Le Forum du Racing Club de Strasbourg : Actualités, transferts, matchs à venir, la vie du RC Strasbourg au quotidien
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -43%
PHILIPS – Machine à café dosette ...
Voir le deal
39.99 €

Partagez
 

 14ème journée : Amiens - Strasbourg saison 2019/2020

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Marco 69/73
Champion du Monde
Nombre de messages : 57127
Date d'inscription : 25/11/2012

14ème journée : Amiens - Strasbourg saison 2019/2020 - Page 2 Empty

14ème journée : Amiens - Strasbourg saison 2019/2020 - Page 2 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: 14ème journée : Amiens - Strasbourg saison 2019/2020   14ème journée : Amiens - Strasbourg saison 2019/2020 - Page 2 I_icon_minitimeSam 23 Nov 2019 - 22:08

dna a écrit:
Ajorque a tout explosé
En tête à la pause grâce à Caci, le Racing s’est complètement libéré en seconde période, Ajorque dynamitant façon puzzle la défense amiénoise au retour des vestiaires.
Comme lors des trois derniers matches, Thierry Laurey est resté fidèle à son 4-4-2 en losange. Mais là où on attendait Bellegarde en sentinelle, c’est Djiku qui s’y est essayé (avec succès), Simakan intégrant l’axe de la défense à quatre en binôme avec Mitrovic.
SELS 5
A dû se faire une belle frayeur quand il a remis le ballon dans les pieds de Guirassy, tout heureux de le pousser dans le but vide, mais le gardien belge a pu pousser un grand ouf de soulagement : juste avant le cuir avait entièrement franchi la ligne côté extérieur de son poteau droit (30e ). S’est réchauffé en sortant pour devancer Kakuta (63e ).
LALA 6
Le défenseur latéral droit du Racing a bien su gérer Mendoza et Kakuta quand ce dernier venait se décaler dans son couloir. Obligé de mettre en corner sous la pression de Mendoza (17e ), son retour dans les pieds de Kakuta parti plein axe en contre est parfait (32e ). Il a peut-être manqué de confiance pour oser plus quand il montait. Son coup franc est bien capté par Gurtner (83e ).
MITROVIC 7
A bien lu le jeu pour venir couper une passe de Jallet qui avait débordé Caci (22e ) ou défendre dans la surface pour enlever le ballon à Gnahoré (52e ). Il s’arrache comme il faut pour dégager un ballon qu’il avait difficilement repoussé de la poitrine au point de penalty (65e).
Caci a eu raison d’insister

