Le Forum du Racing Club de Strasbourg : Actualités, transferts, matchs à venir, la vie du RC Strasbourg au quotidien
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Adrien Thomasson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 42885
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Adrien Thomasson   Jeu 14 Juin 2018 - 8:15

Adrien Thomasson au RC Strasbourg Alsace


En fin de contrat avec Nantes, le jeune milieu de terrain (24 ans) s’est engagé pour trois saisons avec le Racing. Après Ludovic Ajorque, Stefan Mitrovic et Ibrahima Sissoko, c’est la quatrième recrue alsacienne.
Il aurait pu être skieur, il a préféré le football. Né le 10 décembre 1993 à Bourg-St-Maurice, Adrien Thomasson a partagé son enfance savoyarde entre piquets de slalom et poteaux de but. Poussé vers les pistes par ses parents, orienté vers les terrains de foot par un grand-père maternel d’origine croate. Plutôt bon skieur mais surtout très bon footballeur. « Enfant, se souvient-il, ça me mettait en colère quand je ratais un match de foot pour une compète de ski ». A 14 ans, Adrien choisit, intègre la section sport-études d’Annecy et range ses lattes.
C’est le début d’une belle histoire et la découverte du grand monde à Evian-Thonon-Gaillard en 2011, à seulement 18 ans. Un intermède, en prêt à Vannes en National où il n’oubliera pas de marquer deux buts contre le Racing (3-2, le 25 février 2014), semble le lancer pour de bon. Après une dernière saison à l’ETG, Adrien franchit un cap décisif en signant à Nantes en 2015. Trois saisons plus loin, il impose sa qualité technique et sa vision du jeu, montrant qu’il peut évoluer à tous les postes du milieu. Il signe un dernier exercice des plus aboutis avec 36 matches et 5 buts à son compteur personnel. Joueur fin, très collectif, c’est aussi un battant. « Sans doute un mélange de sangs français, croate et savoyard » dit-il en souriant.
Garçon discret, titulaire de la double nationalité française et croate, Adrien rêve de porter un jour le maillot national du pays de son grand-père et de son idole, le Madrilène Luka Modric. « Je suis ambitieux et c’est pour ça aussi que j’ai choisi le projet strasbourgeois plutôt qu’un autre. J’ai la certitude qu’il y a de belles choses à vivre ici. J’ai senti qu’on me voulait vraiment à travers des contacts noués depuis plusieurs mois ».
« Adrien était en fin de contrat à Nantes, explique Marc Keller, le président du Racing, et nous étions en concurrence avec plusieurs clubs de Ligue 1 mais aussi étrangers. Il peut occuper plusieurs postes au milieu. Thierry Laurey et Loïc Désiré, le responsable du recrutement, en avait fait une de leurs priorités. Nous sommes tous heureux qu’il ait choisi le Racing pour poursuivre sa progression et nous lui souhaitons la bienvenue ».
SO
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 42885
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Adrien Thomasson   Mer 27 Juin 2018 - 22:07

Le transfuge de Nantes en Alsace à l’entame d’un cycle de trois ans Thomasson voit loin
Le nouveau milieu de terrain strasbourgeois Adrien Thomasson avance depuis son plus jeune âge sur des cycles de trois ans. Il a donc signé au RCS jusqu’en 2021 pour «s’épanouir dans le projet.»
 Après avoir débuté le foot chez lui, à Bourg Saint-Maurice, jusqu’à ses 14 ans, Adrien Thomasson a toujours progressé par cycles de trois ans : d’abord en foot-études à Annecy ; ensuite à Évian-Thonon-Gaillard lorsque le club haut-savoyard fréquentait la Ligue 1, avec, dans l’intervalle, un prêt d’une saison (2013-2014) à Vannes où il a côtoyé Loïc Désiré, le patron de la cellule recrutement du Racing ; enfin à Nantes où il a conforté son expérience dans une L1 découverte à l’ETG (99 matches, 7 buts, 9 passes avec les Canaris).

