Le Forum du Racing Club de Strasbourg : Actualités, transferts, matchs à venir, la vie du RC Strasbourg au quotidien
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -12%
Apple MacBook Air (2020) 13,3″ au meilleur prix
Voir le deal
999 €

Partagez
 

 35eme Journée Strasbourg - Marseille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 57080
Age : 74
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

35eme Journée Strasbourg - Marseille  Empty

35eme Journée Strasbourg - Marseille  Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: 35eme Journée Strasbourg - Marseille    35eme Journée Strasbourg - Marseille  I_icon_minitimeDim 28 Avr 2019 - 10:53

Racing-Olympique de Marseille le vendredi 3 mai à 20h45
35eme Journée Strasbourg - Marseille  Rcsaom11

La Ligue de Football Professionnel a dévoilé la programmation TV de la 35e journée de Ligue 1 Conforama. 
Le Racing recevra à la Meinau l’Olympique de Marseille le vendredi 3 mai à 20h45 en ouverture de la 35e journée de Ligue 1 Conforama. La rencontre sera diffusée en exclusivité sur Canal+ Sport.
SO
nicolas
Joueur départemental
nicolas Masculin Nombre de messages : 429
Age : 27
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 26/02/2007
Humeur : bavard

Informations
Club préféré: Strasbourg
Profession: Etudiant
35eme Journée Strasbourg - Marseille  Empty

35eme Journée Strasbourg - Marseille  Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: 35eme Journée Strasbourg - Marseille    35eme Journée Strasbourg - Marseille  I_icon_minitimeMar 30 Avr 2019 - 8:38

Nouveau guichets fermés 🤗🤗
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 57080
Age : 74
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

35eme Journée Strasbourg - Marseille  Empty

35eme Journée Strasbourg - Marseille  Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: 35eme Journée Strasbourg - Marseille    35eme Journée Strasbourg - Marseille  I_icon_minitimeMer 1 Mai 2019 - 6:21

Racing Club de Strasbourg-OM vendredi : un dispositif de sécurité pour éviter tout débordement
Face aux risques importants de tensions et de violences à l’occasion du match opposant le Racing Club de Strasbourg à l’Olympique de Marseille, ce vendredi soir au stade de la Meinau, le déplacement de personnes se prévalant de la qualité de supporters marseillais sera interdit par arrêté du ministre de l’Intérieur.
À l’occasion de la 35e journée de Ligue 1, le Racing Club de Strasbourg recevra l’équipe de l’Olympique de Marseille, ce vendredi 3 mai à 20h45 au stade de la Meinau à Strasbourg.
Afin de prévenir d’éventuels incidents et troubles à l’ordre public liés à cette rencontre sportive, le déplacement de personnes se prévalant de la qualité de supporters marseillais sera interdit par arrêté du ministre de l’Intérieur.
Jean-Luc Marx, préfet du Bas-Rhin, a également pris une série de mesures complémentaires par arrêté préfectoral du 18 avril 2019.

Des interdictions au niveau de la gare, dans une partie de l’ellipse insulaire du centre-ville ainsi qu’aux abords du stade

- Ainsi, de 12 h à minuit, il sera interdit à toute personne se prévalant de la qualité de supporter de l’Olympique de Marseille, de circuler ou de stationner sur la voie publique au niveau de la gare, dans une partie de l’ellipse insulaire du centre-ville ainsi qu’aux abords du stade de la Meinau à Strasbourg.
En vertu de ces dispositions, les spectateurs munis de billets pourront se voir refuser l’accès au stade de la Meinau s’ils sont en possession d’attributs de supporters de l’équipe visiteuse (écharpe, maillots, drapeaux, etc).
Par ailleurs, la possession, le transport et l’utilisation de pétards, artifices, fumigènes ou tous autres objets pouvant être utilisés comme projectile ainsi que le transport et la possession d’alcool seront interdits dans ces mêmes secteurs de 12 h à minuit.

