Le Forum du Racing Club de Strasbourg : Actualités, transferts, matchs à venir, la vie du RC Strasbourg au quotidien
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
-30%
Le deal à ne pas rater :
Nike Air Zoom Pegasus 38 à 61€
84 € 120 €
Voir le deal

Partagez
 

 Marc Keller (Président )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
AuteurMessage
Marco 69/73
Champion du Monde
Nombre de messages : 56835
Date d'inscription : 25/11/2012

Marc Keller (Président ) - Page 7 Empty

Marc Keller (Président ) - Page 7 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Marc Keller (Président )   Marc Keller (Président ) - Page 7 I_icon_minitimeMer 26 Mai 2021 - 7:58

L’énorme perte financière du Racing cette saison
 C’est dans une interview accordée au magazine “Or Norme” que le président du Racing Club de Strasbourg a dévoilé les pertes financières du club alsacien pour la saison 2020/2021. Un montant qui avoisine les 30 millions d’euros d’après Marc Keller !
“Pour nous, si c’est évidemment extrêmement pénalisant en terme de performance sportive, ça l’est aussi sur le plan budgétaire car nous pointons parmi les plus grosses affluences du championnat avec les 25 000 places de la Meinau qui sont toutes occupées à chaque match. La Covid nous pénalise de 10 millions d’euros sur l’ensemble de la saison. Et il faut rajouter à cela la défaillance de Mediapro qui nous coûte 20 millions d’euros de plus. Heureusement, nous avons toujours établi des budgets très sécurisés et nous avons accumulé propres grâce à notre saine gestion, ce qui va sûrement permettre au club de passer ce cap très difficile mais en ce qui nous concerne, ici à Strasbourg, cette absence du public est un vrai déchirement”.
Alsa'sports
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 56835
Age : 74
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Marc Keller (Président ) - Page 7 Empty

Marc Keller (Président ) - Page 7 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Marc Keller (Président )   Marc Keller (Président ) - Page 7 I_icon_minitimeMer 26 Mai 2021 - 8:04

Mais il croit qu'il est le seule dans cette situation.
Lacuesta
Joueur de CFA 2
Masculin Nombre de messages : 1850
Date d'inscription : 07/10/2017

Marc Keller (Président ) - Page 7 Empty

Marc Keller (Président ) - Page 7 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Marc Keller (Président )   Marc Keller (Président ) - Page 7 I_icon_minitimeMer 26 Mai 2021 - 8:43

Les autres vont faire faillite. Le problème est qu'avec la vente de Simakan il n'y a plus aucun joueur de vendable sauf éventuellement Ajorque et Diallo.
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 56835
Age : 74
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Marc Keller (Président ) - Page 7 Empty

Marc Keller (Président ) - Page 7 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Marc Keller (Président )   Marc Keller (Président ) - Page 7 I_icon_minitimeSam 29 Mai 2021 - 21:36

dna a écrit:
Marc Keller : « L’homme d’un nouveau cycle »
Le président du Racing explique que son nouvel entraîneur était l’homme idoine, à la fois par sa jeunesse (40 ans) et l’expérience acquise en 27 mois sur le banc du Stade rennais.
Il le dit sans lassitude, mais derrière chaque mot, on sent poindre la peur qu’il a éprouvée en fin de saison de voir le travail de dix ans réduit à néant, autrement dit sa crainte d’une relégation en Ligue 2 à laquelle il est bien conscient d’avoir échappé de justesse.
Marc Keller s’est posé énormément de questions lorsque l’avance du Racing sur la zone rouge a fondu comme neige au soleil dans l’emballage final. Aussi, depuis le nul salvateur contre Lorient dimanche dernier à la Meinau (1-1), le président respire-t-il un peu plus librement.
« Je suis très heureux et soulagé qu’on se soit maintenus, même si on a toujours pensé qu’on y arriverait, confesse-t-il. Après Nantes (1-2) et Montpellier (2-3) , ça commençait à tanguer, mais heureusement, tout le monde s’est mobilisé. Joueurs et staff, avec Thierry (Laurey) , ont fourni le dernier effort pour atteindre ce maintien dans une année inédite. »