À 24 ans, le milieu relayeur axial, qui ne déteste pas les couloirs, affiche à son compteur personnel 123 matches dans l’élite du foot français. Hier matin à la reprise, il était impatient d’y entamer une nouvelle saison avec un club strasbourgeois qui l’a enrôlé pour… trois ans. « J’avais hâte parce que les vacances ont été assez longues. Je suis très content d’être ici et d’avoir rencontré mes nouveaux coéquipiers. Les ambitions du club seront un peu les mêmes que l’an dernier : le maintien dans un premier temps et voir si on peut viser plus haut une fois cet objectif réalisé. Je sors de trois très bonnes saisons à Nantes. Mais j’avais besoin d’un nouveau challenge et Strasbourg était pour moi la meilleure option. »
« Strasbourg me plaisait depuis un moment »

Son dernier passage y avait d’ailleurs été un succès. Pour son club, Nantes, victorieux à la Meinau le 24 septembre 2017. Pour lui aussi qui avait égalisé ce jour-là. « J’espère que je marquerai encore beaucoup à la Meinau, sourit celui qui a troqué cet été la tunique jaune pour le maillot bleu. J’ai besoin de progresser, d’enchaîner les saisons, de bien me sentir dans le collectif pour m’épanouir. J’avais d’autres propositions et le choix. Je me suis donné le temps de la réflexion et n’ai pas pris ma décision sur un coup de tête. Mais Strasbourg est vite devenu une évidence. Je suis très content que ça se soit fait. J’ai senti qu’il y avait chez tout le monde, tous les dirigeants, une envie de me faire venir. Ce n’est pas toujours le cas. Je connais déjà Loïc. Un peu le coach. La rencontre avec le président ( Marc Keller ) a été déterminante. Il s’est montré très convaincant. J’ai envie de faire partie de ce projet. J’avais déjà joué contre le Racing quand il était en National. C’est un club important en France qui me plaisait depuis un petit moment. »

Un club à la progression duquel il espère contribuer. « Tous les joueurs aspirent à être importants. À moi de montrer durant la préparation que je peux l’être. J’aime avoir des responsabilités sur un terrain. Mes ambitions personnelles ? Apporter ma pierre à l’édifice, jouer le plus possible et, pourquoi pas, être décisif. J’aime les clubs à fort engouement et ici, je ne peux pas me tromper. » À la lumière de son rayonnement nantais, le Racing a lui aussi peu de chances de s’être trompé en l’enrôlant.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 42885
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Adrien Thomasson   Sam 18 Aoû 2018 - 21:23

Questions à… - Adrien Thomasson



«Redoutable»
Adrien Thomasson classe Saint-Etienne parmi «les quatre ou cinq meilleures équipes» de Ligue 1.
A drien Thomasson, est-ce confortable de débuter chez soi quand on a réalisé un très bon résultat à Bordeaux (2-0) le week-end précédent ?
– Bien sûr. Ça donne de la confiance et ça va donner envie aux gens de venir au stade. À nous de leur faire plaisir.
– À ceci près que la réception de Saint-Etienne est tout, sauf un cadeau ?
On va clairement jouer contre l’une des quatre ou cinq meilleures équipes du championnat. Un adversaire redoutable dont l’effectif se connaît de l’an dernier, avec des joueurs très expérimentés. Leurs dirigeants ont en plus enrôlé des recrues de qualité, offensivement avec Khazri, défensivement avec Kolodziejczak.
– Au moins cela permet-il de rester en éveil…
– Oui. À mes yeux, il vaut d’ailleurs mieux rencontrer de grosses équipes en début de championnat parce que tu entres tout de suite dans le vif du sujet.
À Bordeaux, c’était pas mal. Nous avons su profiter de notre supériorité numérique. Il reste du travail, mais il y a eu de bonnes phases de jeu, de bonnes séquences. On va essayer de s’appuyer sur ce qu’on a fait de bien et corriger ce qu’on a fait de moins bien.
– Comme votre entraîneur, avez-vous été surpris de la qualité de votre prestation en Gironde, alors que vous n’étiez pas complètement prêts ?
– Surpris, non. Mais pour ce premier match, on ne savait pas à quoi s’attendre en termes de rythme, même si les derniers matches amicaux avaient montré du mieux dans notre jeu. Pour l’ouverture de la saison, on partait un peu dans l’inconnu et on a été un peu rassurés.
«Ce n’est que du plaisir»
– Êtes-vous excité à l’idée d’évoluer dans une Meinau pleine ?
– C’est la 3e fois que je vais jouer dans ce stade, mais la première avec les supporters derrière moi, du moins j’espère (sourire). Quand le calendrier est sorti, j’ai tout de suite regardé quand avait lieu la première à domicile. Ce n’est que du plaisir. Le club a battu son record d’abonnés. Il y a du monde aux entraînements pour nous encourager, nous soutenir. Il y a ici un fort engouement. J’ai hâte. On a envie que ça se passe bien et de gagner pour bien lancer notre saison.
– Personnellement, comment vous sentez-vous dans ce groupe ?
– Honnêtement, j’ai rarement connu un groupe aussi sain. Dans le jeu, je me sens très bien. Il y a encore des automatismes à parfaire, mais je suis content de mon intégration.
– À Bordeaux, vous avez péché dans la finition. Cette semaine, vous disiez en plaisantant que la réussite serait pour ce dimanche…
– J’espère. J’ai vite oublié mon manque de réalisme au stade Atlantique, car la victoire était au bout. Sans ce succès, ça m’aurait peut-être plus “traumatisé.” Maintenant, je regarde devant et devant, c’est demain ( aujourd’hui ).
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 42885
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Adrien Thomasson   Jeu 29 Nov 2018 - 22:27