Les leçons de la rencontre d’octobre 2017

Le préfet du Bas-Rhin justifie sa décision par plusieurs faits.
- Avant le début de la rencontre Strasbourg-Marseille du 15 octobre 2017 , à l’ouverture des portes du satde de la Meinau à 18h50, « des supporters marseillais ont escaladé les grilles de la zone de parcage des bus visiteurs pour tenter de venir en découdre avec des supporters locaux, entraînant une intervention des unités de forces mobiles et des effectifs de la DDSP pour mettre fin aux échauffourées, avec utilisation de gaz lacrymogènes. »
- Lors de cette même rencontre, rappellent les services de l’Etat, « suite à des provocations durant la première mi-temps, les forces de l’ordre ont dû intervenir dans l’enceinte même du stade pour maintenir les supporters marseillais dans leur tribune et empêcher aux supporters locaux d’utiliser les coursives jusqu’à l’issue de la rencontre ».
- Toujours, à l’occasion de cette rencontre, « marquée par une égalisation marseillaise en toute fin de match, à la sortie sous escorte des supporters visiteurs, un groupe de supporters de Strasbourg a jeté des projectiles sur le camp adverse, amenant les forces de l’ordre à se poser en interpositionn et à faire usage de moyens lacrymogènes et de lanceurs de balles de défense, puis lors du départ du cortège, malgré la sécurisation mise en place, les bus transportant les supporters visiteurs ont été attaqués à deux reprises par de petits groupes strasbourgeois très mobiles, provoquant l’intervention des forces de l’ordre pour repouser les assaillants et empêcher les supporters marseillais de quitter le convoi. »
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 57080
Age : 74
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

35eme Journée Strasbourg - Marseille  Empty

35eme Journée Strasbourg - Marseille  Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: 35eme Journée Strasbourg - Marseille    35eme Journée Strasbourg - Marseille  I_icon_minitimeJeu 2 Mai 2019 - 12:15

Sans Prcic, ni Corgnet, ni Martinez
Thierry Laurey a gardé un groupe de 18 joueurs pour la réception de Marseille. Sanjin Prcic et Benjamin Corgnet n'ont pas été conservé à l'issue du dernier entraînement, jeudi après-midi. Pas plus que Pablo Martinez, touché aux adducteurs.
Comme à son habitude, Thierry Laurey, l'entraîneur du Racing, n'a pas dévoilé ses plans avant la réception de l'Olympique de Marseille. Mettra-t-il en place un système avec une défense à cinq? A quatre? Les Alsaciens joueront-ils avec un ou deux attaquants? Avec un ou deux récupérateurs? Laurey, qui n'a que peu d'absents, a l'embarras du choix.

Seule certitude: Sanjin Prcic et Benjamin Corgnet seront dans les tribunes de la Meinau. Le premier, qui revient d'une blessure à la cheville contractée face à Montpellier, est préservé pour les trois dernières rencontres de Ligue 1. "Comme Yousouf Fofana va peut-être partir avec l'équipe de France U20, je préfère ménager Sanjin pour être sûr qu'il soit présent lors des trois derniers matches", a souligné jeudi Thierry Laurey. Benjamin Corgnet, est victime d'une forte concurrence au milieu de terrain et restera dans les tribunes, comme cela avait été le cas lors des derniers matches du Racing.
Derrière, Lamine Koné devrait retrouver une place en défense centrale au détriment de Pablo Martinez. Touché aux adducteurs, Martinez est forfait. "Cela fait deux ou trois semaines qu'il joue en serrant les dents. Comme Lamine (Koné) est revenu de blessure, c'était le moment de le faire souffler" a indiqué jeudi l'entraîneur alsacien. A l'arrière, Carole et Lala devraient occuper les côtés, avec le trio Koné, Mitrovic, Caci en défense centrale.

Au milieu, Laurey pourrait opter pour une organisation avec deux récupérateurs (Martin, associé à Fofana ou Sissoko), au soutien d'un trio voué à l'offensive (Da Costa, Ajorque, Thomasson?). Autre hypothèse: un milieu à trois en V (Martin en sentinelle, Thomasson à gauche et Gonçalves à droite), au soutien d'un duo d'attaquants. Duo d'attaquants qui pourrait être formé par Da Costa et Mothiba, histoire de mettre de la vitesse face à une défense centrale marseillaise pas réputée pour sa rapidité.


Le groupe Racing

Le groupe de 18: Sels, Kamara - Ndour, Mitrovic (cap), Koné, Carole, Lala, Caci - Lienard, Martin, Thomasson, Gonçalves, Sissoko, Grandsir, Fofana - Da Costa, Ajorque, Mothiba.

