donc vraisemblablement Strasbourg en fin de saison, pour exercer ailleurs. "C'est mon métier et pour l'instant je n'envisage pas de faire autre chose, a déclaré le sélectionneur de l'équipe de France. C'est ce que j'aime, et je ne suis à mon sens pas atteint par la limite d'âge."

Collet, qui avait prolongé son contrat de trois ans en 2017 après la cinquième finale de Pro A perdue par la SIG, sera donc libre en juin 2020, puisque la direction du club ne souhaite pas le conserver dans son rôle actuel.

"Pour l'instant, je n'ai qu'un seul objectif, c'est de réussir la saison qui arrive, qui est celle du rebond pour nous, évacue-t-il. Ma situation ne change rien à mon état d'esprit."
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 48545
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Basket (+ SIG) - Page 20 Empty

Basket (+ SIG) - Page 20 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Basket (+ SIG) - Page 20 I_icon_minitimeSam 28 Sep 2019 - 22:51

dna a écrit:
Élite (2e journée) : SIG – Asvel (88-89)
Cette fois-ci, le courage n’a pas suffi

La SIG a cédé face à l’Asvel, dix jours après avoir battu les champions de France en Coupe. Plombés par un mauvais début de match, les Strasbourgeois se sont pourtant offert un money time étouffant, manquant le panier de la victoire sur le buzzer.
« Le propre d’un exploit, c’est qu’il n’arrive pas souvent. » À la veille de recevoir l’Asvel pour la deuxième fois en dix jours, Vincent Collet avait bien prévenu de la difficulté de la tâche qui attendait la SIG.

Il a pourtant bien cru que ses hommes pourraient le refaire. Plombés par un début de match raté, les Strasbourgeois n’ont jamais renoncé. Ils auraient pu, après s’être retrouvés menés de 16 points après un quart d’heure.

Collet : « On s’est trompés d’entame »


En défense, les Strasbourgeois vivaient un calvaire, ne sachant pas par quel bout prendre le colosse Adreian Payne. Invisible la semaine dernière, celui-ci était partout dans le premier quart, scorant aussi bien sous le panier qu’à longue distance. « On s’est trompé d’entame, reconnaît l’entraîneur alsacien. On marquait des points qui étaient des trompe-l’œil, parce qu’on ne faisait pas ce qu’il fallait en défense. »

En panne d’automatismes lors de leur dernière visite, les hommes de Zvezdan Mitrovic montraient qu’ils avaient bien mis à profit ces dix jours de vécu commun supplémentaire. Leur réussite était cette fois insolente (86 % dans le premier quart), mettant dans le dur des Strasbourgeois pour qui être corrects en attaque ne suffisait pas.

Après un premier quart d’heure en enfer, la SIG réussissait à s’accrocher. Mieux en place défensivement, elle contenait la furia rhodanienne. « On a su réagir là où des équipes auraient sombré, salue Collet. On s’est amélioré pendant tout le match pour se donner une chance de gagner. »

Jamais résignés, les SIGmen offraient un deuxième acte remarquable, grignotant petit à petit l’écart. À la mène, Trice lâchait enfin les chevaux après un début de match bien terne. Survolté, le petit américain montrait la vitesse et la vista qui l’ont conduit aux côtés du Team USA cet été.

« Ça a été difficile pour nous, parce que Strasbourg a vraiment haussé son niveau de jeu, notait Antoine Diot, le meneur de l’Asvel. On n’avait plus de solutions. Ça nous a fait mal de prendre des points alors que l’on défendait bien. »
La SIG passe devant dans une fin de match irrespirable

Damien Inglis, après une première mi-temps de « fantôme » – c’est Collet qui le dit – ressortait de sa boîte, pour finir avec la meilleure évaluation strasbourgeoise (23, avec 15 points et 6 rebonds). Avec lui, la SIG revenait au contact dans une fin de match irrespirable, passant même devant quelques instants dans la dernière minute.

Nerveux, les champions de France multipliaient fautes et pertes de balle, offrant aux SIGmen le bâton pour les battre. Au buzzer , c’est Thomas Scrubb qui avait la chance de le faire, seul dans le corner. Mais le cercle se refusait à lui.