SIMAKAN 6
Pas spécialement mis en difficulté par Guirassy, qu’il a collé toute la soirée, il a bien combiné avec Mitrovic pour son retour dans l’axe de la défense strasbourgeoise. A écopé d’un avertissement sans conséquence (78e ).
CACI 8
N’a pas paniqué sur les montées de Jallet ou les percées de Kakuta, il s’est rendu disponible dans les phases offensives. Et il a eu raison : en montant plein axe, il sert Mothiba dans la surface qui lui remet le ballon au point de penalty. Sa reprise, cadrée, est déviée devant Gurtner qui encaisse le premier but du Racing en Ligue 1 cette saison à l’extérieur (43e ). Il bonifie sa prestation d’une passe décisive sur le quatrième but. Remplacé par CAROLE (85e ).
SISSOKO 5
Sa courte sortie du terrain à la 15e a failli jeter le trouble chez un Racing réduit une petite minute à dix. A tenté de loin, mais ses frappes (22e , 38e ) ont clairement manqué de précision. Il a eu le mérite d’aller presser pour gêner les premières relances picardes.
DJIKU 6
Bellegarde sur le banc au coup d’envoi, il a évolué au poste de sentinelle devant ses habituels compagnons de la défense. A manqué de repères au début comme sur ce long ballon en profondeur de Jallet dans la surface (8e ), il intervient proprement pour écarter le danger devant sa surface peu après. Sa demi-volée de 25 mètres était artistique mais pas suffisamment appuyée (50e ). Solide !
THOMASSON 6
Il n’a pas souvent eu l’occasion de mettre le pied sur le ballon pour orienter le jeu pendant les 25 premières minutes. Mais dès qu’il a pu le faire, le Racing a créé le danger et est monté en puissance. Il suit intelligemment l’action initiée par Ajorque pour repiquer dans le but de Gurtner le ballon que Fofana s’était fait enlever (72e ).
FOFANA 6
Sa belle ouverture vers Mothiba aurait mérité un meilleur contrôle de ce dernier (14e ). Le néo-international Espoir force Gurtner à se détendre sur sa frappe sèche à l’entrée de la surface (28e ). Il appuie trop sa passe sur un appel de Thomasson (54e ). Se fait chiper le ballon in extremis après ce rush d’Ajorque, mais Thomasson veillait (72e ). Touche la transversale sur un caviar de ce dernier (90e +3).
Da Costa ouvre son compteur
MOTHIBA 6
Dans son registre habituel, il a proposé, gâché aussi, mais jamais renoncé. Après un appel dans la surface, il offre la passe à Caci (41e ). Celle pour Ajorque manquait de puissance pour surprendre Gurtner (46e ). Il avait jailli, au cas où, sur le but de Thomasson. Remplacé par DA COSTA (75e ), qui alourdit l’addition de la tête sur son premier ballon sur un centre de Caci (76e ).
AJORQUE 8
S’il n’a pas eu grand-chose à se mettre sous la dent en première période, il a pu libérer sur la seconde toute la frustration accumulée à l’extérieur depuis le début de saison. Il conclut d’abord une chevauchée fantastique depuis la ligne centrale par sa quatrième réalisation en Ligue 1 (56e ). Devancé par Gurtner sur un bel appel dans la surface (66e ), il a perforé l’arrière-garde picarde pour amener le quatrième but. Remplacé par BELLEGARDE (81e ) qui provoque l’expulsion de Chedjou (82e ).
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 57127
Age : 74
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

14ème journée : Amiens - Strasbourg saison 2019/2020 - Page 2 Empty

14ème journée : Amiens - Strasbourg saison 2019/2020 - Page 2 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: 14ème journée : Amiens - Strasbourg saison 2019/2020   14ème journée : Amiens - Strasbourg saison 2019/2020 - Page 2 I_icon_minitimeDim 24 Nov 2019 - 21:25

dna a écrit:
Le Racing, entre fraîcheur et bouffée d’oxygène
Après le rythme effréné auquel il a été soumis cet été, le Racing semble avoir retrouvé la fraîcheur physique et mentale qui lui faisait défaut. Grâce à ses deux éclatants succès contre Nîmes (4-1) et à Amiens (4-0), il s’est donné de l’air au classement.
Dix matches en trente-huit jours : personne n’a oublié la cadence infernale à laquelle ont été soumis les Strasbourgeois entre le 25 juillet, jour de leur victoire à la Meinau contre le Maccabi Haïfa au 2e tour préliminaire aller de la Ligue Europa (3-1), et le 1er septembre, date de leur rétablissement contre Monaco pour la 4e journée de Ligue 1, de nouveau à domicile, alors qu’ils avaient été menés à deux reprises (2-2).

Des joueurs qui recouvrent leurs moyens

Depuis ce marathon arrivé à son terme avec la première trêve internationale du début septembre, Thierry Laurey tient peu ou prou le même discours. Il l’a répété samedi à Amiens juste après que son équipe a signé son premier succès à l’extérieur en y inscrivant ses quatre premiers buts (4-0). « On a joué en août tous les trois jours alors qu’il faisait 35°. On a disputé six matches d’Europa League en un mois, pas en trois (allusion au rythme moins soutenu de la phase de poules que les Strasbourgeois n’ont pas réussi à atteindre). Forcément, tu y laisses des plumes. On a en plus eu quelques blessés qui nous ont privés de rotations supplémentaires. On a usé certains joueurs. Pour la majorité de l’effectif, cette expérience européenne était une découverte. Après, il a fallu beaucoup de temps pour récupérer physiquement, mais aussi psychologiquement et mentalement. Il y a eu trois trêves depuis et, lors de chacune, nous avons cherché à récupérer au maximum. Petit à petit, on retrouve une certaine fraîcheur athlétique. »

L’argument d’une lassitude physique et mentale était recevable lorsque le Racing était désespérément muet, en particulier à l’extérieur. Il le reste alors que son secteur offensif progresse de nouveau avec l’inspiration qu’on lui avait connue en 2018-2019 avec sensiblement les mêmes éléments.