Absents: Martinez, Grimm, Saadi, Simakan (blessés), Corgnet, Prcic, Kawashima, Tchamba, Aaneba, Zemzemi, Zohi (choix de l'entraîneur)
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 57080
Age : 74
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

35eme Journée Strasbourg - Marseille  Empty

35eme Journée Strasbourg - Marseille  Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: 35eme Journée Strasbourg - Marseille    35eme Journée Strasbourg - Marseille  I_icon_minitimeJeu 2 Mai 2019 - 21:57

tirer sur l’ambulance
Pour son avant-dernier match à domicile de la saison, le Racing accueille un Olympique de Marseille en crise. Il n’aurait rien contre de plonger un peu plus la bande à Garcia dans la panade.
Il ne faut jamais se réjouir du malheur des autres mais on peut toujours apprécier d’éviter les crises traversées par le voisin. Le Racing peut d’ores et déjà nourrir le sentiment du devoir accompli, le maintien dans la poche et un septième trophée majeur dans la vitrine.
« Une équipe monstrueuse qui a eu des bugs »
Mais la saison n’est pas finie et ils sont quelques-uns à envisager avec angoisse l’heure des bilans, programmés dans trois semaines. L’Olympique de Marseille en fait partie. Il est clairement en retard sur les temps de passage envisagés pour atteindre son principal objectif, une qualification pour la Ligue des champions, l’épreuve reine européenne.

Et comme son meilleur ennemi, le PSG a eu la contrariante idée de perdre en finale de Coupe de France face à Rennes, le club phocéen, relégué à cinq points du quatrième, Saint-Étienne, est même contraint d’envisager son avenir proche sans Europe du tout. En bref, la bande à Garcia se retrouve dans de sales draps et la dernière défaite en date, à domicile, face à Nantes (1-2), ressemble à celle de trop.

Elle joue donc l’une des dernières chances de se refaire la cerise, ce vendredi, à la Meinau. Néanmoins, les Bleus d’ici auraient quelques torts de tabler sur un adversaire démobilisé, une petite ribambelle de stars – l’effectif de l’OM recèle tout de même trois champions du monde, excusez du peu – boudeuses et désemparées par un coach à la gestion parfois surprenante. La hiérarchie s’avère fluctuante et changeante dans le groupe provençal où les retours en grâce succèdent allègrement aux anathèmes plus ou moins durables ? Il s’agit de se méfier de l’orgueil de la bête blessée, quatre places et neuf points devant au classement.

« C’est une équipe capable de mettre beaucoup d’intensité, de se mettre en mode rouleau compresseur et de faire mal, souligne Thierry Laurey, nommé avec Tuchel, Galtier, Genesio et Guion pour le titre honorifique de meilleur entraîneur de Ligue 1. Mais on voit aussi qu’ils ont encaissé beaucoup de buts. En fait, c’est une équipe monstrueuse qui a eu des bugs. On va tenter de les provoquer. »

Avec cet aperçu de la méthode, le Racing veut rester fidèle à ses réjouissantes habitudes qui le voient, presqu’invariablement, se mettre au niveau de l’adversaire. Accessoirement, il a quelques raisons de ne pas négliger l’échéance du jour et de l’envisager comme un significatif devoir de pré-vacances.

Il est d’ailleurs en appel puisque sa dernière sortie à domicile a correspondu à un vrai raté, un échec dans les grandes largeurs face à Montpellier (1-3) qui n’a eu qu’à se baisser pour ramasser les trois points. Ainsi, après s’être un peu rassuré en sortant plus indemne que le foot, d’une purge à Amiens (0-0), le Racing ne devra pas se contenter du minimum syndical, comme l’autre jour, pour espérer quoi que ce soit. Il s’agit de se mettre au niveau de l’affiche de gala.

« On prend les points là où on peut »

« On n’a pas attendu Marseille pour remplir notre stade, poursuit l’entraîneur strasbourgeois. Mais c’est un grand club, c’est un bon match à disputer pour le club, pour les supporters. » Cette saison, les Strasbourgeois, qui évolueront pour la 18e fois devant un stade à guichets fermés, n’ont pas toujours régalé leur public. Avec six victoires en 17 matches, ils ne présentent sans doute pas un bilan domestique à la hauteur de la ferveur.

« On prend des points là où on peut, édulcore l’entraîneur du RCS sur le sujet. On a tout de même réussi à gérer correctement la saison, ce qui est suffisamment compliqué. Après, on a fait souvent des nuls, à domicile. On n’a pas encore battu de gros. » Dit avec gourmandise, le constat ne cherche pas à masquer l’ambition de rendre la monnaie de sa pièce à une équipe qui l’avait emporté à l’aller (3-2), grâce à un penalty un peu sévère et sur une action de la dernière minute vraiment rageante.