S’il a rendu ce samedi un hommage d’usage à son ex-entraîneur en présentant son successeur, le patron du Racing depuis juillet 2012 a confirmé n’avoir pas attendu la dernière ligne droite d’une « saison longue, difficile et éprouvante » pour se forger une opinion et, surtout, une conviction.
« Julien est dans la vision du club pour l’avenir »

« Depuis quelques mois, j’avais le sentiment qu’on arrivait en fin de cycle. Je le ressentais. L’idée, c’était de rester concentré sur l’objectif : le maintien. Une fois ce maintien obtenu, il fallait passer à l’étape suivante et repartir sur un nouveau cycle. J’ai eu la sensation que Julien pouvait le porter. »

De cette cinquième et dernière année de l’ère Laurey, l’ancien international ne retient donc que l’essentiel : l’issue heureuse. « Avec ce maintien acquis lors de la dernière journée, l’objectif a, pour moi, été atteint. J’avais dit en début de saison que l’objectif, c’était le maintien et faire le mieux possible. Mais en cette saison si particulière, le mieux possible, c’était le maintien. Il était temps qu’on la termine. »

Dès lundi matin, il informait son futur ex-coach que son contrat ne serait pas renouvelé. Dans l’après-midi, il contactait les techniciens dont il avait retenu le profil pour assurer la succession. Son discours a séduit Julien Stéphan et réciproquement. « Julien va nous apporter beaucoup d’énergie, une expérience, une compétence. Il est passé par le Stade rennais qui est un excellent club […]. Amener cette expérience dans un club encore jeune comme Strasbourg est très positif. Il est dans la vision du club pour l’avenir. Il n’y a pas de raisons que la progression ne continue pas. »

Malgré des contraintes budgétaires sans précédent, le chantier de l’effectif va désormais pouvoir démarrer. « Avec neuf joueurs en fin de contrat, le brassage sera mécanique. On fera quatre, cinq ou six recrues. Julien a commencé à travailler avec Loïc (Désiré, responsable du recrutement) sur les profils. On n’est pas en retard. »
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 56835
Age : 74
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Marc Keller (Président ) - Page 7 Empty

Marc Keller (Président ) - Page 7 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Marc Keller (Président )   Marc Keller (Président ) - Page 7 I_icon_minitimeDim 30 Mai 2021 - 20:29

dna a écrit:
Racing : comment Marc Keller a (re)pris la main…
Dérogeant à ses habitudes, le président du Racing, dont la présence est d’ordinaire occasionnelle et discrète, s’est invité au quotidien auprès du groupe pro pendant les deux dernières semaines de la saison et a prescrit certains changements.
La scène appartient déjà à l’histoire, à cette ère Thierry Laurey désormais révolue dont le Racing a « tourné la page » dès lundi dernier, au lendemain de son quatrième maintien de rang en Ligue 1.

Deux jours plus tôt, lors de l’ultime conférence de presse d’avant-match de celui qui est encore l’entraîneur du Racing, un confrère l’interroge : les deux huis clos hebdomadaires imposés aux supporters et journalistes durant les deux dernières semaines de la saison – contre un précédemment – et le silence médiatique décrété par les joueurs, hors points-presse, avant la réception de Montpellier le 9 mai étaient-ils nécessaires ?
La réponse du technicien fuse : « Je n’ai rien à voir dans l’histoire. Vous poserez la question aux gens qui ont imposé les séances à huis clos et le silenzio stampa(l’interdiction de parler à la presse). Je ne répondrai pas à cette question. »

Il en connaît pourtant la réponse, mais n’en détient pas la clef. Car sitôt le revers contre les Héraultais (2-3), son président Marc Keller s’est rapproché d’un terrain dont il n’est jamais bien loin, même si on ne peut guère le taxer d’ingérence dans la gestion sportive.
Il a flairé le danger
Malgré son passé d’ex-pro, l’ancien ailier international (6 capes) agit d’abord comme ce qu’il est vraiment : un patron omnipotent qui dirige d’une main de fer la politique du club et en gère les finances comme ses centres d’antan, au cordeau, en s’appuyant sur cette recette que tant de ses congénères, bien moins légitimes sur le plan footballistique, ont oubliée : « On ne dépense que l’argent qu’on a. »

Pour une fois cependant, le président depuis 2012 a senti que sa présence quotidienne auprès de l’effectif s’imposait. C’est lui qui a initié le double huis clos hebdomadaire des quinze derniers jours pour aider le groupe, staff compris, à se recentrer sur le maintien et oublier pour un temps les situations et états d’âme individuels.

