Le Forum du Racing Club de Strasbourg : Actualités, transferts, matchs à venir, la vie du RC Strasbourg au quotidien
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -15%
Manette Xbox sans fil Édition Limitée ...
Voir le deal
56.43 €

Partagez
 

  34ème journée : Amiens - Strasbourg

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 57127
Age : 74
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

 34ème journée : Amiens - Strasbourg  Empty

 34ème journée : Amiens - Strasbourg  Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: 34ème journée : Amiens - Strasbourg     34ème journée : Amiens - Strasbourg  I_icon_minitimeDim 21 Avr 2019 - 3:43

Amiens SC-Racing le dimanche 28 avril à 15 heures
 34ème journée : Amiens - Strasbourg  Ascrcs11

La Ligue de Football Professionnel a fixé la programmation de la 34e journée de Ligue 1 Conforama.
La rencontre entre l’Amiens SC et le Racing se déroulera le dimanche 28 avril à 15 heures au stade de la Licorne dans le cadre de la 34e journée de Ligue 1 Conforama. Elle sera diffusée sur BeIN SPORTS MAX.
SO
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 57127
Age : 74
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

 34ème journée : Amiens - Strasbourg  Empty

 34ème journée : Amiens - Strasbourg  Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: 34ème journée : Amiens - Strasbourg     34ème journée : Amiens - Strasbourg  I_icon_minitimeMer 24 Avr 2019 - 5:24

Amiens-Racing : avec Stéphanie Frappart, une femme va arbitrer en Ligue 1 pour la première fois

 34ème journée : Amiens - Strasbourg  Stepha13

Révolution dans l'élite du football français ! La Fédération française a annoncé mardi que l'arbitre Stéphanie Frappart sera la première femme à diriger un match de Ligue 1 ce dimanche, avec Amiens-Strasbourg.

Stéphanie Frappart, âgée de 35 ans, officie depuis 2014 en Ligue 2, où elle est la seule à occuper ces fonctions. Si Nelly Viennot a été arbitre assistante pendant dix ans dans l’élite, jamais une femme n’avait été désignée comme arbitre centrale d’un match de première division en France, contrairement à l'Allemagne où Bibiana Steinhaus officie déjà depuis deux saisons.
La FIFA a invité les fédérations possédant une arbitre retenue pour ce Mondial féminin, à les préparer dans les meilleures conditions en vue de cette compétition de haut niveau. Leur préparation, technique, athlétique, sera aussi axée sur l'utilisation de l’assistance vidéo, qui sera en fonction lors de cette Coupe du monde, indique la FFF dans son communiqué.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 57127
Age : 74
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

 34ème journée : Amiens - Strasbourg  Empty

 34ème journée : Amiens - Strasbourg  Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: 34ème journée : Amiens - Strasbourg     34ème journée : Amiens - Strasbourg  I_icon_minitimeMer 24 Avr 2019 - 22:15

Avant Amiens - Racing : Grandsir, l’art du rebond
Titulaire pour la première fois de la saison sous le maillot bleu, samedi dernier, face à Montpellier, le jeune ailier Samuel Grandsir, prêté cet hiver par l’AS Monaco, espère avoir d’autres occasions de montrer ses qualités en cette fin de saison.