Et en tenant tête à l’un de ses vainqueurs sur le cycle aller, en maintenant l’OM dans ses tourments du moment, le Racing resterait dans les clous par rapport à une habitude qui ne manque pas de tenue : jamais il n’a perdu cette saison deux fois en championnat contre le même adversaire.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 57080
Age : 74
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

35eme Journée Strasbourg - Marseille  Empty

35eme Journée Strasbourg - Marseille  Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: 35eme Journée Strasbourg - Marseille    35eme Journée Strasbourg - Marseille  I_icon_minitimeVen 3 Mai 2019 - 12:31

la composition des équipes.
Avec, côté Racing: Sels, Carole, Caci, Mitrovic (cap.), Koné, Lala; Sissoko, Martin, Fofana; Da Costa, Ajorque.
Et côté marseillais: Mandanda; Kamara, Caleta-Car, Rami, Sakaï; Luiz Gustavo (cap.), Lopez; Ocampos, Strootman, Germain; Balotelli.
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 57080
Age : 74
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

35eme Journée Strasbourg - Marseille  Empty

35eme Journée Strasbourg - Marseille  Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: 35eme Journée Strasbourg - Marseille    35eme Journée Strasbourg - Marseille  I_icon_minitimeVen 3 Mai 2019 - 21:55

Toujours au niveau
Exemplaire d’énergie et d’envie, le Racing a réduit presque à néant les derniers espoirs européens de Marseille. En décrochant un nul méritoire pour son avant-dernière sortie à la Meinau, il a prouvé sa capacité à tenir tête au meilleur.
Il n’y a peut-être plus beaucoup d’énergie dans le réservoir à force d’avoir lutté pendant des mois avec intensité. Il y a peut-être un soupçon d’envie en moins, car, dans le fond, la saison est d’ores et déjà réussie. Mais il reste de la fierté, cette irrépressible volonté de ne pas courber l’échine qui lui permet de renverser quelques montagnes.

Pas plus que le PSG, que Lille, que Lyon et que Saint-Etienne, l’Olympique de Marseille n’aura remporté la mise à la Meinau. Cela veut sans doute dire un peu quelque chose que Stefan Mitrovic et ses copains ont fait parfaitement jeu égal contre tous les membres du top 5 de la Ligue 1, ce matin.
Au final, ces sommets enjoués n’ont donné qu’une maigre moisson de cinq points. Mais il y a des souvenirs autres que purement comptables et la capacité de réaction alsacienne reste une force assez épatante en cette saison finissante.

Ce supplément d’âge a fait son œuvre

Hier, les Bleus ont d’abord tenté de lécher leur relance mais ils ont aussi eu tendance à jouer avec le feu. Marseille avait un impératif de victoire pour rester dans la course à l’Europe et a pu le faire sentir sur quelques pressings coordonnés. Le Racing lui, est qualifié pour quelques joutes continentales la saison prochaine mais a pu exprimer un brin de fébrilité sur des glissades malvenues ou de suffisance sur l’une ou l’autre montées imprudentes. Mais à mi-parcours, il n’avait pas à rougir.

Sans vraiment briller devant, les Strasbourgeois avaient tenu le choc derrière. S’appuyant sur leur puissance, ils avaient donné le change pour contrarier un OM, un petit ton au-dessus techniquement.

Ainsi, la première période a ressemblé à une grande séance de bluff ou un long pensum selon le penchant pour le foot où les deux camps ont guetté l’erreur de l’adversaire. La solidarité alsacienne a évité que les rares boulettes ne prêtent à conséquence, Sels sauvant notamment le coup devant Luiz Gustavo (27e ). Voir le produit local, Anthony Caci, mordre dans un duel avec « super star » Mario Balotelli avait quelque chose de jubilatoire.

Mais au final, l’affaire n’a, il faut l’admettre, pas casser trois pattes à un canard en première période. Le Racing parvenait à verrouiller les ailes. Marseille était au petit trot dans l’axe du terrain. Pour tout écrire, le public strasbourgeois avait pu s’enthousiasmer sur un seul semblant d’occasion quand un centre de Lala, repris par Sissoko, réorienté par Carole avait permis à Ajorque de décocher une frappe un peu topée (21e ).

Et l’ouverture du score, au retour des vestiaires, n’a rien eu d’un scandale, Germain, d’un splendide tir de l’intérieur du pied, depuis l’entrée de la surface, concrétisant la diffuse domination olympienne (48e ).