Il a flairé le danger et mis les mains dans le cambouis. Une partie des joueurs l’attendait dans ce registre. « On avait besoin de ça », avait confié un Bleu avant l’épilogue du dimanche de Pentecôte contre Lorient (1-1).

Aussi, samedi lors de la présentation de son nouvel entraîneur Julien Stéphan, a-t-il, pour sa première sortie médiatique post-maintien, décerné un satisfecit général. « Je voulais féliciter les joueurs du parcours réalisé dans cette saison très difficile, avec le maintien à la fin. J’ai une pensée particulière pour le staff dans sa globalité, mais aussi pour l’entraîneur Thierry Laurey et son adjoint Fabien Lefèvre. Ce binôme est arrivé il y a cinq ans. On a vécu ensemble une belle aventure qui a commencé en Ligue 2, avec, ensuite, quatre saisons en L1, une victoire en Coupe de la Ligue. Leur travail a été très apprécié. Ils ont participé à notre progression. »
« Le travail de fond a été fait »

Ces bons points distribués façon École des fans sont proportionnés à son soulagement, mais aussi à l’inquiétude qui l’avait gagné durant les deux derniers mois d’un championnat achevé au ralenti : deux victoires, trois nuls, cinq défaites et neuf points sur les dix dernières journées.

Libéré par l’heureux dénouement, il va retourner devant les fourneaux brûlants de ressources financières en partie consumées par la double crise des droits télé et du coronavirus. Il va continuer à mitonner le budget 2021-2022, sans même connaître les proportions des ingrédients indispensables – droits TV, recettes billetterie et sponsoring – à sa disposition.

Il (re) donnera aussi à son coach et au secteur sportif les clefs d’un camion dont quelques pièces d’usure seront changées. « Le travail de base, de fond a été fait par Loïc (Désiré, responsable du recrutement) avec ses équipes. On est prêts. On va voir avec Julien quelles sont sa perception, sa philosophie, ses préférences. Après, le club entrera en jeu sur la partie financière. On a toujours fonctionné ainsi. Je suis assez serein là-dessus. »

Il l’est de toute évidence bien plus qu’à la mi-temps du dernier match vital contre Lorient lorsque superstitieux, il confiait encore, alors que le Racing menait 1-0 : « Ce n’est pas fini. »
D’utilité “public”

Samedi à la Meinau, Marc Keller a listé les éléments qui ont grandement perturbé le Racing en 2020-2021 : l’entrée du Covid dans le vestiaire en pleine préparation estivale, puis au cours de la saison, les blessures très longue durée (Sels, Mothiba, Simakan) et, surtout, l’absence de public et, donc, des supporters au stade après l’instauration d’un huis clos généralisé le 1er novembre.

« Le plus dur pour nous a été de jouer dans une Meinau vide. Et une Meinau vide, froide, c’est un peu l’antithèse de notre projet depuis dix ans, a déploré le président strasbourgeois. Les joueurs et le staff n’ont pas pu profiter de ce 12e homme qui fait notre force. Le nombre de points qu’on a pris ici (17) et à l’extérieur (25) prouve bien que tout a été remis en cause. »

Le Racing s’est incliné 10 fois sur 19 à la Meinau, tout près de son triste record de 1951-1952 (11 défaites en 17 rencontres à la maison). Mais il s’est aussi imposé à 7 reprises hors de son cocon. Il n’avait pas fait aussi bien en voyage depuis son unique titre de champion de France, en 1978-1979 (7 aussi).