Son nom, apposé sur la feuille de match du côté du onze titulaire, était une petite surprise. Car samedi dernier, à la Meinau, le milieu offensif Samuel Grandsir a, pour la première fois, débuté une rencontre sous le maillot bleu. « J’étais très déçu par cette défaite, mais assez content de ma prestation. Cela faisait longtemps… », lâche l’ailier.
En effet, depuis son arrivée en Alsace sous forme de prêt en provenance de Monaco, en janvier dernier, Samuel Grandsir a dû se contenter d’un temps de jeu famélique, avec six entrées en cours de match avant cette première titularisation face à Montpellier.
« Dans une carrière, il y a des hauts et des bas »
Pas forcément le scénario attendu pour le natif d’Évreux, arrivé à l’âge de 16 ans à Troyes, où il a fait toute sa formation. « Dans une carrière, il y a des hauts et des bas, relativise-t-il. Dans ces cas-là, il faut être fort mentalement. Et arriver à prouver qu’on peut rebondir ».
Pourtant, rien ne laissait penser que Samuel Grandsir allait se retrouver dans une telle galère durant cet exercice 2018/2019, qui aurait dû être celui de la consécration.
Après une première saison de Ligue 1 pleine sous le maillot troyen (36 matches, 3 buts, 4 passes décisives) le milieu de terrain file à l’AS Monaco l’été dernier, où il rejoint notamment l’ancien Strasbourgeois Jean-Eudes Aholou. Après avoir joué le maintien dans l’Aube, Samuel Grandsir espère passer un palier au sein d’un club princier ambitieux, qualifié pour la Ligue des Champions.
Mais cette première expérience européenne va rapidement tourner au vinaigre, à l’image d’une première moitié de saison monégasque ratée, collectivement parlant. « Il y a eu le changement de coach, les défaites successives… C’était difficile », rembobine l’ailier quand on évoque cette demi-saison sous le maillot cher au prince Albert.
Malgré les déconvenues en chaîne, reste tout de même ces apparitions en Ligue des Champions, qui ont permis à Samuel Grandsir de « grandir », comme il aime à le répéter. « Il faut gérer la pression, ce n’est pas simple, raconte l’ancien de l’ESTAC. Dans ce genre de match, on se rend compte que l’expérience change tout. J’ai essayé de me mettre au niveau, mais ça va vraiment très vite ».
Et Samuel Grandsir de citer deux joueurs qui l’ont particulièrement impressionné lors de cette campagne européenne, où il a disputé trois matches : Antoine Griezmann et Koke, qu’il a affronté lors du match de poule entre Monaco et l’Atlético Madrid, le 18 septembre 2018, à Louis-II.
« Griezmann va vite et se place toujours bien. Koke aussi. Ces joueurs ont vraiment un niveau au-dessus, assène celui qui avait pourtant ouvert la marque lors de cette rencontre (finalement perdue 1-2, ndlr). Reuss, à Dortmund, c’est très fort aussi ».
Las, après un début de saison en dents de scie, mais globalement encourageant, Samuel Grandsir plonge dans le doute, en même temps qu’une équipe monégasque à la dérive. « À Monaco, j’étais bien au début. Mais peu à peu, j’ai perdu confiance. Et cette saison galère a d’ailleurs mis un coup sur la tête à beaucoup de monde », raconte-t-il.
Plus dans les plans du coach, peut-être « pas assez bon » (comme il le dit lui-même), l’ailier est heureux de changer d’air en hiver, lors du grand “chamboul’tout” monégasque.
Mi-janvier, il prend la direction de l’Alsace, où il retrouve un de ses coéquipiers chez les Espoirs (Bingourou Kamara) et... le sourire. Ainsi qu’un groupe uni. « À Monaco, il y a beaucoup d’étrangers, beaucoup de joueurs et quelques clans, expose Samuel Grandsir. Ici le groupe est très bon, ça rigole beaucoup et tout le monde est solidaire ».
Malgré un temps de jeu en berne, Samuel Grandsir s’est consolé en retrouvant le goût de la victoire sous le maillot strasbourgeois et en décrochant le premier titre de sa carrière, une coupe de la Ligue.
« Pour le public, pour la Ville et pour une équipe qui était en National il n’y a pas si longtemps, c’est important. Et même si je n’ai pas joué, faire partie de cette aventure, ça fait plaisir », souligne-t-il encore.
À six journées de la fin de cette saison 2018/2019, Samuel Grandsir n’a plus beaucoup de temps à perdre s’il veut raccrocher le bon wagon. Mais il espère bien « gratter un maximum de temps de jeu » et aider les Alsaciens à finir le plus haut possible en Ligue 1.
Cela passe notamment par une bonne performance à Amiens, dimanche. « C’est une équipe chiante à jouer. En face, il y a des gros gabarits, le jeu va être fermé. Il va falloir être intelligent face à cette équipe très physique, pronostique l’ailier. Il n’y a plus trop d’enjeu, mais ça va être compliqué ».
Pour Samuel Grandsir, même si le Racing a atteint – et dépassé – tous ses objectifs initiaux, il est hors de question de lâcher quoi que ce soit dans la dernière ligne droite. « Le classement, c’est important. Finir 7e , ce serait incroyable », assène-t-il. Et s’il peut apporter son petit écot personnel, Samuel Grandsir ne va pas s’en priver…
PRCIC TOUJOURS INCERTAIN. – Sanjin Prcic, touché à la cheville face à Montpellier, va mieux. Mais le milieu s’est contenté de travailler en salle hier et reste très incertain pour le déplacement à Amiens.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 57127
Age : 74
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

 34ème journée : Amiens - Strasbourg  Empty

 34ème journée : Amiens - Strasbourg  Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: 34ème journée : Amiens - Strasbourg     34ème journée : Amiens - Strasbourg  I_icon_minitimeVen 26 Avr 2019 - 4:55

