Le Forum du Racing Club de Strasbourg : Actualités, transferts, matchs à venir, la vie du RC Strasbourg au quotidien
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -17%
Grosse promo sur PC Portable Gamer – LENOVO ...
Voir le deal
999 €

Partagez
 

 Jacky Canosi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 57090
Age : 74
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Jacky Canosi Empty

Jacky Canosi Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Jacky Canosi   Jacky Canosi I_icon_minitimeMar 26 Nov 2019 - 5:14

Jacques Canosi — Wikipédia

.
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 57090
Age : 74
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Jacky Canosi Empty

Jacky Canosi Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Jacky Canosi   Jacky Canosi I_icon_minitimeMar 26 Nov 2019 - 5:17

Un quinquennat enrichissant à Abidjan Jacky Canosi, l'ancien du Racing, a tourné la page Côte d’Ivoire

Jacky Canosi De-ret10
De retour en Alsace, sa « terre d’accueil », Jacky Canosi se voit bien exploiter son réseau en Afrique, désormais bien développé.
En août dernier, Jacky Canosi, ancien joueur, recruteur et entraîneur du Racing a décidé de rentrer en France. À 54 ans, le Marseillais de naissance sort d’une expérience inoubliable de cinq ans en Côte d’Ivoire.
Parfois, un simple coup de téléphone peut changer une vie. Celui de l’UNECATEF (syndicat des entraîneurs) a bouleversé celle de Jacky Canosi.
« C’était au mois d’août 2014, j’étais au chômage, se souvient-il. On m’a appelé en m’indiquant que le centre d’académie d’Abidjan cherchait un directeur. J’ai réfléchi et je me suis dit : “Pourquoi pas ? ” J’ai envoyé mon CV, puis on m’a rappelé trois jours plus tard. »
« Il y avait des cocotiers, des bananiers. Mais aussi la pauvreté… »
À l’autre bout du fil cette fois, Aziz Alibhai, le président de l’Ivoire Académie FC. « Il était intéressé par mon profil. Même son fils m’a appelé pour me convaincre. Finalement, on a réussi à trouver un accord. Une fois les vaccins et visa effectués, je suis parti à Abidjan, le 31 août 2014. »
L’ancien professionnel, passé par le Racing, Abbeville, Lens, Dijon, Nancy, Bastia et Poitiers s’envole vers l’inconnu.
« Je n’étais jamais allé en Afrique noire, j’avais juste fait le Maghreb. J’ai immédiatement été bien accueilli. Tout est différent là-bas. Il y avait des cocotiers, des bananiers. Mais aussi la pauvreté… »
À son arrivée à l’académie, Jacky Canosi a découvert « un endroit très bien structuré ». « J’ai été agréablement surpris. C’était à mille lieues des bidonvilles et quartiers pauvres que j’avais vus au bord de la route. L’académie est implantée sur 45 hectares. On avait cinq terrains de qualité mais aussi tout ce qu’il faut autour pour mettre les joueurs dans les meilleures dispositions. »
Au départ, l’académie, qui dispose également d’un club senior en D2 ivoirienne, était composée de quinze joueurs âgés de 11 à 18 ans. Au fil des années et des détections organisées partout en Côte d’Ivoire, Jacky Canosi l’a agrandie.
« À mon départ en août, il y avait 160 jeunes. Ça aussi, c’est une grande fierté. Avec toutes mes équipes, on a énormément travaillé. Tous les jours, j’étais sur le pré de 8h à 18h non-stop. »
Une trentaine de personnes à manager
À Abidjan, Jacky Canosi n’a pas été qu’un simple éducateur. « Je gérais une trentaine de personnes au quotidien. C’était parfois pesant. Le matin quand j’arrivais, douze personnes m’attendaient devant ma porte. Quand il fallait changer une ampoule, on m’appelait. Quand il y avait une fuite, on m’appelait. Quand il y avait un souci administratif à régler, on appelait encore Jacky ( rires ). »
Durant ces cinq années, Jacky Canosi a voulu mettre sa conception du football en pratique. « Tactiquement, l’Afrique a énormément de retard », souffle-t-il.
Alors, il a veillé à apporter sa petite touche personnelle, toujours avec le souci de voir ses jeunes joueurs progresser. « J’ai organisé pas mal de choses : des stages de vacances, une section études, des tournois U18 et U15, des détections. Il y avait parfois 3 000 spectateurs lors des tournois, c’était la folie. J’ai même créé des sortes de “mercredi du foot”, comme ça se fait Alsace ( rires ). J’ai aussi invité Bruno Paterno et des éducateurs d’autres clubs à venir passer quelques semaines à Abidjan. » Accompagné de sa femme et de sa fille – « elles sont restées pendant trois ans » –, Jacky Canosi a vécu l’aventure à fond. Au sein d’une académie qui a notamment vu éclore Jean-Eudes Aholou (ex-Racingman actuellement à Saint-Étienne) et Habib Maïga (FC Metz), il a le sentiment d’avoir donné le maximum.
« Je me suis énormément investi. Mais ces derniers mois, je commençais à avoir fait le tour de la question. J’étais seul depuis un an, j’avais le besoin et l’envie de rentrer. » En août dernier, Jacky Canosi a donc plié bagage. Retour en Alsace, « ma terre d’accueil » et à Ostwald, où il est domicilié.
Non sans une pointe de nostalgie. « J’ai rencontré des personnes formidables avec qui je suis resté en contact. J’échange même encore avec mon ancien chauffeur de taxi. Pour l’anecdote, on mettait 1h30 pour faire les vingt kilomètres qui séparaient Abidjan de l’académie, tellement c’était désorganisé ( rires ). C’était une belle expérience, j’y retournerai. »

Aujourd’hui, Jacky Canosi s’est posé. Et reposé. Prêt à démarrer une nouvelle aventure. « Je n’étais pas loin de rejoindre Sochaux il y a quelques semaines, raconte-t-il. C’était pour le poste d’entraîneur des U19. »
« Il y a quelque chose de bien à faire en Afrique »
Mais il a désormais envie de donner une autre tournure à sa carrière. « Pendant ces cinq années, j’ai beaucoup voyagé à travers l’Afrique. J’ai été au Bénin, au Burkina Faso, au Ghana. Il y a quelque chose de bien à faire en Afrique. »
Du coup, il se verrait bien intégrer une structure professionnelle en qualité de recruteur. « Je connais le poste, Marc Keller m’avait lancé au Racing en 2006. À l’époque, j’avais demandé le prêt d’Alexis Sanchez à l’Udinese et celui de Carlos Vela à Arsenal ( sourire ). Désormais, je me suis construit un réseau en Afrique. Il y a des joueurs de qualité à suivre, même dans des pays méconnus comme la Sierra Leone, le Tchad ou le Togo. L’idée serait d’instaurer une passerelle entre un club professionnel français et les pays africains. »
Et pourquoi pas, à terme, bâtir puis développer une académie satellite, comme le fait avec brio le FC Metz au Sénégal ?
De nouveaux Sadio Mané ou Kalidou Koulibaly se cachent certainement encore en Afrique. Volontiers, Jacky Canosi repartira alors en mission. Prêt à dénicher puis polir de nouveaux diamants…
dna
 

Jacky Canosi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Racing club de Strasbourg :: Le Racing :: Staff et joueurs du Racing :: Anciens joueurs-