La Ligue 1 a d’ailleurs battu cette saison son total de succès à l’extérieur : 143 contre 112 en 2015-2016. Pour la première fois dans l’histoire de la première division, les victoires en déplacement ont même été plus nombreuses qu’à domicile (142). St.G.
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 56835
Age : 74
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Marc Keller (Président ) - Page 7 Empty

Marc Keller (Président ) - Page 7 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Marc Keller (Président )   Marc Keller (Président ) - Page 7 I_icon_minitimeJeu 10 Juin 2021 - 9:28

butfootballclub a écrit:
MARC KELLER DUREMENT ATTAQUÉ PAR UN ANCIEN PRÉSIDENT
Dans une interview à L'Equipe à propos de sa condamnation pour des transferts suspects lorsqu'il était président du RC Strasbourg, Patrick Proisy a critiqué l'attitude de Marc Keller.

Marc Keller a dû écarquiller les yeux ce matin en faisant sa revue de presse. En effet, l'un de ses prédécesseurs à la présidence du RC Strasbourg, Patrick Proisy, est interviewé sur deux pages par L'Equipe. Il revient évidemment sur sa condamnation par la justice pour des transferts jugés suspects à cause de commissions occultes. Lui qui se dit innocent n'a toujours pas digéré l'attitude l'ancien international à son égard…

« C’est Keller qui a signé à la demande de Satin les mandats pour Team Consult et pour IMG. Mais bizarrement, il n’a jamais été interrogé par la police. Après la première condamnation, nous nous sommes vus pour déjeuner. Je lui dis que ce serait utile qu’il fasse un témoignage puisqu’il était au courant de tout. Il me donne son accord. Je lui envoie les formulaires pour attester. Il ne m’a jamais répondu, jamais appelé. J’ai été très déçu par son attitude. J’ai été celui qui lui a mis le pied à l’étrier à Strasbourg. Tout comme Aulas, mon avocat se réserve le droit de le faire citer à comparaître comme témoin devant la cour d’appel de Nancy. Quant à Keller, dont IMG, avant la vente du club, avait considérablement augmenté le salaire, son refus de témoigner pour dire la vérité est une trahison à mon égard. »
Lacuesta
Joueur de CFA 2
Masculin Nombre de messages : 1850
Date d'inscription : 07/10/2017

Marc Keller (Président ) - Page 7 Empty

Marc Keller (Président ) - Page 7 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Marc Keller (Président )   Marc Keller (Président ) - Page 7 I_icon_minitimeVen 11 Juin 2021 - 4:28

Ah ah, je l'ignorais.
Marco 69/73
Champion du Monde
Marco 69/73 Masculin Nombre de messages : 56835
Age : 74
Localisation : Dorlisheim
Date d'inscription : 25/11/2012
Humeur : fatigué

Marc Keller (Président ) - Page 7 Empty

Marc Keller (Président ) - Page 7 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Marc Keller (Président )   Marc Keller (Président ) - Page 7 I_icon_minitimeDim 5 Sep 2021 - 2:39

dna a écrit:
Marc Keller : « J’ai envie que le Racing vive une belle saison »
Il avait tenu à attendre la fin du mercato pour s’exprimer. Maintenant que le Racing affiche son visage définitif en cette saison 2021/2022 déjà bien entamée, le président Marc Keller parle des ambitions du club strasbourgeois, de ses attentes et de ses souhaits. Entretien de rentrée.
Marc Keller va boucler cette saison sa première décennie à la tête du Racing. Revenu de nulle part, ou plutôt des abymes du foot français après la liquidation judiciaire entérinée à l’été 2011, le club strasbourgeois a entamé son cinquième exercice de rang en Ligue 1 en même temps qu’un nouveau cycle avec la nomination de l’entraîneur Julien Stéphan et le renouvellement d’une partie de l’effectif.
Malgré la double crise qui a ébranlé le foot professionnel – Covid et droits télé – le président tient fermement la barre. L’ambition reste mesurée, l’envie intacte.

La volonté de toujours continuer notre progression


Comment avez-vous vécu cette entame de championnat, avec quatre points pris sur les douze mis en jeu courant août ?