« Tout n’est pas parfait, mais aujourd’hui, des garçons réalisent des gestes et combinaisons qu’ils ne faisaient pas en début de saison parce qu’ils n’en avaient pas les moyens », insiste l’entraîneur alsacien.

Le duo Ajorque – Thomasson, souvent livré à lui-même lors des premières journées, mais qui ne s’en était pas si mal sorti, bénéficie désormais du “renfort” de coéquipiers qui ont peiné à revenir à leur meilleur niveau, à l’image d’un Lebo Mothiba rentré sur les genoux de la Coupe d’Afrique des Nations, ou longtemps blessés, comme Youssouf Fofana ou un Anthony Caci épatant au poste de latéral gauche après un retour délicat à Marseille côté droit (lire ci-dessous).

S’il s’efforçait de n’en rien laisser paraître, Thierry Laurey a avoué samedi à Amiens que la stérilité de ses troupes hors de la Meinau l’avait taraudé. « Quand tu ne marques pas un but à l’extérieur, tu peux quand même éprouver un petit sentiment d’inquiétude. On était plutôt bien ces derniers temps, mais c’était une histoire d’efficacité. »

Grâce à sa sortie enfin empreinte de réalisme sur une terre picarde si souvent inhospitalière pour lui, le Racing s’est délesté d’un lourd fardeau : celui de l’inefficacité crasse qui lui collait au maillot tant qu’il n’avait pas marqué en déplacement.
Un socle défensif plus stable

En deux matches, il a remis sa différence de buts à flot (de – 6 à + 1). Son mutisme hors de la Meinau a pris fin au stade de la Licorne après 9h43’ de jeu. Sa verve retrouvée s’appuie aussi sur un socle plus stable. Depuis son passage à une défense à quatre à Marseille, il n’a concédé que quatre buts en cinq matches, dont deux au Vélodrome (échec 2-0).

« Dans les têtes, ça va beaucoup mieux. Contre Nîmes, au-delà des quatre buts marqués (4-1) , on s’est créé beaucoup d’occasions. Ça donne de la confiance, même aux défenseurs », argumente Thierry Laurey.

Entre efficience devant et solidité derrière, les Bleus, qui ont longtemps joué les funambules, sont peut-être en train de trouver, sur un fil certes encore ténu, un équilibre qu’ils tâcheront de ne pas perdre samedi (17h30) à la Meinau contre un Olympique lyonnais classé un point plus haut.
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 57127
Age : 74
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

14ème journée : Amiens - Strasbourg saison 2019/2020 - Page 2 Empty

14ème journée : Amiens - Strasbourg saison 2019/2020 - Page 2 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: 14ème journée : Amiens - Strasbourg saison 2019/2020   14ème journée : Amiens - Strasbourg saison 2019/2020 - Page 2 I_icon_minitimeLun 25 Nov 2019 - 21:57

dna a écrit:
le joli coup Djiku
Samedi à Amiens lors du premier succès strasbourgeois à l’extérieur (4-0), Thierry Laurey a innové en confiant à Alexander Djiku le poste de sentinelle de l’entrejeu. Un coup tactique que le défenseur axial, brillant dans ce rôle inédit, espère néanmoins ponctuel.
Mercredi, lors de l’opposition organisée à Illkirch où avait été délocalisé l’entraînement, Alexander Djiku était apparu dans un registre très inhabituel de milieu défensif. Les observateurs s’étaient alors interrogés : Thierry Laurey fomentait-il un coup tactique pour le voyage à Amiens trois jours plus tard ?

Les nombreuses absences ce jour-là, liées notamment aux retours tardifs des internationaux, laissaient la porte ouverte à toutes les hypothèses, celle-ci semblant cependant d’autant plus improbable qu’elle était inédite.