Racing : Gurtner, la “bête” de Somme
Régis Gurtner est l’un des moteurs qui tirent Amiens vers le haut depuis quatre ans. Avant la réception du Racing, son club formateur, dimanche, le gardien alsacien, arrivé sur le tard en Ligue 1, confie avoir trouvé son équilibre en Picardie.
Comme le dit – ou presque – la chanson de Georges Brassens, le temps n’arrange rien à l’affaire. Régis Gurtner n’est plus un perdreau de la dernière couvée. « Je ne suis pas si vieux ! », proteste-t-il dans un sourire à l’évocation d’un âge qui n’a certes rien de canonique pour un gardien, mais suggère tout de même qu’il est plus proche de la fin que du début.
« Je suis très heureux à Amiens »
Le 8 décembre, le portier alsacien de l’Amiens SC fêtera ses 33 ans. D’ici là, il aura bouclé sa deuxième saison pleine dans une Ligue 1 qu’il a découverte sur le tard avec le club picard, après un parcours sinon chaotique, du moins atypique, parti, dans le monde pro, de Strasbourg où il a été formé. Au Racing, il n’a eu sa chance comme titulaire qu’en 2010-2011, en National. C’était juste avant la liquidation judiciaire.
Voilà bientôt huit ans que le “cigogneau” d’Eschbourg, près de la Petite-Pierre, a pris son envol vers Boulogne-sur-Mer. Et en voici donc deux qu’il garde en L1 les buts amiénois qu’il a rejoint en 2015, en… National.
À l’intersaison 2018, il a prolongé jusqu’en 2022, malgré des touches çà et là. « Il y a eu quelques contacts, notamment avec le Racing. Mais le timing n’était pas le bon. C’est comme ça. »

« Je suis fier de ce que j’ai fait »

Sa prolongation longue durée, qui le mènera à 35 ans révolus, attestera quelque temps plus tard de la confiance que lui accordent ses dirigeants. « Si je finirai ma carrière à Amiens ? Vous savez comment est le foot. Honnêtement, je ne me projette pas si loin. Il me reste trois ans de contrat. Je suis très heureux ici. J’y ai trouvé mon équilibre personnel et professionnel. Je me remets en question tous les week-ends, j’essaie d’être performant, de donner le maximum.  »
L’homme sage qu’il est devenu, prolongement du stagiaire sensé et discret qu’il était à son arrivée au Racing en 2004, s’est métamorphosé en adepte du “Carpe Diem”.
« Je prends un plaisir énorme sur les terrains de L1 et j’entends tout donner pour y rester le plus longtemps possible. Dans les passes plus compliquées, je repense à tous les moments difficiles que j’ai traversés pour ne songer qu’à l’avenir. » Ses baisses de régime sont rares. Cette saison, il a disputé les 33 premières journées dans leur intégralité. En 2017-2018, il en avait joué 37.
Il a récupéré de l’involontaire coup de genou que le Nantais Kalifa Coulibaly lui a asséné en pleine poire le week-end passé. Il n’a en tête que la venue, ce dimanche au stade de la Licorne, d’un Racing qu’il suit toujours de près.
« Strasbourg reste mon club de cœur. J’ai fait du chemin depuis mon entrée au centre de formation. J’en suis fier et je n’ai pas l’intention de m’arrêter là ( sourire ). Au Racing, je n’ai été titulaire qu’une saison en pros, mais c’est une grande fierté d’avoir porté ses couleurs. »
Le 21 avril 2018, le Savernois de naissance et Amiens avaient atteint la barre des 40 points et presque validé leur maintien en Ligue 1 lors de la 34e  journée en battant les Bleus à la Licorne (3-1).
Même si un succès dimanche ne garantirait pas aux Picards de renouveler leur visa pour une troisième saison dans l’élite, “Reg” Gurtner apprécierait que l’histoire bégaie. « Le Racing a réalisé une saison très intéressante, avec un recrutement estival judicieux. Il s’est maintenu facilement, s’est offert un joli cadeau avec la coupe de la Ligue. Pour nous être retrouvés dans la même situation l’an dernier où nous avions continué à jouer sans pression ( Amiens avait fini 13e  avec 45 points ), je ne crois pas du tout à un relâchement des Strasbourgeois. Nous ne misons pas dessus. Nous nous attendons au contraire à un match difficile. Notre défaite 3-1 à l’aller à la Meinau, où nous nous étions fait bouffer en deuxième mi-temps, est là pour nous le rappeler. »
Et lui, en courageuse bête de Somme, pour montrer le bon chemin et l’exemple à ses coéquipiers.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 57127
Age : 74
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