C’est un nouveau projet qui s’est mis en place, avec un nouvel entraîneur et un effectif pas totalement finalisé. Voilà, on est rentré dans la saison avec ces quatre matches. La victoire contre Brest (3-1), que je considère comme méritée, nous a fait du bien avant la trêve internationale et les rendez-vous de septembre.
Après cinq années avec Thierry Laurey à la tête de l’équipe, comment jugez-vous les débuts de Julien Stéphan et de son staff ?

Je les vois travailler, ils se sont très bien intégrés dans le projet du club. Je parle là de Julien et de son adjoint Mathieu (Le Scornet) , de Jean-Marc (Kuentz) aussi qui était déjà avec nous l’an dernier.

Et puis il y a Rudi Cuni qui est précieux de par son analyse de la vidéo. Greg Dupont, de manière plus ponctuelle, apporte son expertise en termes de performance.

Bref, il y a la volonté de toujours continuer notre progression. Alors, oui, on n’a pris aucun point sur les deux premiers matches (0-2 contre Angers à la Meinau, 4-2 face au PSG au Parc des Princes) , mais l’effectif n’était pas tout à fait abouti à ce moment-là. Notre défense était à rebâtir. Il fallait un peu de temps.

Comment avez-vous orchestré votre campagne de recrutement ?

Avec les départs de nos cadres défensifs, qu’il s’agisse de Mitrovic que l’on a cédé à Getafe, de Koné arrivé en fin de contrat, de Simakan qui n’a plus rejoué avec nous en 2021 (à cause d’une blessure au genou, NDLR) et que l’on avait vendu à Leipzig, de Guilbert dont le prêt s’est achevé en juin, on savait que le chantier serait d’envergure.

Rapidement, on a fait venir Karol Fila. C’est un jeune à fort potentiel et en devenir, qui correspond au travail fait par Loïc Désiré et son équipe du recrutement. Avec lui, on a investi sur quatre ans de contrat et 1,6 million d’euros (versés au Lechia Gdansk).

Dans le même ordre d’idée, on a misé sur Lucas Perrin, arrivé en prêt de Marseille avec une option que l’on peut lever dans un an autour de 1,5 million d’euros.

Avec le retour de Jean-Eudes Aholou (reprêté par Monaco) , on voulait garder cette maturité au milieu de terrain. On a ensuite eu cette belle opportunité offensive avec Kévin Gameiro, qui n’était pas du tout prévue. Dès les premières discussions, j’ai senti qu’il avait gardé une vraie sensibilité pour Strasbourg et son club formateur. On a fait l’effort financier, Kévin on a fait aussi un gros.

Nos idées sur l’évolution de l’équipe, on les a peaufinées au fil des matches. Le souhait de Julien était d’attirer un milieu excentré. On a ciblé Zinedine Ferhat. On a fait une bonne proposition à Nîmes, club avec lequel on s’entend bien, mais on n’est pas tombé d’accord financièrement. Je n’ai pas souhaité dépasser l’enveloppe fixée… Mais on a vite vu qu’il fallait se concentrer sur la défense.

Pourquoi avoir attendu aussi longtemps avant de boucler votre recrutement avec l’apport de trois défenseurs dans la dernière ligne droite du mercato ?

On aurait aimé aller plus vite, mais ce marché était compliqué, en raison de la situation économique des clubs. Il a fallu être patient, travailler sur différentes pistes en attendant que la bonne porte s’ouvre. Les choses se sont décantées sur les derniers jours.

On a pu “faire” Maxime Le Marchand, un joueur confirmé, gaucher et libre. Puis c’est Gerzino Nyamsi qui nous a rejoints. Loïc Désiré l’avait identifié l’an dernier à Rennes. Le fait qu’il connaisse Julien et le staff a aussi aidé.
Il a fallu préparer ce mercato en faisant preuve de patience, d’agilité, de flexibilité

Pour finir, on avait dans le viseur un latéral, plutôt sur le côté gauche, mais aucune de nos pistes n’a abouti. En parallèle, on a continué à bosser sur le dossier Fred Guilbert. Longtemps, Aston Villa (avec qui le latéral droit est sous contrat jusqu’en 2023) a été inflexible. On a attendu qu’un prêt soit possible. Heureusement pour nous, ça a pu se faire dans les dernières heures du mercato. Finalement, on est allé dans la direction que l’on s’était fixée…

Dans quelles mesures les contraintes financières ont-elles régi ce mercato estival ?