L’éloge de la constance
Arrivé cet été au Racing, le milieu polyvalent Adrien Thomasson admet qu’il doit gagner en régularité. Confessions de l’ex-Canari avant le déplacement dimanche à Rennes qu’il n’a jamais battu, malgré d’épiques derbies disputés avec Nantes.
 La carrière d’Adrien Thomasson est jalonnée de rendez-vous, souvent manqués collectivement, contre Rennes. Le 16 août 2014, le néo-Strasbourgeois, 20 ans alors, assiste depuis le banc de touche à la débâcle de son club, Évian-Thonon-Gaillard, au Roazhon Park (6-2). Depuis, en sept confrontations, le milieu relayeur n’a jamais battu les Rennais (trois nuls, quatre défaites).

Auteur d’un but (contre Monaco) et de deux passes décisives (face à Nantes et Dijon) sous le maillot bleu, le milieu offensif espère s’offrir après-demain en Bretagne un premier succès face au Stade rennais qui permettrait au Racing de rebondir immédiatement après son échec domestique contre Nîmes (0-1).

«Je dois hausser mon niveau»


– Adrien, une malédiction pèse-t-elle sur vous dans les duels contre Rennes ?


– Le foot, c’est comme ça. Je me souviens avoir pris 6-2 avec l’ETG alors que j’étais remplaçant. À Nantes, c’était juste impossible, inimaginable, même si on a perdu une fois 4-1 ( en 2015-2016 ). Les matches contre Rennes sont toujours intéressants, mais compliqués, surtout que cette année, le Stade rennais possède vraiment de bons joueurs.

– À votre arrivée à Nantes, avez-vous tout de suite dû intégrer la notion de derby ?


– Évidemment. Quand tu joues à Nantes, tu es imprégné de cette rivalité. À chaque fois, on sentait que ce n’était pas un match comme les autres. On avait la pression des supporters et de tout un club.

– Malgré votre bilan négatif face aux Rennais, en gardez-vous quelques bons souvenirs ?


– Le plus beau, c’est d’avoir inscrit contre eux mon premier but en pro. C’était avec Évian ( le 10 janvier 2015 à Annecy ). J’ai aussi eu la chance de marquer avec Nantes dans un derby ( le 20 avril 2018 à la Beaujoire ). Malheureusement, il n’y a pas eu la victoire au bout ( deux fois 1-1 ). Je n’ai jamais gagné contre Rennes, mais chaque série est faite pour être arrêtée. J’espère que ce sera dimanche.

– En un revers à domicile contre Nîmes samedi, le Racing est passé d’une série de sept rencontres officielles sans défaite à une autre de quatre sans victoire en Ligue 1…


– Cet échec ne doit pas remettre tout en cause. Nous devons rester concentrés sur notre objectif. Les bases sont toujours là. Notre belle série s’est achevée, mais il faut la réenclencher dès dimanche en ouverture d’un très important enchaînement avant la trêve. Ça conditionnera sans doute la suite du mois de décembre.

– À titre personnel, vous n’avez pas encore donné votre pleine mesure…


– C’est vrai. Mais je pense collectif avant tout. Je ne suis pas un joueur d’exploits individuels. J’ai besoin des autres pour m’épanouir. Ma philosophie n’est pas d’améliorer mes stats, mais d’aider mes coéquipiers à marquer et le club à atteindre son objectif. Ceci dit, je dois hausser mon niveau et gagner en régularité pour enchaîner les bonnes prestations. C’est ce qui me manque pour l’instant.

– On l’a vu contre Nîmes où vous avez bien débuté, mais peiné à tenir la distance…


– Je dois être plus constant sur la durée d’un match. Quelquefois, j’ai des creux. Ça arrive à tout le monde, mais ça ne doit pas durer trop longtemps. Samedi, nous avons bien commencé. Si nous avions ouvert le score, le match aurait sûrement eu une autre physionomie. Pour rester dans le top-10, nous devons être beaucoup plus réguliers. Ça passe par des victoires contre nos concurrents directs.
« Les gens sont plus inquiets que moi »

– En débarquant à Strasbourg, espériez-vous des débuts plus aisés ?