« Un ballon a décidé du match, c’est le basket-ball, soulignait Zvezdan Mitrovic, le coach villeurbannais. C’est le genre de match que les gens aiment. Strasbourg est une très bonne équipe, ils ont tout : de bons shooteurs, beaucoup d’agressivité… Ce n’est pas facile de jouer contre eux. »

La SIG a encore plu à l’entraîneur monténégrin, mais elle repart avec une deuxième défaite en autant de journées. Le calendrier en pente raide du début de saison l’oblige à aller chercher son premier succès vendredi prochain au Portel, avant de recevoir les Metropolitans 92 et de se lancer dans la Coupe d’Europe.
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 48545
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Basket (+ SIG) - Page 20 Empty

Basket (+ SIG) - Page 20 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Basket (+ SIG) - Page 20 I_icon_minitimeVen 4 Oct 2019 - 22:30

dna a écrit:
Élite (3e journée) : Le Portel – SIG (72-103)
Une première victoire en forme de récital

La SIG est allée chercher son premier succès en championnat de la saison dans le Pas-de-Calais, en torpillant une équipe du Portel pourtant séduisante sur le papier.
Sevrée de victoires en Elite, la SIG a ouvert son compteur en beauté, éteignant d’entrée le feu qui bouillait sous un Chaudron à guichets fermés. Sous l’impulsion d’un Travis Trice époustouflant (25 pts, 7 passes), elle n’a jamais douté, chez un adversaire qui l’avait fait tomber l’an dernier à la même époque.

Face à Villeurbanne samedi dernier, les Strasbourgeois s’étaient réveillés alors qu’ils avaient déjà 15 points de retard. Cette fois-ci, les hommes de Vincent Collet sont partis pied au plancher.

Répondant aux souhaits de leur entraîneur, ils mettaient de la vitesse et de la simplicité dans leur jeu, enchaînant les stops défensifs, qui leur offraient des paniers faciles en contre-attaque.

Le festival de Trice et York


Gabe York et Travis Trice, sur un nuage, guidaient les leurs dans un premier quart remarquable. Les deux Américains, qui avaient jusqu’ici montré de belles promesses, sans les concrétiser tout à fait, livraient un véritable festival.

Auteurs de 11 points chacun après 7 minutes (5/5 à 3 points), les recrues donnaient le tournis à la défense verte. Trice, le meneur, agrémentait sa réussite par deux merveilles de passes décisives, tandis que York, le tueur, transformait chaque ballon en points.

Pris à la gorge, les Portelois se montrent hésitants en attaque, n’arrivant pas à mettre en bonne situation leurs tours Fitzpatrick et Hassell. Ce dernier, icône locale, ne voyait pas le jour face au marquage serré de Jerai Grant.

« Contre une équipe lambda, on aurait déjà eu du mal, avec nos leaders qui sont passés à côté, déplorait Eric Girard, l’entraîneur du Portel. Mais contre un adversaire exceptionnel, la différence se traduit au score. »

Avec 19 points d’avance au moment de rentrer au vestiaire, la SIG avait fait le gros du travail d’entrée, s’assurant un deuxième acte en gestion.

Loin de se reposer sur leurs acquis, les coéquipiers d’un Damien Inglis à nouveau très solide (11pts, 6 rbds, 4pds) creusaient l’écart. Ils faisaient preuve d’une complicité seulement entr’aperçue jusque-là, en témoignait le caviar offert par York, en position de shooter à 3 points, à Traoré pour porter l’écart à 24 unités (26e , 45-69). « Nous avons fait une bonne entame, avant d’être plus statique par la suite, regrettait Vincent Collet, l’entraîneur alsacien. Ça nous rappelle un peu à l’ordre. »

Un peu moins tranchant dans la troisième période, ils perdaient un peu de leur matelas, sans pour autant avoir à s’inquiéter. Avec un jeu tout en vitesse et en transition qui ne demande qu’à être perfectionné, la SIG a offert un véritable récital en début et fin de match.
Un grand bol de confiance

« On reste prudents, car avec la réussite que l’on a eue dans le début de match, on sait que ce n’est pas la réalité, souligne Collet. On travaille pour avoir de bons tirs comme ça, mais on ne pourra pas toujours avoir cette réussite (13/17 à 3 points). »

En balayant un adversaire qu’ils craignaient, les Strasbourgeois s’offrent un grand bol de confiance. Ils s’évitent aussi un 0-3 qui aurait fait tache, au vu du potentiel de l’équipe.

Ce potentiel sera à confirmer samedi prochain au Rhenus face à un Boulogne-Levallois qui devrait proposer une opposition plus corsée. En attendant, il reste une semaine pour peaufiner les certitudes qui ont pris corps dans le Pas-de-Calais.