Entre la crise sanitaire et celle des droits télé (avec le retrait du diffuseur phare, le groupe sino-espagnol Mediapro au printemps dernier) , qui a une conséquence sur quatre ans, soit la durée du contrat qu’ils avaient signé, les clubs perdent gros. Pour ceux de la taille de Strasbourg, c’est entre 16 et 18 millions d’euros par saison rien qu’en droits télé. L’an dernier, on devait toucher 35 millions d’euros et on n'a eu que 17 millions…

Du coup, il a fallu préparer ce mercato en faisant preuve de patience, d’agilité, de flexibilité pour arriver in fine à réaliser de bonnes opérations sportives qui rentrent dans un équilibre économique. On a pris sept joueurs, dont deux à l’achat (Fila et Nyamsi), deux autres libres de tout contrat (Gameiro et Le Marchand), un avec une option ferme (Aholou), un avec une option supportable (Perrin) et le dernier sans option (Guilbert).

Quand vous avez 31 millions de recettes en moins, il faut être très ingénieux

Par rapport à la situation, c’est le meilleur équilibre pour renforcer l’équipe en maîtrisant notre budget.

N’avez-vous pas été tenté de vendre l’un de vos cadres pour détendre les finances ?

Depuis que le club est revenu dans le monde pro, ma position a toujours été la même, à savoir tout faire pour garder nos meilleurs joueurs. Mais à chaque offre importante, on s’assoit autour d’une table pour en discuter. Et si tout le monde y trouve son compte, on va au bout, comme on l’a fait avec Aholou, Fofana et Simakan, nos gros transferts qui tournent autour des 15 millions d’euros.

Vous évoquez le cas Simakan. Était-ce une obligation de le vendre à Leipzig ?

Je peux répondre par l’affirmative. On a parlé de la défaillance de Mediapro. Mais le huis clos sanitaire a aussi eu de fâcheuses conséquences pour un club comme le nôtre, habitué à jouer à guichets fermés.

En 2020/2021, nos recettes, budgétées à 60 millions d’euros, sont tombées à 29 millions d’euros. Donc oui, il a fallu se concentrer à 100 % sur la gestion du club. Quand vous avez 31 millions de recettes qui étaient plus ou moins actées en moins, il faut être très ingénieux, faire des économies, parfois vendre un joueur comme “Momo”.

Pour traverser cette mauvaise passe, il a aussi fallu toucher aux économies du club, à savoir nos fonds propres. Une partie a été utilisée…

Dans quelles proportions ?

Il est trop tôt pour le dire avec exactitude. On y verra plus clair au printemps. Pour la première fois en dix ans, le club a en tout cas subi des pertes. Jusque-là, aucun actionnaire n’a jamais touché de dividendes. Heureusement que l’on a été prévoyant…

Comment se remet-on d’une annus horribilis comme celle que vous avez vécue ?

Comme je l’ai dit, en étant ingénieux et en s’adaptant au nouveau contexte. Quand nous avions 60 millions d’euros de budget, nous pouvions dépenser en fonction de nos recettes. Avec 43 millions d’euros aujourd’hui, eh bien, il faut apprendre à dépenser dans les mêmes proportions.

Grâce à nos fonds propres et aux aides de l’État, nous n’avons licencié aucun salarié au plus fort de la crise. Et malgré l’épée de Damoclès qui pesait sur nos têtes au niveau sportif, avec le risque de relégation, nous avons su traverser la tempête.

Avez-vous eu des moments de doute ?

Des doutes, non, jamais. Je suis devenu un dirigeant mais je garde l’état d’esprit d’un sportif de haut niveau. Que tu perdes ou que tu gagnes, il faut se remettre en cause, se battre chaque jour.