 34ème journée : Amiens - Strasbourg  Empty

 34ème journée : Amiens - Strasbourg  Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: 34ème journée : Amiens - Strasbourg     34ème journée : Amiens - Strasbourg  I_icon_minitimeVen 26 Avr 2019 - 22:29

Avant Amiens – Racing : c’est déjà demain
À peu près fixé sur son sort pour la saison prochaine, le Racing peut songer à son prochain exercice avec de l’avance par rapport aux années précédentes. Le seul bémol est que sa prochaine intersaison ne dépendra pas que de lui.
S’il reste encore cinq matches à son programme qu’il ne s’agit pas – mais alors vraiment pas – de galvauder, le Racing a eu le bon goût d’éclaircir son horizon largement avant la ligne d’arrivée.

Depuis quelques semaines, voire mois, le club strasbourgeois sait qu’il connaîtra une 59e saison parmi l’élite qu’il peut préparer en amont. Car si 2018-2019 s’est révélé un cru fort réussi, son origine remonte à plus d’un an et à un mercato d’été particulièrement inspiré.
Dans le sens des arrivées puisque les recrues ont tous ou presque apporté un vrai plus quand les départs ont permis de financer les investissements.

En ce sens, les 14 millions d’euros récoltés pour le transfert de Jean-Eudes Aholou ressemblent à une excellente affaire. Le milieu de terrain avait été débauché à Orléans, 18 mois auparavant, pour 28 fois moins. Il y a quelques traders qui fantasment des “bascules” pareilles.

« Quatre semaines de vacances, c’est non négociable »

Mais si la fin du printemps et l’été 2018 ont été fructueux, tant au niveau sportif qu’au niveau financier, la chronologie de l’intersaison s’était révélée particulièrement serrée.

« On prépare toujours nos plans en termes de recrutements et de construction de l’équipe à l’avance, souligne Thierry Laurey, l’entraîneur strasbourgeois qui a apprécié de disposer d’un groupe mieux armé pour la deuxième saison en L1. Mais c’est vrai qu’il s’est avéré plus compliqué de tenir un discours clair lors des discussions que nous pouvions mener. Car on ne s’est maintenu qu’à l’avant-dernière journée. »

En un an, les choses ont donc bougrement changé et c’est avec bien plus de sérénité que la suite, à savoir la saison dont le premier rendez-vous est fixé au 25 juillet avec un deuxième tour préliminaire de Ligue Europa, est envisagée.

Les grandes lignes de l’intersaison ont été définies avec une reprise de l’entraînement programmée le dimanche 23 juin – et non pas le 24 – et un stage du 8 au 14 juillet.

« Les joueurs auront quatre semaines de vacances, c’est non négociable à mes yeux par rapport à une coupure nécessaire, poursuit le technicien. Nous aurons quatre semaines de préparation avec quatre matches amicaux avant le 25 juillet. Et nous envisageons d’en avoir encore un ensuite. Tout n’est pas calé, notamment sur les adversaires ou le lieu de notre stage. L’idéal, c’est qu’on ne soit pas trop loin de Strasbourg et qu’on puisse disputer nos matches amicaux sans avoir à accumuler les kilomètres. »

La préparation d’une avant-saison est également un travail de dentellière. Mais la construction du groupe aligné sur les quatre épreuves dans le viseur s’apparente au chantier le plus sensible. Il sera d’une moindre importance, en nombre, que l’an dernier, marqué par 22 mouvements.

Mais il ne s’agit pas non plus de se tromper, le Racing, malgré des finances saines, ne disposant pas de moyens illimités.

« On sait ce qu’on veut dans les grandes lignes, on a défini les profils souhaités, des contacts ont été pris mais, pour le moment, on est encore au stade de l’ébauche, poursuit Thierry Laurey. On veut modifier le groupe sans le révolutionner. Il n’y a pas la volonté d’avoir trop de joueurs. Déjà, pour cette saison, on était beaucoup. Et je n’ai pas envie de cantonner des jeunes, qui doivent avoir leur chance, au championnat de N3. »

Avant d’envisager de quelconques arrivées, l’idée serait d’abord de concrétiser quelques départs. Avec trois joueurs en fin de contrat et trois joueurs prêtés, de la trentaine de pros initialement l’effectif passera à 25 puisque Yoann Salmier reviendra, lui, de son prêt à Troyes.