Il a fallu un coup de pied arrêté, une belle combinaison entre Lala et Martin pour rallumer les braises mais Ajorque a touché le poteau et pas le ballon sur le centre de ce dernier (54e ). Les mouvements locaux ont pu manquer de liant, le déchet technique demeurant consistant. Mais le supplément d’âme qui conduit à si souvent contester la hiérarchie établie à faire son œuvre.

Lancé dans un long raid, Ajorque, l’ancien de Clermont, a poussé Rami, le champion du monde à la faute. Les Strasbourgeois s’y sont mis à trois pour transformer le penalty, Mandanda repoussant les tentatives de Martin, de Thomasson mais pas celle de Lala (65e ). Le latéral a ainsi consacré une production individuelle majuscule. Mais toute l’équipe s’est ensuite serré les coudes, pour faire bloc et pour résumer la réaction phocéenne à pas grand-chose.

L’ambiance, une nouvelle fois de feu, a poussé les deux équipes à flamber dans une fin de match complètement décousue. Thomasson a eu la balle de match mais Caleta-Car a repoussé son lob après une sortie ratée de Mandanda (90e +1). Le Racing n’a néanmoins aucune raison d’éprouver le moindre regret. En sa fin de saison en pente douce, et même s’il ne l’a pas toujours maîtrisé, il a plutôt réussi son joli sommet.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 57080
Age : 74
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

35eme Journée Strasbourg - Marseille  Empty

35eme Journée Strasbourg - Marseille  Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: 35eme Journée Strasbourg - Marseille    35eme Journée Strasbourg - Marseille  I_icon_minitimeVen 3 Mai 2019 - 22:02

Lala a tout fait
Le latéral droit Kenny Lala n’a pas seulement rendu transparent Lucas Ocampos, l’un des meilleurs Olympiens du moment, il a aussi égalisé et offert aux Bleus un point mérité avec son 5e but de la saison.
En difficulté en première période et tout près du 0-2 en début de deuxième, les Strasbourgeois ont su, comme contre Lille (1-1) et Lyon (2-2), revenir au score hier soir à la Meinau contre l’OM (1-1).

❏ SELS (6). – Il n’a rien eu à faire durant un début de match maîtrisé par l’OM. Mais le portier international belge ne s’est pas pour autant endormi. Il était au contraire parfaitement réveillé lorsqu’il a gagné son duel face à Luiz Gustavo (27e ). Le but de Germain, tout en spontanéité, ne lui est pas imputable (48e ).
❏ LALA (7). – Non content d’avoir mis sous l’éteignoir Lucas Ocampos, l’un des rares Marseillais à surnager ces dernières semaines, le latéral droit n’a eu de cesse de se montrer disponible. Son 5e but, après le penalty de Martin et la reprise de la tête de Thomasson repoussés par Mandanda, couronne sa jolie prestation d’ensemble (65e ).

Koné, maousse costaud

❏ KONÉ (6). – Après son entrée à Amiens à la 63e , l’Ivoirien retrouvait le onze de départ pour la première fois depuis sa blessure à l’aine en finale de la coupe de la Ligue le 30 mars. Il a livré un duel maousse costaud à Mario Balotelli sans se laisser impressionner. Une rentrée solide.

❏ MITROVIC (5). – Le capitaine a tout de suite plongé dans le grand bain avec un contre décisif devant Luiz Gustavo (7e ). Il a raté l’une ou l’autre intervention, sans que le Racing n’en paie les pots cassés. Il a finalement été à l’image d’une défense qui a plutôt bien tenu son rang.

❏ CACI (4). – “Titi” n’avait plus joué axial gauche depuis le 3 mars à Nice. Contrairement au roc Koné, il s’est fait bouger sur l’une de ses rares montées dans un duel épaule contre épaule avec “Super Mario” (37e ). Il lui laisse aussi trop de liberté sur sa remise pour Sakai à l’origine du but de Germain (48e ) et se fait manger de la tête par le même Germain, sur l’action où Martin sauve sur sa ligne devant Caleta-Car (51e ). Pas vraiment à la fête.

❏ CAROLE (5). – Comme Lala de l’autre côté, le latéral gauche a apporté son écot offensif, sans oublier de museler l’habituel contre-attaquant qu’est Hiroki Sakai. Malheureusement pour lui, il a laissé le Nippon filer une fois et ça a suffi à ce dernier pour se muer en passeur décisif sur l’ouverture du score (48e ).