Le film du match

York et Trice commencent leur match en régalant à 3 points, compensant la maladresse des intérieurs. La SIG fait un premier écart (5e , 4-16). Trice continue son festival et donne deux offrandes à Inglis, York marque encore à 10 mètres (8e , 11-28). Fin du 1er quart-temps : 17-34

Les remplaçants rentrent en jeu, et connaissent la même réussite que le 5 majeur. Serron puis Dallo scorent de loin (13e , 20-40). Les locaux retrouvent leurs esprits, mais la baraka offensive ne quitte pas la SIG (18e , 35-50). Mi-temps : 37-56

Repartis sur les mêmes bases, les SIGmen maintiennent l’écart, Grant retrouve son shoot (25e , 43-65). Beyhurst expédie une passe directement en tribune, rare fausse note offensive (28e , 52-69).

Fin du 3e quart-temps: 59-72

Toujours en lévitation, York inscrit 6 points en une minute et étouffe les volontés porteloises (31e , 61-77). Trice finit le match comme il l’avait commencé, écœurant la défense locale (37e , 67-94). De loin, Serron perce le mur des 100 points (39e , 69-100). Score final : 72-103.
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 48545
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Basket (+ SIG) - Page 20 Empty

Basket (+ SIG) - Page 20 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Basket (+ SIG) - Page 20 I_icon_minitimeDim 13 Oct 2019 - 5:23

dna a écrit:
4e journée : SIG – Boulogne/Levallois (81-97)
Sans défense, la SIG a refusé le combat

Incapable de protéger son pré carré, la SIG a pris la foudre, ce samedi face à Boulogne/Levallois. Battus dans l’envie, les Strasbourgeois ont encaissé leur 3e défaite en quatre journées de championnat. Une sérieuse remise en question s’impose.
S’ils veulent participer aux play-offs cette saison, les jeunes feux follets de la SIG (26 ans de moyenne d’âge) vont devoir se mettre en tête qu’on ne peut pas gagner une rencontre sans un minimum d’engagement. À l’exception de la démonstration de force réalisée au Portel (72-103) il y a neuf jours, les Strasbourgeois n’ont jamais livré de match plein, depuis le coup d’envoi du championnat.

« Dans le comportement, nous étions à côté de la plaque »


Comme face à Villeurbanne deux semaines plus tôt, les hommes de Vincent Collet ont pris le bouillon, hier en première mi-temps, face aux ‘‘pistoleros’’ de Boulogne/Levallois. « Nous avons été totalement absents, déplore l’entraîneur alsacien. L’énergie n’était pas au rendez-vous. Je protège généralement mes joueurs, mais là, ils me rendent la tâche difficile… »

Contre l’Asvel, il y a quinze jours, les partenaires de Travis Trice avaient déjà ouvert les vannes de façon inquiétante en défense. Mais leur esprit de révolte, après la pause, avait fait oublier leur inconsistance initiale.

Cette fois-ci, la réaction d’orgueil n’a pas eu lieu. Perforée de toutes parts par les extérieurs US Rob Gray, Briante Weber et Jamel Artis – un trio que Vincent Collet avait pourtant ciblé –, la SIG a semblé résignée. Chose rare, elle n’a jamais fait parcourir le moindre frisson dans les travées du Rhenus, son indigence défensive douchant systématiquement l’ambiance.

Les dégâts, au tableau d’affichage, auraient pu être plus importants, tant l’état de somnolence des Alsaciens a sauté aux yeux (12-18, 8e ; 27-35, 15e , 35-44, 19e ).

« Si on ne s’était pas un peu déconcentré, on aurait eu davantage d’avance à la pause, abonde Freddy Fauthoux, le coach des Metropolitans. Nous avions identifié quelques faiblesses de Strasbourg. Je ne vais pas les révéler maintenant parce qu’il y a quand même un match retour… Je veux simplement souligner l’état d’esprit de mon groupe. On se passe bien le ballon et on fait attention à notre jeu. »

Vincent Collet aimerait, ce matin, pouvoir en dire autant. Mais son équipe a affiché tellement de carences, quarante minutes durant, qu’il est bien impossible pour le technicien de retenir le moindre aspect positif. « Balles perdues (19), rebonds offensifs laissés à l’adversaire (11)… On a fourni tous les ingrédients d’un mauvais match, soupire-t-il. Et dans le comportement, nous étions à côté de la plaque. »
« Certains de mes joueurs sont trop softs »


D’un bout à l’autre de la partie, les partenaires de Thomas Scrubb ont refusé le combat (43-60, 23e ; 72-90, 37e ). On pensait, naïvement, que les 50 points concédés au mitan des débats engendreraient un électrochoc. Mais les Strasbourgeois ont continué à afficher un étonnant péché de suffisance, alors qu’ils n’ont encore rien prouvé jusqu’à présent.