Le Racing n’écarte néanmoins pas l’objectif de prolonger l’un ou l’autre qui ont donné satisfaction cette saison ou depuis longtemps.

Ainsi, Jérémy Grimm, le seul Alsacien du club strasbourgeois, ne sera pas laissé sur le bord du chemin, alors qu’il se remet à peine d’une longue blessure. De la même manière, Pablo Martinez, libre comme l’air cet été, a tellement donné satisfaction que le prolonger ne paraît pas comme une absurdité.

« Rien n’a été décidé », explique l’intéressé qui n’écarte aucune possibilité mais aura des courtisans.

Sanjin Prcic, sous contrat avec Levante, présente également quelques avantages à ne pas négliger sachant qu’un transfert définitif ne se négociera pas sous les deux millions d’euros.
Kenny Lala, tête de gondole

Dans l’autre sens, nombre de Strasbourgeois ont séduit d’autres clubs et Kenny Lala, son profil de latéral droit à l’efficacité offensive redoutable (9 passes décisives) ressemble à une tête de gondole dans la vitrine strasbourgeoise.

Mais ils sont quelques-uns à avoir réussi une saison pleine et l’effectif strasbourgeois pèse 90 millions d’euros selon le site spécialisé Transfermarkt. Et si le Racing a le temps de préparer sa prochaine saison et de voir venir, il sera soumis à des traditions qui ne risquent pas de disparaître.

« Pour notre recrutement et même si nous avons trois tours à passer pour atteindre la phase de groupe, on pourra ‘‘vendre’’ la coupe d’Europe, conclut Laurey. Mais quel que soit le calendrier, on sait aussi que les départs peuvent intervenir jusqu’à fin août. » Il y aura alors déjà eu quatre matches de championnat de jouer.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 57127
Age : 74
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

 34ème journée : Amiens - Strasbourg  Empty

 34ème journée : Amiens - Strasbourg  Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: 34ème journée : Amiens - Strasbourg     34ème journée : Amiens - Strasbourg  I_icon_minitimeSam 27 Avr 2019 - 9:51

 Strasbourg : retour de Lala et Koné contre Amiens, Liénard et Prcic absents
 Suspendu face à Montpellier samedi dernier, le latéral de Strasbourg Kenny Lala est de retour dans le groupe pour affronter Amiens, dimanche (15 heures). Dimitri Liénard et Sanjin Prcic manqueront la rencontre.
Il y a deux retours de taille dans le groupe du RC Strasbourg pour le déplacement à Amiens. Suspendu samedi dernier lors de la défaite face à Montpellier (1-3), Kenny Lala sera bien de la partie dimanche. Son retour est accompagné de celui du défenseur central, Lamine Koné.
Dimitri Liénard (malade), et Sanjin Prcic (blessé à la cheville), manqueront quant à eux le déplacement.
Le groupe de Strasbourg

Sels, Kamara - Ndour, Martinez, Koné, Mitrovic, Caci, Carole, Lala - Martin, Gonçalves, Sissoko, Fofana, Thomasson - Mothiba, Ajorque, Grandsir, Da Costa.
equipe
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 57127
Age : 74
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

 34ème journée : Amiens - Strasbourg  Empty

 34ème journée : Amiens - Strasbourg  Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: 34ème journée : Amiens - Strasbourg     34ème journée : Amiens - Strasbourg  I_icon_minitimeDim 28 Avr 2019 - 6:53

Les compos des deux équipes sont tombées. A noter qu'à Amiens Gouano et Monconduit (gastro-entérite) sont finalement absents.
Amiens : Gurtner (cap) – Krafth, Adenon, Dibassy, Pieters – Otero, Gnahoré, Blin, Mendoza – Guirassy, Konaté. Entraîneur: Christophe Pélissier.
Strasbourg : Sels – Lala, Caci, Mitrovic (cap), Martinez, Carole – Grandsir, Martin, Sissoko – Thomasson – Ajorque. Entraîneur : Thierry Laurey.
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 57127
Age : 74
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

 34ème journée : Amiens - Strasbourg  Empty

 34ème journée : Amiens - Strasbourg  Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: 34ème journée : Amiens - Strasbourg     34ème journée : Amiens - Strasbourg  I_icon_minitimeDim 28 Avr 2019 - 9:40

Amiens – Strasbourg (0-0)