❏ SISSOKO (4). – Positionné à droite du trident de récupérateurs, le longiligne “Ibou” n’a pas ménagé ses efforts. Mais il a eu du mal à toucher ses attaquants et à casser les lignes très resserrées de Marseillais au pressing agressif. Il a fini par céder sa place à THOMASSON (63e ), en vue sitôt après lors de sa reprise de la tête écartée par un Mandanda qui venait de repousser le penalty de Martin (65e ). L’ex-Nantais a même eu la balle de match, stoppée par Caleta-Car (90e + 1).

❏ MARTIN (5). – Au sein d’un Racing longtemps sevré de ballons, il a comme d’hab’beaucoup distribué le jeu, mais souvent dans la latéralité. Sauveur de la patrie sur la reprise de Caleta-Car à bout portant (51e ) et plus tranchant après le repos, il a aussi raté un penalty. Un échec sans conséquence fâcheuse, puisque Lala avait bien suivi (65e ).

❏ FOFANA (5). – Des trois de l’entrejeu, il a été le seul, durant le premier acte, à ouvrir quelques brèches. Sans être resplendissant, il a été moins en difficulté que lors de ses titularisations précédentes. Il a toutefois un peu disparu en deuxième période.

❏ DA COSTA (5). – Un peu court sur le premier centre dangereux de la partie signé Carole (6e ), le Cap-Verdien a beaucoup bataillé. Mais on l’a davantage vu gratter de ballons qu’en bonifier. Son manque de rayonnement offensif dit tout des difficultés qu’ont longtemps éprouvées les Bleus. Thierry Laurey a fini par le rappeler sur le banc pour lancer MOTHIBA (78e ).

❏ AJORQUE (6). – Il y a des soirs où, pour un attaquant, ça ne veut pas rigoler. Ce vendredi était un de ces soirs pour le grand Ludo. Le Réunionnais a péché à la finition, en dévissant sa demi-volée du gauche tout seul à 10m des buts de Mandanda (22e ), en expédiant un coup franc dans les nuages (44e ) et en arrivant un poil trop tard sur un centre de Martin (53e ). Mais on peut difficilement reprocher à un attaquant de se créer des occasions, même quand il ne les convertit pas. Son obstination a d’ailleurs été récompensée par l’obtention du penalty égalisateur. Averti juste avant sa sortie au profit de GONÇALVES (89e ).
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 57080
Age : 74
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

35eme Journée Strasbourg - Marseille  Empty

35eme Journée Strasbourg - Marseille  Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: 35eme Journée Strasbourg - Marseille    35eme Journée Strasbourg - Marseille  I_icon_minitimeDim 5 Mai 2019 - 9:40