« Une équipe, ce n’est pas un joueur, pas un poste. C’est de l’alchimie, de l’humain »


Pourtant, samedi au stade de la Licorne, l’entraîneur du Racing a encore feinté tout le monde.

Si le technicien n’a pas retouché dans la Somme le système de jeu sur lequel il s’appuie depuis quatre matches – le 4-4-2 avec un milieu en losange qui a longtemps fait la réussite du Racing avant le passage à une défense à cinq en septembre 2018 – il est allé au bout de son idée : faire monter d’un cran un Djiku néophyte au poste de sentinelle de l’entrejeu. Un choix osé, mais pleinement assumé et, surtout, payant.

Explication du coach au tableau noir. « C’était lié au fait que (Gaël) Kakuta joue sous (Serhou) Guirassy et qu’il est emmerdant. On n’avait peut-être pas le joueur (parmi les milieux de terrain) pour le cadenasser. Il nous semblait qu’Alex était le bon compromis, d’autant que les Amiénois avaient en plus un Guirassy très dangereux dans le domaine aérien. On pensait qu’il fallait un joueur avec un physique à la hauteur pour le contrer. Comme Lamine (Koné, malade) n’était pas là, le petit (Mohamed) Simakan y est allé et a fait un très bon match. Une équipe, ce n’est pas un joueur, pas un poste. C’est de l’alchimie, de l’humain, avec des joueurs dont il faut savoir marier les qualités. »

Il n’en reste pas moins que l’individualité Djiku s’est acquittée avec brio de la mission que son entraîneur lui avait confiée. « Alex, on l’avait bien briefé cette semaine et je l’ai trouvé excellent. Il nous a apporté beaucoup de densité athlétique. Il s’est très bien déplacé, a joué avec simplicité. Lui-même est peut-être surpris de sa très, très bonne performance. Ça a stabilisé notre jeu devant la défense et permis de gagner des ballons assez haut. C’est plutôt encourageant. »


Le rendement de l’ex-Caennais dans sa fonction d’essuie-glace du milieu a effectivement très vite poussé un Kakuta sous l’éteignoir à s’excentrer à gauche, puis à droite, pour aller chercher des espaces qui, après vingt minutes de relatif tâtonnement, s’étaient refermés dans l’axe.

Les permutations de l’ancien prodige du foot français avec le nouvel international colombien Steven Mendoza et le Congolais Chadrac Akolo n’ont pas déstabilisé le natif de Montpellier.

« J’ai fait ce travail pour l’équipe et je suis content de moi »


« J’avais des consignes du coach. Je pense que j’ai assez bien réalisé ce qu’il m’avait demandé de faire. C’était un travail pour l’équipe, il fallait que je me sacrifie, je l’ai fait et je suis content de moi. »


Mais celui que le Racing pistait déjà lorsqu’il évoluait à Bastia avant de le débaucher cet été de Caen pour 4 millions d’euros ne perd pas de vue l’essentiel pour lui, même si le ton qu’il emploie n’a rien de vindicatif. « Je suis défenseur central de base et je pense le redevenir incessamment (sourire). »

Il a toutefois prouvé en Picardie que l’abondance de biens dans l’axe défensif, entre Simakan, Koné, Mitrovic et lui-même, voire Caci et Ndour, pouvait ne pas nuire. Thierry Laurey sait désormais que la polyvalence naissante du Franco-Ghanéen lui offrira une option supplémentaire dès lors qu’un technicien de surface devra en nettoyer les abords. Et qu’il pourra toujours y recourir s’il l’estime de nouveau adaptée au profil de l’adversaire.
Contenu sponsorisé


14ème journée : Amiens - Strasbourg saison 2019/2020 - Page 2 Empty

14ème journée : Amiens - Strasbourg saison 2019/2020 - Page 2 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: 14ème journée : Amiens - Strasbourg saison 2019/2020   14ème journée : Amiens - Strasbourg saison 2019/2020 - Page 2 I_icon_minitime

 

14ème journée : Amiens - Strasbourg saison 2019/2020

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Racing club de Strasbourg :: Le Racing :: Les Matchs du Racing-