Le Racing fait nul à Amiens: un point c’est tout
Désireux de se relancer après sa défaite à domicile contre Montpellier, le Racing est allé prendre un point cet après-midi sur la pelouse d’Amiens. Ce qui lui permet, avec 45 points, de conserver provisoirement sa place dans le top 10 de la L1.
Dans une fin de championnat en pente douce, grâce à un maintien acquis précocement et une victoire en Coupe de la Ligue qui a remis le club en pleine lumière, le Racing s’est fixé un objectif : conserver sa place dans le top 10 de la Ligue 1. Après leur déconvenue la semaine passée à domicile contre Montpellier (1-3), les Strasbourgeois se devaient donc de ramener quelque chose d’Amiens pour ne pas reculer au classement. C'est ce qu'ils ont fait au bout d'un match tristounet.
Mais au stade de la Licorne, qui ne lui a guère réussi ces dernières saisons, et face à une équipe invaincue depuis trois mois à domicile et un revers contre Lyon le 27 janvier (0-1), la partie ne s’annonçait pas facile. D’autant plus que les Picards étaient, eux, encore loin d’être maintenus avant la rencontre.
Pour autant, en première période, les débats n’ont pas été d’une intensité folle. Les Amiénois ont commencé par presser haut un Racing pris à la gorge. Mais ce sont bien les Alsaciens, dès qu’ils sont parvenus à mieux ressortir le ballon, passé le premier quart d’heure de jeu, qui se sont créés des demi-occasions. Thomasson a d’abord placé sa demi-volée au-dessus (19e) et il n’a pas plus cadré son plat du pied sur un centre de Lala (30e).

Morne plaine

Au retour des vestiaires, le 5-4-1 bas-rhinois a continué à poser des problèmes aux Picards même si Konaté, finalement hors-jeu, a rapidement fait passer un frisson dans le camp strasbourgeois (48e). On vous l’avoue, ce sera la seule véritable occasion de la seconde période. Une tête de Guirassy a bien réchauffé la Licorne (86e), mais Sels l'a regardée passer à côté.
Entre les deux, rien ou presque si ce n’est des mouvements inachevés faute de justesse technique. Le Racing a bien mis quelques ballons dans la surface picarde mais il a manqué de précision pour se montrer vraiment dangereux.
Avec ce 45e point récolté, les Alsaciens conservent pour l’instant leur place dans la première moitié de tableau. Mais depuis leur victoire contre Bordeaux le 26 janvier dernier, ils ont clairement ralenti le rythme en championnat (1V, 7N 4D). Pour émarger parmi les dix premiers sur la ligne d’arrivée, il faudra au Racing donner encore un coup de collier.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 57127
Age : 74
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

 34ème journée : Amiens - Strasbourg  Empty

 34ème journée : Amiens - Strasbourg  Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: 34ème journée : Amiens - Strasbourg     34ème journée : Amiens - Strasbourg  I_icon_minitimeDim 28 Avr 2019 - 21:52

Le Racing ramène un nul d’Amiens (0-0)
Venu à Amiens pour se rassurer défensivement, le Racing a réussi dans son entreprise en y arrachant un nul vierge hier après-midi (0-0). Mais c’est à peu près tout ce qu’il y a à retenir d’un match aussi soporifique qu’un somnifère.
Avec un déjeuner un peu plus copieux, il aurait sans doute été difficile de résister à la tentation d’une sieste digestive hier après-midi au stade de la Licorne. On ne saurait cependant prétendre que ce 34e rendez-vous de la saison 2018-2019 entre un Amiens SC menacé et un Racing libéré a été indigeste. Il serait même au contraire plus exact de dire qu’il n’a été qu’un aimable amuse-gueule et qu’on a vainement attendu le plat de résistance, encore plus la cerise sur le gâteau. Comprenez : ce but qui n’est jamais venu.

Car c’est peu dire que cette opposition, censée être de style(s), n’a pas été d’un grand niveau technique. Heureusement pour le “spectacle” – si l’on ose dire – qu’Adrien Thomasson côté strasbourgeois et Serhou Guirassy dans les rangs amiénois étaient là durant le premier acte pour éclairer les débats de l’un ou l’autre pétard. Mais les fusées trop enlevées du Racingman (19e , 30e ) et du Picard (38e ) ont davantage effrayé les pigeons ramiers qui ramaient derrière la verrière de la Licorne que les préposés aux cages Matz Sels et Régis Gurtner.
« Le nul est tout à fait logique »

C’est vrai, Moussa Konaté a bien, de la tête, trouvé le poteau du gardien belge du RCS. Mais le Sénégalais était hors-jeu (40e ). Il sera de nouveau pris par la patrouille en position illicite lorsque sa frappe du gauche trop croisée longera la ligne bas-rhinoise (48e ). Dans l’intervalle, les volatiles apeurés ont repris leurs esprits et leur vol. Pas pour longtemps. On le verra plus loin.