Racing : après le match nul contre Marseille, le temps de la maturité
Assez convaincant face à Marseille, le Racing a espéré mieux que le nul récolté face à un grand de France qui a enterré quelques illusions à la Meinau. Il faut croire qu’il est prêt à gravir quelques nouveaux échelons.
Il n’a pas joué le match de sa nouvelle vie dans le monde professionnel et il fait toutefois la fine bouche. Le Racing a franchi les étapes quatre à quatre depuis sa quasi-disparition en 2011. Et à l’heure de préparer sa troisième saison de rang parmi l’élite qui débute au mois d’août, ce qui ne lui est pas arrivé depuis 2004 faut-il le rappeler, il se montre un brin gourmand, un tantinet ambitieux dans une fin de saison sans autre enjeu que de bien faire.
Après le nul (1-1) face à Marseille, objectivement un bon résultat, les acteurs de la production strasbourgeoise n’ont pas sauté au plafond. Il est vrai que l’OM n’est pas dans la phase la plus florissante de son histoire. Rudi Garcia et ses hommes, après avoir longtemps fait l’autruche, ont admis qu’une aventure européenne n’était plus guère envisageable après le nul à la Meinau.
« On aurait aimé faire mieux »
Thierry Laurey et le Racing ont, eux, regretté de ne pas afficher le scalp d’un gros de l’Hexagone à leur tableau de chasse qui se termine dans trois semaines. La saison passée, le PSG et l’Olympique lyonnais étaient rentrés chez eux la queue basse, le minois rougi par l’enthousiasme d’un promu. Pour l’exercice en cours, le PSG, Lille, Lyon ou encore Marseille, soit les barons de la Ligue 1, en ont été quittes pour un nul à Strasbourg, soit pas grand-chose pour eux.
D’un point de vue comptable, ce n’est pas grand-chose non plus pour la bande à Laurey. À chaque fois, à chacun de ces sommets, Stefan Mitrovic et ses coéquipiers sont restés droits dans leurs bottes, opposants de qualité, surprenants dans leur production, capables de renverser des tendances défavorables comme avant-hier. À chaque fois, le gros de L1, en voyage avec l’espoir de faire une bonne affaire, a dû se contenter d’un petit point. Avant-hier, Rudi Garcia et ses hommes n’ont donc pas fait mieux que les autres,
Et le Racing, là-dedans, a exprimé des regrets. Leur responsable sportif n’a pas tu les manques. « On aimerait bien gagner un match alors qu’on a affaire à des équipes qui se dépouillent, indique l’entraîneur strasbourgeois en manque de succès depuis le triomphe face à Reims il y a un mois. L’objectif, c’est de défendre notre place dans la première partie du classement. Après, on ne se suicidera pas si on n’y parvient pas. »
Les Bleus ont été confrontés à un OM en difficulté. Ils n’étaient pas complètement fringants, dans un tunnel à une victoire en trois mois. Mais le huitième nul à domicile, aussi méritoire soit-il, n’a pas conduit à un débouchage de bouteilles de champagne. « Pour être honnête, on aurait aimé faire mieux, a souligné un entraîneur contrarié par la première période de ses protégés. En termes de qualité de jeu, sur les choix à effectuer, on a eu des possibilités. »
Les Bleus ne les ont pas parfaitement exploitées, plombés par un déchet technique conséquent dans leur manière de faire. En ce joli mois de mai où il ne s’avère pas absolument impératif de tout donner, il ressort les lacunes, apparaissent les limités, se dessine une difficulté à dépasser quelques frontières.
Le Racing s’est construit un maintien serein, a depuis un certain temps accumulé la quantité de points nécessaire pour ne pas se soucier du lendemain. Il ne se satisfait pas pour autant d’un résultat honorable, qui lui permet d’éviter, encore, deux défaites face au même adversaire en championnat, ce qui sera d’actualité jusqu’à son déplacement à Nantes pour la conclusion de sa saison.

« Les choses n’ont pas été assez claires »

« Si on est revenu au score, c’est parce qu’on a exprimé une capacité à se créer des occasions, a tout de même apprécié Thierry Laurey. Mais les choses n’ont pas été assez claires par la suite. Les transmissions doivent se faire plus rapidement. Il aurait été dommage de perdre ce match. Mais quand Njie, Germain ou Payet sont sur le terrain, il est possible de prendre le boomerang dans le visage. » Et la fin de rencontre passablement décousue aurait pu donner lieu à un échec contrariant. Ainsi, le coach du Racing a fulminé devant quelques montées, à la « desperado », inconsidérées, pour forcer la décision. Un nul vaut toujours mieux qu’une défaite avec les honneurs.
L’équipe strasbourgeoise affiche un bilan intéressant, légèrement positif en L1 (10 victoires pour 9 défaites) joliment équilibré. Elle apprend à chaque match, elle cumule de l’expérience à la faveur des rendez-vous
Elle a prolongé une série marquée par les nuls. Elle ne gagne pas beaucoup ces temps-ci, mais les défaites sont rares. Elle fait comme si elle préparait la saison à venir, ne brillant guère, perdant peu – une seule fois sur ses huit derniers matches. « On a la volonté d’aller de l’avant, ça prouve que les joueurs ont envie de gagner, je suis heureux de voir ça, a finalement considéré l’entraîneur des Bleus. Après, ne croyez pas que c’est facile de faire match nul contre Marseille comme contre Amiens il y a une semaine. Mais je me suis fait peur quand on ne s’est pas montré assez intelligent en fin de match. »
C’est comme ça que le Racing a parfois gagné depuis dix-huit mois. Ce n’est pas nécessairement comme ça qu’il devra le faire à l’avenir. Encore que… À l’heure de grandir, il n’est pas interdit de se souvenir du visage de sa prime jeunesse. La maturité peut préserver quelques penchants juvéniles.
dna
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 57080
Age : 74
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

35eme Journée Strasbourg - Marseille  Empty

35eme Journée Strasbourg - Marseille  Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: 35eme Journée Strasbourg - Marseille    35eme Journée Strasbourg - Marseille  I_icon_minitimeDim 5 Mai 2019 - 9:44