On sent que le stade revit


J’avais l’intime conviction qu’on allait s’en sortir. Il fallait juste rester concentrés, unis en toutes circonstances. Il y a eu beaucoup d’éléments défavorables, une Meinau vide, des joueurs blessés, mais on est restés debout pour ramener le bateau à bon port. C’est une fierté.
Pensez-vous voir le bout du tunnel ?
Il faut rester très prudent. Mais on sent que le stade revit. C’était le cas contre Angers, Troyes, Brest et même pour l’équipe de France. Comme tout le monde, j’ai envie de vivre une belle saison.

Pour vous, c’est quoi, une belle saison ?

En premier lieu, c’est de revoir une Meinau enchantée, ce qui constitue notre force et notre dynamique depuis des années. La deuxième chose, c’est d’être à la hauteur sportivement parlant. Rester en Ligue 1 est notre socle.

Ensuite, on essaye de faire du mieux possible pour continuer à progresser par petites touches, dans la structuration, les détails, l’exigence au quotidien, comme on a su le faire durant cinq ans avec Thierry Laurey. Julien Stéphan s’inscrit à son tour dans ce projet.

À Strasbourg, on ne promet pas la lune. Avoir la meilleure ambition sportive dans un budget respecté, c’est la base de notre projet depuis dix ans.
Quels sont les leviers que vous pouvez actionner pour continuer à grandir ?
Le plus proche est celui de l’extension de la Meinau. On entre dans une phase concrète.

Le permis de construire va être déposé courant octobre et les travaux vont commencer début juin 2022, pour une livraison en juillet 2025. Le Racing a besoin de développer des recettes parce que la compétition est rude.

Quand vous voyez un Lionel Messi qui débarque au PSG, avez-vous encore l’impression que le Racing appartient au même monde ?


On est tous dans le même monde, même si les situations divergent grandement en fonction des actionnaires.

En tant qu’amoureux du foot, je suis bien sûr heureux de voir Messi rejoindre la Ligue 1. Se dire qu’il évoluera peut-être à la Meinau début mai, aux côtés de Neymar et de Mbappé, est proprement exceptionnel.

On sait qu’il a des clubs beaucoup plus fortunés que le nôtre, mais chacun doit trouver sa voie…..
La vôtre va-t-elle vous mener à la tête de la Fédération, au relais du président Le Graët, comme on l’entend avec insistance ?

Mon nom a été cité à plusieurs reprises. Je dirais que c’est flatteur mais, aujourd’hui, mon énergie est entièrement consacrée au Racing. Ma mobilisation est totale pour continuer à faire grandir, progresser mon club. J’y investis la grande majorité de mon temps.

À la FFF, je fais partie de l’équipe de Noël Le Graët, de son comité exécutif et je m’investis dans les missions qui me sont confiées, notamment les équipes de jeunes et les Espoirs.

Le président a été élu pour un mandat qui prend fin en 2024. C’est mon rôle, à l’instar des autres membres du “comex”, d’être à ses côtés pour mener à bien les actions de la FFF durant ce mandat.
Lacuesta
Joueur de CFA 2
Masculin Nombre de messages : 1850
Date d'inscription : 07/10/2017

Marc Keller (Président ) - Page 7 Empty

Marc Keller (Président ) - Page 7 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Marc Keller (Président )   Marc Keller (Président ) - Page 7 I_icon_minitimeDim 5 Sep 2021 - 3:40

Je regretterais toujours sa non-sélection en 1998. Il serait un bon remplaçant à Noël que j'aime bien.
Si à eux deux ils pouvaient faire quelque chose au sujet de l'arbitrage...
Contenu sponsorisé


Marc Keller (Président ) - Page 7 Empty

Marc Keller (Président ) - Page 7 Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Marc Keller (Président )   Marc Keller (Président ) - Page 7 I_icon_minitime

 

Marc Keller (Président )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 7 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Racing club de Strasbourg :: Le Racing :: Staff et joueurs du Racing :: Le Staff du Racing-