« Il faut savoir si on veut jouer pour marquer quinze points, amuser la galerie et faire des belles actions ou si l’on souhaite battre l’adversaire, tonne le stratège alsacien. Certains de mes joueurs sont trop softs. Ils découvrent le championnat et ne sont pas encore prêts à répondre à ses exigences. »

Jugeant la situation « préoccupante » - « il ne faut pas avoir peur des mots » -, Vincent Collet attend une profonde remise en question de son groupe, avant son entrée en lice en Ligue des champions, mardi (20h) au Rhenus, face aux Belges d’Ostende. « De toute façon, on sera vite renseigné », souligne-t-il.

La SIG a trois jours pour se remettre la tête à l’endroit.
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 48545
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Basket (+ SIG) - Page 20 Empty

Basket (+ SIG) - Page 20 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Basket (+ SIG) - Page 20 I_icon_minitimeMar 15 Oct 2019 - 21:46

dna a écrit:
Ligue des champions, 1re journée :
SIG – Ostende (77-64)
La SIG s’est remobilisée

La SIG a idéalement lancé sa campagne européenne en se défaisant des champions de Belgique à domicile. Absents samedi en championnat, les Strasbourgeois se sont cette fois-ci montrés plus combatifs.
Trois jours après la lourde défaite face à Boulogne/Levallois, la SIG retrouvait le Rhenus avec un souvenir douloureux à gommer. Elle avait aussi l’occasion d’ouvrir son compteur, dans une Ligue des champions où les défaites à domicile risquent d’être rédhibitoires, l’expérience de l’an dernier l’a prouvé.

Collet : « Pas parfait, mais mieux »


C’est chose faite, et avec la manière malgré une entame de match sur la pointe des pieds. La suite a été bien plus encourageante, avec une défense enfin au point et une agressivité retrouvée.

« C’est bien de commencer par une victoire à domicile, surtout avec 13 points d’écart, souligne Vincent Collet, l’entraîneur alsacien. C’est intéressant, après un match où nous avions été trop mous. »

Un succès loin d’être acquis, après une entame accrochée. Dominés dans la raquette, les Alsaciens manquaient à nouveau d’impact, laissant trop d’espaces aux Belges. Ils concédaient quatre rebonds offensifs dans le seul premier quart, offrant des deuxièmes, voire troisièmes chances.

La SIG tirait enfin son épingle du jeu dans le duel d’intérieurs, un cas de figure trop rarement vu cette saison. « Après leur début de match difficile, des joueurs comme Grant ou Inglis ont bien réagi, note Dario Gjergja, l’entraîneur d’Ostende. Nous savions qu’ils seraient meilleurs que samedi, il aurait fallu que nous fassions un match parfait. »

Avec un piètre 3/20 à trois points, les champions de Belgique ne se sont pas donné les moyens d’inquiéter une SIG rugueuse, qui les poussait sans cesse loin du panier. « Quand une équipe a autant de talent offensif et qu’en plus elle assure en défense, c’est difficile de s’en sortir », concède Loïc Schwartz, l’ailier d’Ostende.
Jerai Grant retrouvé

La hargne de Strasbourgeois devenus imperméables (29 points encaissés en seconde mi-temps) leur a permis de creuser l’écart après la pause, dans le sillage d’un Jerai Grant en grande forme (15 points à 6/7, 2 contres en 23 minutes), après quelques matches difficiles même quand l’équipe tournait bien.

« Il a été complètement différent ce soir, souligne Collet. Il a été très actif, important défensivement avec un très bon travail sur les écrans. Et en plus il a marqué des points. »

Pas habitués à une telle adversité dans leur championnat, qu’ils dominent outrageusement, les Belges laissaient la SIG s’échapper malgré quelques imprécisions alsaciennes.

« Nous avons perdu trop de ballons, fait trop de fautes offensives, qui font que nous n’avons pas pu nous mettre à l’abri plus tôt, estime Vincent Collet. Il y a eu des erreurs, mais nous devons continuer sur cette voie. Ce n’est pas parfait, mais c’est mieux. »

Les vertus montrées par les Alsaciens, trois jours après la bouillie de basket produite en championnat, leur permettent de s’offrir un premier succès européen tranquille, en plus de reprendre confiance. Un bien nécessaire avant de recevoir Cholet samedi en Elite.