Le Racing a gardé son ressort face à l'OM
Comme contre Lille (1-1) et Lyon (2-2), les Racingmen ont été menés vendredi face à l’OM. Mais pour la 3e fois face à un “gros” à la Meinau, leur ressort leur a permis de revenir au score (1-1).
Cela fait plus d’un mois qu’on l’écrit : le Racing, lauréat de la Coupe de la Ligue et européen en 2019-2020, n’a plus rien à jouer en cette fin de saison, sinon obtenir le meilleur classement possible pour alimenter ses caisses de quelque monnaie sonnante et trébuchante supplémentaire. Et ça fait plus d’un mois que les Strasbourgeois le disent : « On ne veut pas finir en roue libre ».
Ils n’ont pas toujours traduit cette volonté dans leurs résultats. En tout cas, pas par des succès. La preuve : ils n’ont remporté qu’un seul de leurs treize derniers matches de Ligue 1. Mais si tout n’a évidemment pas été parfait, leur faire grief d’avoir lâché l’affaire serait assez injuste.
Leurs retours au score à la Meinau contre trois des cadors, Lille (1-1 le 22 février), Lyon (de 0-2 à 2-2 le 9 mars) et Marseille (1-1 vendredi), prouvent le contraire. Les Bleus, qui restent certes sur cinq matches sans victoire (4 nuls, 1 revers 1-3 contre Montpellier), ne renvoient pas l’image de joueurs démobilisés.

« Autant jouer à fond ! Sinon, on va se faire ch… »

Longtemps blessé, Jonas Martin a, à titre personnel, toutes les raisons d’avoir les crocs. Mais le milieu de terrain garantit que ses partenaires sont au diapason. « Nous sommes obligés d’être concernés, surtout à domicile. Ne pas l’être serait un manque de professionnalisme. Nous sommes payés pour jouer jusqu’au bout. À nous d’honorer le blason devant nos supporters. Si on ne joue pas à fond, on va se faire ch… Alors, autant jouer à fond ! Cette saison, on n’a jamais rien lâché. Ce n’est pas maintenant qu’on va le faire. »
Après avoir couru en vain après le ballon en première période face à l’OM (« C’est chiant, surtout au milieu parce qu’on ne sait pas s’il faut avancer ou reculer », confie encore le vice-capitaine), le Racing a dû remiser au placard sa stratégie délibérément attentiste lorsque Valère Germain a ouvert le score juste après le repos.
« Malheureusement, comme contre Lille et Lyon, on attend d’encaisser un but pour prendre des risques et attaquer », convient Ludovic Ajorque, à qui la réussite a longtemps tourné le dos contre Marseille avant qu’il ne provoque le penalty égalisateur.
« Je pense que c’est une leçon à retenir pour la saison prochaine, poursuit l’attaquant réunionnais. On veut finir dans les dix premiers, mais on n’avait pas plus de pression que ça. Avec notre public, on se transcende, même si, en première mi-temps, on a attendu les Marseillais et on n’a pas montré grand-chose. En seconde période, dès que les supporters ont poussé, ç’a changé. J’espère que pour la dernière à domicile (le samedi 18 mai à 21h contre Rennes) , on fera mieux. Malgré tout, cette saison, on n’a pas perdu chez nous contre les gros. On prend ce point. »

« Tous les matches sont importants »

Lebo Mothiba lui emboîte le pas : « Ce n’est pas parce qu’on va rester en Ligue 1 qu’on doit juste se satisfaire de jouer. Tous les matches sont importants. »
Dans le sillage de l’attaquant sud-africain, le gardien belge Matz Sels certifie que la motivation du groupe n’a pas fléchi. « On a joué de bons matches à domicile contre les grandes équipes (1-1 contre Saint-Étienne et Paris aussi). Je suis content pour nous et les supporters. Ne pas être ambitieux contre Marseille, ce n’est pas possible. Tout le monde était prêt pour ce match. Il en reste trois et on doit essayer de finir la saison sur le bon chemin. »
Il serait effectivement bienvenu de retrouver celui du succès pour que cet épilogue 2018-2019 ne continue pas à rappeler le précédent, si laborieux avant d’être si heureux : une victoire lors des treize dernières journées.
dna
Contenu sponsorisé


35eme Journée Strasbourg - Marseille  Empty

35eme Journée Strasbourg - Marseille  Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: 35eme Journée Strasbourg - Marseille    35eme Journée Strasbourg - Marseille  I_icon_minitime

 

35eme Journée Strasbourg - Marseille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Racing club de Strasbourg :: Le Racing :: Les Matchs du Racing-