Blague à part, cette 34e rencontre est assez pauvre. En fait, le schéma strasbourgeois en 5-4-1, bâti par Thierry Laurey pour exploser vers l’avant à la récupération du ballon, se heurte aux insuffisances de la relance. Mais pas seulement, selon le coach alsacien.

« Les Amiénois étaient très actifs en première mi-temps. Ils avançaient beaucoup, n’hésitaient pas à venir nous chercher haut. Forcément, ça nous a posé des problèmes. On a eu plusieurs possibilités intéressantes en seconde période. Ç’a été un peu plus chaud sur leur but que le nôtre. Mais le nul est tout à fait logique. »

En ce dimanche passé – on l’aura compris – davantage en pantoufles confortables qu’en crampons acérés, l’ASC, privé en dernière minute de deux de ses cadres, son capitaine Prince Gouano et la bête noire du Racing Thomas Monconduit, malades, n’est en effet pas plus mordant. Et pour son galop d’essai en Ligue 1, Stéphanie Frappart a gagné le droit d’arbitrer un match joué au petit trot.

Au jeu du tir au pigeon, le grand fusil Sissoko fait “pull” à son tour et dézingue un étourneau étourdi (78e ). Il trouvera bien le cadre trois minutes plus tard, mais son tir s’apparentera surtout à une passe au portier alsacien d’Amiens (81e ). Juste après, une tête de Guirassy vers le poteau de corner après un coup franc de Ghoddos soulignera un peu plus en creux l’indigence offensive amiénoise (86e ).

Le nul (vierge) porte donc assez bien son nom et les deux camps s’en satisfont. Les hommes de Christophe Pélissier, qui enchaînent un sixième match sans défaite dans leur antre (3 victoires, puis 3 nuls), gardent leurs quatre points d’avance sur le nouveau barragiste, Caen. Le Racing, qui n’en a récolté que dix lors de ses douze derniers matches, mais a au moins rebouché ce dimanche les trous apparus dans ses filets contre Guingamp (3-3) et Montpellier (1-3), conserve son 10e rang.
« On n’avait pas envie de tendre la joue une seconde fois »

Son entraîneur ne pavoise pas, mais ne fait pas la fine bouche non plus. « Contre Montpellier, c’était une journée portes ouvertes. On n’avait pas envie de tendre la joue une seconde fois. On avait décidé de verrouiller autant que faire se peut. On sait qu’Amiens est une équipe difficile à manœuvrer à la maison. Il était hors de question qu’on vienne s’envoyer en l’air ici. Le foot, c’est comme dans un couple : parfois, c’est l’Everest, parfois, tu n’es pas performant et ça n’est pas l’Everest du tout. C’était un match assez fermé. On n’a surpris personne. Amiens n’a surpris personne non plus. Et quand aucun adversaire ne surprend l’autre, il y a normalement 0-0 à la fin. »

Ce qu’on pourrait résumer autrement : quand on n’atteint ni l’extase, ni l’Everest, on reste généralement sur sa faim…
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 57127
Age : 74
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

 34ème journée : Amiens - Strasbourg  Empty

 34ème journée : Amiens - Strasbourg  Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: 34ème journée : Amiens - Strasbourg     34ème journée : Amiens - Strasbourg  I_icon_minitimeDim 28 Avr 2019 - 21:57

En manque de génie
Solide derrière, le Racing s’est montré sans inspiration en attaque. Et les joueurs subissent un jugement plus ou moins indulgent selon qu’ils sont concernés par l’une ou l’autre activité.
Le stade de la Licorne n’a pas été le théâtre d’un rendez-vous historique, ce dimanche, sauf pour l’identité de son arbitre. Aucun Strasbourgeois n’a vraiment brillé, quelques-uns ont déçu, certains n’ont rien à se reprocher.

❏ SELS (5). – Quelques dégagements au poing, un tir sans guère de puissance à stopper au retour des vestiaires (53e ), le Belge, qui a manqué quelques dégagements, aurait pu prendre froid à force d’inaction. Peut-être même qu’à un moment, il s’est ennuyé.
❏ LALA (5). – Un magnifique contrôle suivi d’une transmission vers Grandsir a plutôt avantageusement lancé son affaire (8e ). La suite a été moins brillante pour le latéral qui a cherché à perturber l’adversaire par ses déplacements. Néanmoins, il est à l’origine de la première bribe d’occasion sur une bonne… touche de sa part (19e ) et a encore distillé un bon centre à ras de terre (30e ). Sa seconde période a été plus neutre.