Face à une équipe qui semble destinée au bas de tableau, la SIG devra enchaîner pour s’en extraire elle-même.
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 48545
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Basket (+ SIG) - Page 20 Empty

Basket (+ SIG) - Page 20 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Basket (+ SIG) - Page 20 I_icon_minitimeSam 19 Oct 2019 - 22:12

Elite | 5e journée : SIG – Cholet (75-80)
La SIG a bu la tasse

Strasbourg a concédé une quatrième défaite en cinq journées face à Cholet, dans un match perturbé par des fuites d’eau dans la toiture du Rhenus. Les progrès se font attendre.
La future Arena de la SIG, en attente de la validation par les collectivités, ne pouvait pas rêver meilleure publicité… Le fait marquant de ce SIG -- Cholet restera son interruption pendant près de 30 minutes en raison d’une fuite dans le toit du Rhenus, ce « cube aujourd’hui vétuste » décrit par le président Martial Bellon vendredi.

Un match encore débuté à l’envers par les Strasbourgeois

Une pause forcée qui n’a pas changé grand-chose au scénario d’un match encore débuté à l’envers par les Strasbourgeois.

« On a, à nouveau, pas abordé le match comme il l’aurait fallu, peste l’entraîneur Vincent Collet. Je ne comprends pas pourquoi on n’a pas commencé comme on a fini. »

Un Quentin Serron plein d’envie (18 points, 6 rebonds) et un Ali Traoré efficace (12 points en 17 minutes) peinaient à masquer les errements défensifs de la SIG.
Collet : « Chacun doit faire son autocritique »

Sans ressort ni solutions, les Strasbourgeois n’ont pas offert l’image d’un collectif qui progresse. En défense, l’engagement était encore une fois aux abonnés absents, à l’image d’un Travis Trice qui s’effaçait trop facilement devant Stockton puis Riley.

« On travaille bien la défense à l’entraînement, mais en match on perd le fil, s’agace Collet. Il faut se secouer, et chacun doit faire son autocritique. On n’est pas à la hauteur dans l’engagement, on ne montre pas le niveau d’exigence nécessaire. »

Les images de la défaite face à Boulogne/Levallois sur le même parquet - en moins mouillé- samedi dernier revenaient en tête.

L’adversité, moindre, permet aux Strasbourgeois de repartir avec une défaite moins lourde, mais les tribunes du Rhenus ont à nouveau peiné à s’enthousiasmer.

L’interruption, grâce aux facéties de la mascotte et aux t-shirts lancés en tribune, ayant été le moment où elles ont été les plus bruyantes.

Sinon, le public a assisté à une troisième défaite consécutive à domicile, qui ressemblait bien trop à la précédente.
Des promesses moins solides que le toit du Rhenus

« Il y a de la déception et de la colère, lance Vincent Collet. L’équipe manque de concentration, de vigueur, de maturité. Et ça aurait été valable même si on avait gagné. »

Mais la SIG a de nouveau perdu, pour la quatrième fois en cinq matches. Un enchaînement qui inquiète, tant les promesses entrevues lors des victoires face à l’Asvel en Coupe ou au Portel il y a deux semaines semblent aujourd’hui moins solides que le toit du Rhenus.


le film du match


Stockton marque les premiers points (2e , 0-3). Serron et Grant sont les seuls Strasbourgeois à trouver la cible (6e , 8-6). Horton marque au buzzer pour Cholet. Fin du 1er quart-temps : 14-17

Serron et Traoré sont les seuls recours offensifs, et maintiennent la SIG dans le match (13e , 22-22). Un 3 points de York sur la sirène des 24 secondes rend l’avantage à Strasbourg, mais Trice manque deux lancers dans la foulée (16e , 31-30). La SIG laisse trop d’espace à Riley, auteur de 11 points dans le 2e quart. Mi-temps : 37-43

Le toit du Rhenus fuit, le match est interrompu (lire par ailleurs). Dès le retour sur le parquet, Inglis marque à trois points (24e , 44-45). La SIG retombe dans ses travers, laissant les Choletais s’approcher trop facilement du cercle (29e , 53-59). Fin du 3e quart-temps : 55-59

Panier refusé à Beyhurst, qui croyait avoir ramené les siens à deux points, ce que Serron fait dans la foulée (34e , 61-63). Le meneur Stockton marque 9 points d’affilée, entrecoupés d’un rebond offensif face à Grant et Inglis Cholet reprend de l’air (38e , 65-74). Score final : 75-80
dna
Contenu sponsorisé


Basket (+ SIG) - Page 20 Empty

Basket (+ SIG) - Page 20 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Basket (+ SIG)   Basket (+ SIG) - Page 20 I_icon_minitime

 

Basket (+ SIG)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 20 sur 20Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 18, 19, 20

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Racing club de Strasbourg :: Autres :: Buvette :: Coin des sportifs-