– Je ne m’étais pas fait de films. J’essaie de donner le meilleur de moi-même. Je sais que je dois m’améliorer techniquement, tactiquement et même physiquement. Ça va venir avec le temps. Une saison est longue. On n’en est même pas à la moitié. On fera les comptes à la fin. Mais ce qui est sûr, c’est que je donne tout à chaque rencontre. À moi d’être performant aux entraînements pour l’être aussi en match. C’est la base. Quand on arrive dans un club, on est beaucoup plus scruté. Tous les nouveaux vivent ça. Les gens attendent qu’on brille, qu’on fasse gagner l’équipe. Mais je ne suis pas inquiet. Ils le sont plus que moi. Je suis très serein, très tranquille. Ça va le faire.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
avatar Masculin Nombre de messages : 42885
Age : 72
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Adrien Thomasson   Sam 8 Déc 2018 - 22:18

questions à Adrien Thomasson « Au mental »
Après trois matches sans victoire à la Meinau, Adrien Thomasson espère que le Racing saura l’emporter face aux Caennais et atteindre ainsi le cap des 25 points.
La dernière victoire des Bleus à la Meinau remonte au 20 octobre contre Monaco (2-1). Depuis, les hommes de Thierry Laurey n’y ont récolté que deux points en trois sorties.

Pour le milieu Adrien Thomasson, la réception de Caen, qui ne s’annonce certes pas simple, tombe à pic pour retrouver le chemin du succès à la maison.

– Adrien, ça fait bientôt deux mois que vous n’avez plus gagné à la Meinau. Le faire face à des Caennais mal en point(s) vous permettrait de réaliser une très belle opération…

– Ce match contre Caen, nous l’avions identifié entre nous comme le plus important de la semaine. Il va falloir repartir de l’avant. On a à cœur d’offrir la victoire aux supporters.

« Arriver à la trêve avec plus de 24 points »

– Est-il aisé de se remobiliser après un match aussi clinquant que celui de mercredi face au PSG ?

– Oui, c’est assez facile parce qu’on a réussi une belle performance et qu’on a envie d’y retourner. Paris, c’était une rencontre de gala comme il y en a rarement dans une saison. Les gens ont pris du plaisir, mais ils savent que la réception de Caen compte davantage, car c’est un match de notre championnat.

–  La saison passée, le Racing avait viré à Noël avec 24 points. En gagnant contre Caen, vous passeriez cette barre à deux journées de la fin du cycle aller …

– Franchement, c’est l’objectif. Depuis un moment, on se dit qu’on veut faire mieux en termes de points sur la première partie de saison. Nous sommes proches d’y arriver. Mais il reste le plus dur. Basculer à la trêve avec plus de points qu’en 2017-2018 passe par une victoire ce dimanche. Nous en aurions 25 avec deux journées derrière (à Reims le samedi 15 et contre Nice le samedi 22). Ça récompenserait le travail effectué et donnerait confiance pour la suite.

– Sachant que Caen est à la peine…

–  (il coupe) Oui, mais il faut faire très attention parce qu’une équipe en difficulté a toujours à cœur de se relancer.

À nous d’être bien concentrés. Le match va se jouer essentiellement sur le mental. On s’attend à une rencontre difficile. À nous de rendre la leur difficile aussi.

– Vous devrez produire plus de jeu que face au PSG. Ça change quelque chose ?

– Ça va être un tout autre match. J’ai le souvenir de quelques rencontres à la Meinau où nous avons éprouvé des difficultés à faire le jeu.

Il faudra être plus précis techniquement, mettre plus d’intensité dans nos courses, notre jeu. Être patient aussi.

– La saison passée, le Racing avait beaucoup souffert à domicile contre Caen (0-0). Est-ce une bonne piqûre de rappel ?

– J’avais regardé le match (il était alors nantais, ndlr). Caen a beaucoup changé à l’intersaison, mais même s’il est en manque de points, le Stade Malherbe va vouloir mettre beaucoup d’agressivité.

– À titre personnel, avez-vous le sentiment de progresser ?

– Oui, avec l’aide de mes coéquipiers, du coach et du staff. Je m’épanouis quand je joue. Ma progression est linéaire. J’aurais dû faire mieux sur certains matches et je sais que je dois m’améliorer sur de nombreux aspects du jeu. Ça va venir.
dna
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Adrien Thomasson   

 

Adrien Thomasson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Racing club de Strasbourg :: Le Racing :: Staff et joueurs du Racing-