Martinez sobre et efficace

❏ CACI (5). – Le joueur formé au club a fait preuve de solidité pour sa première titularisation depuis trois semaines. Généralement bien placé, il a néanmoins été devancé par Guirassy sur un coup franc dangereux de Ghoddos (86e ) mais cela ne prête pas à conséquence.

❏ MITROVIC (5). – Une petite cagade sur un ballon plein axe (13e ), une bonne relance vers Carole au retour des vestiaires, le capitaine a pu souffler le chaud et le froid. Il a surtout veillé à ne pas s’enrhumer dans le vent picard pour contribuer à la récolte d’un point sans éclat.

❏ MARTINEZ (5). – S’il rattrape un coup foireux dans lequel son capitaine était mal embarqué (13e ), le préposé au côté gauche de l’axe défensif a fait dans le sobre et efficace pour verrouiller l’accès au but de Sels. Visiblement touché à une cuisse qui l’enquiquine depuis quelque temps, il a été remplacé par KONÉ (63e ).

❏ CAROLE (5). – Une mauvaise relance qui tombe directement dans les pieds picards (6e ) a matérialisé ses difficultés en début de match. Toutefois, le latéral gauche a su se reprendre, notamment après la pause quand son activité a permis de masquer de nombreuses erreurs techniques.

❏ GRANDSIR (3). – L’ailier droit a déçu, jamais dans le rythme, coupable d’un nombre incalculable de passes ratées. Le joueur prêté par Monaco n’a pas su s’affranchir de la médiocrité ambiante avant d’être remplacé par GONÇALVES (75e ).

❏ MARTIN (5). – S’il a mis un peu de temps à se mettre en route, perdant notamment un ballon devant Blin (5e ), le vice-capitaine a su se remettre dans le sens de la marche à la faveur de quelques jaillissements. Ensuite, l’ancien du Betis Séville a donné le tempo et permis au Racing de refaire surface, en lui apportant de la sérénité comme sur une remise de la poitrine vers Sels sur un ballon chaud dans sa surface (35e ). De la générosité à revendre, il a un peu baissé de pied après l’heure de jeu, sans se cacher au point de récolter un petit carton au passage (84e ).

❏ SISSOKO (4). – Un peu en manque de vitesse dans le combat du milieu, l’ancien de Brest a essayé de faire parler sa puissance. Il n’a pas échappé à l’avertissement sur une obstruction sur Mendoza (29e ). Dans le collimateur de Madame Frappart, il a cherché à couper les lignes adverses sur des premiers contrôles ou quelques petits dribbles. Du déchet et de l’imprécision ont terni sa copie.
Thomasson s’est décarcassé

❏ THOMASSON (6). – Une première frappe au-dessus (19e ) a correspondu à la première escarmouche alsacienne. Encore dans les parages sur une remise dans l’axe d’Adenon mais sans parvenir à déclencher sa volée (28e ), il est encore l’auteur d’une tentative qui flirte avec le cadre (30e ). Moins judicieux dans son jeu de passes (31e ), coupable d’une glissade aux abords de sa surface qui a failli prêter à conséquence (40e ), il cadre encore un tir dans la foulée. Comme un célèbre marchand d’épices, il n’a eu de cesse de se décarcasser sans être récompensé avant de s’éclipser dans les arrêts de jeu au bénéfice de MOTHIBA (90e +1).

❏ AJORQUE (4). – Un peu perdu, un peu esseulé, le Réunionnais a couru dans le vide, s’est battu de manière désordonnée à tel point qu’il écope du premier avertissement délivré par Mme Frappart dans sa carrière en Ligue 1 (14e ). Les ballons qu’il a pu toucher ont été rares et l’attaquant ne s’est illustré que sur une action, un appel côté gauche conclu d’un extérieur du droit vers Ibrahima Sissoko (55e ) dans un désert personnel, pas seulement de son fait, mais aussi en raison d’un collectif d’une prudence assez vilaine pour le spectacle. À son débit, il rate complètement une remise de la tête à l’entame des arrêts de jeu.
dna
Contenu sponsorisé


 34ème journée : Amiens - Strasbourg  Empty

 34ème journée : Amiens - Strasbourg  Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: 34ème journée : Amiens - Strasbourg     34ème journée : Amiens - Strasbourg  I_icon_minitime

 

34ème journée : Amiens - Strasbourg

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Racing club de Strasbourg :: Le Racing :: Les Matchs du Racing-